AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021179576
612 pages
Éditeur : Seuil (08/01/2015)
3.93/5   7 notes
Résumé :
Invention récente puisqu'elle n'a guère plus de deux siècles, la prison est devenue, partout dans le monde, la peine de référence. L'atteste, en France, le doublement de la population carcérale au cours des trois dernières décennies. Comment comprendre la place qu'elle occupe dans la société contemporaine ? Et quelle expérience en ont ceux qui y sont enfermés et ceux qui y travaillent ? Pour tenter de répondre à ces questions, Didier Fassin a conduit au long de quat... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
cprevost
  18 décembre 2017
A qui s'adresse l'anthropologue ? Il s'adresse urgemment à tout le monde. A l'ombre ou en pleine lumière, il est bien difficile de se faire une idée de l'univers carcéral. À l'intérieur, nous faisons le dos rond et regardons le plus souvent nos pieds ; à l'extérieur, nous nous disons qu'après tout ce n'est pas si mal et pour le reste nous imaginons. le remarquable travail de Didier Fassin permet d'appréhender, dans leurs menus détails et sous bien des angles, les différents aspects de la prison. Il est resté plusieurs années à enquêter dans une maison d'arrêt et il a restitué pour nous ce qu'il a vu, entendu et compris. C'est le choc carcéral de l'entrée, la vacuité du temps passé, la force des choses : oeilleton, tabac, portable …, la violence toujours recommencée, le malaise des surveillants, la pauvreté des moyens, la limitation des droits par les impératifs de l'ordre et la sécurité, la profusion des sanctions qui sont les objets des nombreux chapitres de ce livre.

Il faut lire « L'ombre du monde », le texte tout entier, les onze parties ligne à ligne et reprendre les premières sections où les chiffres et les analyses sont si déterminants. Nous apprenons que la menace d'incarcération s'est considérablement accrue ces vingt dernières années, que le nombre de personnes sous main de justice est de 250 000 et le nombre de détenus de plus de 65 000. L'accroissement récent de la population carcérale est dû à l'alourdissement par la loi des sanctions et à la sévérité accrue des tribunaux sous pression du pouvoir exécutif. le nombre des courtes peines a considérablement augmenté. La prison considérée comme une arme contre la récidive avec le double argument de la neutralisation et la dissuasion, nous dit Didier Fassin, est contredite par la plus simple réalité statistique. Dans les années 2000, 59% des personnes, cinq ans après leur sortie, sont recondamnées et 46% font de la prison ferme. Et ces taux sont plus élevés pour les jeunes, les sans emploi et les courtes peines sans aménagement à la sortie. La prison désocialise (rupture familiale et professionnelle) et resocialise dans les milieux déviants. Les pouvoirs ont légiféré pour ce qui est de la prévention de la récidive à l'inverse de ce qui est connu, les mesures prises ont au contraire encouragé les rechutes.

Alors ? Foucault dans « Surveiller et punir » affirme : la prison n'échoue pas, elle réussit ! Il faut, nous dit-il, pour s'en persuader, sortir de l'explication interne de la gestion des détenus et se préoccuper de ce qui en amont l'alimente : la production des illégalismes. Les illégalismes sont des éléments positifs du fonctionnement social. Tout espace législatif ménage des espaces profitables et protégés où la loi peut être violée, d'autres où elle peut être ignorée, d'autres enfin où les infractions sont sanctionnées. La prison est l'instrument de réaménagement du champ de ces nouveaux illégalismes, la courroie de distribution de son économie. L'enfermement aujourd'hui apparait comme le meilleur moyen d'administrer criminels et délinquants mais particulièrement certaines populations : malades mentaux et personnes socio économiquement déficientes. La prison recrute massivement dans le sous-prolétariat, chez les jeunes d'origine ouvrière, les chômeurs, les banlieusards, les personnes d'origine africaine. L'héritage colonial et le racisme s'ajoutent aujourd'hui aux plus anciens motifs que sont la précarité économique et la ségrégation spatiale. La répression se concentre presqu'exclusivement sur la petite délinquance des milieux populaires, délinquance favorisée comme nous le savons par les parcours toujours chaotiques, les scolarités souvent interrompues, le chômage omniprésent et les instabilités familiales inévitables. La prison ne punit pas les infractions les plus préjudiciables à la société, elle met à l'écart et prévient les désordres, elle dénigre et persuade les individus stigmatisés de leur inexistence sociale. C'est un travail sur les esprits et les corps qu'elle mène. La prison apporte une réponse répressive à la question de la pauvreté, elle est un mode de gouvernement des inégalités. Didier Fassin, dans ces presque six cents pages, n'affirme pas, il montre et démontre ; il ne noircit pas le tableau, au contraire il le peint de couleurs un peu trop vives – c'est notre seul reproche. Sans nul doute, la présence en maison d'arrêt, toute participante et discrète soit-elle, du professeur à l'Institute for Advanced Study de Princeton et du directeur d'études à l'EHSS aura adouci bien des situations …
(Une mise en forme par l'éditeur des nombreux chiffres aurait été la bienvenue (courbes, tableaux, histogrammes, annexe)).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
NonFiction   09 juin 2015
L’ampleur et la précision de l’enquête en font une étude centrale sur la question carcérale.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LaViedesIdees   24 avril 2015
Didier Fassin montre que les transformations promues pour protéger les droits des détenus sont limitées par les politiques répressives, qui produisent la surpopulation et la violence.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees

Videos de Didier Fassin (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Fassin
Didier Fassin, professeur invité sur la chaire annuelle Santé publique introduit son cours de l'année 2020-2021 : Les mondes de la santé publique : excursions anthropologiques.
Accédez à ses enseignements : https://www.college-de-france.fr/site/didier-fassin/_course.htm
Avec la pandémie de covid, la santé publique a fait irruption dans le monde. Tout ce qui fait le mouvement des sociétés s'est brusquement mis à tourner autour des questions sanitaires. Pour saisir cette expérience, le cours propose un détour en partant d'une scène ordinaire et méconnue pour, au fil des leçons, en décliner les différents enjeux à travers une série d'études de cas conduites sur trois continents.
La vérité du chiffre invite à réfléchir sur la manière dont le travail de quantification représente les faits sociaux et sanitaires. Les frontières épistémiques interrogent la confrontation de conceptions profanes et savantes de la maladie adossées à des légitimités concurrentes. Les thèses conspirationnistes révèlent des réactions de défiance à l'égard des savoirs autorisés et des pouvoirs officiels. Les crises éthiques dévoilent des mécanismes de violation des droits et de détournement des communs au bénéfice d'intérêts privés. Quant aux enquêtes portant sur les exils précaires et les épreuves carcérales, elles permettent d'appréhender, à travers deux catégories, les migrants et les prisonniers, la généalogie et la sociologie de l'administration des populations vulnérables. Chacun de ces enjeux jette un éclairage singulier sur la pandémie de covid et permet de l'appréhender autrement.
Au terme de ces excursions anthropologiques, la santé publique peut apparaître simultanément comme un miroir tendu à la société et un reflet que cette dernière lui renvoie.
Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr
Suivez-nous sur :
Facebook : https://www.facebook.com/College.de.F... Instagram : https://www.instagram.com/collegedefr... Twitter : https://twitter.com/cdf1530
+ Lire la suite
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Qui a écrit ces romans au 19e siècle

Qui a écrit Germinal ?

Flaubert
Zola
Théophile Gauthier
Maupassant

10 questions
291 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre