AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841162044
Éditeur : Cheyne éditeur (01/10/2014)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Depuis, ma pensée se désordre. Mon langage se confusion. D’un commencement comme ça. Je voiture Adèle jusqu’à la gare de l’Est, elle se départ chez elle, distance d’ici. Bien trop lointain. Elle m’amour, je l’énormément, mais elle s’en retour. A trois centaines de kilomètres.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  10 mai 2019
Il y a des livres vers lesquels on vous pousse. Où vous ne seriez pas allé spontanément.
Il y a des libraires tellement passionnés qu'ils vous traquent sans ménagement et vous lancent vers des oeuvres, vers des écrivains. Je ne remercierai jamais assez celle qui m'a malmené et presque obligé à lire cet ouvrage.
Dans ce livre, il n'y a pas de verbe. Et pourtant tellement de verve.
Je l'ai lu deux fois déjà. Et je le relirai encore.
Une première fois, d'une traite, sans respirer, cliquetis de mots à la mitraillette qui m'ont offert mille sensations, mille sentiments, mille images.
Je l'ai relu ensuite en déshabillant la moindre virgule. En déculottant le moindre mot. Pour le plaisir de déflorer une à une les aspérités du texte. Tenter de toucher un peu plus ce véritable travail orfèvre.
Cette absence de verbe fait que tout crépite. Que tout palpite. Que tout prend sens en se délestant.
Il y a une urgence à lire, comme une sensation de tomber à l'intérieur même de ce livre. de cette histoire. de cet accident.
Ici, chaque mot est à sa juste place. Se suffit à lui-même.
Ici, on va te parler de toi, de Je. Et tu vas être enveloppé par sa musique. Par sa beauté. Par son urgence.
Dans ce livre, il y a la plume unique de Loïc Demey.
Je répète. Loïc Demey.
Si tu aimes les mots. Si tu aimes ressentir, deviner, palper, vibrer, t'interroger, te laisser aller, t'émouvoir, te laisser surprendre, …
Tu ne peux pas pas passer à côté.
Ce livre est une expérience qui raconte quelque chose d'unique. de fou. D'inimaginable et d'incongru.
Une histoire d'amour. Sans verbe. Une douce hérésie. Une folle littérature.
Je suis tellement heureux d'avoir osé.
Il y a des livres qui restent longtemps dans la tête.

Comme une déflagration.
Un accident. Ou d'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5912
Fleitour
  08 août 2018
Non je ne boude pas mon plaisir de vous parler de Je, d'un Accident ou d'Amour. Un livre offert par ma fille est déjà un petit bonheur, quand c'est un recueil de poèmes, je goute sans retenue, laisse tout tomber pour me plonger dans le nirvana de la lecture.

Je lis page 15, "Excès d'août et de lumière", moi, je suis dans le Connemara sous un ciel ombragé et une température de novembre, je tente, une translation vers le jardin du Luxembourg où je suis né.
"Cette fille sur une chaise verte du jardin du Luxembourg, voiliers miniatures et lecture de poche". Ainsi commence ce texte où le « je » ne sait plus où il habite, habité qu'il est déjà par Adèle aux yeux verts, couleur de thé.

Comme pour le promeneur, je me suis laissé emporter par cette bohème au pays de l'amour, sans réfléchir aux mots qui se déplaçaient au gré des sentiments d'Hadrien, des aveux et des angoisses des amants, des vides et des pleins, que les mains retenues dénouaient ou qui dérivaient sur des vents comme ceux du Connemara.

Loïc Demey inter change un verbe par un nom ou un adjectif, l'amour est confusion, comme un grand chambardement du langage des amants.
Toute la prose se chamboulait, "la rue se nuit, le ciel se lune", page 27 et vous laissent, "Je me chancelant, je me trac". Alors il faudra bien suivre Hadrien car, "Elle me chuchotements d'amour à l'oreille".
Ce court texte est un poème de 15 pages, une histoire d'amour. Entre les doigts de Loîc Demey le récit de l'amour d'Hadrien et d'Adèle, déploie ses couleurs, lui l'accidenté aveugle et Adèle la lectrice de McEwan qui attend que "le trains se rails". Ce conte amoureux est une pure merveille, comme si les mots les plus simples pouvaient à eux seuls faire émerger une farandole de désirs.

La poésie trouve sur ce chemin une nouvelle ébullition, un rythme convainquant, une accroche du lecteur dans une poésie de complicité, quand page 27, "Elle me peau, je la pulpe des doigts". La musique des corps décline une fantasia, où tous les sens s'invitent pour écouter, et voir les coeurs danser.

Non je ne suis pas surpris par la qualité de ce long poème en prose. Oui je m'interroge quand ce manuscrit de 15 pages, est salué avec un tel enthousiasme. Peut-on encourager la création littéraire à un tel degré de jeûne.
La remise en cause de notre écriture académique, ne devrait en aucune façon réduire la création poétique mais l'exploser.

Oui je ressens un net regret, ou plutôt, je mots Adèle absence. Géométrie à sens unique, Adèle lettre seulement lettres.
"Elle se voie ferrée. Je me sans voix. Elle se chemin de fer. Je me sans issue. On s'impasse". P 41
Trois ou quatre textes de plus exprimant Adèle nous aurait enchanté passant de fragments amoureux à une éclosion de sentiments féminins.
Lecteur j'aime voir vivre les personnages.
Les plus grands noms de la poésie contemporaine se sont fait souvent un dogme d'être étudié avant d'être lu.
Loïc Demey innove dans un procédé, qui utilisé avec économie sera toujours d'une grand réjouissance, banalisé ce sera bien difficile d'être accepté par le grand public, au détriment de très belles plumes.

Reste que je, d'un Accident ou d'Amour est brillant et une vraie réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
sevm57
  31 décembre 2016
Pour finir l'année en beauté, j'ai envie de parler d'un de mes coups de coeur de 2016: Je, d'un accident ou d'amour de Loic Demey.
Ce livre est un petit bijou à mi-chemin entre le roman et la poésie.
Sa particularité est d'être écrit sans verbe, mais au bout de deux pages on ne s'en rend même plus compte tellement les mots s'enchaînent et nous emportent dans cette histoire d'amour née au jardin du Luxembourg.
C'est un livre plein de sensibilité , chaque court chapitre est un moment de pur bonheur de lecture.
J'ai dévoré ce livre en 20 minutes, mais j'en ai savouré chaque mot et j'aime en relire parfois un passage. J'en suis ressortie avec l'impression d'avoir fait une découverte littéraire , ce dont je remercie vivement ma libraire et mon ami Fannyvincent.
Enfin, cerise sur le gâteau, l'auteur est lorrain et enseigne dans le collège de la ville dont je suis originaire.
Commenter  J’apprécie          222
fannyvincent
  09 septembre 2016
Voici un livre autour duquel je tournais depuis un bon moment, attiré par son originalité, et par les louanges dont il fait l'objet de la part d'une libraire messine.
Ce livre, très court, raconte une histoire d'amour brève, intense, passionnée. Celle vécue à Paris par Hadrien et Adèle. Une histoire d'amour du genre à vous faire tourner la tête, à vous faire perdre vos mots… les verbes surtout.
Car la caractéristique de cette histoire est d'être écrite sans verbes. Cela surprend l'espace d'un instant, mais je m'y suis habitué sans aucune difficulté. Bien au contraire, j'ai trouvé que cela donnait un rythme particulier au récit, que cela le rendait particulièrement poétique.
On ressent l'envie de lire cette histoire à voix haute, afin de savourer encore plus les mots et les émotions qu'elle inspire.
J'ai lu ce roman, l'ai relu dans la foulée. C'est une expérience de lecture étonnante, mais sincèrement formidable.
Commenter  J’apprécie          120
la_chevre_grise
  05 octobre 2015
C'est chez Tulisquoi que ce petit bijou a attiré mon attention. Pourtant, en lisant chez elle la quatrième de couverture, je me suis demandée ce que c'était que ce machin. Je n'étais pas très attirée. Puis j'ai lu son billet, l'impression forte que ce texte lui avait faite. Et surtout, elle donnait un extrait qui m'a vraiment séduite. Alors, j'ai tenté.
Effectivement, les premières lignes sont perturbantes. Mais la préface aide bien à se mettre dans l'ambiance, à comprendre la logique. Les verbes, qu'ils soient conjugués ou à l'infinitif ont tous été troqués contre des adjectifs ou des adverbes, sur le modèle d'un poème de Ghérasmi Luca. On se trouve alors entre poésie et nouvelle (vu la longueur, je ne parlerai pas de roman).
Et, rapidement, la magie opère. La poésie emporte le lecteur, le bouleverse, de la même façon qu'Hadrien a été bouleversé par sa rencontre avec Adèle. Car Hadrien, pourtant en couple, est littéralement subjugué dans le jardin du Luxembourg à Paris par une jeune femme. C'est le coup de foudre. Qui va l'emmener jusqu'à perdre ses verbes.
On se laisse emporter par les sensations que ces phrases sans verbe font naître. Car le lecteur est forcément totalement investit dans sa lecture, il comble les vides, met de lui-même. Et s'approprie totalement le texte. C'est lui mais en même temps tout le monde tellement le sujet est universel.
Ça pourrait être un peu poussif, ce procédé. Et pourtant non, c'est surtout chamboulant. Un coup de coeur.
Lien : http://nourrituresentoutgenr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fannyvincentfannyvincent   09 septembre 2016
Je l'affection aussi Delphine. Mais, depuis quelques mensualités, nos sentiments se pâles et se fades. Le rouge se rose et le blanc se boue.
On se trente ans passés avec pas l'envie de seul. On se fatalité, on se facilité. On se quotidien, on se tablette tactile et téléphone portable au petit-déjeuner. Le soir, on se télévision au lit. Elle se séries, je me navets. Et l'on se corps de moins en moins.
Notre couple s'usure. Jusqu'à la corde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
la_chevre_grisela_chevre_grise   05 octobre 2015
Je me chancelant, je me trac. Elle me chuchotements d'amour à l'oreille.
La rue se nuit, le ciel se lune. Je la nue.
La pièce se sombre, je m'orage. La fermeture éclair. La robe, tonnerre. Sa tunique en l'air et ses dessous à terre. La rue se lune, le ciel se nuit. Je la nue.
Elle me peau, je la pulpe des doigts. On s'épiderme.
Commenter  J’apprécie          110
sevm57sevm57   14 octobre 2016
Plus rien d'importance depuis cette fille sur une chaise verte du jardin du Luxembourg, voiliers miniatures et lecture de poche. Instinctivement, je pas vers elle et lui paroles futiles.
Commenter  J’apprécie          80
wellibus2wellibus2   29 septembre 2018
A dix-sept heures, elle se cadran de montre et carillon d'inquiétude. Adèle se panique. Elle se déjà, je me trop vite. Elle me plus tard et à ce soir. Je me soulagement.
Elle se contre moi,je lui baisers sur le front. On se bouche,et salive.
Commenter  J’apprécie          50
valeriepasdeloupvaleriepasdeloup   24 juillet 2017
L'avant-midi, on se Rivoli. Puis Adèle m'île de la Cité et Cité de la musique. Je la Belleville, je la Vilette. L'après-midi, on se pont des Arts et Arc de Triomphe. On se Marais, on se République. Je lui Montsouris, rive gauche. Elle se place des Vosges et Vaugirard. Elle se rue, je m'avenue. Je me square, elle s'esplanade. On se tours. Vertiges. On s'entour, se demi-tour par leparc de Bagatelle. Vertes tiges. On se catégoriquement. On se définitivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Loïc Demey (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Loïc Demey
Le choix des libraires. Rencontre avec Julie Remy, libraire lorraine de la librairie « La Cour des grands » située dans l'est de la France. Découvrez avec elle sa sélection d'ouvrages dont « le livre de Dina » d?Herbjørg Wassmo ou encore « Je, d'un accident ou d'amour » de Loïc Demey.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Loïc Demey (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
753 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre
.. ..