AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782262023485
324 pages
Éditeur : Perrin (25/04/2005)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Il a édifié des châteaux fantastiques qui exaltent l'éthique de la chevalerie médiévale et le génie de la France du Grand Siècle.
Il a sauvé du désespoir et de la faillite Richard Wagner, imposant son œuvre mais contraint d'exiler le musicien au comportement excessivement intéressé. Il a été le premier mécène du Festival de Bayreuth. Son homosexualité le révulsait et défrayait la chronique des cours d'Europe. Il fut cependant l'étrange confident de sa trop be... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Marcellina
  12 février 2017
Un destin brisé, une énigme de l'Histoire ou juste un homme différent…
« Louis II est un Wittelsbach. Il sera marqué par l'hérédité des Wittelsbach. Il sera l'incarnation de leur destin. »
Pauvre Louis, Prince solitaire, sevré très jeune de l'amour sans faille de sa nounou, éduqué à la dure par un militaire volontaire et fidèle mais qui manque clairement de pédagogie, enfermé dans son rôle d'héritier où la chaleur d'une famille aimante n'a aucune place ; enfant malheureux qui trouvera une échappatoire dans ses rêves de chevalerie.
Pauvre Louis, Roi bien trop jeune, à l'aube de ses vingt ans, qui se réveillera au son de l'Opéra et quel opéra, celui de Wagner. Et l'amour jaillira de ce coeur trop tendre, trop romantique pour cette musique qu'il semble le seul à comprendre et dans lequel le compositeur trouvera comme une âme soeur qui l'accompagnera d'une manière indéfectible jusqu'à la fin.
Et le temps passe pour ce jeune Roi, si grand, si beau, au regard toujours tourné vers le ciel, aux aspirations toujours portées vers l'absolue beauté.
Le temps passe dans un monde irréel, créé hors du temps pour ce roi rêveur et le temps passe aussi dans le monde réel où le roi doit s'investir pour son peuple, pour son royaume. Et c'est bien là le grand paradoxe, malgré ses absences, malgré ses fuites toujours renouvelées, Louis aura toujours à coeur de garder l'indépendance de sa chère Bavière mais aussi l'union fédérée de la grande Allemagne. Union qu'il aurait voulu construite sur l'Art allemand, union qui sera finalement réalisée militairement par Bismarck…
Et ce temps qui passe est source de douleurs aussi : le petit frère du roi sombre dans la démence, Wagner trompe l'amour pur du souverain avec ses nombreuses muses, la politique le presse et le contraint lui qui n'aspire qu'à la liberté et la pureté de l'air qu'il ne trouve que dans ses chers alpages, son homosexualité enfin qu'il ne peut accepter et qu'il combat de toute ses forces le trouble profondément et le mine.
Et, bien que toujours jeune, le Roi s'isole de plus en plus, il ne peut plus supporter la laideur du monde, la musique ne lui suffit plus, il s'investit dans l'architecture. Et, là encore, tout sera dans l'extravagance, trois châteaux, trois rêves : le premier rend hommage au monde de la chevalerie ; le second, un hymne aux Bourbons et le troisième, une réplique de Versailles en l'honneur de Louis XIV. Mais tout cela coûte cher, très cher. Déjà, la population n'a pas oublié la montagne d'argent « gaspillé » pour le cher Wagner et maintenant, ce nouveau délire dispendieux ! le gouvernement ne va pas se laisser faire et, avec l'aide de quelques domestiques véreux, le roi Louis II de Bavière va être déclaré fou et inapte à gouverner. Plus qu'un complot, c'est une trahison et le peuple l'a bien compris qui a encore essayé de protéger son roi, différent mais pas fou. Mais la ruse l'a emporté sur la fidélité, l'aigle des Alpes ivre de liberté s'est finalement suicidé pour devenir une légende.
« Louis II est mort dans un décor romantique où l'eau peut être aussi lisse que l'était la peau du visage de ce jeune monarque ou agitée par une brusque tempête, comme l'était le cerveau de cet homme en proie aux tourments les plus insensés. »
Une plume superbe réunit les documents d'archives (lettres, journal intime, rapports médicaux, plans, extraits de presse,…) et nous offre un documentaire qui retrace la vie de Louis II de Bavière qui se lit comme un roman. On peut alors se faire sa propre opinion sur la folie de ce roi qui n'aurait jamais dû être roi. Etait-il dément comme son frère ou juste différent, extravaguant ? En avance sur son temps pour certaines choses comme l'intégration dans ses châteaux des nouveautés technologiques de la fin du XIXème siècle, de la réalisation réelle de simples élucubrations littéraires comme la table qui se dessert toute seule... Ou alors, perdu dans un siècle où le romantisme n'a plus la cote, où seule compte la réalité… Fou pour les médecins à la solde du pouvoir et qui ne l'ont même pas examiné ; homme bienveillant et lucide pour les paysans qui le côtoyaient tous les jours… Une énigme dont l'origine se trouve peut-être aussi dans son ascendance faite de multiples mariages consanguins et dont l'étrangeté se retrouve dans sa seule vraie amie, sa cousine germaine, sa soeur, Sissi, impératrice d'Autriche.
«  Lointaine, rêveuse, imprévisible, inconséquente, Sissi ressemble à Louis II comme une soeur, mais avec plus de mesure.
le sang des Wittelsbach ne coule pas dans leurs veines avec le même bouillonnement. Chez Sissi, l'hérédité se fait plus discrète, presque pudique. Chez le roi de Bavière, elle est spectaculaire, hallucinante. Chez elle, le déséquilibre est voilé, chez lui il est effrayant. »
Une histoire magnifique, un destin tragique, une légende vivante dont les réalisations sont toujours bien présentes dans ce magnifique « royaume » de Bavière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
marieantoinette
  12 août 2015
Avec ma photo de profil, je ne pouvais pas ne pas donner mon avis sur cette biographie de Louis II de Bavière, et ce sera donc ma première critique!
Plutôt habituée des biographies, je dois avouer que j'avais quelques réticences en commençant celle-ci, probablement parce que je craignais que l'approche ne soit pas suffisamment historique. S'il est vrai que j'aurais aimé que le contexte historique soit encore plus développé qu'il ne l'est, celui-ci n'est jamais complètement absent, et permet tout de même d'apprendre un certain nombre de choses sur les événements historiques.
Je regrette toutefois, mais ceci est souvent le cas dans les biographies, le caractère déséquilibré des différentes étapes de la vie de Louis II. On passe beaucoup de temps sur l'enfance, l'accession au trône et les années qui suivent, puis la fin de vie file à une vitesse ahurissante. Pourtant, j'ai préféré la partie qui abordait Louis II en tant que constructeur de châteaux, et j'aurais bien aimé mieux comprendre cette période également. de même, la relation entre Louis II et Richard Wagner occupe une place centrale dans l'ouvrage, à tel point, et sans que l'auteur s'interroge plus que ça sur la nature de ces sentiments, qu'on a la nette impression que Louis II a voué un véritable culte et une véritable obsession pour Wagner. Dans ce contexte, on a du mal à croire que cette relation, tout du moins du côté de Louis II, ait été purement amicale...
Globalement, j'ai donc passé un très agréable moment à lire cette biographie, et cela explique la bonne note que je lui attribue, mais j'ai presque envie de dire qu'on reste un peu sur sa faim, et qu'on aimerait en savoir encore davantage sur ce roi somme toute assez sympathique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Ankya
  21 juin 2017
De Louis II de Bavière je ne connaissais que ce qui a été présenté dans l'émission Secrets d'Histoire (présentée et animée par Stéphane Bern). C'était une bonne entrée en matière. Lorsque ptitelilie m'a proposé cette biographie face à celle de François-Joseph, je n'ai pas hésité : allons en découvrir un peu plus sur ce personnage énigmatique !
J'ai globalement bien aimé cette biographie. La relation avec Wagner (mais quel opportuniste !), le peu de femmes (en fait deux) ayant l'estime du roi, son dégoût de la politique mais son habileté à manoeuvrer, son respect pour son peuple qui le lui rend bien... tant de choses que j'ai aimé découvrir et approfondir.
J'aurai tout de même pensé que l'on parlerait plus de son homosexualité. Elle n'est pas passée sous silence, mais je me suis tout de même demandé parfois si en fait il n'était tout simplement pas "asexuel" (on peut dire ça ?), ne vivant que pour et par l'art.
Aussi, je déplore le peu d'informations qu'il y a sur son enfance. Comment était-il ? Quel type de petit garçon était-il ? Il semblerait que les informations relatives à cette époque aient disparues lors d'un incendie. Dommage...
En tout cas ce fut une belle découverte (le personnage et la plume de l'auteur, Jean des Cars). Une biographie pas du tout ronflante à lire :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ChtiteEmilie
  24 juin 2018
Ce roman historique est terriblement bien écrit.
On comprend vraiment la vie du roi Ludwig II, roi qui n'a jamais voulu le devenir, préférant se cacher dans ses rêveries. Il n'a d'yeux que pour Wagner, compositeur très critiqué surtout pour profiter financièrement des largesses du roi. Ludwig doit un moment comme son grand père choisir entre son adoration pour Wagner et le peuple.
Le roi est un être étrange. Pour rentrer dans le moule, il se fiancera à la soeur de Sissi, la considérera comme une héroïne de Wagner et non elle-même. Il rompra les fiances sans une explication. La véritable raison est l'homosexualité du roi.
On suit cette histoire de roi qui voulait abdiquer au profit de son frère, mais ne peut pas car celui-ci à une maladie mentale. Auprès du roi les favoris et la solitude d'être incompris.
Il fera construire les plus beaux châteaux allemand tels Neuschwanstein ou Linderhoff.
Les châteaux coûtent cher, ce qui endettera peut à peut le royaume poussant les ministres à faire interner le roi.
Le roi est loin d'être fou.
Il prétextera une promenade dans le but de s'échapper, son psychiatre tentera de le retenir. Il l'étranglera et péri ensuite dans le lac d'hydrocution, suite à une crise d'épilepsie.
Un roi pas comme les autres à découvrir d'urgence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tristantristan
  18 décembre 2019
L'ouvrage historique permet de bien cerner la personnalité du roi de Bavière. le style un peu grandiloquent et les envolées associées à des pages plutôt longues sur Sissi et surtout Wagner alourdissent un peu le récit. (simple opinion)
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
tristantristantristantristan   16 décembre 2019
On songe au jugement de Nietzsche dans son célèbre livre "Le Cas Wagner": "Wagner est un névrosé. Sa musique est une musique de malade (...). Elle triomphe avec les nerveux, les femmes, les adolescents."
p.52, éd Tempus, 2009
Commenter  J’apprécie          70
tristantristantristantristan   16 décembre 2019
Ses professeurs, qu'il s'agisse du grand savant Liebig, créateur de la chimie agricole, inventeur du chloroforme, ou bien de Döllinger, théologien catholique de renom - en 1870, il sera excommunié pour avoir pris parti contre le dogme de l'infaillibilité pontificale- tous essaient de faire de Louis un élève sage, studieux, raisonnable et raisonné.
p.44 (éd. Tempus, 2009)
Commenter  J’apprécie          30
AnkyaAnkya   05 mai 2017
Dans un extraordinaire élan, les rudes montagnards, souvent illettrés, renouvelaient leur contrat d'amour avec leur souverain. Ils ne le comprennent pas toujours mais il est le roi. Et lorsqu'un roi n'est pas un tyran, lorsqu'un roi donne du travail à ses gens, lorsqu'un roi préfère les montagnes aux salons, lorsqu'un tel roi est en danger, l'instinct d'ordre, d'allégeance et de légitimité commande de le défendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AnkyaAnkya   05 mai 2017
Quand le jeune Louis pose ses premiers regards sur le monde, rien - pas même ces tendances - n'autorise ses biographes à écrire qu'il ne peut être qu'une fin de race, que sa dégénérescence est inévitable, qu'il va résumer des générations d'excentriques, réaliser le paroxysme d'un déséquilibre latent.
Commenter  J’apprécie          20
tristantristantristantristan   15 décembre 2019
Et Richard Wagner, lucide mais désespéré, compose sa propre épitaphe. Songe-t-il au suicide? Certainement pas. Il y a trop de vie dans ce coeur gonflé d'orgueil. Mais il est tellement humilié que sa fuite perpétuelle ressemble à une mort à retardement.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean Des Cars (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Des Cars
RENCONTRE AVEC XAVIER MAUDUIT – JEAN DES CARS – REMI KAUFFER
autres livres classés : bavièreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
967 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre