AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283029937
Éditeur : Buchet-Chastel (05/10/2017)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Il y a dans celui ou celle que nous désirons des zones dont nous ne savons rien, des contrées entières qui nous sont interdites et qui, dans le meilleur des cas, le seront toujours. Plus ces contrées sont grandes, lointaines, menaçantes, plus grand est le désir. Le désir n’est pas l’amour. C’est lui qui nous met en marche vers une image, une obscurité que nous voulons éclairer, un autre que nous voulons annexer. Parfois l’autre nous échappe. Le désir brûle et il ne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  25 octobre 2017
Un recueil de six nouvelles de Charles Gancel, dont j'avais précédemment beaucoup apprécié un autre recueil, « Les oeufs ».
« La retenue », la parfaite mise en scène d'une épouse sans état d'âme....pas mal,
« Le foulard », un mec qui ne quitte jamais son foulard, et pourtant.....sympa,
« Partie de chasse », des nordiques(?) qui traquent une belle P.U.,l'artefact (?} quelque part en Chine, à des fins scientifiques (?)........trop compliqué, pas à mon goût,
« Le rat », un tueur à gage défiant un rat, dans la Russie en voie de démocratisation ,.........hum, hum,
« L'inaccessible », aah, Cécile, Cécile,
(Cecilia, you're breaking my heart
You're shaking my confidence daily.....
Time has never been my best suit
Now I've got everything except you
You moved out of my heart, still got the bruise
I'd give it all back to be next to you), Simon and Garfunkel version Gancel.....cruel ,
« Un jour à Manhattan », il est français et écrit à Soho, « le centre du monde », mais, ‘'N'est pas Lautréamont qui veut''.......trés cruel.
Faut dire que Gancel ne manque pas d'imagination, vu la diversité des profils de ses personnages, des lieus et des fonds d'histoire. Sa prose est belle, fluide, avec un zeste d'humour craquant, où les personnages se font piéger par leur propre zone d'ombre ou celle des personnages qui leur sont proches, en bien ou en mal.....inaccessible ? non puisque elle les rattrape.
Ce recueil n'est pas mal; mais si vous vouliez découvrir la plume de Gancel, si non déjà fait, je suggérerais de commencer par « Les Oeufs ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          645
isabelleisapure
  05 novembre 2017
Avec « L'inaccessibleCharles Gancel nous propose six histoires douces amères sur l'amour ou plutôt le désamour, le mensonge et la trahison.
L'écriture est élégante, toujours précise, souvent empreinte d'humour noir.
Pas de temps mort dans ces histoires, l'auteur va à l'essentiel aussi bien dans les actions que dans les sentiments.
J'ai particulièrement aimé « La retenue » ou Edith tue son mari après avoir préparé un aligot. Un crime plus que parfait.
J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cet auteur dont j'ignorais jusqu'au nom, mais je dois reconnaître que j'ai un problème avec les « nouvelles », même si je les apprécie au moment de la lecture, je les oublie très vite.
Peut-être par manque de profondeur, J'ai besoin que les histoires que je lis soient enveloppées de descriptions et de détails.
Merci à Babelio et aux Editions Buchet Chastel qui m'ont offert ce livre dans le cadre d'une Masse critique privilège.
Commenter  J’apprécie          340
Tempuslegendae
  11 novembre 2017
« En nous efforçant d'atteindre l'inaccessible, nous rendons impossible ce qui serait réalisable », écrivait Sartre un jour. Cette part d'inaccessible en nous, que chacun possède en lui, bien évidemment, créé le désir et l'espérance en l'autre. Encore faut-il que cet « autre » s'y intéresse et l'assimile en tant que telle. C'est à ce titre que je reconnais à Charles GANCEL, après lecture de cet ouvrage, ce don de faire s'adresser ses personnages aux visages inaccessibles, voire mêmes fermés. Je me souviens de son roman : « Les oeufs », où on découvre un écrivain talentueux et agréable à lire. Dire qu'il en est de même pour ce recueil de nouvelles, on pourrait, mais seulement après être passé par « la case départ » de sa biographie. le danger, lorsqu'on lit un recueil de nouvelles, c'est de s'attendre à baisser en « haleine », inéluctablement, il ne peut y avoir de régularité en ce sens. L'auteur a-t-il bien calculé par le fait de commencer par « La retenue » … et de finir son ouvrage par « Un jour à Manhattan ? Évidemment. Mais je ne veux pas dire par là que les autres nouvelles sont inintéressantes. Seulement certaines moins captivantes. Soyons sincère, je n'ai pas pu à aller jusqu'au bout de « Partie de chasse ». Je n'ai pas pu parce que je n'ai pas senti la même tonalité par rapport aux autres nouvelles. Je ne pouvais y attacher la notion d'«inaccessible» comme j'ai pu le faire pour les autres histoires. Je retiendrai de ce recueil le degré d'imagination de l'auteur, son humour, la diversité des thèmes abordés, et la belle écriture rencontrée.
Je remercie encore une fois Babelio de sa confiance, et les Éditions Buchet Chastel. Je conseille la lecture de cet ouvrage et ce qui fait que les livres de Charles Gancel s'inscrivent parfaitement bien dans notre paysage littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LiliGalipette
  12 octobre 2017
Édith se débarrasse de son mari en même temps que de sa maison. « Elle avait tué Roger comme on coupe la télé, un doigt posé sur la télécommande. » (p. 14) Sous la canicule, un jeune compositeur préfère la piscine et la compagnie de ses voisines à son piano et aux mélodies qu'il doit composer. « Il déteste la chaleur. On ne peut rien contre elle. Il aime l'hiver. On s'en protège. » (p. 44) Dans un monde à l'agonie, une jeune femme étrangement préservée est une proie idéale. Dans la nouvelle Russie, Slava est un assassin hors pair qui ne sait que tuer. « La mort est communiste, par nature égalitaire. Qui pourrait distinguer le gros du famélique dans la fraternité des squelettes blanchis ? » (p. 117) Vingt ans plus tard, que reste-t-il d'un premier amour ? « Il l'aimait avant de la connaître. Il en était sûr. Elle était en lui, déjà installée comme un vide à combler. » (p. 131) Face au syndrome de la page blanche, dans une ville violente et survoltée, un écrivain attend la révélation.
Chacune à leur manière, ces nouvelles sont des histoires d'amour. Dérangeantes, passionnées ou étouffantes, elles apportent ce petit supplément d'âme à toutes les existences où elles s'inscrivent. Avec ce recueil, je découvre la plume de Charles Gancel et je suis sous le charme de ce style élégant, profond et poétique. J'ai surtout été touchée par « Le foulard » qui parle si bien de chaleur, de gare et d'amour. Je vous laisse avec quelques phrases d'une beauté affolante.
« Les gares devraient n'être faites que pour partir. » (p. 50)
« Il a perdu Laura et gagné douze mesures de douceur. Dans l'économie générale de l'âme, il se sait combler. » (p. 55)
« Que sait-on du dernier chapitre d'un livre qu'on oublie dans un train, sinon qu'il a rejoint une autre vie, d'autres mains et peut-être d'autres lacunes, quelque part dans la logique trouée du temps. » (p. 167)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
andras
  20 octobre 2017
Six nouvelles écrites dans un style tendu et un choix de mots toujours juste. Peu de point commun entre ces nouvelles si ce n'est quelque chose qui reste "inaccessible". On passe d'une histoire à la Simenon à un court récit de science-fiction ou à un épisode tragique de la vie de bohème dans le New-York d'aujourd'hui. Les chutes sont toujours finement élaborées. Une mention spéciale pour la deuxième nouvelle du recueil, le foulard, une histoire qui m'a particulièrement touché. Belle découverte !
Commenter  J’apprécie          191
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   25 octobre 2017
Il voit, en effet. On ne publie plus, on donne à lire. On n’expose plus, on donne à voir. On ne joue plus, on donne à entendre. Il imagine des textes courts qui déconstruisent à tout va, écrits la nuit par des types qui se coiffent comme Artaud ou Steve Jobs, qui s’inscrivent en surplomb d’une époque en naufrage et lâchent des voilà fatigués en milieu et en fin de phrase, qui bassinent le lecteur avec des personnages improbables, de la science à deux balles ou des précisions inutiles depuis qu’ils ont découvert Wikipédia, qui ne peuvent pas décrire une mouche sur un camembert sans faire un cours sur les diptères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
LiliGalipetteLiliGalipette   12 octobre 2017
« Que sait-on du dernier chapitre d’un livre qu’on oublie dans un train, sinon qu’il a rejoint une autre vie, d’autres mains et peut-être d’autres lacunes, quelque part dans la logique trouée du temps. » (p. 167)
Commenter  J’apprécie          80
SlySly   14 octobre 2017
Il s'imaginait qu'avec le temps la passion avait rendu les armes, qu'elle avait épargné sa proie et s'en était allé chasser ailleurs, mais la passion ne lâche jamais, elle est obstinée comme le tabac qui triomphe un jour de l'arrogance des sevrés.
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   12 octobre 2017
« Il a perdu Laura et gagné douze mesures de douceur. Dans l’économie générale de l’âme, il se sait combler. » (p. 55)
Commenter  J’apprécie          10
SlySly   13 octobre 2017
Mais que fait-on quand on ne sait plus que tuer, quand l'espoir du lendemain est toujours celui d'être mort ?
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3607 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre