AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Claude Schopp (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070426522
384 pages
Éditeur : Gallimard (11/12/2003)
3.12/5   33 notes
Résumé :
Ce roman trop oublié est un chef-d'œuvre unique chez Dumas. Il aurait pu être signé de Sterne, ou de Swift c'est dans leur ton qu'il évoque la traite des noirs. Le récit est plein de gaieté et de verve, de burlesque parodique : on y trouve les grandes scènes du roman d'aventures, la prise du navire marchand, la mutinerie à bord, l'Amérique de Fenimore Cooper. Les personnages sont empruntés à la tradition comique : l'Anglais en proie au spleen, le trompeur, le gourma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
OSOLEMIO
  04 juillet 2021
C'est dans le Journal des Enfants publié en 1832 qu'Alexandre Dumas a fait connaitre son talent satirique: certes ces récits étaient destinés à la jeunesse mais ils ont enthousiasmé toute la population !
C'est un conte, une fable, une farce qui sous des aspects burlesques, désopilants, impétueux met en évidence les travers de la société !
En fait : il y a 2 récits qui s'emboitent :
D'une part : celui du narrateur ( Alexandre Dumas ) qui raconte les aventures tragi-comiques et insolites de divers animaux : Gazelle : la tortue, Melle Camargue : la grenouille, les singes Jacques 1 et Jacques 2 et, enfin Tom : l'ours !
Ces animaux vivent chez le peintre Decamps qui reçoit dans son atelier des artistes, des scientifiques et des médecins.
Ces animaux vont être victimes de leurs passions : la gourmandise, la curiosité et la bêtise humaine !
En effet, Alexandre Dumas pense que l'Homme, à l'exception des artistes et des animaux périssent par l'attrait du "ventre" car " c'est par le ventre qu'on vit et par lui qu'on meurt " ( préfiguration de la société de consommation ! ).
Chez Decamps : c'est Jadin qui va raconter l'histoire du capitaine Pamphile : c'est un provençal haut en couleurs , grande gueule et très roublard , il commande le brick "la Roxelane" et en Afrique, en Amérique, aux Indes,au Canada et en Europe : il est à la recherche du profit par tous les moyens légaux ou pas !
Parties de chasses, mutineries, séjour sur le dos d'une baleine, fuite de chez les hurons, guerre provoquée entre les tribus africaines, trafics d'alcool, d'armes et surtout d'esclaves : rien n'arrête ce trafiquant habile et ingénieux à la recherche d'argent !
Mais devenu très riche, il va s'acheter une île en escroquant l'Angleterre et l'Ecosse, il va établir une constitution en bonne et due forme pour se proclamer cacique des Mosquitos sous le nom de Don Gusman Y Pamphilos !
Un chef d'oeuvre méconnu d'Alexandre Dumas qui avec des aspects comiques, cocasses est en réalité d'une grande noirceur par son analyse de l'égoïsme, du manque de scrupules des hommes et, sous le masque comique de Pamphile : il y a déja la préfiguration du Comte de Monte-Cristo !
L.C thématique de juillet 2021 : les voyages .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
cmpf
  11 août 2016

Où l'on met en scène, outre le capitaine Pamphile, marin, commerçant émérite, et personnage sans scrupules, la grenouille météorologue mademoiselle Camargo, la tortue Gazelle, les singes Jacques I et Jacques II, l'ours Tom et la chatte Michette.
L'histoire du capitaine Pamphile est racontée par un des amis qui se retrouvent dans l'atelier du peintre Decamps chez qui vivent ( et meurent) tous ces animaux. Aventures rocambolesques qui le mènent chez les Hurons, le font participer à une guerre entre deux ethnies en Afrique...
Censé être un conte pour enfants ce récit humoristique s'adresse plutôt aux adultes par sa satire du profit à tout prix.
Commenter  J’apprécie          210
lolo71
  17 mai 2010
Ma connaissance de l'oeuvre du prolixe écrivain français se limitait jusqu'à présent aux « Trois mousquetaires » version Bibliothèque verte. Autrement dit pratiquement rien. Pour mes quasi premiers pas dans la découverte d'Alexandre Dumas, j'ai choisi « le Capitaine Pamphile », attiré par la quatrième de couverture qui annonçait un récit « plein de gaieté et de verve, de burlesque parodique », mais aussi « une oeuvre sombre », « un chef-d'oeuvre unique chez Dumas » qui « aurait pu être signé de Sterne, ou de Swift ». C'est plus qu'il n'en fallait pour me décider.
« le Capitaine Pamphile » contient deux récits imbriqués l'un dans l'autre. Dans l'un, le narrateur, Alexandre Dumas lui-même, raconte les aventures tragi-comiques de divers animaux, Gazelle la tortue, Mlle Camargo la grenouille, les singes Jacques Ier et Jacques II, et l'ours Tom. Ces bêtes sont le jouet de leurs passions bien humaines et les victimes de la cruauté et de la bêtise des hommes. Elles appartiennent à un ami d'Alexandre Dumas, le peintre Decamps, dans l'atelier duquel se réunit une joyeuse compagnie d'artistes et de scientifiques. L'un d'eux, Jadin, se propose de lire les aventures du Capitaine Pamphile, dans lesquelles on apprend entre autres choses comment Jacques Ier et Tom sont arrivés chez Decamps. C'est le deuxième récit.
Le Capitaine Pamphile (« aime tout ») porte bien mal son nom. Cet intrépide Provençal fort en gueule commande le brick de commerce la Roxelane. Sa conception du commerce est toutefois fort singulière puisqu'il n'hésite pas à arraisonner et alléger de leur cargaison tous les navires qui ont le malheur de croiser sa route. On le voit aussi, entre Afrique, Amérique et Europe, se livrer à des parties de chasse homériques, affronter une mutinerie, s'échouer sur une baleine, échapper à des Indiens Hurons, se faire passer pour un membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, provoquer une guerre entre tribus africaines, faire la traite des esclaves, devenir cacique et arnaquer les royaumes d'Angleterre et d'Ecosse.
On aurait tort de voir dans « le Capitaine Pamphile » un simple récit d'aventures à destination des enfants. Au-delà des péripéties rocambolesques, drôles et enlevées propres à ce genre perce une ironie mordante qui vise cette classe montante de marchands et capitalistes qu'aucune considération morale ne peut arrêter sur la route du profit. le Capitaine Pamphile en est l'archétype, certes caricatural, qui tue, vole, exploite, extorque et escroque avec une parfaite bonne humeur. Ainsi va le monde à l'aube du capitalisme triomphant. Dans ce contexte, l'auteur propose sa vision sa vision romantique des artistes et intellectuels, dernier refuge contre la barbarie naissante. Qui, de l'homme ou de l'animal, est le plus bestial, semble nous demander Dumas ? Une lecture très réjouissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
paulmaugendre
  21 juin 2019
Se promenant sur les quais de la Mégisserie, le narrateur, qui n'est autre que Dumas, achète au nez et à la barbe d'un touriste britannique une tortue qui était promise à finir en soupe.
Il emmène son acquisition chez lui, mais au bout de quelques jours il se rend compte qu'il ne peut la garder. Il l'a surnommée Gazelle, à cause de sa vélocité, mais il faut la nourrir, de salades et d'escargots. Et surtout la surveiller, un accident est si vite arrivé. Alors il la confie à son ami Descamps, un peintre, qui a déjà recueilli des animaux que l'on ne peut classer dans la catégorie des animaux de salon. Tom, l'ours, Jacques 1er, le singe, et mademoiselle Camargo, la grenouille.
La promiscuité imposée entre ces adoptés n'est guère aisée à assurer mais Descamps ne manque pas de ressources intellectuelles et bon gré mal gré tout ce petit monde va être obligé de cohabiter. Ayant donc confié Gazelle à Descamps, le narrateur promet de revenir le lendemain, deux attractions étant programmées : mademoiselle Camargo doit se restaurer avec un cent de mouches et Jadin doit lire un manuscrit.
Le lendemain, après avoir appris les origines de mademoiselle Camargo, née dans la Plaine Saint-Denis, Tom, originaire du Canada, et Jacques 1er, ainsi nommé car en réalité il avait un frère jumeau dit Jacques 2, qui a vu le jour sur les côtes d'Angola, et accessoirement Gazelle, pêchée dans les marais de Hollande, nous prenons connaissance du manuscrit de Jadin.
Et c'est ainsi que nous faisons la connaissance du capitaine Pamphile, lequel commandant du brick de commerce la Roxelane, traficotait sur toutes les mers, dans tous les ports, parfois en marge de la légalité, et toujours à son bénéfice. Et dans quelles conditions il recueillit le singe Jacques 1er, puis Tom lors de ses différents voyages.
Mais si l'histoire des pérégrinations du capitaine Pamphile se déroule en plusieurs épisodes, lors de soirées organisées par Descamps, nous suivons également les heurs et malheurs de ces animaux qui connaissent des destins différents et souvent dramatiques. Tom, par exemple, qui se retrouve dans un bal masqué est pris pour l'un des invités qui aurait endossé une fourrure afin de mieux se dissimuler aux yeux des convives. Mais lorsque la supercherie est découverte, la panique s'empare des nombreux participants.

Ce roman destiné aux enfants est aussi un regard porté sur de nombreux points sociologiques de l'époque. L'histoire se déroule en septembre 1830 et Dumas était un romancier débutant, puisque sa production littéraire était surtout consacrée au théâtre.
Mais sont mis en valeur les différents maux de la société d'alors, qui se perpétuent de nos jours sous des formes différentes, parfois amplifiées, comme l'esclavage et surtout l'aspect financier, le profit à tout prix, que ce soit le trafic d'ivoire ou l'escroquerie financière internationale. Il s'agit donc d'une critique satirique magnifiée par un humour souvent irrésistible, féroce, montrant des monstres à apparence humaine. Ou des humains monstrueux dans leurs décisions et leurs actes.

Ainsi, en ce qui concerne la chasse raisonnée, le capitaine Pamphile reçoit une leçon de la part de son ami Serpent-Noir, le chef des Hurons :
Le Serpent-Noir a tué d'un seul coup tout ce qu'il lui fallait de pigeons pour son souper et celui de sa suite ; un Huron n'est point un homme blanc pour détruire inutilement les créatures du Grand-Esprit.

Alexandre Dumas interpelle parfois son lecteur, et rend hommage à sa sagacité. Toutefois il préfère préciser ce qu'il vient d'écrire.
Nos lecteurs sont trop intelligents pour n'avoir pas deviné la cause de la disparition du capitaine Pamphile. Cependant, comme quelques-uns pourraient n'être pas certains du fait, nous donnerons une explication courte et précise à l'usage des esprits paresseux ou ennemis des conjectures.

Dernière petite citation :
Tout homme vivant est maître de son bien. Il n'y a que les morts qui n'ont rien à eux.
Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Taraxacum
  26 juillet 2019
Plaisir de la relecture d'un excellent roman de Dumas, un roman franchement pas assez connu. C'est parfois étonnant de confronter une oeuvre et le souvenir qu'une lecture précédente avait laissé. Je me souvenais assez bien de ce double récit du Capitaine Pamphile, l'histoire du Capitaine lui-même et les histoires animalières de Gazelle et des autres, mais j'avais oublié ce charmant contraste entre le ton et le contenu. Car le ton est joyeux, humoristique, parfois même hilarant de sarcasmes, mais l'humour se révèle vite noir, vu les thèmes. Esclavagisme, meurtres, morts de pauvres bêtes qui n'avaient rien demandé à personne, escroquerie, j'en passe et des meilleurs.
Le contraste intense entre les thèmes et le ton donne un roman piquant, ou plutôt une sorte de recueils, d'histoires emmêlés, et c'est vraiment agréable à lire, à découvrir et redécouvrir.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LaurenebLaureneb   15 juin 2018
Le locataire du rez-de-chaussée du n° 111 ne fut pas médiocrement surpris de voir le lendemain matin, un ours se promener dans ses plates-bandes : il referma vivement la porte de son perron, qu’il avait ouverte à l’effet de se livrer au même exercice, et essaya de reconnaître, à travers les carreaux, par quelle voie ce nouvel amateur d’horticulture avait pénétré dans son jardin ; malheureusement, l’ouverture était cachée par un massif de lilas, de sorte que l’inspection, si prolongée qu’elle fût, n’amena aucun résultat satisfaisant. Alors, comme le locataire du rez-de-chaussée du n° 111 avait le bonheur d’être abonné au Constitutionnel, il se rappela avoir lu, quelques jours auparavant, sous la rubrique de Valenciennes, que cette ville avait été le théâtre d’un phénomène fort singulier : une pluie de crapauds était tombée avec accompagnement de tonnerre et d’éclairs, et cela en telle quantité, que les rues de la ville et les toits des maisons en avaient été couverts. Immédiatement après, le ciel, qui, deux heures auparavant, était gris de cendre, était devenu bleu indigo. L’abonné du Constitutionnel leva les yeux en l’air, et, voyant le ciel noir comme de l’encre et Tom dans son jardin, sans pouvoir se rendre compte de la manière dont il était entré, il commença à croire qu’un phénomène pareil à celui de Valenciennes était sur le point de se renouveler, avec cette seule différence qu’au lieu de crapauds, il allait pleuvoir des ours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
raynald66raynald66   12 avril 2014
—Le tabac de mon frère le visage pâle est bien fort, dit le Serpent-Noir.
—Ce qui veut dire que mon frère la peau rouge désire se rafraîchir la bouche avec de l'eau-de-feu, répondit le capitaine Pamphile.
—L'eau-de-feu est le lait des Hurons, reprit le chef avec une dignité méprisante qui prouvait qu'il sentait, de ce côté-là, toute sa supériorité sur les Européens.
—Que mon frère boive donc, dit le capitaine Pamphile en tirant une gourde de sa poche, et, quand le biberon sera vide, on le remplira.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
paulmaugendrepaulmaugendre   21 juin 2019
Nos lecteurs sont trop intelligents pour n’avoir pas deviné la cause de la disparition du capitaine Pamphile. Cependant, comme quelques-uns pourraient n’être pas certains du fait, nous donnerons une explication courte et précise à l’usage des esprits paresseux ou ennemis des conjectures.
Commenter  J’apprécie          30
OSOLEMIOOSOLEMIO   05 juillet 2021
Mon père était un mûlatre, mon grand-père était un nègre et, mon arrière grand-père était un singe !
Alexandre Dumas à ses contradicteurs.
Commenter  J’apprécie          50
raynald66raynald66   12 avril 2014
Le capitaine Pamphile examina l'ivoire, le trouva de première qualité, et demanda au chef gonaquas ce que lui coûteraient deux mille dents d'éléphant pareilles à celle qu'il lui montrait. Outavari répondit que cela lui coûterait au juste trois mille bouteilles d'eau-de-vie
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Alexandre Dumas (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Dumas
Scruter les passions humaines, se placer du côté de la victime ou dans la tête de l'assassin… les journalistes, écrivains et historiens se sont toujours passionnés des faits divers. Récemment les affaires Xavier Dupont de Ligonnès, Laetitia, ont inspiré de nombreuses plumes. Il y a plus longtemps, Alexandre Dumas, Stendhal, Marguerite Duras, se sont aussi appropriés des faits réels pour les mettre en mots.
Que peut apporter un écrivain à une histoire vraie ? Comment expliquer le succès médiatique de telles affaires ? Faut-il y voir une réhabilitation du genre ?
Ivan Jablonka, historien, écrivain, auteur notamment de “Laetitia ou la fin des hommes”, ed. Seuil / réédition Points.
Thibault Raisse, l'un des auteurs de l'enquête de Society sur l'affaire Xavier Dupont de Ligonnès.
Minh Tran Huy, écrivaine et journaliste, auteure de “Les écrivains et le fait divers, Une autre histoire de la littérature”, éd. Flammarion, “La Double Vie d'Anna Song”, éd. Babel et “Les inconsolés”, Acte Sud
L'invité des Matins de France Culture. Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 2 Juillet 2021) Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : roman d'aventureVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les personnages des Trois Mousquetaires et Vingt ans après

Sous quel nom connaît-on monsieur du Vallon de Bracieux de Pierrefonds ?

Athos
Porthos
Aramis
D'Artagnan

9 questions
136 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre DumasCréer un quiz sur ce livre