AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782207165300
192 pages
Denoël (24/08/2022)
3.76/5   17 notes
Résumé :
« Je crois que je n’aurais pas aimé être beau, c’est trop fragile, trop figé, en quelque sorte. On craint que ça s’abîme, que ça se gâche, toute cette beauté, alors on laisse son visage comme il est et on en oublie de faire des expériences avec sa tête. C’est plus créatif, les têtes de pitre et de bouffon. »

Noé vient de perdre Beatriz, qu’il adorait. La disparition soudaine de celle qui vivait avec sa mère bouleverse son monde. Il rejette les adultes... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 17 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

motspourmots
  28 août 2022
Un premier roman touchant qui explore l'enfance avec délicatesse, un véritable ton et une approche situationnelle qui évite les clichés. Par la voix de Noé le lecteur est immergé dans son monde soudainement bouleversé par la disparition de Beatriz. C'était l'amie de sa mère, qui vivait avec eux depuis quelques années, occupant une place que le père de Noé n'avait jamais prise, "envolé" à l'annonce de sa naissance prochaine. le lien entre elles n'est jamais clairement nommé - amie, amante ? - et c'est tant mieux, ce qui transparait c'est l'amour, la tendresse du foyer qu'ils formaient à eux trois. Noé doit donc apprivoiser l'absence, faire face au chagrin de sa mère. Il sera aidé par son monde imaginaire, ses petits soldats et par quelques rencontres. Il découvrira que l'art - en l'occurrence le cinéma - peut être plus qu'une béquille, un élément consolateur et émancipateur. L'autrice trouve un ton juste, sans imposer un langage trop enfantin ou jeune elle parvient à embarquer le lecteur dans le monde de Noé et l'on suit avec douceur et émotion la progression du jeune garçon jusqu'à une très jolie fin et un épilogue qui donne à croire aux histoires, même les plus incroyables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
DOMS
  30 août 2022
Noé est triste, Beatriz n'est plus et sa mère est seule pour supporter le chagrin de l'absence. Beatriz, emportée par cette tâche qu'elle avait sur le poumon, à qui Noé voudrait tout donner pour qu'elle revive, pour que ce chagrin qui les submerge tous les deux, mère et fils, n'ait jamais existé. Mais chacun couve son chagrin dans son coin, car il est difficile parfois de partager, surtout lorsqu'il est impossible d'exprimer sa douleur, d'échanger, de se comprendre.
Comme Beatriz est enterrée en Espagne, il lui fallait une solution de substitution pour s'adresser à elle. Alors Noé a trouvé au cimetière une tombe qui lui sert de soupape pour faire partir tout ce chagrin qui le submerge, pour faire sortir toutes ces larmes. C'est là qu'il a rencontré Alexandre, lui-même confronté à son propre chagrin, sa douleur face à la tombe de cette mère qu'il n'a jamais aimée et qui a passé sa vie à courir après une ombre, celle de la poétesse russe Marina Tsvetaïeva.
Noé et Alexandre ont une faille en commun, ne pas savoir qui est leur père. Si pour Alexandre la déchirure est définitive, Noé peut nourrir l'espoir de rencontrer un jour celui qui a refusé de reconnaître son fils, lui préférant sa vraie famille. Une amitié va naître entre ces deux fils unis par le deuil.
Pour calmer son chagrin, Noé participe à un atelier de création cinématographique dans son quartier. Cette initiation à la créativité lui permet d'exprimer son chagrin et d'apprivoiser le deuil impossible, en réalisant un court film hommage à Beatriz et à Chabrol, qu'elle aimait passionnément et lui avait fait découvrir.
Un roman à hauteur d'enfance, au langage direct, vrai sans être caricatural, qui parle de mort, d'envies de suicide et de solitude, qui parle d'art salvateur, d'amitié protectrice, d'amour mais surtout qui célèbre la vie.
https://domiclire.wordpress.com/2022/09/14/ma-theorie-sur-les-peres-et-les-cosmonautes-pauline-desmurs/
Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
leslivresdEmma
  30 août 2022
Rentrée littéraire, coup de coeur !!!
Ma théorie sur les pères et les cosmonautes de Pauline Desmurs aux éditions Denoël, parution le 24 aout 2022.
Roman reçu dans le cadre d'une opération proposé par l'application Gleeph, que je remercie.
Premières phrases : « Je ne rappelle plus exactement ce qui s'est passé quand j'ai appris pour Beatriz. Je crois qu'au début j'ai chuchoté : non. Et puis d'un coup j'ai hurlé : non, non, non, non ! »
Beatriz, n'est plus, pour Noé et sa mère, la douleur est immense et dévastatrice.
Son rire, sa joie, son accent, ses chansons, tous ce qui faisait d'elle, Beatriz, ne résonnent plus, au lieu de cela, il règne dans le petit appartement qu'ils partageaient tous les trois, un silence glacial.
Alors, Noé nous livre sa tristesse, ce jour le jour devenu gris et triste, sa maman qui perd le sourire et le monde des adultes empli de jolies promesses que nul ne tient jamais.
Ce petit garçon plein de malice et de ressource, doit trouver comment surmonter le manque, tant celui de Beatriz que celui de son père, qui à l'image des cosmonautes vous promettent la lune et ne reviennent jamais.
Sa rencontre avec M Hélias et celle avec le monde de l'art, à travers un atelier- cinéma, vont le guider sur le chemin de la création, de l'expression et de l'envol.
Un premier roman écrit par une toute jeune auteure, retranscrit à la perfection, les mots, les doutes et les espoirs de ce petit bonhomme, il vous fera à coup sûr chavirer le coeur.
Une écriture juste et pleine de malice où l'on passe du rire aux larmes comme seuls les enfants savent le faire.
Touchée !!!! Un grand bravo à vous Pauline.
Emma aime :
-Le sujet.
-L'espièglerie.
-L'ingéniosité.

Lien : https://www.instagram.com/le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jcvetil
  21 août 2022
Premier roman de pauline Desmurs, cette histoire nous plonge dans la vie du jeune Noé vivant seul avec sa mère suite au décès de Beatriz qui vivait avec sa mère et qu'il adorait.
Suite à ce drame, Noé est complètement bouleversé. Il aimait énormément Beatriz. Comme il disait, il en pleurait des écluses face à son absence. Sa disparition qui fait suite à cette grosse taches dans les poumons.
Il va donc se réfugié dans un premier temps dans la formation d'une armée de mouches. Il va ensuite projeté de faire un film. Ce projet, Noé va tenter de le mener à bien avec l'aide de Patrice, l'animateur de l'atelier des films et d'Alexandre, adulte avec qui il s'est lié d'amitié lors de ses visites au cimetière, sur la tombe de Beatriz.
Cette histoire, entre tristesse et énergie, se situe à hauteur d'enfant. en effet, Pauline Desmurs a choisi pour sa première histoire de donner la narration à ce jeune Noé. A travers ce jeune garçon, l'autrice nous donne une leçon sur la vie afin qu'elle soit solide et inventif malgré sa fragilité.
D'un point de vue personnel, j'ai bien apprécié cette lecture, agréable et dynamique. J'ai eu beaucoup d'empathie pour ce jeune Noé. Mais j'ai moins apprécié sa finalité qui m'a un peu surpris.
Pourquoi ce titre et pourquoi les cosmonautes, je vous laisse le découvrir au travers de ce sympathique premier roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
soeurcierelitteraire
  02 août 2022
Premier roman d'une jeune autrice de 21 ans, « Ma théorie sur les pères et les cosmonautes » est un roman sur l'absence. Celle du père de Noé (le jeune narrateur), qui pense qu'en échange d'un billet de 20€ il a le droit de se faire appeler Papou. Mais surtout celle de Beatriz, la compagne de la mère de Noé, décédée d'un cancer des poumons. Une absence qui prend toute la place dans la vie de Noé et sa maman.
C'est à travers les yeux d'un enfant que l'on voit, que l'on vit leur deuil. Que l'on passe par la tristesse, la colère et la thérapie par l'art qui permet d'exprimer l'indicible. Je me suis immensément attachée à Noé. J'ai trouvé son personnage hyper crédible et été charmée par ses réflexions, son usage des expressions, sa candeur et son intelligence. Les personnages secondaires sont aussi très attachants avec en tête de file Alexandre, qui se rend sur la tombe de sa maman, obsédée par la poétesse Marina Tsvetaïeva, mais aussi la petite voisine Charlotte qui se déguise en Dalida.
Si le vide et les absent•e•s sont au coeur du roman, c'est aussi un roman sur la famille, celle avec laquelle on nait et qu'on porte parfois comme un fardeau, et celle qu'on se choisit. le père de Noé l'a abandonné mais Beatriz, même décédée, ne le quittera jamais, et Charlotte la choisit comme grand-frère. C'est aussi l'occasion de s'interroger à nouveau sur ce que ça signifie d'être une famille, notamment lorsqu'un enfant est élevé par deux personnes du même sexe qui l'aiment et qui s'aiment éperdument.
Même si la mort prend une grande place dans ce roman, c'est une lecture qui revigore, qui donne de l'espoir, et qui m'a fait énormément de bien. Je termine en citant Noé : le premier roman de Pauline Desmurs est « une bonne récolte, un bon cru, fin et parfumé ». À découvrir à la rentrée littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Video de Pauline Desmurs (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pauline Desmurs
Avec « Ma théorie sur les pères et les cosmonautes », Pauline Desmurs explore la fragilité de l'enfance confrontée au deuil et en livre un hommage lumineux.
autres livres classés : deuilVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus