AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Françoise Casaril (Traducteur)Guy Casaril (Traducteur)
EAN : 9782258032873
624 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (12/02/1993)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Ce livre des âges farouches conte l’histoire tumultueuse d’Harald, prince viking, contraint de quitter son pays, la Norvège. Après quatre années passées à Kiev où il s’est réfugié, il doit s’enfuir pour avoir séduit la fille de son protecteur, et convoie par le Dniepr une immense flotte de navires marchands chargés de fourrures. Sa destination : Byzance, la fabuleuse, alors à l’apogée de sa puissance.
Harald le barbare y découvrira la société la plus évoluée,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ChaK_
  23 octobre 2018
Avant de commencer il serait de bon de donner un petit aperçu physique du bouquin, histoire de ne surprendre personne : taille mi-poche mi-grand format, quasiment 1000 pages et écriture plutôt fine. Voila, maintenant si vous voulez vous lancer ce sera en toute connaissance de cause, ce n'est pas un bouquin que vous finirez en 3 jours.
Vu le livre j'ai envie de diviser mon avis en deux parties.
Premièrement le côté Historique. Ceux qui me lisent de temps en temps (oui, c'est très présomptueux de mettre ça au pluriel) savent que c'est ce qui m'attire vers un livre, et que je peux être assez tatillon. Je ne vais bien sûr pas déroger à la règle.
L'ambition de Michael Ennis est de nous narrer la vie d'Harald Sigurdarson, futur Roi de Norvège, tout en l'entremêlant avec le destin de Byzance, Constantinople ou Miklagard selon vos affinités, qui en cette première moitié du XIème siècle -une fois n'est pas coutume- est en plein tumulte. La préface (écrite par?) affirme que tout ce qui est écrit est strictement vrai. Ce qui est faux.
Enfin pas vraiment, mais l'affirmation est clairement mensongère. Bien sûr que le côté roman est là pour relier les faits connus entre eux, chose que l'auteur fait d'ailleurs plutôt bien dans l'ensemble, mais par exemple la partie pré-Byzance est étrangement fausse alors que visiblement plutôt bien renseignée. L'insidence est faible vu que le coeur du roman ne se situe pas là, mais c'est tout de même important de noter ces quelques libertés, et celui qui creuse un minimum remarquera certaines dissonances fâcheuses.
Au delà des faits purs parfois bancals, il faut saluer le boulot de l'auteur qui fait un gros effort pour dépeindre la ville, ses moeurs et son fonctionnement de manière global. Les termes sont précis (bien que parfois étrangement traduits, genre Hétaïriarque au lieu d'hétériarque ça n'aide pas à trouver pour qui cherche), les descriptions d'ambiances nombreuses, et l'insertion en cours de texte des problématiques de l'Empire bien foutu. On y apprend le fonctionnement des thèmes ou des gardes impériales (dont Varangienne évidemment), on découvre les ors des palais et les taudis des quartiers pauvres, on y côtoie le faste et la violence. Tout en restant dans de la vulgarisation il faut tout de même avouer que le livre suinte Byzance par tous les pores, et que malgré certaines imperfections la crédibilité s'en trouve renforcée.
Et puis en dehors de la partie Histoire il ne faut pas oublier le livre en lui même, à qui j'ai également des reproches à faire : pas toujours très subtil dans son approche, parfois un peu trop proche de la frontière imaginaire collectif/mythe à mon goût, quelques portraits caricaturaux voir surjoués, ou encore les sempiternels problème de cul d'un personnage qui n'apportent strictement rien… mais globalement il faut avouer que le plaisir de lire est bien présent.
Le roman est brutal, moralement et physiquement, les complots sont incessants et jamais le livre ne nous laisse sur une fausse fin de chapitre, obligeant plus ou moins le lecteur à revenir prendre sa dose. C'est bien simple on dirait du HBO en bouquin, et ce serait mentir que de dire que je revenais en traînant la patte tant j'avais envie de connaitre la suite malgré tout ce que j'ai pu en dire de mal.
J'ai longtemps vogué entre 6 et 7, finalement je pousse gentiment jusqu'au 7 car les 1000 pages sont tout de même passées relativement vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
garanemsa
  08 juillet 2019
Ennis Michael
Byzance
Comme l'a écrit « Chak « dont j'apprécie fortement son résumé, il faut l'attaquer cette énorme brique tout au long de cette lecture j'ai eu du mal, et voulu abandonner, avec tous ces titres vikings, romains, grecs et ainsi que pour m'imprégner des personnages, des statuts de ces derniers et des situations, beaucoup de choses que pour bien tout comprendre j'ai été obligée de chercher au dictionnaire sans quoi j'aurais abandonner ne m'y retrouvant plus, car un livre pour moi c'est ce plongr dedans, le vive et le voir.
Cependant les descriptions tant des vaisseau, des palais, de vêtements, des endroits, sont impeccables et magnifiques.
Par contre, tout au long de la lecture je me suis demandée, quelle part est historique et quelle part fait partie du roman.
C'est un livre à lire et surtout s'y accrocher
Petit 4ème de couverture :
Ce livre des âges farouches conte l'histoire tumultueuse de Haraldr, prince viking, contraint de quitter son pays, la Norvège. Après 4 années passées à Kiev où il s'est réfugié, il doit s'enfuir pour avoir séduit la fille de son protecteur, et convoie par le Dniepr une immense flotte de navires marchands chargés de fourrures. Sa destination Byzance, la fabuleuse, alors à l'apogée de sa puissance. Haraldr le barbare y découvrira la société la plus évoluée, la plus opulente qui soit. Il y trouvera Maria, la nièce de l'Empereur tout-puissant à qui le liera l'amour le plus pur, le plus idéal, capable d'illuminer deux vies et même de survivre à la mort. Une saga foisonnante, narrant deux destinées exemplaires et mettant en évidence es contrastes des deux civilisations que tout sépare avec des rebondissements ininterrompus et étonnements divers : intrigues de cour sordides, voyages à travers des continents entiers, combats navals ou terrestres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alfredoc
  29 septembre 2018
Ce livre fait voyager, de la Scandinavie jusqu'à l'Empire byzantin. Lorsqu'on l'a commencé, il est difficile de s'arrêter. Et lorsqu'on l'a terminé, on est déjà nostalgique.
Commenter  J’apprécie          20
kickaha
  03 novembre 2016
l'action se passe en l'a 1000. deux cultures deux climats le visiteur un viking Le site Byzance à la porte du Bosphore. Gros travail de lecture pré de mille pages mais cela ce lit avec plaisir.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   12 juin 2015
Emmène-le dans les sous-sols de la prison de la Numéra et crève-lui les yeux au fer rouge. Ensuite, tu le feras porter à l’Augustaïon, tu l’enchaîneras la tête en bas entre deux colonnes et tu laisseras le bas peuple de la Grande Ville lui témoigner sa charité.
Commenter  J’apprécie          210
CalixtoCalixto   08 avril 2018
Le visage du Petchenègue explosa de sang et haraldr tira son corps inerte à l'intérieur, ôta l'épée de sa ceinture, repoussa les portes et affronta les quatre hommes qui restaient. La tête balayée par les vents hurlants du monde de l'esprit, il ne fut même pas conscient de la façon dont il les abattit.
Commenter  J’apprécie          50

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Michael Ennis (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2265 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre