AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782344012697
Éditeur : Glénat (15/02/2017)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 81 notes)
Résumé :
Bastien a 8 ans. Et sa maman est malade. Souvent, elle fait ce que son papa et ses grands-parents appellent des "crises". D’après les médecins, elle souffrirait de "troubles bipolaires à tendance schizophrénique". c’est pour ça qu’il faut régulièrement l’emmener à l’hôpital, dans des établissements spécialisés, pour prendre des médicaments. Bastien n’aime pas trop ça car quand elle revient, elle ne réagit plus à rien. elle n’a plus aucun sentiment. Plus aucune envie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  01 août 2017
Bastien a 8 ans. Pour autant qu'il se souvienne, il a toujours connu sa maman, Marie, malade. Atteinte de troubles bipolaires à tendance schizophrénique, elle n'avait de cesse d'être internée dans les différents établissements spécialisés du Sud-Ouest. Albi, Castres, Mazamet, Toulouse... le petit garçon se demandait même si elle ne gagnait pas des points sur une sorte de carte de fidélité. Elle en revenait toujours fatiguée et sans âge. Une fois, elle était même revenue sans ses dents de devant, à cause d'une chute dans l'escalier. Elle faisait des crises parfois qui la mettaient dans un état presque bestial. Elle se tordait dans tous les sens, hurlait comme un animal blessé et rampait. Cela s'arrêtait seulement à partir du moment où les ambulanciers, avertis par le papa, intervenaient et lui injectaient quelque chose ou lui enfilaient une camisole de force. Elle repartait alors pour quelques jours voire quelques semaines. Heureusement que Bastien habitait près de chez ses grands-parents maternels chez qui il passait beaucoup de temps. Mais son grand-père n'acceptait pas la maladie de sa fille, allant jusqu'à penser que celle-ci simulait, tandis que sa grand-mère faisait parfois comme si de rien n'était. Quant à son papa, il le protégeait, lui et sa femme, et faisait tout pour que cette dernière vive normalement. de ses yeux d'enfant qui ne comprenait pas tout, de ses yeux plein d'innocence et d'imagination, Bastien observait sa maman, espérant qu'un jour elle serait guérie...

Espé nous plonge dans ses souvenirs d'enfance, plus précisément ceux concernant la maladie de sa maman, atteinte de troubles bipolaires. Il se livre avec beaucoup d'émotion et retrace avec intensité les quelques souvenirs de cette période. Les crises, les médicaments, le regard vide de sa maman, les retours des hospitalisations, les réactions de l'entourage mais aussi les quelques moments de répit qu'il partageait avec elle. Cette autofiction, l'auteur racontant sa propre histoire, celle de sa maman et celle de sa cousine, profondément intime et émouvante, ne verse jamais dans le larmoyant ou le pathos, Espé alternant les phases tragiques avec des moments plus légers. L'album est divisé en plusieurs chapitres, dépassant rarement 4 ou 5 pages, chacun s'attardant sur un moment précis. Un album poignant de bout en bout et d'une sensibilité rare. Graphiquement, le trait est sobre, parfois symbolique. Les planches, monochromes, varient du vert pour les moments plus heureux au rouge pour les périodes de crise en passant par l'ocre pour les périodes plus neutres.
Bouleversant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
Ziliz
  02 novembre 2019
Bastien, il a de la chance : sa maman Marie est funambule, elle avance sur un fil comme la dame du cirque. Et elle a des super-pouvoirs – comme Jean Grey des X-Men, elle peut exploser à tout moment.
En fait non, Bastien n'a pas de chance.
Comme tous les enfants, il cherche à se convaincre que son environnement est normal, mais ils vivent l'enfer. Sa mère est « bipolaire à tendance schizophrénique », le père essaie tant bien que mal de préserver une vie de famille, les grands-parents et d'autres proches les épaulent. Mais les crises de Marie reviennent, soudaines, violentes, spectaculaires et terrifiantes pour un petit garçon de huit ans qui ne reconnaît plus sa maman dans ce démon qui hurle, se débat, et veut mourir tant elle a mal.
A ces brutales dégringolades succèdent les internements. L'enfant et son papa rendent visite à une femme méconnaissable, apathique, épuisée, entourée de 'fous' qui disent et font n'importe quoi.
Quand elle revient à la maison, la maman a du mal à sortir du lit. Bastien la voit rarement sourire, mais il sait qu'elle l'aime, ils partagent de bons moments : « Je sais que c'est difficile pour toi quand je suis malade et que je dois partir me faire soigner. Je sais que je te manque. Mais je t'assure que tu me manques aussi. Alors quand je ne suis pas là, promets-moi de ne penser qu'aux bons moments que nous avons déjà passés ensemble. D'accord ? »
Dans cet album bouleversant, Espé raconte ce qu'il a vécu, enfant. L'adulte qu'il est devenu, pétri de cette douloureuse expérience, nous livre ses incompréhensions et interprétations d'alors.
Le propos et le graphisme s'harmonisent parfaitement pour rendre compte de la souffrance et de la violence de la maladie, qui alternent avec les moments de répit et de douceur autour de l'enfant.
Les troubles mentaux dont souffre cette femme sont illustrés de manière évocatrice : immersion, noyade, bête sauvage, feu, explosion...
La douleur des proches, leur peur, leur sentiment de culpabilité et d'impuissance sont extrêmement touchants.
Cet album va résonner longtemps, et je retiendrai l'image de ce petit garçon recroquevillé dans un placard, témoin d'une énième crise maternelle de l'autre côté du mur. Il arrache la tapisserie pour amincir la cloison, afin de se rapprocher de sa maman qui lui échappe une fois de plus...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3610
Apikrus
  03 novembre 2019
Bastien, âgé de 8 ans, vit chez ses parents, dans une maison proche de celle de son Papy et de sa Mamie. Il a aussi des copains. Apparemment tout pour être heureux. Ce n'est pourtant pas le cas : sa mère souffre d'une grave dépression associée à des troubles schizophréniques. Elle est souvent internée, et là, placée sous camisole, chimique ou matérielle. Lorsqu'elle est à la maison, elle est souvent apathique et peut être prise de violentes crises de délire à tout moment. Même le méfiant médecin de la Sécurité Sociale venu procéder à un contrôle en est impressionné. Alors imaginez l'effet sur un enfant de huit ans !
C'est ce que restitue Espé à travers ses dessins. Les traits sont souvent doux, sauf pour représenter les délires de la mère ou les cauchemars (éveillés) de l'enfant. Les couleurs sont également très expressives.
On ne rit pas, on sourit rarement, et la gorge nouée, on peut laisser échapper des larmes par moments, selon son degré d'émotivité. Le propos est dur, mais l'ouvrage se lit vite, puisque le texte est succinct et le graphisme éloquent.
Cet album montre que la dépression ne peut se résumer à des caprices ou un manque de courage comme certains peuvent le penser. La mère aimante de l'enfant est la première à souffrir de ses troubles psychiques, et à culpabiliser de la douleur qu'elle inflige à ses proches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Agillian
  05 octobre 2017
Quelle claque !
Espe nous offre un témoignage d'une justesse, d'une richesse et d'une beauté rare.
Comment ne pas être touché par ce petit garçon qui nous raconte des bribes de son quotidien aux côtés de sa maman atteinte de troubles bipolaire ? En tout cas, moi, je n'en suis pas sortie indemne et cette lecture va me rester longtemps.
Les choix de l'auteur, pour narrer de petits événements du quotidien pas si banal, sont vraiment excellents. Le format de ses anecdotes, n'excédant jamais 5 ou 6 pages, est parfait, l'utilisation ponctuelle de la couleur soutient toujours le propos de manière remarquable, et le passage du sens propre au sens figuré amène par sa justesse une profondeur supplémentaire. Sans jamais tomber dans le pathos, tous ces éléments servent le but global de l'oeuvre : donner, rendre quelque chose de cette enfance peu commune, expliquer peut-être aussi.
Une grosse claque donc. Et un gros coup de coeur.
Commenter  J’apprécie          140
cathulu
  26 février 2017
"Marie souffre de troubles bipolaires à tendance schizophrénique !!!", tel est le diagnostic posé par les spécialistes. Des troubles qui l'obligent à fréquenter des établissements psychiatriques, séjours qui l'éloignent de son fils Bastien.
Dans cette BD autofictionnelle, l'auteur, Espé, à choisi de se replonger dans ses souvenirs d'enfance, de nous faire partager sa vision de la maladie de sa mère. Une maladie qui peut faire basculer cette jeune femme d'un instant à l'autre dans une crise d'une violence extrême. La violence, on la ressent aussi dans l'incompréhension de certains proches , le grand-père maternel en particulier, dans ce que croit comprendre l'enfant doté d'une imagination débordante, mais aussi dans l'extrême pauvreté de certains services hospitaliers (murs lépreux, meubles vissés au sol...).
Le rouge orangé flamboie dans toutes les cases associées à ces crises soudaines,le gris bleuté, l'ocre étant réservés aux scènes plus neutres, tandis que le vert baigne les rares instants de calme et de bonheur partagés avec cette mère trop souvent tourmentée.
La seule porte de sortie pour le narrateur, confronté à des scènes ou des propos qu'un enfant ne devrait pas connaître, est le monde imaginaire qu'il s'est créé et dans lequel sa mère est devenue une super héroïne.
Le dessin est d'une rare puissance, s'attachant parfois aux détails, mais explosant surtout de cette souffrance maternelle.
Quant au perroquet qui donne son titre à l'oeuvre , aussi moche et rudimentaire soit-il, c'est le un magnifique témoignage d'amour et de transmission.
Une oeuvre poignante et forte, brisant les tabous, qui file directement sur l'étagère des indispensables !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (3)
ActuaBD   17 juillet 2017
Cette bande dessinée va désormais permettre de libérer la parole et de souligner la nécessaire considération pour les parents des malades psychiatriques. Un album aussi beau qu’important.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   01 juin 2017
Loin de son réalisme habituel, Espé opte pour un trait plus simple et des monochromes sobres qui virent au rouge vif sur des visages déformés lors des scène de crise. Une lecture poignante mais jamais larmoyante, qui ne laisse pas indemne.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   28 février 2017
Un roman graphique d’une grande sensibilité. Le créateur se détache cependant suffisamment de son sujet pour éviter les excès de pathos.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   01 août 2017
Enfance, ça rime avec innocence ou encore insouciance.
Et parfois aussi avec souffrance, fulgurance ou méfiance. Mais chut !
Surtout ne pas en parler. Tout garder, toujours et à jamais.
Apprendre à vivre avec ces images, ces cris qui résonnent, ces absences, et avancer malgré tout.
Avancer et, un jour, parvenir enfin à … dire.
K, épouse d'Espé.
Commenter  J’apprécie          230
ZilizZiliz   03 novembre 2019
Maman, elle prend plein de remèdes. De toutes les couleurs. De toutes les formes. Le matin. A midi. Le soir.
A la télé, ils disent que les drogués, ils prennent plein de trucs pour 'décoller'...
Maman, c'est l'inverse, elle prend plein de trucs bizarres pour essayer de rester avec nous...
Commenter  J’apprécie          121
marina53marina53   01 août 2017
Quand on se promène dans la rue, personne ne se rend compte que maman est malade depuis longtemps... sa maladie est invisible... silencieuse... honteuse... alors qu'elle est toujours là... dans son dos...
Commenter  J’apprécie          120
AgillianAgillian   05 octobre 2017
Papy n'a jamais accepté la maladie de sa fille... De ma maman... Il dit qu'elle fait la comédie. Quand il est en colère, il la secoue très fort... Comme il fait avec les pruniers du jardin... Peut-être qu'il veut faire tomber les fruits pourris qu'elle a dans la tête...
Commenter  J’apprécie          60
vonnettevonnette   28 novembre 2017
Tous les gens qu'on croise pensent que maman est comme eux...elle ressemble à tout le monde...elle n'a pas de bras en moins...elle n'est pas en fauteuil roulant...elle n'est pas branchée à une machine avec des tuyaux pour respirer...elle n'a pas de canne blanche...elle n'a pas de cancer avec de la chimio qui rend tout maigre et sans cheveux...pas de prothèse...pas de malformation bizarre...Quand on se promène dans la rue, personne ne se rend compte que maman est malade depuis longtemps...sa maladie est invisible...silencieuse...honteuse...alors qu'elle est toujours là...dans son dos...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Espé (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Espé
Espé en interview pour planetebd.com
autres livres classés : bipolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prix BD 3e-2nd (3e5) : Le Perroquet

Quelle est la maladie de la mère de Bastien ?

Cancer de la peau
Bipolaire à tendance Schizophrène
Lunatique à tendance bipolaire
Ce n'est pas précisé

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le perroquet de EspéCréer un quiz sur ce livre

.. ..