AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782710372196
288 pages
La Table ronde (07/01/2016)
3.56/5   78 notes
Résumé :
Belfast, 1969 : tension dans les rues, trouble dans les âmes. De loin, Katherine a tout d'une femme comblée. Trois petites filles, un bébé adorable, un mari valeureux, George, ingénieur et pompier volontaire. Seulement, Katherine a un passé... En 1949, chanteuse lyrique amateur, passionnée par son rôle de Carmen, elle fait la connaissance de Tom, jeune tailleur chargé de lui confectionner son costume de scène. Le coup de foudre est immédiat, mais elle est déjà fianc... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 78 notes
5
7 avis
4
24 avis
3
8 avis
2
2 avis
1
0 avis

Belfast: 1969, troubles dans les rues, émeutes dans l'ouest de la ville, rassemblements et envoi de troupes , charges à la matraque, familles aux maisons incendiées , rumeurs de fusillades et d'attentats à la bombe....troubles dans les âmes ...

Katherine a tout d'une femme comblée, George, un mari courageux pompier volontaire et ingénieur , trois petites filles: Maureen, 14 ans,, Elizabeth , Elsa qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau et un bébé adorable : Stephen ...

Seulement elle a un passé , en 1949, chanteuse lyrique passionnée par son rôle de Carmen, elle fait la connaissance de Tom , jeune tailleur chargé de lui confectionner son costume de scène ...

Alors Fiancée à George, vingt ans après le drame qui décida de son destin et au moment où sa ville se déchire , elle doit affronter les zones d'ombre de son passé ....Je n'en dirai pas plus ...

L'auteur construit son roman à l'aide d'allers et retours entre présent et passé ( 1949 et 1969) avec tendresse , sensibilité et poésie.

Elle manie la trame de la douleur , le fil illusoire de la trahison, le poids du passé pour George qui aime Katherine avec passion, qui l'a toujours aimée plus que n'importe qui au monde...avec une habilité et une sincérité telles que le lecteur s'attarde avec émotion sur ces souvenirs « , le fil de l'infidélité » et de la mauvaise conscience autour des fibres de l'amour, trame, «  chaîne et brins soyeux si difficiles à repérer et à démêler ».

Chagrin, exploration de l'enfance, de la mémoire , de l'amour illicite et de la perte , ouvrage lumineux à propos du deuil, paradoxalement « , Phalène fantôme » dépeint avec grâce les fils entrelacés d'un amour entier et fort construit sur un drame, une culpabilité ,dans le clair - obscur de deux existences, torturées par leurs propres fantômes .

Comment changer le cours des choses?

Un premier roman à l'écriture ciselée, étincelante éclairée par le faux pli de lumière des phalènes et un amour fou si lourd à porter .

Un roman Irlandais passionnant poétique , doux , imagé et profond ...poignant et émouvant ....

J'aime les romans irlandais , merci à celle qui me l'a prêté !

Commenter  J’apprécie          5416

Voici une découverte littéraire que je dois, une fois de plus, à Babelio.

En effet, c'est en lisant certaines critiques fort alléchantes, que je me suis laissé tenter.

Et je ne regrette évidemment pas ce voyage.

Commençons déjà par le titre : personnellement je le trouve tellement joli, il invite à la rêverie …

L'histoire se déroule principalement en Irlande et plus précisément à Belfast. Nous allons alterner entre deux périodes : une en 1949, et l'autre en 1969…

1969 : Katherine et George, un couple qui semble sans histoires, même si bien sûr avec quatre enfants, ils ne s'ennuient pas une seconde. Histoire de planter le décor, cette période va correspondre à une période de troubles dans la ville et les tensions entre les catholiques et protestants vont crescendo. Lors d'une sortie à la plage, la jeune femme manque de se noyer, et cet incident va la ramener à ressasser le passé, et principalement l'année 1949.

A cette époque, Katherine était une jeune cantatrice amateur et se préparait avec sa troupe à se lancer dans une représentation de Carmen…

J'ai beaucoup apprécié l'écriture de l'auteur, toute en nuances et en poésie…Elle nous fait avancer doucement dans l'histoire qui se révélé encore plus prenante que prévue.

Les personnages sont particulièrement attachants, avec une mention particulière pour Elsa, une des filles de Katherine.

J'avoue avoir été surprise par la tournure qu'a prise à un moment cette histoire, je n'avais rien vu venir, m'attendant à un dénouement plus convenu…

Un petit bémol, cependant : j'ai l'édition de poche La Table ronde : en général, je ne prête pas trop d'attention aux couvertures, mais celle-ci est particulièrement vilaine, il faut le dire. Elle ne m'a cependant (et heureusement) pas gâché le plaisir de la lecture.

Challenge A travers l'histoire 2021

Challenge Multi-défis 2021

Commenter  J’apprécie          530

Belfast, 1969. L'Irlande du nord connait une période de crise politique et religieuse durant laquelle la tension entre catholiques et protestants se fait de plus en plus palpable, se manifestant par des actes de violence et de dégradation. C'est dans ce contexte pour le moins instable et troublé que Katherine Bedford, une femme sans histoires, mère au foyer d'une famille de quatre enfants, mariée à George, un homme qui l'aime éperdument, voit peu à peu sa vie vaciller lorsque resurgissent les démons de son passé…

Elle replonge malgré elle en 1949, l'année de tous les bonheurs et de toutes les incertitudes, où elle incarnait alors, en tant que chanteuse lyrique au sein d'une troupe amateur, la sulfureuse Carmen. Souvenirs de sa passion soudaine et sublime pour Tom, son costumier, alors qu'elle était déjà fiancée à George. Initiation à l'amour, à la liberté et aux délices de l'interdit. Mais la transgression à un prix et, sans que l'on s'en rende compte, certains secrets vous rongent le coeur et le corps jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien…

« Phalène fantôme » fait partie de ces textes d'une beauté rare qui, à partir d'une histoire d'amour comme il en existe tant, tissent une oeuvre unique et envoûtante. Il y a dans l'écriture de Michèle Forbes une justesse, une poésie et une délicatesse telles qu'elles transcendent les personnages, leurs relations ainsi que leurs sentiments. le sublime se mêle au tragique pour nous offrir des scènes bouleversantes et d'une intensité rare.

Les allers-retours entre les deux époques permettent de découvrir progressivement le rôle de chacun dans ce triangle amoureux complexe, où la passion se heurte à la raison, où la fidélité est trahie, où le bon sens et le qu'en dira-t-on se rencontrent pour écraser les sentiments… Une narration alternée entre présent et passé qui permet de mettre en évidence le lien indéfectible qui existe entre l'un et l'autre.

A travers le personnage de Katherine, Michèle Forbes nous livre un magnifique portrait de femme, dans tout ce qu'elle peut avoir de complexe et de paradoxale. Artiste talentueuse et indépendante, amoureuse tendre et bienveillante, amante passionnée, mère aimante et dévouée sont autant de facettes qui la rendent attachante et terriblement proche de nous. La relation de couple quant à elle, vue à travers ses failles, ses doutes mais aussi ses forces est décrite avec beaucoup de justesse et de réalisme. Un texte magnifique donc, extrêmement touchant, porté par des instants de grâce et un onirisme ambiant qui en font un délicieux moment de lecture.

Un grand merci à Babelio et aux éditions "La Table ronde" pour cette jolie découverte!

Commenter  J’apprécie          402

Je souhaiterais vous faire partager mon émotion à la lecture de ce roman! Un grand coup de coeur. Vive les auteurs irlandais!

1969. Belfast. Dans une ambiance de violence et d'affrontements entre catholiques et protestants, Katherine, mère de quatre enfants, semble perdre pied dans son couple et dans sa vie...Une tension sourde existe entre elle et son mari, George, pourtant toujours amoureux d'elle.

1949. Jeune fille alors fiancée à George, Katherine , appartenant a une troupe amateur, lors d'essayages pour son costume de Carmen, fait la connaissance de Tom, un tailleur. C'est le coup de foudre. Et le drame.

Les deux époques se télescopent, révélant la douleur, le chagrin, les remords.

Je préfère ne pas en dire trop, ce livre se découvre en douceur, délicatement, comme cet envol de phalènes qui se sont déposées sur la chemise de nuit blanche d'une enfant , dans le pré. Comme la lumière ambrée d'une broche qui fait scintiller le monde...

Je vous ai tant aimés, Katherine et George! Avec vos pensées profondes et torturées, avec vos faiblesses, vos élans de vie, d'amour. Je vous ai quittés avec tristesse. Ainsi que toi, Elsa, leur fille si sensible.

J' ai tant aimé cette écriture poétique, transfigurant le quotidien, onirique parfois, creusant les émotions et nous les communiquant très subtilement.

Un livre à lire, assurément ! Et on peut maintenant le trouver en édition poche" La petite vermillon". Alors, pas d'hésitation, découvrez-le!

Commenter  J’apprécie          417

Belfast 1969: une ville en troubles, incendies et attentats, une famille au bord du précipice.

Les Bedford sont catholiques. Un couple a construit une famille sereine de quatre enfants. George est pompier volontaire et la tension de son métier dans cette ville dangereuse fragilise une union où la confiance et l'affection ne se conjuguent pas forcement avec la passion partagée.

Surtout pour Katherine, mère aimante mais lassée parfois de cette routine familiale faite de travaux ménagers et d'éducation, ébranlée par le souvenir soudain resurgi du choix qu'elle s'est imposée par raison en préférant le bonheur tranquille et banal avec George au tumulte amoureux avec un autre homme. Une autre époque qui, en s'intercalant par chapitres dans la narration, montre par contraste une période joyeuse et nous parle de déchaînement des sens, de culpabilité et de regrets.

J'ai été impressionné par la maturité d'écriture de ce premier roman. Il est profond, riche de sensations, perceptions et de métaphores. L'auteure a su créer l'angoisse palpable d'une ville en état de troubles et l'inquiétude intime d'un couple qui se maintient au fil du temps. Elle aborde avec une grande sensibilité l'univers des enfants, l' apprentissage à la vie et à la peine, ainsi que la découverte du sentiment amoureux chez les adolescentes.

C'est un livre très attachant, bien que douloureux, qui porte un beau portrait de femme, une peinture familiale touchante et réaliste, et interroge sur les choix de vie, entre passion et raison.

Commenter  J’apprécie          372


critiques presse (1)
LeFigaro
12 février 2016
Phalène fantôme raconte l'histoire d'un couple mis à l'épreuve, sur fond d'émeutes entre catholiques et protestants à Belfast.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation

Les malades, en chemises de nuit et robe de chambre, sont pâles et émaciées. On les croirait enveloppées de bandelettes, à moitié momifiées. Dépouillées du quotidien. Ce sont désormais des patientes et leur mission consiste à attendre, à attendre des biscuits, des analgésiques, mais aussi des hochements de tête entendus des spécialistes de passage, à qui elles rendent machinalement leur salut, sans avoir rien compris à leur discours.

Commenter  J’apprécie          170

Pendant le brossage des dents, elles entonnent tout à tour des cantiques, la bouche pleine de mousse. Dans la salle de bains, serrées autour du lavabo, elles se donnent des coups de coude tout en chantant. Leurs crachotement à la gloire de Dieu les font glousser. Elles avalent trop vite, s'étouffent et gloussent de plus belle. Avec leur brosse, ells font aller et venir les mots sacrés dans leur bouche jusqu'à ce que leurs dents soient aussi propres que leur  âme devrait l'être. Elles recrachent dans le lavabo et regardent leurs péchés véniels, leurs paroles de colère, leurs pieux mensonges, leurs petites méchancetés, toutes ces choses anodines qui font d'elles ce qu'elles sont, disparaître dans la vidange en tourbillonnant Les voilà sanctifiées en toute frivolité, leurs langues maintenant sucrées et mentholées. (p133)

Commenter  J’apprécie          40

Cette façon dont nous gardons les morts en vie, à tellement vouloir réparer le passé. Cette façon dont nous les portons partout avec nous, et oublions ainsi de vivre notre vie.

Commenter  J’apprécie          180

"D'abord je vais passer la roulette à tracer sur les lignes du patron en papier. La roulette ne fera aucun bruit lorsqu'elle suivra, docile, le délicat mouvement de mon bras autour de ta silhouette". (...) "Je découperai le tissu, qui sera maintenu à plat par les poids que j'aurai posés dessus. mes ciseaux trancheront sans effort la soie saumon et la satinette jaune citron ainsi que la laine bouclette mandarine et cerise...Leurs lames sont indécemment aiguisées, l'étole cédera avec facilité." Ses doigts en éventail sur sa cuisse, atteignirent son genou. "Puis je draperai le corsage grossièrement assemblé autour du mannequin, en resserrant bien le vêtement sur le devant au niveau de la taille." Il passa sa main sous sa jupe, lui écartant les jambes pour les ouvrir un peu. "Je rapprocherai les bords bruts du tissu et je les épinglerai pour former une couture, puis j'entaillerai si nécessaire les emmanchures, comme un chirurgien inciserait un lambeau de peau." Sa main remontait sur la face intérieure de sa cuisse frottant contre ses bas. "Puis je poserai sur les coutures un extrafort en taffetas. Quand j'aplatirai les coutures sous la semelle du fer brûlant, je respirerai à pleins poumons l'odeur du tissu neuf et j'imaginerai le parfum délicieux que lui donnera la chaleur de ton corps." Lentement, il retira sa main de sous la jupe de Katherine pour la faire pivoter vers lui, et se plaça délicatement au-dessus d'elle.....(p107)

Commenter  J’apprécie          10

Lorsqu'elle atteignit l'immeuble, elle vit son reflet déformé dans la vitre sombre et brillante de la porte d'entrée. on aurait dit un prisme de lumière brisé : des tessons d'elle-même oscillaient autour d'un centre noir.

Commenter  J’apprécie          110

Videos de Michele Forbes (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michele Forbes
http://www.librairiedialogues.fr/ Élise de la librairie Dialogues nous propose ses coups de la rentrée littéraire 2019 : "À la ligne" de Joseph Ponthus (éd. La Table Ronde), "Edith et Oliver" de Michèle Forbes (Quai Voltaire) et "L'Atelier du désordre" d'Isabelle Dangy (éd. du Passage). Réalisation : Ronan Loup. Questions posées par : Laurence Bellon.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues/
autres livres classés : irlande du nordVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus

Autres livres de Michele Forbes (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
189 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre