AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Tulard (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070364114
690 pages
Gallimard (02/07/1973)
4.09/5   1247 notes
Résumé :
1572. La France des guerres de religion est devenue le champ clos des grands seigneurs et des prétendants au trône. A Paris, le jeune roi protestant de Navarre, le futur Henri IV, vient d'épouser Marguerite de Valois, dite Margot ; mariage politique qui n'empêche pas les Guise et le roi Charles IX de fomenter les horreurs de la Saint-Barthélemy. Sur les pas du jeune comte de La Mole, dont s'éprend éperdument la belle Margot, et de son compagnon, le tonitruant Anniba... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (119) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 1247 notes
5
51 avis
4
43 avis
3
10 avis
2
4 avis
1
0 avis

BazaR
  11 janvier 2016
Eh bien ce premier contact avec Dumas est une incontestable réussite.
« La Reine Margot » s'appuie sur les évènements terribles de l'Histoire de France lors du furieux XVIème siècle. du mariage de Marguerite de Valois avec Henry de Navarre à la mort de Charles IX en passant par l'enfer de la Saint Barthélémy. Dumas nous offre de partager les intrigues d'alcôve et les amours cachées des Valois, de Navarre et dans une moindre mesure de Guise. L'essentiel de l'action se passe au Louvre où passages secrets et cabinets personnels cachent yeux et oreilles prêts à mordre à pleine dent votre vie pour l'adorer ou la terminer.
Dumas décore les Grands Personnages de quelques inventions de son cru (enfin, avec Auguste Maquet), en particulier les deux amoureux La Mole le huguenot Provençal et Coconnas le catholique Piémontais (en fait des diversions de personnages réels), amoureux de reine et duchesse, amis à la vie à la mort. Leur humeur, leur ton, leur simplicité apportent une épice indispensable au récit, épice qui sera balayée au fil du vent politique que souffleront les Grands.
Comme beaucoup de romans de Dumas, celui-ci a d'abord bénéficié d'une publication régulière dans un journal. Ce format nécessite le maintien d'un niveau d'attention du lecteur constant, de rebondissements réguliers. Les temps morts, les descriptions à rallonge sont proscrits. Et cela se ressent dans la lecture du pavé. Que l'on soit dans l'action type cape-et-épée ou dans le dialogue imbibé de sens caché ou de double sens, l'artiste maintient un niveau d'écriture élevé qui chatouillait mes neurones de plaisir pendant ma lecture.
L'une des obligations de ce type d'écriture, c'est que l'on doit écrire au maximum en noir et blanc. On doit faire évoluer des personnages principaux « bons » et de vrais « méchants ». Les demi-teintes sont permis, mais chez les seconds couteaux seulement (comme René le Parfumeur, formidable caractère). Parmi les « bons » on compte Margot, Henry de Navarre, La Mole et Coconnas. Parmi les « méchants », le duc d'Alençon, Maurevel l'assassin, et avant tout Catherine de Médicis.
Voir Catherine de Médicis agir en conformité avec sa légende noire a été une de mes plus grandes inquiétudes à l'abord de l'ouvrage. J'ai trop lu l'incroyable niveau de tolérance de la personne dans ces temps de guerre de religion pour accepter aisément de la voir réduite à un monstre haineux et implacable. Pourtant j'ai passé l'épreuve avec succès ; d'abord en me souvenant sans cesse que ce roman fait parfois des interprétations de l'Histoire que l'on ne peut plus accepter aujourd'hui, et ensuite en notant que ce personnage de méchant est très cohérent. Catherine est ambitieuse et superstitieuse. Une prophétie prédit que ses fils seront rois et mourront pour laisser la place au Bourbon (Henry de Navarre, futur Henry IV). Ce Henry est son pire ennemi et elle n'aura de cesse de l'éliminer par tous les moyens. Sa froideur, son machiavélisme, son dépit face à ses défaites successives sont savoureux, indispensables, structurants.
Pour finir, je voulais dire que j'ai lu par-ci, par-là que ce roman est le plus noir de Dumas, à cause de ses descriptions des massacres de la Saint Barthélémy notamment. Et pourtant je n'y ai vu que peu de noirceur. La violence est presque toujours enrobée d'un humour second degré que n'aurait pas renié Tarantino. La Saint Barthélémy même devient comique dans la bouche de Coconnas alors que lui-même découpe des tranches de huguenot, emporté par la folie ambiante. La seule mort que j'ai trouvé véritablement atroce est celle du jeune Orthon (oeuvre d'ailleurs de cette chère Catherine).
On pourrait poursuivre la discussion mais il faut bien s'arrêter quelque part. C'est déjà bien trop long. Dumas est définitivement adopté par mon esprit si peu classique. Je poursuivrai par son second roman Renaissance – La Dame de Monsoreau – dans quelques temps, après un détour par son théâtre. J'irai aussi voir du côté d'autres auteurs de roman historique du XIXème siècle. le premier qui me lorgne, c'est Walter Scott.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8618
mcd30
  14 janvier 2019
Après avoir lu "Les douze enfants de Paris" de Tim Willocks, qui serait presque un Shoot'em all médiéval que j'ai adoré. J'ai décidé de tenter une approche plus classique de la Saint-Barthélémy avec "La reine Margot" et ce fut un pur bonheur.
Paris et le Louvre, deux lieux mythiques.
Une incroyable distribution : Charles IX, Henry de Navarre, Catherine de Médicis, la reine Margot, les deux gentilshommes enamourés et tous les autres personnages participent à un roman formidable.
La reine Margot qui joue avec les coeurs et vise le pouvoir.
Henry IV qui cherche à sauver sa vie et se faire des alliés.
Catherine de Médicis qui veut imposer sa volonté à tout prix. Sa légende noire la poursuit, elle veut connaitre l'avenir pour lui échapper mais finit par le provoquer, elle ne parvient pas à ses fins et toutes ses tentatives d'éliminer Henry de Navarre se retournent contre elle.
Charles IX, roi faible devant sa mère mais qui tente d'agir de lui-même.
Et aussi les deux jeunes gentilshommes Coconnas et La Môle que la religion oppose qui seront ennemis puis qu'une amitié inaltérable mènera jusqu'à la mort,amants de la reine Margot et de son amie, jouets des intrigues, du pouvoir et d'un bien triste destin.
Alexandre Dumas nous entraîne dans une histoire traitée avec légèreté malgré la gravité du sujet. J'aurais bien aimée être une petite souris dans le Louvre pour suivre les allées et venues de tous ses personnages emportés dans des situations rocambolesques. Là aussi il n'y a pas de temps mort : action, intrigues, complots, amour sont au rendez-vous. Surtout ne vous privez pas d'un tel plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          776
ibon
  25 juillet 2021
Cette page de histoire de France vue par Dumas est un incontournable de la littérature. Derrière le masque de l'amusement, le fond historique demeure l'essentiel avec actions et suspenses à foison. Quelques anachronismes, qui tiennent à des détails, sont un parti pris par l'auteur et n'entachent en rien le plaisir de découvrir ces épisodes tragiques.
Mais ce biais romanesque peut être compléter si besoin. C'est pourquoi, la collection "Bouquin" propose des annotations, des corrections historiques au texte de Dumas qui ne sont pas seulement pour les spécialistes.
Le mode feuilleton est un atout avec ses chapitres courts qui se terminent par une relance. Ce modèle a notamment montré son efficacité quand "La reine Margot" a remplacé "Les paysans" De Balzac dans le quotidien "La presse", ce qui rajouta à la rivalité des deux monstres et vraisemblablement plût davantage aux 21 000 lecteurs du journal.
Dumas a demandé 80 centimes la ligne et c'est parti!
Cet ogre de travail prend tout de suite le lecteur aux tripes, c'est le cas de le dire, avec une mise en contexte habile et concise pour introduire le massacre de la Saint Barthélémy.
Et puis le lecteur connaît la plupart des personnages donc il est rapidement dans l'action et pas uniquement dans la description.
Le titre indiquerait un roman dont une femme est enfin le personnage principal. Presque! mais ce titre est trompeur, ce n'est pas Marguerite de Valois qui concentre le plus d'attention, c'est davantage Catherine de Médicis. Elle est décrite comme l'intrigante en cheffe, à l'origine de tous les méfaits, en première ligne tout au long du récit à peine concurrencée par son meilleur ennemi Henri de Navarre et son fils, le colérique roi Charles IX.
Une super méchante comme on n'en voit peu, usant de tous les moyens pour parvenir à ses fins. Avec le Louvre, symbolisant le lieu de toutes ses hypocrisies et ses traitrises.
Le Béarnais est au coeur de toutes ses attentions. Peu de l'entourage du bon Henriot survivront au pilonnage de Catherine, décrite comme une empoisonneuse, une parjure, le Mal en personne. Il semblerait, d'après de nombreux historiens, que ce personnage fut moins méphitique que le duo Dumas Maquet ne l'a écrit. Mais cette reine mère vêtue de noir est bien pratique pour pimenter le récit.
On pourrait donc parler de caricature parfois mais pas seulement cela, derrière des traits fictifs de certains personnages, c'est le tableau d'une époque troublée qui domine l'ensemble.
Dumas propose une interprétation admise par le plus grand nombre, aussi pour lui plaire. Mais il n'a pas changé les noms des protagonistes de l'époque, même le nom du garde suisse est fidèle à la réalité.
Dumas et Maquet réécrivent l'histoire, non sans avoir consulté force documentation et s'en être imprégné.
Suivre la multitude des personnages n'est pas difficile. La Mole et Coconnas, le parfumeur René, le tueur Maurevel, Mme de la Sauve, les princes protestants et catholiques sont suffisamment identifiés.
L'inexactitude des dates de décès de certains personnages secondaires est donc volontaire et ne s'explique que par l'impérieux souhait de dynamiser le récit.
J'ai été conquis par cet incroyable scénario, un rythme plus vrai que nature et ces nombreuses scènes mémorables dont le cinéma s'est emparé mais sans atteindre le texte original à mon humble avis.
Plébiscitée, l'oeuvre exigera une suite, "La dame de Monsoreau".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          485
Myriam3
  24 septembre 2019
Ah mais où est-ce que mon cher Henri de Navarre, futur Henri IV, est allé se fourrer en cette année 1572? Ok, il n'y est pour rien, le reproche revient surtout à sa défunte maman Jeanne d'Albret qui a à tout prix voulu le marier à Marguerite, fille d'Henri II et de Catherine de Médicis, soeur du défunt François II, de sa majesté Charles IX, et des deux autres frères rivaux le Duc d'Anjou et le Duc d'Alençon. Quelle famille de timbrés! Entre la reine-mère qui passe sa vie à comploter contre les uns et les autres et notamment ses propres enfants, et les fils à la limite de la perversité (goût pour le morbide pour l'un et pour l'inceste pour l'autre), on se demande comment le jeune Henri, âgé de 19 ans, garde l'esprit clair et vif et surmonte tous les obstacles. La reine mère lui jette sort sur sort telle une vieille sorcière du Moyen-Age et c''est à peine écorché que notre jeune héros en réchappe à chaque fois.
Le château du Louvre est un vrai labyrinthe d'escaliers, portes et couloirs secrets dans lesquels on manigance à tout va. Adultères, empoisonnements, arrestations, combats d'épées, intimidations et cachotteries, le moins qu'on puisse dire c'est qu'on ne s'y ennuie pas. Parmi ces personnages illustres, quelques victimes collatérales : le beau La Mole, le fougueux Coconnas, le très sérieux de Mouy. Dumas s'est visiblement amusé avec la cruauté de la reine-mère et de ses fils, ainsi qu'avec les gentilhommes cités plus haut, tout en couleur.
C'est un sacré pavé et pourtant je n'ai pas vu passer le temps: c'est un peu comme si je venais de regarder un très bon film d'aventures qui nous fait traverser toutes sortes d'émotions. Un régal!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
Arakasi
  23 octobre 2014
Gloire à Dieu, gloire à la France ! En cet heureux jour de la Saint-Barthélemy, les différents entre catholiques et protestants viennent de prendre fin dans notre beau royaume : Marguerite de Valois, soeur de sa Majesté Charles IX, a épousé en justes noces Henri de Navarre, prince des huguenots français. L'heure est aux réjouissances, à la fraternisation, au bon vin coulant à flots dans les auberges de la capitale ! Mais quelque chose ne tourne pas rond dans les rues de Paris... Les bourgeois ont l'oeil sombre, les badauds grincent des dents, on a vu des armes et des cuirasses introduites en douce par les portes de la ville et Charles IX grimace plus qu'il ne sourit à son beau-frère navarrais. A la nuit tombée, les massacres éclatent. Traitreusement attirés par la nouvelle du mariage, les protestants sont taillés en pièce, éventrés, mutilés, brûlés sans distinction de rang ou de sexe. L'ouragan traverse Paris, renverse les murailles de la capitale pour s'abattre sur toute la France, laissant derrière lui une trainée de sang, de cendres et de haine purulente.
Dans ce climat de tempête, des destins vont s'entrecroiser. Ceux des Grands déjà, de ceux dont l'Histoire retiendra les noms, de ceux qui tiendront entre leurs mains les destins des nations pour les élever ou les jeter à terre : Charles IX, roi cruel et sensible dont la nature viciée ne parvient à s'épanouir que dans la violence ; Catherine de Médicis, sa redoutable mère prête à toutes les ignominies pour conserver les Valois sur le trône de France ; la reine Marguerite, épouse involontaire d'un homme qu'elle n'aime pas mais qu'elle défendra bec et ongles contre ses ennemis ; Henri de Navarre, le jeune et rusé souverain béarnais dont un oracle a prédit qu'il régnerait un jour sur la France entière – s'il survit bien sûr à cette épouvantable année de 1572 !

A ces illustres personnages, viennent se mêler des protagonistes plus humbles, gentilshommes de fortune que les courants violents de l'époque ont projetés sur le devant de la scène. le premier est protestant et a pour nom Hyacinthe de la Molle, le second est catholique et s'appelle Hannibal de Coconnasse. Par leur bravoure et leur dévouement, ils ont eu le bonheur d'attirer sur leurs têtes l'amour de deux des plus belles et grandes dames de leur temps, le reine Marguerite de Navarre et la duchesse Henriette de Nevers. Mais l'amour des princesses est chose périlleuse et, dans les couloirs enténébrés du Louvre, dagues et poignards brillent à la lumière des flambeaux…
« La Reine Margot » a la réputation d'être un des chefs-d'oeuvre de Dumas, mais aussi un des livres qui lui ont donnés le plus de fil retordre. Rien d'étonnant à cela quand on constate à quel point son atmosphère est éloignée de celles de la plupart des romans du jovial et optimiste écrivain romantique ! Ici, pas ou peu de chevauchées effrénées dans les bois, de batailles épiques et de duels flamboyants. L'action se déroule presque entièrement au Louvre et prend la tournure d'un quasi-huis-clos, franchement claustrophobique par moment. Intrigues et personnages baignent dans une ambiance de méfiance, de peur et de haine refoulée : on se bat un peu, bien entendu, mais surtout on ment, on trompe, on manipule, on trahit, on empoisonne… Délicieux programme, n'est-ce-pas ?
Le sanguinaire film de 1993 de Patrick Chéreau est parvenu à merveille à retranscrire cette atmosphère venimeuse. Dommage en revanche qu'il n'ait pas su conserver la qualité de la prose de Dumas, la vivacité de ses dialogues, l'humour toujours présent qui parviennent à contrebalancer ce que « La Reine Margot » pourrait avoir de trop étouffant. Mais ce que je ne pardonne pas à Chéreau, c'est d'avoir à ce point raté le personnage d'Henri de Navarre… Oh, le roman regorge de beaux personnages, complexes et tourmentés, mais, moi, c'est Henri de Navarre que j'aime ! J'aime son bagout de gascon, son humour goguenard et égrillard, sa finesse de jeune renard, son sourire de paysan matois, sa prodigieuse agilité d'équilibriste, ses petits défauts et mesquineries sans lesquels un grand homme ne serait jamais véritablement humain. Je l'aime tellement que je me trimballe dans un sac, depuis maintenant plus d'une semaine, une monstrueuse biographie qui me scie littéralement les muscles de l'épaule. Merci qui ? Merci, m'sieur Dumas, pardi !
(Oups, je ne comptais pas faire si long. Comme quoi, quand on se laisse emporter par l'enthousiasme...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363

Citations et extraits (153) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   25 avril 2014
Charles était renversé sur son lit, l’œil éteint, la poitrine haletante ; de tout son corps découlait une sueur rougeâtre ; sa main, écartée, pendait hors de son lit, et au bout de chacun de ses doigts pendait un rubis liquide.
C’était un horrible spectacle.
Cependant, au bruit des pas de sa mère, et comme s’il les eût reconnus, Charles se redressa.
— Pardon, Madame, dit-il en regardant sa mère, je voudrais bien mourir en paix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          790
BazaRBazaR   11 janvier 2016
-- Que penses-tu de tout cela, notre ami? avait demandé La Mole à Coconnas.
-- Je pense, avait répondu le Piémontais, qu'il y a dans tout cela quelque intrigue de cour.
-- Et, le cas échéant, es-tu disposé à jouer un rôle dans cette intrigue?
-- Mon cher, répondit Coconnas, écoute bien ce que je vais te dire et tâche d'en faire ton profit. Dans toutes ces menées princières, dans toutes ces machinations royales, nous ne pouvons et surtout nous ne devons passer que comme des ombres: où le roi de Navarre laissera un morceau de sa plume, et le duc d'Alençon un pan de son manteau, nous laisserons notre vie, nous. Perds la tête en amour, mon cher, mais ne la perds pas en politique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
BazaRBazaR   14 janvier 2016
-- Vous disiez donc que vous étiez sorti à neuf heures du Louvre? dit la duchesse;
-- Oh! mon Dieu, oui, dans l'intention de venir droit ici, quand, au coin de la rue de Grenelle, j'aperçois un homme qui ressemble à La Mole.
-- Bon, encore La Mole.
-- Toujours, avec ou sans votre permission.
-- Brutal.
-- Bon, dit Coconnas, nous allons recommencer nos galanteries.
-- Non, mais finissez-en avec vos récits.
-- Ce n'est pas moi qui demande à les faire; c'est vous qui me demandez pourquoi je suis en retard.
-- Sans doute; est-ce à moi d'arriver la première?
-- Eh, vous n'avez personne à chercher, vous.
-- Vous êtes assommant, mon cher, mais continuez. Enfin, au coin de la Rue de Grenelle, vous apercevez un homme qui ressemble à La Mole... Mais qu'avez-vous donc à votre pourpoint? du sang!
-- Bon, en voilà encore un qui m'aura éclaboussé en tombant.
-- Vous vous êtes battu?
-- Je le crois bien.
-- Pour votre La Mole?
-- Pour qui voulez-vous que je me batte; pour une femme?
-- Merci!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
mcd30mcd30   02 novembre 2018
C'est que Marguerite était non seulement la plus belle, mais encore la plus lettrée des femmes de son temps, et l'on citait le mot d'un savant italien qui lui avait été présenté, et qui, après avoir causé avec elle une heure en italien, en espagnol, en latin et en grec, l'avait quittée en disant dans son enthousiasme : Voir la cour sans voir Marguerite de Valois, c'est ne voir ni la France ni la cour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
BazaRBazaR   08 janvier 2016
Henry ... redoublait donc de méfiance à l'endroit de la reine-mère, et cela avec d'autant plus de raison qu'insensiblement la figure de Catherine commençait à se dérider. Henry en arriva même à voir éclore un matin sur ses lèvres pâles un sourire de bienveillance. Ce jour-là il eut toutes les peines du monde à se décider à manger autre chose que des œufs qu'il avait fait cuire lui-même, et à boire autre chose que de l'eau qu'il avait vu puiser à la Seine devant lui.

(Henry: de Navarre; la reine-mère: Catherine de Médicis)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230

Videos de Alexandre Dumas (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Dumas
Rencontre et projection de dessins Avec : Étienne ANHEIM, directeur des éditionsde l'EHESS, Héloïse CHOCHOIS, dessinatrice de bandes dessinées, Étienne DAVODEAU, scénariste et dessinateur de bandes dessinées,Jérémie FOA, maître de conférences à l'Université d'Aix-Marseille, Sylvie JOYE, maîtresse de conférences à l'Université de Reims, membre junior de l'IUF, Florian MAZEL, professeur à l'Université de Rennes 2, Valérie THEIS, professeure à l'École Normale Supérieure, Stéphane VAN DAMME, professeur à l'École Normale Supérieure de Paris, Sylvain VENAYRE, professeur des Universités à l'Université Grenoble-Alpes.
Aventure collective et créative dirigée par Sylvain Venayre, l'Histoire dessinée de la France réunit depuis 2017, à l'initiative des éditions La Découverte et de la Revue dessinée, des historiennes, des historiens, des dessinateurs et des dessinatrices. À l'occasion des Rendez-vous de l'Histoire, ceux-ci se mettent en scène, sous la forme d'un jeu interactif animé par Yann Potin. En une heure et demie et une quinzaine de tableaux qui seront autant de questions posées à l'histoire de France, ils tâcheront de résoudre des problèmes tout à la fois sérieux et loufoques : Astérix est-il vraiment Gaulois ? Peut-on dessiner le sanctuaire lyonnais des Trois Gaules ? Les guerriers goths ressemblaient-ils à l'incroyable Hulk ? Comment représenter le visage de Jeanne d'Arc ? Que dirait Ernest Lavisse s'il rencontrait Alexandre Dumas ? Et si Catherine de Médicis racontait elle-même la Saint-Barthélémy ? Derrière l'apparente fantaisie du jeu, on posera en réalité une grave question de connaissance : le dessin peut-il aider à comprendre l'histoire ?
+ Lire la suite
autres livres classés : guerres de religionVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages des Trois Mousquetaires et Vingt ans après

Sous quel nom connaît-on monsieur du Vallon de Bracieux de Pierrefonds ?

Athos
Porthos
Aramis
D'Artagnan

9 questions
139 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre DumasCréer un quiz sur ce livre