AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742787992
Éditeur : Actes Sud (03/02/2010)

Note moyenne : 2.98/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Quelle femme de soixante ans, aujourd'hui, peut sans grimacer s'entendre appeler "mamie" ? Pas Chouquette, qui a réglé le problème en recyclant le surnom de ses tendres années, au grand dam de sa fille Adèle, laquelle rêve pour son petit Lucas d'une vraie grand-mère. N'empêche, vraie ou fausse, c'est bien Chouquette qui doit jouer les baby-sitters de luxe auprès de son petit-fils, renvoyé de sa colo pour cause de varicelle, pendant qu'Adèle est partie sauver le mond... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  14 avril 2019
Ne l'appelez pas mamie Catherine, appelez-la Chouquette, pas comme les choux mais comme les gâteaux avec le sucre perlé au-dessus. Mamie Chouquette (désolée Catherine, c'est sorti tout seul) du haut de ses soixante ans et ses quinze centimètres compensés, ses ongles manucurés et ses sourcils épilés comme une star n'en a que faire des enfants y compris son petit fils Lucas qu'elle ne voit jamais. Non, elle ce qu'elle aime, c'est se dorer la pilule sans se tracasser de rien. Puis il y a Jean-Pierre qu'elle attend depuis des années. Jean-Pierre c'est son mari, enfin ex mari mais puisque Catherine ne croit que ce qu'elle veut, ça reste son homme qu'elle appelle à tout vent et qu'elle attend mais qui ne vient jamais.
Sa fille c'est Adèle, le contraire de sa mère. Elle, tout ce qu'elle aime c'est aider les plus démunis. Lorsqu'avec son mari, une opportunité s'offre à eux de partir en mission humanitaire en Afrique, il faut bien sonner à la mamie Chouquette pour garder leur petit Lucas de cinq ans. Chouquette a l'oreille difficile, et des solutions à tout pour que Lucas aille n'importe où sauf chez elle. Casé in extremis dans une colonie, une varicelle va changer les plans de ce petit garçon et surtout ceux de Chouquette...
Direction Saint-Tropez, les cocktails, les défilés pour Durex, les filles de vingt ans à la ligne parfaite, et bien vite Lucas pour trois jours...
Satyre sociale d'un monde préférant regarder son petit nombril que devant soi, Chouquette est un très beau moment de lecture qui renverse les codes du chacun pour soi. Un enfant est toujours un petit magicien rempli de tendresse et de malice pour réveiller les coeurs endormis.
Dans une France accaparée par les crash boursiers durant la période Lehman Brothers, il est temps peut-être pour Chouquette de regarder la vie autrement, d'y trouver une nouvelle direction.
J'aime beaucoup Emilie Freche qui apporte dans ses romans beaucoup de réalisme et de tendresse, un zeste d'humour et un ton qui laisse à méditer. Chouquette c'est le visage de ces années qui passent et nous rappellent un jour que la vraie vie se joue ici et maintenant.
Très beau roman, sympathique, rafraîchissant, intelligent et même drôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8711
Livresque78
  17 octobre 2017
Le site Lecteur.com m'a donné la possibilité de découvrir ce petit roman en me le faisant gagner, je les en remercie.
Chouquette est une étonnante histoire, où le lecteur reste un peu " le cul entre deux chaises", pardon pour le vocabulaire mais c'est ce que je ressentais durant ma lecture.
J'ai beaucoup d'affection pour Catherine grand-mère qui ne veut pas l'être, épouse on ne peut plus dévouée, trahie, trompée, bafouée mais qui tente de rester digne. Catherine  est aussi une petite bourgeoise qui passe des vacance à St Tropez et ne daine pas s'occuper de son petit fils... Et j'ai également beaucoup de sentiments pour sa fille Adèle, mère de Lucas, qui voudrait tant qu'il ai une grand-mère comme les autres et qui pourtant juge sa mère très durement et ne fais pas preuve de beaucoup de compréhension à son égard.
Des sentiments mitigées envers ces deux personnages, et passent à leurs côtés des êtres un peu barrés, qui vivent dans un autre monde.
Un petit roman qui file, agréable et par moment touchant, tant on sent Catherine paumée et triste.
Lien : https://livresque78.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Taylor
  29 janvier 2013

Qui se cache derrière Chouquette ? Il s'agit de Catherine, 64 ans. Attention on est ici bien loin de l'image de Mamie Nova qui prépare gâteaux et crêpes pour le gouter de leurs petits enfants.
Non Catherine, elle, veut être libre. Libre de passer tout son temps avec son époux dans des soirées, des diners, des cocktails bref vivre dans l'ombre de celui-ci.
Alors garder son petit fils de 5 ans pendant les vacances, merci bien.
Seulement la varicelle vient contrarier ses plans et là voilà dans sa villa de Saint Tropez avec son petit fils boutonneux (le pauvre).
Au premier abord, on pourrait penser que cette femme ne veut pas vieillir et que, maintenant débarrassée de ses obligations maternelles ne souhaitent pas s'encombrer d'une deuxième « maternité ».
La réalité est tout autre : son mari a définitivement tourné la page sur leur amour (si tant est qu'il ait réellement existé) et il doit en plus faire face à la crise (l'action du roman se situe au début de la crise qui secoue le monde entier depuis 3 ans).
Elle est toujours restée droite face aux tromperies de son mari, quitte à faire amie amie avec ses maitresses.
Lucas, le petit varicelleux, avec ses mots d'enfants, va mettre le doigt sur l'abcès qui ronge Catherine et lui permettre d'affronter la réalité.
Derrière ce portrait acariâtre se cache une femme blessée depuis de nombreuses années, qui a tout sacrifié à un homme qui n'en a probablement eu que faire. Elle a préféré sauvegarder les apparences plutôt que se concentrer sur l'essentiel : sa famille.
Il n'est jamais trop tard pour ouvrir les yeux et se tourner vers l'avenir avec un regard neuf et ainsi profiter de sa vieillesse le plus sereinement du monde.
Allez-vous succomber vous aussi à l'appel d'une chouquette avec des perles de sucre sur le dessus ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
myriampele
  25 avril 2013
C'est court, et ça se déguste comme une tasse d'expresso sans sucre. Chouquette est une femme de soixante ans, mère et grand-mère toujours amoureuse de son mari, un Don Juan sur le retour. La peinture de cette femme vieillissante et qui le sait mais ne veut pas le vivre est cruelle et réaliste mais un brin tendre...
Commenter  J’apprécie          145
LightandSmell
  18 octobre 2017
Chouquette, c'est Catherine et Catherine, c'est cette femme très riche, mais tellement pauvre. La soixantaine passée, sa vie se résume à attendre désespérément de l'amour de la part d'un mari volage dont elle n'accepte pas le départ. Alors, elle s'enferme dans ses illusions ! Dans le monde de Chouquette, son Jean-Pierre continue à l'aimer et son absence ne s'explique que par la masse de travail qu'il accumule. Elle ne supporte donc rien qui pourrait entraver sa « relation » avec un mari fantôme, à commencer par un statut peu sexy de grand-mère. D'ailleurs, ce n'est pas une grand-mère, c'est Chouquette ! Que sa fille ou son petit-fils aient besoin d'elle n'y change rien, ce qui compte c'est Jean-Pierre
Je dois avouer avoir été assez surprise par le contenu du roman. A la lecture du résumé, je m'étais attendue à une histoire plus sarcastique et plus drôle. Or à part quelques passages qui prêtent à sourire, la tristesse est omniprésente dans la vie de Chouquette. Que cette femme m'a fait de la peine à attendre désespérément de l'attention d'un mari qui l'ignore et qui l'a cocufiée des années durant ! Elle a en effet tout simplement mis sa vie et sa famille en attente pour une chimère… Je ne suis pas psychiatre ou psychologue, mais son obsession pour Jean-Pierre a ce quelque chose de pathologique et de pathétique qui ne m'a pas permis d'en rire. Certains pourront peut-être se jouer de ses illusions dont personne n'est dupe, mais je n'ai pas pu.
De la même manière, j'ai eu du mal à compatir avec la fille de Catherine qui regrette l'égoïsme de sa mère quand elle-même, n'essaie à aucun moment de la comprendre ou du moins, de compatir, et surtout de lui tendre la main. Là où Adèle ne voit que pur égoïsme, je lis un profond désespoir et un besoin désespéré d'amour et de contacts.
Il est vrai que même Chouquette ne semble pas saisir ses vrais besoins puisqu'elle met son bonheur entre les mains de son mari qui n'en a que faire. Heureusement, au fil du récit et de ses interactions avec Diane, ancienne maîtresse de son mari qu'elle a invitée à Saint-Tropez, et de son petit-fils, elle va progressivement évoluer. Cela ne se fera pas consciemment, mais petit à petit, elle va réaliser qu'il y a des choses en dehors de Jean-Pierre comme sa fille et son petit-fils, ce petit bonhomme de cinq ans qu'elle connaît si peu.
J'ai beaucoup aimé le fait que Catherine ne fonde pas immédiatement au contact de son petit-fils se transformant en mamie gâteau adepte du tricot. L'auteure ne nous offre pas un feel-good, mais bien l'histoire d'une femme qui s'est perdue au cours de sa vie et qui, à plus de soixante ans, entrevoit enfin un moyen de reprendre les rênes de sa vie. La scène de fin est, à cet égard, d'une grande sensibilité. Sans tomber dans le pathos ou la surenchère de sentiments, je l'ai trouvée belle et synonyme d'espoir.
Il y a néanmoins deux choses qui m'ont un peu chagrinée dans le roman. La première est une scène qui m'a quelque peu mise mal à l'aise d'autant qu'elle n'apportait rien au récit. Je n'ai rien contre la nudité, mais je ne suis pas certaine que celle d'une femme d'âge mûr, en pleine épilation intégrale devant un garçon de cinq ans, soit très saine… La seconde chose que j'ai regrettée est que l'auteure est peut-être restée trop en surface. Il y aurait eu tellement de choses à exploiter comme le passé et la jeunesse de Chouquette qu'on entrevoit sommairement à la fin du livre et qui apporte un regard nouveau sur cette femme, la relation mère/fille, les relations intergénérationnelles…
En conclusion, Chouquette met en scène cette mamie malgré elle et son obsession pour un mari qui ne l'aime pas et qui ne la respecte pas. Au gré du récit, le lecteur va assister à ses vains espoirs, mais surtout à son désespoir. Sans être particulièrement joyeux, ce roman offre toutefois une réflexion sur la famille et sur ce qui compte dans la vie. Et comme le découvre Chouquette, il n'est jamais trop tard pour être heureux !
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   14 avril 2019
Je vais t’expliquer une petite chose, mon chaton, quand on est avec sa mamie, on oublie tout ce qu’on a appris avec sa maman. Se laver les dents, se coucher tôt, manger la bouche fermée, tout ça, c’est terminé ! Quand on est avec sa mamie, on fait n’importe quoi, parce que, sinon, ça ne sert absolument à rien d’avoir une mamie, tu saisis ?
Commenter  J’apprécie          314
LadybirdyLadybirdy   15 avril 2019
Les êtres humains pouvaient faire un petit bout de chemin ensemble, s’aimer, s’unir puis se quitter, les places boursières pouvaient toujours s’écrouler, les monnaies s’effondrer, l’astre rouge n’arrêterait pas sa descente. Il venait un moment où il finissait par se fondre dans la ligne d’horizon et la nuit, par tout ensevelir.
Commenter  J’apprécie          280
LadybirdyLadybirdy   14 avril 2019
Nos descendants sont notre seule mémoire. Nos descendants sont la vie et la vie seule peut se souvenir. Nos enfants ne nous enterrent pas. Ils nous prolongent.
Commenter  J’apprécie          357
LadybirdyLadybirdy   15 avril 2019
Plus personne n’est ignorant, aujourd’hui, vous pétez à Londres et, dans la seconde, ça pue à Kinshasa, c’est ça le miracle d’Internet.
Commenter  J’apprécie          315
natlitounatlitou   24 février 2013
Je te jure, c'est à hurler, tous les mômes de la terre ont le droit de regarder la télé, sauf mon petit-fils !
Il a fallu que ça tombe sur moi, c'est quand même pas de chance !
Non mais franchement, donne-moi une raison valable de priver ce môme du seul divertissement qui ne tache pas, qui ne produit aucune nuisance sonore, pas de cris, pas de pleurs, pas de questions, et durant lequel, au moins, tu sais qu'il n'ira pas se cogner la tête ou s'érafler un genou ?
C'est comme ces femmes qui continuent d'émincer leurs carottes alors que Picard en vend en rondelles, ça me dépasse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Emilie Frèche (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emilie Frèche
Émilie Frèche - Vivre ensemble
autres livres classés : saint-tropezVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1046 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre