AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791097160982
111 pages
Massot éditions (24/10/2019)
4.21/5   102 notes
Résumé :
Dans ce nouvel ouvrage, Emma revient sur le concept de charge mentale, qui a fait sa notoriété, et illustre comment les inégalités subies dans le privé sont un reflet de la société et du système où nous vivons. Elle aborde dans ce nouveau tome des sujets très politiques, comme les privilèges masculins, l'histoire de l'exploitation et de la division en classes, la galanterie comme forme de pouvoir...

Sommaire :
1) Les conséquences.
2) ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,21

sur 102 notes
5
8 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

elea2022
  05 janvier 2022
Cette courte bande dessinée plus explicative que narrative nous présente les luttes essentielles qui font partie de l'engagement de l'auteure, et nous raconte un peu de quelle manière elle en est arrivée là. Par luttes,entendons à la fois une lutte personnelle en tant que femme, pour diminuer la charge mentale dans son couple ou sa famille en impliquant son conjoint, mais aussi une lutte politique, dans le domaine du féminisme et du modèle de société dominant.
D'une manière claire et incisive, Emma nous détaille différentes situations, en expliquant tout ce qui peut faire entrave à la libération de la femme, ou des travailleurs, puisqu'un chapitre est consacré à l'organisation du travail et à la lutte des classes. La première partie concerne les recherches d'Emma sur la charge mentale dans le couple et la famille, qui repose encore bien plus sur les femmes, et dont on a fait, par psychologues interposés, un "problème de femme". Puis elle nous présente l'histoire du féminisme, nous expliquant qu'il s'agit d'un problème de société bien avant un antagonisme des féministes envers les hommes (comme on peut être porté(e) à le croire). Les combats ne sont pas gagnés, et les acquis sans cesse remis en cause. Une troisième partie nous raconte son histoire au travail, dans un environnement sournoisement machiste (elle a connu un harcèlement en bonne et due forme), et fait le parallèle avec le fonctionnement du travail dans un paradigme capitaliste. Enfin, elle explique clairement ce qu'est le sexisme bienveillant et le piège qu'il constitue à base de doubles injonctions. Dans ces chapitres, elle sait glisser des statistiques, des faits politiques et historiques ; mine de rien, c'est bien documenté.
C'est un ouvrage qui fait la part belle à toutes les luttes féministes, mais aussi liées au genre, à la façon qu'a chacun(e) de le vivre. On en ressort plus informé(e) et en quelque sorte, revigoré(e), car on se dit que c'est vrai, il est important de rester solidaires, que ce n'est pas à chaque femme dans son coin de se défendre seule, que c'est une lutte à mener ensemble (et avec les hommes). J'ai bien aimé aussi qu'elle démonte certains clichés, comme le rejet de la galanterie (comme marque de sexisme bienveillant) : je n'en avais entendu parler que sous forme de moqueries envers les féministes, et ça remet les idées en place. On a moins envie de rire quand c'est bien expliqué.
Ce livre a été offert à mes filles pour Noël et je l'ai lu par curiosité : de même, je le recommande pour des jeunes, adolescents ou jeunes adultes, c'est un bon outil de décomplexion, et un moteur pour prendre conscience et se défendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
boudicca
  16 octobre 2020
Depuis des années, la dessinatrice Emma publie ses bandes dessinées inspirées de sujets d'actualité liés à la politique ou au féminisme sur son blog et sur les réseaux sociaux. Certaines de ses oeuvres ayant rencontré un grand succès (notamment celle consacrée à la charge mentale des femmes), l'artiste édite désormais également son travail en format papier sous la forme d'une série baptisée « Un autre regard » et parue chez J'ai lu. « Des princes pas si charmants » est le quatrième volume de ce type et rassemble quatre « épisodes » écrits par Emma (et toujours disponible sur son blog en version numérique).
Le premier, « Les conséquences », a été écrit après le succès de la bande dessinée d'Emma sur la charge mentale des femmes et porte sur sa réception auprès du public, et notamment sur la réflexion de bon nombre de lecteurs concernant la charge professionnelle des hommes (chaque genre aurait ainsi « sa » charge mentale, ce ne serait simplement pas la même). L'autrice répond à cette théorie avec un nouvel épisode qui démonte point par point l'argumentaire des « oui mais les hommes aussi... ». Oui, les hommes portent une charge mentale professionnelle… mais les femmes aussi, et ce en plus de la charge mentale « ménagère ». Non, les hommes ne reçoivent pas sans arrêt des injonctions à faire attention à la manière dont ils s'habillent ou à rester minces. Oui, les femmes sont presque systématiquement seules en charge de la contraception dans le couple... Emma ne tombe jamais dans la victimisation des femmes ni dans l'agressivité à l'égard des hommes : elle se contente d'expliquer de manière claire et concise que, contrairement aux hommes, les femmes sont sans arrêt forcées de réfléchir aux conséquences du plus insignifiant de leur choix (si je porte telle tenue, est ce que je provoque ? Est-ce que j'ai pris ma pilule ? Est-ce que je peux passer par cette rue ?…). L'autrice propose également des solutions simples et bien connues qui permettraient de limiter les effets de cette charge mentale (un congé paternité qui égalerait celui des femmes, par exemple...), et rappelle qu'il s'agit d'une lutte politique qui concerne l'ensemble de la société.
« -Oui bon, ne tombons pas dans une logique de concours à qui souffre le plus !
-Bah, je suis d'accord. Moi je demande pas de concours, juste l'égalité. Mais chaque fois on vient me dire « oui mais nous aussi ». Alors j'explique qu'en fait non, pas vous aussi. En tout cas pas avec les mêmes conséquences. »
L'autrice revient à nouveau sur la réception de sa BD sur la charge mentale, et sur la prise de conscience qu'elle a engendré chez certaines de ses connaissances ou lectrices. Toutefois, Emma dépeint aussi l'émergence d'un discours qu'on a entendu presque partout lorsque cette question a été traitée dans les médias, et qui consiste à affirmer que tout cela ne résulterait que d'un « manque de communication au sein du couple ». Et puis de « problème de couple », on est vite passé à « problème de femmes » : cette charge, elle s'expliquerait uniquement par le besoin des femmes de tout contrôler, et ce serait à nous « d'accepter » de lâcher prise et de trouver des solutions pour ne pas être débordées, comme par exemple responsabiliser les enfants (pas le conjoint, il ne faudrait pas trop en demander!). « D'un sujet politique étudié par les sociologues, la charge mentale est devenue un problème psychologique contournable par des TO DO lists et de la méditation. » On assiste alors à une psychiatrisation d'un sujet féministe (une habitude, dès lors qu'il est question d'émancipation) que dénonce l'autrice en rappelant qu'il s'agit bel et bien d'un problème structurel et en incitant à utiliser un mode d'action qui a fait ses preuves en d'autres lieux et d'autres temps : la grève !
« -Je suis débordée, je pense à quinze tâches à la fois… Je crois que j'ai attrapé la charge mentale !
-Ho non. Je te fais pas la bise alors. Par contre je connais un acupuncteur qui sait la faire partir. »
La troisième BD porte davantage sur le mal être au travail et est, comme les autres, très pertinente car proposant un angle de réflexion qu'on a peut l'habitude de rencontrer. Emma commence par retracer son propre parcours professionnel et les difficultés qu'elle a pu rencontrer dans sa carrière : précarité, manque de personnel, maladie professionnelle, travail ingrat et inutile, et pour finir, patron tyrannique et management agressif. L'autrice se lance ensuite dans un état des lieux de la souffrance au travail en France, et, sans surprise, le résultat est catastrophique, et s'aggrave d'année en année. le constat est sans appel : « Le travail, c'est pas la santé. C'est même plutôt la maladie et la mort. » Emma revient ensuite les causes de cette situation, et pointe du doigt non seulement un problème d'organisation du travail, mais aussi et surtout un problème de domination d'une classe sociale (la bourgeoisie) sur une autre (le prolétariat). Or, il ne tient pas à grand-chose de renverser ce rapport de force : il suffirait de comprendre que ceux qui produisent de la richesse, ce ne sont pas les patrons, mais les employés. Et l'argument du « oui mais c'est bien lui qui prend un risque financier en montant son entreprise » est démonté avec une redoutable efficacité lorsque l'autrice nous explique que la plupart des grosses entreprises françaises sont dirigées par des personnes qui, parce qu'issues de grandes familles ou parce que protégées par la législation actuelle, ne risquent rien, même en temps de crise (celle du coronavirus en est d'ailleurs bien la preuve : si les entreprises licencient à tout va dans l'objectif de compresser au maximum les « coûts » du travail, les grands patrons, eux, ont vu leurs profits augmenter pendant cette même période !). Emma termine cet édifiant tour d'horizon en rappelant que des alternatives au capitalisme sont possibles (si si !), et ça fait du bien d'en entendre parler !
« Si on sortait de cette logique marchande, et si les entreprises appartenaient à tout le monde, on n'aurait pas besoin de stratégie ! Soit les marchandises sont utiles à quelqu'un et on les créé. Soit elles ne le sont pas, et on ferme ou on fabrique d'autres produits. Ça paraît utopique parce que notre imagination est bridée dès notre enfance. On nous conditionne à penser que la société ne peut pas changer, ou alors juste à la marge. Travaille, consomme, fais des enfants, vote, et surtout tais-toi. »
Dans le quatrième épisode, Emma revient sur une forme de sexisme qui n'a rien a voir avec le primaire et inratable « les femmes, c'est de la saloperie » : le sexisme bienveillant. Un comportement masculin auquel les femmes sont régulièrement confrontées sans parfois parvenir à mettre les mots dessus, tant il a l'apparence de bonnes intentions. « Le sexisme bienveillant, ça consiste à voir et traiter les femmes comme de petites choses fragiles à protéger. » (à noter que la galanterie n'a, je le rappelle, rien à voir avec la politesse qui s'applique, elle, sans distinction de genre) Une posture qui peut paraître inoffensive mais qui « enferme les femmes dans une position de dépendance » et permet de les cantonner au sempiternel rôle de la femme douce et bienveillante mais incapable de bricoler, de porter un sac de plus de 2kg ou de prendre la parole en public sans bafouiller.
« Pour cette raison, sexisme hostile et bienveillant ne sont pas des concepts exclusifs… mais au contraire complémentaires :
-J'adooore les femmes ! Elles sont tellement douces, pures, tellement plus sensibles que nous les hommes !… Enfin, celles qui se respectent, hein ! Parce que quand je vois celles en mini-jupe là… qui couchent avec n'importe qui… y'a des baffes qui se perdent ! »
Avec ce quatrième opus de la série « Un autre regard », Emma continue de réfléchir et de nous faire réfléchir sur notre société et ses travers, et dénonce avec force le patriarcat et le capitalisme. Un point de vue qu'on a rarement l'habitude d'entendre et qui permet d'élargir notre horizon, tout cela défendu avec un argumentaire clair et concis, et avec une pointe d'humour très réussie. Bref, si vous ne connaissez pas encore le travail d'Emma, allez faire un tour sur son blog et lisez ses bouquins !
Lien : https://lebibliocosme.fr/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Myriam3
  19 août 2020
J'aime beaucoup ce que fait Emma. Je suis toujours irrémédiablement attirée par les couvertures flashy de ses albums et par ces dessins nets et arrondis immédiatement compréhensibles. La quantité de texte qui entoure les illustrations pourrait rebuter mais une fois qu'on se lance dans la lecture, c'est tellement captivant et intéressant qu'on se laisse prendre.
Emma est une sentinelle de la condition des femmes dans la société actuelle. On ne parle pas de ces violences qui sévissent encore et toujours, viols, agressions et harcèlements mais d'actes et attitudes beaucoup plus insidieux qui continuent à avoir cours. le fait est que si on n'y réfléchit pas, si on ne prend pas le temps de s'arrêter sur ces malaises qui nous envahissent subrepticement, on peut passer sa vie sans prendre conscience de toutes ces agressions invisibles dont on est la cible, au travail, dans la rue, mais aussi à la maison et même auprès de personnes, dont soi-même, ayant la meilleure volonté du monde.
Emma prévient, tout au cours du livre, qu'elle parle d'une majorité, bien qu'elle ne concerne pas tout le monde. Oui, tous les hommes, et toutes les femmes n'en sont pas au même stade de conscience, et puis il y a aussi les dérivés, ce qu'on appelle le sexisme bienveillant et qui consiste à considérer la femme comme un objet fragile, à protéger, un comportement qu'on pourrait considérer de prime abord comme positif -surtout face au versant agressif - mais qui encore une fois nous éloigne de certaines fonctions.
Ce qui est sûr, c'est que le travail d'Emma pousse à réfléchir et à se remettre en question. Une lecture franchement nécessaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
letilleul
  20 janvier 2020
Emma signe ici le 4ème tome de sa série à succès "Un autre regard".
Elle continue d'écorcher les clichés sur le patriarcat et les violences sourdes faites aux femmes avec toujours autant de piquant sous le crayon. Texte image donne un portrait des inégalités dans le monde politique avec froideur et justesse. Un roman graphique qui voudrait bouger les lignes pour une véritable égalité femmes-hommes
Commenter  J’apprécie          201
Noctenbule
  30 mai 2022
Les femmes prennent de plus de plus de place dans le monde du 9ème art. Elles sont aussi bien à l'écriture, au dessin qu'en tant que sujet. Emma fait partie de ces artistes complètes qui mettent en image une vérité relativement discrète. A travers plusieurs histoires, elle parle de la charge mentale, la répartition des tâches ménagères dans le couple, le déterminisme sociale et le sexisme bienveillant. Pour bien de nombreuses personnes, les cas évoqués sont très évocateurs que cela soit la deuxième journée à la maison après la journée au boulot ou ces individus qui valorisent des aptitudes imaginaires des femmes comme la gentillesse, la douceur, la délicatesse... au détriment du reste. Certains disent que ce ne sont que des cas isolés ou bien entendu que les femmes exagèrent encore une fois. Elles font des montagnes de petites choses les vilaines. L'autrice veut mettre un coup de pied dans la fourmilière en soulignant que l'on attribue des valeurs cela ne veut en rien dire qu'elles sont naturelles. Tout est lié à la construction sociale et à l'Histoire d'un pays. Si c'était si naturelle, cela serait partout pareil sur la planète et comme ce n'est nullement le cas, cela a fait pierre par pierre. On remercie les religions et le patriarcat d'avoir entubé les gens si longtemps. Tout le monde n'est plus aussi naïf et avec la volonté de courber le dos. Si la bonne parole se propage, les choses devraient pouvoir changer. Non une femme n'a pas de compétence naturelle pour s'occuper des enfants, faire le ménage, les courses, soigner les bobos, organiser les vacances et travailler en même temps. Et non avoir un pénis n'est pas comme avoir une baguette magique qui donne des pouvoirs supplémentaires. Juste celui de pouvoir faire pipi debout ce qui est assez limité en soi. Au final, on nous propose une lecture intelligente qui incite à s'interroger sur sa propre situation et celles de nos proches. Même si le texte n'est pas toujours très lisible et que le dessin n'est pas très précis et jolie, on se concentre sur le contenu, ce qui est le plus important.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   27 juillet 2020
Après s’être fait connaître avec des bandes dessinées dénonçant la «charge mentale», cette expression signifiant que les femmes doivent gérer beaucoup de choses en même temps, l’ingénieure-informaticienne et auteure Emma dénonce le sexisme bienveillant et d’autres injustices sociales dans son nouveau livre, Des princes pas si charmants.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeJournaldeQuebec   06 avril 2020
L’auteure française revient sur le concept de la « charge mentale » pour bien l’expliquer à nouveau, rappelant pourquoi les femmes en font les frais, en portant sur leurs épaules bien des responsabilités. Elle décortique également le concept de « sexisme bienveillant », une pratique sournoise qui consiste à protéger ou valoriser les femmes tout en les considérant comme « des petites choses fragiles ».
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
elea2022elea2022   05 janvier 2022
Mais cette bienveillance [l'effet "les femmes sont merveilleuses"] n'est effective qu'en surface, quand elle est peu coûteuse. Quand l'enjeu devient important, elle tend à disparaître.

Page 100.
Commenter  J’apprécie          150
elea2022elea2022   05 janvier 2022
Parler de charge mentale a permis de mettre en valeur une partie de l'exploitation des femmes jusqu'ici invisible : toute la préoccupation associée au travail domestique avant son exécution.

Page 25.
Commenter  J’apprécie          80
elea2022elea2022   05 janvier 2022
Vous l'aurez compris : d'un sujet politique étudié par des sociologues, la charge mentale est devenue un problème psychologique contournable par des TO DO lists et de la méditation.

Page 39.
Commenter  J’apprécie          70
elea2022elea2022   05 janvier 2022
Pourtant, c'est bien ça que nous devons faire : refuser d'être exploités, et non négocier comment l'être !

Page 79.
Commenter  J’apprécie          100
foxinthesnowfoxinthesnow   16 août 2020
 Bon. Alors déjà, vous allez vous dire que votre boulot ne vous définit pas. Il vous sert à avoir un salaire, c’est tout. Ces gens, c’est des étrons qui tournent autour de vos. Je vais vous arrêter trois semaines, et vous allez tirer la chasse. » (le psy d’Emma qui lui a « sauvé la vie » p. 59)
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Emma (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Emma
Luttes sociales : où sont passées les figures romanesques ?
autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4460 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre