AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743615133
Éditeur : Payot et Rivages (01/03/2006)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Un conducteur de bus qui fait une étrange rencontre le jour de sa retraite, un défenseur du moustique, un homme qui a gardé ses dents de lait jusqu'à trente-trois ans...

Des hommes sont là, qui traînent des fautes ou des regrets, une difficulté à affronter les choses. Ces hommes ne sont pas toujours si courageux, mais lorsqu'ils le sont, ils nous étonnent.

Le drame n'est jamais loin, l'amour non plus. Les deux vont souvent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
edwige31
  19 juin 2012
C'est la première fois que je lis ce type de recueil de nouvelles et j'ai été attiré par le coté thriller/policier. Ce recueil est un peu plus que ça: il parle de la mort, le plus souvent qui arrive de façon violente. Ce sont des tranches de vies, des situations absurdes ou drôles, des amours déçus mais toujours en arrière plan une certaine noirceur, une profonde détresse. Les meurtriers sont profondément humains car l'auteur sait montrer le désespoir derrière chacun de ces actes terribles. Enfin cerise sur le gâteau beaucoup des nouvelles ont pour lieu Toulouse et ses alentours. Je me suis amusé à repérer les lieux au cours de la lecture.
Les nouvelles sont d'intérêt inégales mais le livre se lit très facilement
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2013
Tu te donnes l’illusion que tu as une prise sur les choses alors qu’on te tient en laisse. Tu craches au bassinet comme tout le monde, on a inventé toutes les façons. Tu poses tes congés comme tu mendierais. Tu bois parce que tu penses que tu l’as bien gagné. On t’a mis dans la tête que la joie vient après l’effort, que l’effort est nécessaire, c’est un peu comme une croix que tu portes tous les jours. Tu produis plus d’effort qu’on ne te procure de joie. Ça tombe tous les mois et ça te paraît une juste récompense. Tu es toujours en laisse. Bon chien…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2013
Si deux personnes de sexes opposés se rencontrent, si elles souffrent toutes les deux de solitude et si certains paramètres sont réunis, il y aura forcément une accroche, l’apparition d’un désir, mais est-ce que ça fera de l’amour, au bout du compte ? On construit sur de la solitude, de la douleur, du dépit ? Je veux dire, on peut construire quelque chose de valable, de durable, dans ces conditions ? À moins de se mentir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2013
J’ai perdu un pote d’un cancer, ça a duré de longs mois, et je me suis toujours demandé s’il n’aurait pas été souhaitable qu’il meure d’une balle dans la nuque, ousans aller jusque-là, sur le coup dans un accident de voiture… Quand un mec disparaît de cette façon, c’est triste, bien sûr, mais les gens ne se rendent pas compte qu’il est peut-être passé ainsi à côté des pires tourments…
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2013
D’accord, le gosse a fait une connerie mais c’était pas une raison pour le descendre, faudrait juger les empaffés qui sont à l’origine de ce merdier, ceux qui ont fait construire ces tours pour commencer, et puis il faudrait songer à rebaptiser toutes les stations, parce qu’il ne faut pas se foutre de la gueule du monde, parce que si c’est de l’humour, moi, je suis curé !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2013
Des rats, il y en avait dans l’immeuble, j’en avais vu s’enfuir parfois quand c’était mon tour de sortir les poubelles. Avec la chaleur, ils sortaient des égouts, ils cherchaient un peu de fraîcheur. J’aimais les rats, ils avaient une façon de vous regarder qui disait qu’ils en savaient plus sur vous que vous n’en saviez sur eux-mêmes, oui, comme une sorte d’arrogance.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Pascal Dessaint (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Dessaint
Pascal Dessaint - Un homme doit mourir : roman noir
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1211 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre