AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791034801954
Éditeur : Evidence Editions (13/05/1900)

Note moyenne : 4.72/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Marie 95 ans, atteinte de la maladie Alzheimer entre en EHPAD. Elle apprend à vivre en communauté et au rythme des soins de l'institution. Elle se prend d'affection pour deux soignantes, Claire et Assya à qui au fil des jours, elle confie l'histoire de sa vie parsemée de tragédie dont la perte de son fiancé Charles en 1940 lors de la guerre, la disparition de son fils de 3 ans et demi et son mariage avec Henri après la guerre..
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
FelicieAussi
  09 août 2017
Quand j'entendais mes copines de lectures parler de « coup de coeur », j'étais presque jalouse.. Hey, pourquoi elles ont des frissons, elles ? Pourquoi elles ont ressenti des trucs ? et d'ailleurs, ça arrive comment un coup de coeur ? Et puis c'est quoi d'ailleurs.. ?
Lasse de mes interrogations, j'ai entamé tranquillou « Les secrets de la petite boite en fer » d'Isabelle Fluckiger Jachym..
Déjà, le titre.. "une petite boite en fer" ; ça recèle souvent de souvenirs et des secrets tristes, drôles, amoureux.. Sur la couverture, des photos anciennes, j'adore ça.. on fige le passé en noir & blanc..
Dès les premières pages, j'ai été touchée, vraiment.. C'est l'histoire de Marie, petite mamie qui me rappelle ma Félicie à moi. Elle a 95 ans et Alzheimer qui s'installe confortablement dans sa vie.
Elle débarque sans famille en maison de retraite pour y finir ses jours, tranquillement et ‘entourée'. Elle est perdue, dans ses nouveaux murs, dans sa nouvelle chambre qu'elle ne reconnait pas.. et ce malgré toute l'attention du personnel soignant. La seule chose qui la ramène à sa vie, c'est sa petite boite en fer.. jamais loin d'elle. Au fil des jours, elle se prend d'affection pour deux des soignantes, Assya et Claire. Dès qu'elles le peuvent les deux jeunes femmes viennent passer du temps avec Marie qui dévoile peu à peu, les secrets de sa petite boite en fer, grâce aux photos qui la composent.. C'est l'histoire de sa vie, avec son lot de bons et mauvais moments.. La rencontre avec son bien aimé Charles, l'amour de sa vie, la Guerre de 1940 qui les a séparé, la perte de son fils de 3 ans et son mariage avec un homme très amoureux... Petit à petit, une relation va s'installer entre ces trois femmes, ce qui réconfortera Marie et lui donnera du baume au coeur.
Les 30 premières pages m'ont mise dans le bain : j'ai été émue par son arrivée dans la maison de retraite, je l'imaginais toute petite, toute frêle.. réalisant que c'est certainement sa dernière demeure. Elle est perdue et en colère contre cette maladie qui lui gâche ses souvenirs. Mais elle est si attachante et tellement amoureuse ! le personnel est présent, très attentif au confort des aïeuls, la prise en charge est très personnalisée, j'ose espérer que c'est comme ça partout, ça fait rêver ! Assya et Claire sont douces et patientes. D'autres personnages feront leur apparition au fil du roman, tous aussi précieux et indispensables au bonheur de Marie.
L'auteur alterne les pensées de Marie et la narration, le passé et le présent, sans jamais se perdre. Les mots sont justes, tendres et sincères, l'écriture est fluide et sensible, elle pique là où il faut. On se plonge dans les souvenirs de cette adorable Marie, ses doutes, ses craintes et son mal être d'être au milieu d'autres ‘malades' de l'Ephad, mais surtout, on réalise tout cet amour indétrônable qu'elle porte à « son Charles ».
Les mots me parlent, me bercent ou me choquent tellement que j'ai dansé une valse brune au bal du village, j'ai frissonné lorsque Marie nous parle du feu qui rosissait ses joues un après midi près de la rivière, j'ai entendu les bombes tomber sur les soldats et les pleurs des familles perdant leurs hommes, j'ai forcément pleuré lorsque c'est Charles qui est tombé... J'ai eu envie de rassurer Marie lorsqu'elle se perdait dans les couloirs, j'ai eu les viscères de maman se tordre lorsque son fils a disparu, j'ai retrouvé un semblant de sourire avec Henri, j'ai eu le coeur qui faisait des bons pour des alliances.... J'ai ressenti la douceur de ses petites mains fripées dans lesquelles j'aimais me tenir.. Et j'ai pleuré jusqu'à la dernière ligne... !! Tout ça parce que l'auteur a su trouver les bons mots, ceux qui vous racontent une vie pleine d'émotions, sans jamais tomber dans le mélodrame cliché. Cette histoire, cela pourrait très bien être celle de votre mamie.
Alors oui, ce n'est pas un roman "claque-à-l'Américaine", empli d'effet spéciaux... C'est une leçon de vie, un roman VRAI, riche d'amour, de joie, de souvenirs, de sentiments, de moments difficiles. Il nous remet aussi à notre place, pour comprendre nos grands parents, pour respecter ce qu'ils ont vécu, et pour les accompagner au mieux. On y apprend aussi les difficultés et la charge de travail du personnel soignant, au quotidien.
Au final, j'ai maintenant compris ce qu'était un coup de coeur : c'est un truc qui t'arrive en pleine tronche, sans prévenir (sinon c'est pas drôle..) et qui parle à tes tripes : tu lis une phrase, ça te chatouille, tu lis un paragraphe, tu chiales, au bout d'un chapitre, tu es transporté là bas.. A la fin du livre, Marie est ta mamie à toi et tu lui tiens aussi la main avec Henri, en pleurant.. bref, c'est une méga bombe dans ton ptit coeur...
Je croyais pourtant que j'étais vide à l'intérieur, que je lisais pour occuper mes yeux le soir .. Tout ça c'est fini, j'en ressort chamboulée et pour ça, je dis un énorme Merci à Isabelle ! Je suis fan, je crois que je ne vous lâcherai plus.. ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Je ne peux que vous conseiller fortement de vous procurer cette pépite en or massif !
Merci aux Editions Evidence pour se Service Presse au top.
Lien : https://felicielitaussi.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LesromancesdeClari
  19 février 2019
Je commencerai cet article par un énorme remerciement à l'équipe d'Évidence Éditions, pour 2 raisons :
- J'ai eu la chance de découvrir ce livre en tant que chroniqueuse dyslexique, la mise en page et la typographie aménagée pour permettre aux lecteurs de lire avec plus de facilité, je vous mets en photo la première page pour vous en rendre compte.
Il est tellement difficile dans la vie de tous les jours d'être une personne "DYS", avec la scolarité on perd souvent confiance en nos capacités, je fais partie des gens atteints de dyslexie associé à une dysorthographie, j'ai été suivi pendant de nombreuses années chez une orthophoniste, la lecture m'a sauvée par une amélioration sans conteste dans ma grammaire et mon orthographe mais je n'ai pas assez confiance pour écrire un texte sans me faire relire, pour ne pas faire de fautes, il me faut une concentration extrême, j'ai un mari et des copines très sympas parce que je les sollicite beaucoup. J'en reviens à l'essentiel, MERCI de prendre en considération les publics "DYS", merci de mettre la littérature à la portée de personnes souvent mis en marge par leurs différences. Cette lecture a été vraiment plaisante.
- Isabelle Flückiger Jachym, m'a fait passer par toutes les émotions, l'histoire de Marie m'a fais écho à tellement de moment. J'ai travaillé en EHPAD à la fin de mes études pendant 2 ans, l'auteure décrit dans cette ouvrage le quotidien du personnel soignant avec tellement de justesse, qu'on se retrouve plongé dans cette réalité trop souvent ignorée.
Marie a 95 ans, elle nous signe un récit de vie qui m'a bouleversé, l'amour, la tristesse et l'espoir teinte cette lecture. Nous prenons conscience avec ce livre de ce qui était le quotidien de nos grands-parents ou de nos arrières-grand-parents pour les plus jeunes pendant la grande guerre. L'envie de connaître le quotidien de nos ancêtres et de poser une multitude de question de famille surgit après les dernières lignes de ce roman.
L'histoire d'amour entre les personnages est d'une pureté et tellement intense qu'après la lecture, on se retrouve dans une bulle d'émotion. L'auteure nous livre des rebondissements, toujours surprenants et très bien amenés.
Le démarrage est un peu long, pour poser les bases mais la suite vaut tellement le coup. La narration à la troisième personne avec l'alternance des pensées entre le personnel de la maison de retraite et Marie, n'est absolument pas dérangeant, même si vous êtes fan d'une narration à la première personne.
Vous l'aurez compris, j'ai adoré cette lecture jusqu'à la fin de l'épilogue, si vous avez la chance d'avoir encore vos grands-parents cette lecture vous donnera l'envie de vous poser avec eux et de les laisser vous conter leurs histoires, si ce n'est pas le cas, c'est le moment de ressortir les vieilles photos, de vous imaginer ce qu'il pouvait bien se passer à cette époque et si le coeur vous en dit de le mettre par écrit, car il n'y a rien de plus beau qu'une tranche de vie racontée. Avec " Les secrets de la petite boite en fer" j'ai plus l'impression d'avoir lu une biographie plutôt qu'un roman, merci Isabelle pour ça.
Bouquineusement vôtre

Une Clari nostalgique ♥
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
FelicieAussi
  13 août 2017
Quand j'entendais mes copines de lectures parler de « coup de coeur », j'étais presque jalouse.. Hey, pourquoi elles ont des frissons, elles ? Pourquoi elles ont ressenti des trucs ? et d'ailleurs, ça arrive comment un coup de coeur ? Et puis c'est quoi d'ailleurs.. ?
Lasse de mes interrogations, j'ai entamé tranquillou « Les secrets de la petite boite en fer » d'Isabelle Fluckiger Jachym..
Déjà, le titre.. « une petite boite en fer » ; ça recèle souvent de souvenirs et des secrets tristes, drôles, amoureux.. Sur la couverture, des photos anciennes, j'adore ça.. on fige le passé en noir & blanc..
Dès les premières pages, j'ai été touchée, vraiment.. C'est l'histoire de Marie, petite mamie qui me rappelle ma Félicie à moi. Elle a 95 ans et Alzheimer qui s'installe confortablement dans sa vie.
Elle débarque sans famille en maison de retraite pour y finir ses jours, tranquillement et ‘entourée'. Elle est perdue, dans ses nouveaux murs, dans sa nouvelle chambre qu'elle ne reconnait pas.. et ce malgré toute l'attention du personnel soignant. La seule chose qui la ramène à sa vie, c'est sa petite boite en fer.. jamais loin d'elle. Au fil des jours, elle se prend d'affection pour deux des soignantes, Assya et Claire. Dès qu'elles le peuvent les deux jeunes femmes viennent passer du temps avec Marie qui dévoile peu à peu, les secrets de sa petite boite en fer, grâce aux photos qui la composent.. C'est l'histoire de sa vie, avec son lot de bons et mauvais moments.. La rencontre avec son bien aimé Charles, l'amour de sa vie, la Guerre de 1940 qui les a séparé, la perte de son fils de 3 ans et son mariage avec un homme très amoureux… Petit à petit, une relation va s'installer entre ces trois femmes, ce qui réconfortera Marie et lui donnera du baume au coeur.
Les 30 premières pages m'ont mise dans le bain : j'ai été émue par son arrivée dans la maison de retraite, je l'imaginais toute petite, toute frêle.. réalisant que c'est certainement sa dernière demeure. Elle est perdue et en colère contre cette maladie qui lui gâche ses souvenirs. Mais elle est si attachante et tellement amoureuse ! le personnel est présent, très attentif au confort des aïeuls, la prise en charge est très personnalisée, j'ose espérer que c'est comme ça partout, ça fait rêver ! Assya et Claire sont douces et patientes. D'autres personnages feront leur apparition au fil du roman, tous aussi précieux et indispensables au bonheur de Marie.
L'auteur alterne les pensées de Marie et la narration, le passé et le présent, sans jamais se perdre. Les mots sont justes, tendres et sincères, l'écriture est fluide et sensible, elle pique là où il faut. On se plonge dans les souvenirs de cette adorable Marie, ses doutes, ses craintes et son mal être d'être au milieu d'autres ‘malades' de l'Ephad, mais surtout, on réalise tout cet amour indétrônable qu'elle porte à « son Charles ».
Les mots me parlent, me bercent ou me choquent tellement que j'ai dansé une valse brune au bal du village, j'ai frissonné lorsque Marie nous parle du feu qui rosissait ses joues un après midi près de la rivière, j'ai entendu les bombes tomber sur les soldats et les pleurs des familles perdant leurs hommes, j'ai forcément pleuré lorsque c'est Charles qui est tombé… J'ai eu envie de rassurer Marie lorsqu'elle se perdait dans les couloirs, j'ai eu les viscères de maman se tordre lorsque son fils a disparu, j'ai retrouvé un semblant de sourire avec Henri, j'ai eu le coeur qui faisait des bons pour des alliances…. J'ai ressenti la douceur de ses petites mains fripées dans lesquelles j'aimais me tenir.. Et j'ai pleuré jusqu'à la dernière ligne… !! Tout ça parce que l'auteur a su trouver les bons mots, ceux qui vous racontent une vie pleine d'émotions, sans jamais tomber dans le mélodrame cliché. Cette histoire, cela pourrait très bien être celle de votre mamie.
Alors oui, ce n'est pas un roman « claque-à-l'Américaine », empli d'effet spéciaux… C'est une leçon de vie, un roman VRAI, riche d'amour, de joie, de souvenirs, de sentiments, de moments difficiles. Il nous remet aussi à notre place, pour comprendre nos grands parents, pour respecter ce qu'ils ont vécu, et pour les accompagner au mieux. On y apprend aussi les difficultés et la charge de travail du personnel soignant, au quotidien.
Au final, j'ai maintenant compris ce qu'était un coup de coeur : c'est un truc qui t'arrive en pleine tronche, sans prévenir (sinon c'est pas drôle..) et qui parle à tes tripes : tu lis une phrase, ça te chatouille, tu lis un paragraphe, tu chiales, au bout d'un chapitre, tu es transporté là bas.. A la fin du livre, Marie est ta mamie à toi et tu lui tiens aussi la main avec Henri, en pleurant.. bref, c'est une méga bombe dans ton ptit coeur…
Je croyais pourtant que j'étais vide à l'intérieur, que je lisais pour occuper mes yeux le soir .. Tout ça c'est fini, j'en ressort chamboulée et pour ça, je dis un énorme Merci à Isabelle ! Je suis fan, je crois que je ne vous lâcherai plus.. ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Je ne peux que vous conseiller fortement de vous procurer cette pépite en or massif !
Lien : https://felicielitaussi.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pioucorinne
  26 février 2018
Voilà après une petite discussion sur le fb avec l'auteure, après avoir lu la quatrième de couverture qui ne pouvait que m'attirer, après avoir vu cette jolie couverture, je n'ai pu résister, j'ai acheté le livre et je l'ai commencé le soir même ...
Que dire ? j'ai beaucoup aimé cette lecture. Je me suis attachée à Marie et son histoire m'a émue. Elle a toujours avec elle une petite boite en fer dans laquelle sont cachés tous ses petits secrets, vous la voyez cette petite boite ? moi oui, elle est rectangulaire avec comme dessin sur le couvercle un bouquet de violettes, elle est un peu rouillée par endroit c'est une vieille boite mais elle cache bien des souvenirs qui sont chers à Marie et en ça elle est très précieuse.
Durant son séjour, Marie va se prendre d'amitié pour 2 aides-soignantes à qui elle va raconter petit à petit son histoire. A plusieurs reprises j'ai lu que les soignants ne devaient pas se lier d'amitié avec les patients oui mais ... c'est ce que voudrait la hiérarchie mais comment bien travailler sans affect ? c'est impossible, quand on fait ce métier c'est qu'on aime donner et parfois les patients nous le rende bien par des petits sourires, des petits mots, des petits riens qui font tout notre bonheur. Marie est une petite mamie attendrissante et touchante, je l'imaginais fragile et perdue dans les méandres de la maladie d'Alzheimer, cochonnerie de maladie ! Sa vie n'a pas été facile, elle a vécu tellement de drames mais pour rester debout jusque 95 ans il faut croire qu'elle n'était pas si fragile que ça finalement, j'ai beaucoup d'admiration pour elle.
J'ai aimé la partie historique, Charles doit partir faire la guerre, celle de 1939-1945, c'est à travers ses lettres que l'on vivra une partie de toute cette horreur ... Mais l'histoire de Marie ne s'arrête pas à Charles même si c'est son grand Amour, l'amour de toute une vie, d'autres choses vont arriver toujours à cause de cette guerre et ça m'a fait frissonner ... J'aime quand à travers une histoire je peux avoir des témoignages de notre Histoire, ça rajoute toujours un plus au récit. Ce qui est intéressant dans ce roman c'est que l'on a un aperçu de ce qui s'est passé de chaque côté de la frontière avec d'un côté l'Allemagne et de l'autre notre pays. Ce côté historique est toujours intéressant à lire car ces récits sont un peu la mémoire de nos anciens
Comme je l'ai dit plus haut, j'ai été touchée par l'histoire de Marie mais aussi par le travail si prenant des soignants dont je fais partie. Cette relation soignant soigné qui fait tout notre bonheur, dans laquelle on s'épanouit et qui est entrain de mourir à cause des restrictions budgétaires. Avec Assya et Claire et d'autres soignantes, on découvre la vie en Ehpad de l'intérieur avec toutes ses contradictions, la bienveillance mais nous sommes bien souvent au seuil de la maltraitance, institutionnelle certes mais maltraitance quand même et ce n'est vraiment pas simple à gérer, parfois il y a des mots qui débordent et on s'en veut, le peu de temps à accorder aux patients, le quotidien des soignants et tout ça est tellement vrai .... Des petites mamie comme Marie, j'en ai connu et je me suis attachée à elles, elles ont tellement à nous apprendre, elles ont vécu tant de choses terribles, j'ai beaucoup d'affection pour les personnes âgées, bon parfois certaines sont de vraies tatie Danièle, on en a un lot dans mon service en ce moment mais ce métier est tellement enrichissant et qu'est-ce qu'on l'aime.
Vraiment j'ai passé une excellent moment de lecture et je recommande ce livre +++

Lien : http://theflyingbookmark.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AmeliaVarin
  08 septembre 2017
Un très joli titre pour un roman tout en douceur.
L'intrigue…
Nous suivons Marie. Marie est une femme âgée, qui souffre d'Alzheimer. Elle pose ses valises dans un institut médical, appelé : EHPAD. Et vit. du moins, elle continue de vivre, ce qui lui reste. Elle va être accompagnée des soignants, de sa famille… C'est l'histoire d'une femme perdue entre présent et passé qui fera tout pour s'accrocher, se noyant presque dans ses souvenirs…
L'histoire est douce. C'est simple, mais dans le bon sens du terme. Pas de farandoles, de paillettes, tout est dans la simplicité. La finesse. Quelle histoire…
Émouvant…
Très clairement, c'est ce qu'il en est ressorti. Après l'épilogue, j'avais la gorge nouée. Une boule omniprésente, envahissante. Dans ce récit, nous suivons Marie. Et comme elle, nous nous perdons dans le temps. Entre son passé et son présent. On la découvre, on suit ses aventures. Qui était-elle ? Qui est ce Charles dont elle parle sans cesse ? Et puis, on s'attache. C'est irrémédiable, obligatoire, voire nécessaire. On ne veut plus la lâcher, on veut en savoir encore plus, toujours plus… J'ai failli pleurer. J'ai lu pas mal d'articles sur ce roman et beaucoup des blogueuses qui l'ont lu, ont pleuré. J'ai failli. Peut-être que je m'y attendais ? Que du coup, le choc a été moins rude. Mais quoi qu'il arrive, c'était quelque chose. Cette fin, oui, cette fin, c'était quelque chose. Ma gorge s'est nouée. Même si, dans un sens, je m'y attendais. Pourquoi alors ? Parce qu'Isabelle Flückiger Jachym écrit merveilleusement bien. Elle sait mettre des émotions, des sentiments à travers ses écrits, et nous, on les ressent. On les prend en pleine face. Ah, ça, oui, quelle histoire…
Les soignants…
On a Marie, oui, mais aussi Claire et bien d'autres… Ces soignants qui accompagnent les patients jusqu'à la fin. Parce que oui, n'ayons pas peur des mots, jusqu'à la fin. Je connais l'auteur. Isabelle travaille dans cette branche, elle est soignante elle aussi. Ce roman c'est une merveille de douceur, mais aussi de réalisme. Parce qu'on voit les deux côtés. On voit les patients, leur famille, et puis les soignants. Ces athlètes du quotidien (spéciale dédicace à son recueil nouvelles et de poèmes que vous pouvez retrouver ici), ces guerriers de l'ombre qui sont là, pour les aider, les accompagner et même les faire sourire.
Au final, j'ai été charmée par cette histoire, cette plume et même cette couverture. Un roman bouleversant et vrai. À lire !
Lien : https://leshistoiresdameliae..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
pierrette73pierrette73   13 septembre 2017
Le temps décharne les jolies choses. On n’y peut rien. Le compte à rebours est déclenché et rien ne peut l’arrêter. Il n’y a que Dieu. Apparemment pour moi, il n’a pas encore trouvé le détonateur ! ironisa-t-elle.
Commenter  J’apprécie          30
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1569 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre