AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782354089740
320 pages
Mnémos (01/07/2022)
4.02/5   22 notes
Résumé :
Évariste Cosson, le consultant en occultisme industriel, a toujours détesté les chansons de Jimi Hendrix. L’annonce de la mort subite du célèbre rocker, installé sur la Côte d’Azur après sa tentative de suicide en 1970, n’aurait été qu’un simple désagrément si la manager de Hendrix ne l’avait pas engagé pour comprendre pourquoi la maison de disques de l’idole de toute une génération refuse obstinément d’annuler le concert d’adieu.

Et comme si ça ne su... >Voir plus
Que lire après Requiem en catastrophe majeureVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 22 notes
5
5 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Consultant en occultisme, Évariste Cosson a du mal à faire décoller sa start-up. Pourtant c'est pas faute d'avoir positionné ses locaux en plein coeur de la Défense, mais faut croire que les a priori ont la dent dure surtout pour les esprits les plus cartésiens. Alors quand une affaire se présente, elle ne se refuse pas, même si elle sent de suite le coup foireux. Or, c'est bien connu que les emmerdes volent toujours en escadrilles. Ce n'est donc pas un mais trois contrats qui lui tombent dessus, à Évariste de savoir bien gérer son temps et de faire les bons choix. Heureusement pour lui, ou pas d'ailleurs, son ami Gidéon, sorcier papou de son état va l'épauler dans l'accomplissement de ses délicates missions. Pour autant, ce n'est pas sûr que ces deux gaillards, légèrement poissards sur les bords, s'en sortent.

Dans Requiem en Catastrophe Majeure, Olivier Gechter nous entraîne dans un road-trip parisien parfois banlieusard, furieusement drôle.

Dans l'imaginaire d'Olivier Gechter, la magie a pignon sur rue et les sorciers d'aujourd'hui ont dû s'adapter aux contraintes et aux atouts du monde moderne pour exploiter au mieux leurs capacités et même les synchroniser aux nouvelles technologies. On ne s'étonne donc que peu de voir un Évariste communiquer avec le fantôme de sa mère par sms ou l'âme errante d'un puissant sorcier trouver refuge dans un vieil ordinateur. La sorcellerie s'immisce partout, y compris là où on ne l'attend pas. Heureusement Évariste Cosson a le don de double vue et pénètre à sa guise dans l'éther pour percevoir les âmes des vivants et des morts qui ne se sont pas encore réincarnées. Un pouvoir précieux pour s'assurer, par exemple, de la fiabilité de son jugement sur autrui. Dans ce roman, on flotte donc entre deux mondes, celui des vivants et celui des esprits, au gré des pérégrinations d'un magicien bien souvent en peine de suivre la cadence de l'aventure.

Au fil de ses investigations conduites simultanément, Évariste Cosson va devoir aussi bien remettre la main sur l'âme de l'insaisissable Jimi Hendrix, que l'auteur a d'ailleurs ressuscité pour les besoins de son livre afin de lui faire trouver la mort sur scène à notre époque, que de déterminer si l'opéra Bastille est réellement hanté par un maestro éconduit, tout en allant désensorceler les locaux d'une entreprise cergyssoise.

Du pain sur la planche attend donc Évariste et Gidéon pour résoudre toutes ces énigmes en espérant qu'ils n'enveniment pas les choses, cela va sans dire. Or, connaissant ces deux échalas et au vu de l'improbable enchaînement des événements, Olivier Gechter nous plonge directement dans le bain d'un récit ubuesque qui nous balade aux quatre coins de la région parisienne pour un voyage inoubliable et rock'n'roll.

Du tempo wagnérien aux riffs des Guitar hero, l'ambiance musicale de ce roman est posée et rythme harmonieusement bien la lecture. Pour l'occasion, l'auteur dépoussière les seventies en lui empruntant son côté psychédélique qui sied bien au concert apocalyptique concluant ce roman.

Requiem en Catastrophe Majeure est le parfait antidépresseur à la morosité ambiante sans l'inconvénient des effets secondaires. En compagnie de la plume déjantée d'Olivier Gechter, on passe un bon moment car qu'on se le dise, il n'y a aucun temps mort dans ce récit. L'humour pour Olivier Gechter est d'ailleurs une arme pour piquer ici ou là le conformisme de notre société bien ancrée sur ses idées reçues ou encore secouer les clichés du monde du travail, notamment ce tertiaire fantasmé des startupers surbookés à la mode américaine. Rattrapé par les impératifs entrepreneuriales, Évariste incarne bien le monsieur et madame tout le monde ballotté par le tourbillon de la vie.

Un poil désabusé, un soupçon opportuniste, Evariste Cosson tente de se faire une place dans ce monde en optimisant au mieux ses compétences. En interpellant incessamment le lecteur au fil des pages, une complicité s'installe fatalement entre lui et nous car comment résister à ses traits d'esprit ou à ses réflexions justes sur la vie. Son ami Gidéon vient lui filer un coup de main sur deux de ses affaires. Une aide bienvenue car la tâche est ardue. Une occasion de resserrer les liens et de tester la force de leur amitié. Ils forment un duo rafraîchissant et fort plaisant à suivre.

Je ne regrette pas le moins du monde cette lecture qui est véritablement un baume contre la mauvaise humeur... suite sur Fantasy à la Carte.
Lien : https://fantasyalacarte.blog..
Commenter  J’apprécie          90
Merci beaucoup aux éditions Mnémos pour l'envoi. le roman avait l'air de proposer une histoire dynamique et sympathique. Requiem en catastrophe majeure est un livre d'Olivier Gechter qui suit les aventures d'un consultant en occultisme nommé Évariste Cosson. le roman propose un univers dans lequel la magie est une science et un business comme les autres, avec ses galères et ses victoires.

Occultiste de son état, nous suivons Évariste Cosson. Poissard malgré ses connaissances variés en magie et autres phénomènes étranges, il a bien du mal à faire décoller sa carrière dans le consulting en occultisme. Pourtant, plusieurs affaires lui tombent dessus. Il sera épaulé par Gidéon, sorcier Chimbu talentueux mais caractériel et orgueilleux, auprès duquel il a une dette. Duo explosif et complémentaire, difficile pour eux de tenir la cadence entre plusieurs enquêtes aussi mystérieuses les unes que les autres. Ils sont amenés à croiser des personnalités décapantes, comme des fans excitées de Jimi Hendrix, des belles-mères pleurnicheuses et autres esprits envahissants. Les dialogues ne manquent ainsi jamais de faire rire et apportent une belle dynamique.

L'auteur égratigne au passage les clichés de notre vie moderne, que ce soit la vie des startuppers qui est en réalité plus un enchaînement de galères qu'une vie rêvée. L'écriture est très vive et pleine d'humour. J'ai même pouffé de rire à plusieurs reprises devant certains bons mots, et c'est assez rare lorsque je lis un roman ! Notes de bas de page à base de sacrifices de chaton, vieux sorcier qui prend possession de Clippy… Requiem en catastrophe majeure propose une histoire créative et rafraîchissante. C'est aussi porté par un rythme soutenu. L'histoire fait assez peu de pause. En même temps, on alterne entre trois enquêtes, mais je n'ai pas d'impression de lourdeurs ou de manque de fluidité. le tout est sublimé par un climax musical explosif.

L'un des éléments les plus créatifs est la façon dont l'auteur a inclus la magie dans un quotidien urbain. Olivier Gechter développe ainsi des pratiques occultes hybridées avec la technologie par exemple. Il n'est pas inhabituel qu'Évariste reçoive des sms de sa mère décédée. Dans cet univers, les sorciers et autres médiums sont des messieurs et madames tout-le-monde à première vue, même si les apparences peuvent se révéler trompeuses. L'occultisme est une mécanique comme une autre qui se base sur des connaissances spécifiques. L'auteur parvient très bien à donner l'impression, à travers les élucubrations de son personnages principal, de faire face à une science structurée, aussi structurée que l'importe quelle autre.

Les missions d'Évariste et de Gidéon se fondent parfaitement dans le paysage parisien. On a parfois l'impression de faire face à de l'urban fantasy. le duo doit par exemple désenvouter une entreprise à Cergy-Pontoise, hantée par une consultante oubliée depuis des années et particulièrement en colère de la situation. Voilà un petit taquet au passage à l'univers du consulting, dont les membres hantent les couloirs des entreprises, occupés à des missions tellement bullshit qu'on ne remarquerait pas leur absence. Quant à l'Opéra Bastille, une femme de ménage a été enlevée par un compositeur possédé par un avatar envahissant du fantôme de l'Opéra. L'univers créé est finalement très naturel et très excentrique en même temps.

C'est une très bonne surprise que ce roman original, bien construit et captivant ! Porté par une galerie de personnages hauts en couleurs, c'est un plaisir de découvrir les personnalités complètement barrées qui peuplent le récit. D'Évariste en consultant startupper en galère en passant Gidéon en sorcier orgueilleux jusqu'au fans hystériques de Jimi Hendrix, les dialogues et les situations sont hilarants. Les enquêtes permettent d'égratigner une partie de la société, que ce soit le monde du consulting ou l'aspect parfois très cynique du business musical. L'un des points forts du roman est de mêler la magie et l'occultisme avec le monde moderne de manière très convaincante, donnant naissance à de multiples situations saugrenues.
Lien : https://lageekosophe.com/202..
Commenter  J’apprécie          80
Ma lecture post-utopiales, et c'était ce qu'il y avait de mieux pour contrer la déprime du retour.
Requiem en catastrophe majeure est un bon petit roman d'aventures sans prétention, mais qui tient la route avec une bonne dose d'humour et plein de clins d'oeil culturels sympas. Avant ce roman, il y a un autre bouquin qui présente le personnage, Evariste. Je ne l'ai pas lu mais ça ne m'a pas empêchée de lire celui-ci et de tout comprendre. Car les intrigues sont différentes; tout au plus ai-je raté la mise en place des relations entre les personnages récurrentes. Donc vous pouvez sans problème lire ce roman sans avoir lu le précédent.

Requiem en catastrophe majeure m'a fait penser un peu à la série du Dernier apprenti sorcier de Ben Aaronovitch. Une réalité contemporaine imprégnée de magie, de l'humour 2d degré, et une apparente légèreté dans le déroulé des événements. L'auteur nous offre un cadre magique avec ses règles, ses lois et ses fonctionnements. Mais il ne s'étend des pages durant pour pour expliquer comment la magie fonctionne : on la comprend au fur et à mesure qu'Evariste l'utilise. Par-ci, par-là, par petites touches, directement intégrée dans l'action. C'est futé ! Les petits chapeaux en tête de chapitres nous donnent suffisamment de contexte pour comprendre comment cette magie s'intègre dans notre cadre réel contemporain.

Le roman est bien ficelé; malgré une première moitié un peu longuette, la suite s'avère beaucoup plus remuante et bien pleine de rebondissements. Un bon roman d'aventures avec suspense, situations apparemment inextricables, méchante très méchante et aux motivations terrifiantes… On sent que l'auteur a repris les codes du genre non pas pour les démonter mais pour les utiliser à fond les ballons et s'amuser avec. Et ça marche plutôt bien. Olivier Gechter nous offre 3 intrigues pour le prix d'une, dans un roman cocasse et rafraîchissant.
Commenter  J’apprécie          90
Paris, 2022. Jimi Hendrix vient de mourir plusieurs décennies après sa tentative de suicide manquée. Evariste Cosson, consultant en occultisme industriel de son état, se voit confier une enquête en lien avec cette mort.

J'ai vraiment adoré ma lecture de ce roman à l'humour un brin déjanté. Dès les premières pages nous sommes confrontés au sarcasme et au désabus d'Evariste et c'est un vrai plaisir. Son acolyte Gidéon, le sorcier chimbu, n'est d'ailleurs pas en reste en matière de sarcasme lui non plus.

J'ai vraiment beaucoup aimé ces personnages mais il y a un petit truc qui m'a gêné en terme de narration. Environ 95% de la narration est du point de vue d'Evariste et le reste du point de vue de Gidéon… ce qui d'après moi est soit trop, soit trop peu. Pour le coup j'ai aimé les deux points de vue mais ce déséquilibre entre les deux voix m'a quand même un peu gêné (même si je chipote).

Au-delà de ça, j'ai trouvé le roman assez inventif, notamment au niveau de la magie. L'auteur développe des concepts assez intéressants comme celui des archétypes que j'ai trouvé vraiment cool (je ne peux pas garantir que c'était vraiment une invention de la part de l'auteur mais je n'avais jamais vu ça avant en tout cas). La relation très proche entre magie et technologie était aussi plutôt inspirée.

Toujours en lien avec la magie, j'ai apprécié que celle-ci ne soit pas sans limites. Par exemple, le narrateur nous explique qu'il est tout à fait possible pour un sorcier de se téléporter n'importe où mais que cela nécessite un rituel de huit heures. La magie permet donc d'accomplir de grandes choses sans jamais être une solution de facilité.

Un autre point qui m'a beaucoup plu est la façon dont la notion de prophétie a été intégrée à l'histoire. Je ne veux pas trop en dire pour éviter de spoiler mais disons qu'il s'agit plus ici d'instructions à instrumentaliser plutôt que de simples indications qu'il faut savoir décrypter. Une idée ingénieuse d'après moi.

Tous ces éléments combinés à l'écriture très fluide et incisive d'Olivier Gechter rendent cette lecture très agréable et addictive. Je ne peux que vous conseiller de tenter l'expérience de ce roman, décalé sans jamais tomber dans l'excès. Une jolie découverte !
Commenter  J’apprécie          40
Olivier Gechter. Requiem en catrastrophe Majeure. 2022. Ed/ Mnémos. 318 p. 4,5 étoiles.

La vie de consultant en occultisme est faite de hauts et de bas. Et ce n'est pas Évariste Cosson du fond de sa pépinière d'entreprise de la Défense qui dira le contraire. Alors qu'il s'ennuie ferme, que son couple bat de l'aile et que le dépôt de bilan est proche, trois affaires différentes lui tombent dessus. La première est l'exorcisme d'une entreprise dans une zone industrielle en lointaine banlieue. La deuxième est liée à la mort de Jimi Hendrix (amalgamé dans cet univers – horreur absolue – à Johnny Halliday et prêt à allumer le feu). Et la troisième semble être un cas de hantise assez particulier à l'Opéra Bastille. Et c'est sans compter avec un ami sorcier papou soudain obsédé par un vieux tromblon de l'informatique. Vous l'aurez compris, Requiem en catastrophe majeure ne se prend pas au sérieux. Si vous cherchez un roman d'urban fantasy particulièrement rythmé et avec nombre de fulgurances loufoques, mais si vous êtes résolument allergique à la romance paranormale, ne cherchez plus. La suite d'Évariste est faite pour vous. D'autant que, même s'il peut se lire indépendamment du premier tome, ce roman a l'avantage de ne pas s'appesantir sur le fonctionnement de l'univers et les relations entre la magie et l'ingénierie et l'informatique. Heureusement celles-ci sont – pour l'instant – bien moins cataclysmiques que celles de The Laundry Files.
Ici entre deux éclats de rire et grincements de dents (on ne touche ni aux chatons ni aux bébés loutres, bon sang !), le lecteur en prend plein les mirettes et découvre comment les trois affaires d'Evariste sont liées entre elles. Entre polar et comédie, et avec l'horripilant Clippy en guest-star, Requiem en catastrophe majeure tient sa promesse : vous divertir !

L'inspiration ? Indéfinissable. Déjantée. Où Olivier va-t-il trouvé tout cela ? le héros est sorcier. Apport technologie. Son collègue de travail (un indépendant) est souvent indisponible quand on a besoin de lui. Car empreint d'amour filial, un problème grave à régler. Celui-ci est consultant , également, mais sa connaissance est acquise de père en fils. Magie africaine. Et son père a des diificulté à s'en sortir avec un PC. Jamais vous n'imagineriez de quoi il s'agit ! Les 2 agissent à la limite de la loi.
ET…ils font la paire. Tous 2 très bon enfant. Tapidement, le récit m'a pris aux zygomatiques. Et comme je suis indépendant, je comprends les affres qui hantent Evariste Cosson : l'argent, la survie.
Et puis l'amour,…Hé bien, il patientera. Quoi que…Evarisqte ne le perd pas de vue. J'ai adoré le scénario (presque « filmé »). Tout va à un train d'enfer. J'adore.
N'hésitez pas à lire d'autres critiques pour vous faire une idée...
Dingue !
Commenter  J’apprécie          20


Videos de Olivier Gechter (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Gechter
FESTIVAL DES UTOPIALES 2023
Les messagers de la matière
L'information qui nous parvient de l'univers est essentiellement portée par la lumière. La lumière visible provient d'astres chauds, les structures les plus froides rayonnant plutôt dans l'infrarouge. Rayons X et gamma témoignent des phénomènes les plus énergétiques de l'univers. Depuis 2015, un nouveau champ s'est ouvert avec l'observation des ondes gravitationnelles. Quelle histoire nous racontent ces messager·ère·s du cosmos ?

Avec Nathalie Besson, Antoine Drouart, Olivier Gechter Modération : Marion Cuny
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (50) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4857 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..