AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070646920
Éditeur : Gallimard Jeunesse (30/11/-1)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 74 notes)
Résumé :
Lola Frizmuth, dix-huit ans, un charisme hors normes et un physique de rêve, décide de fuguer vers le Japon, quelques semaines avant de passer le bac, pour retrouver Tristan, son âme sœur...

Et la voilà embringuée dans une histoire trop "chelou". Dans l'avion, un gangster japonais échange la carte SIM de son portable, truffée d'infos top secret, avec celle de Lola. Résultat : arrivée à Tokyo, Lola, qui ne connaît pas un mot de japonais, n'a plus un s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
pititecali
  03 mai 2014
Eh ben.... Une belle déception !

Ce roman, offert par ma chérie Marly lors d'un de ses nombreux, (et très fourni) colis, m'a été imposé par Crouton pour le baby-challenge 2014.
Pour le coup, avant de l'ouvrir, je n'en pensais rien du tout. Je n'en ai quasiment pas entendu parler, le résumé pouvait laisser entendre tout et son contraire, donc, je m'y suis lancée le coeur tranquille, en me disant que si ma Marly me l'avait envoyé, c'est sûrement qu'elle avait pensé qu'il allait me plaire.
Déception, déception, je crie ton nom.
Non que ce livre soit vraiment mauvais, ce serait un peu vache de ma part de prétendre ça. Il a un sens, il est compréhensible, il a un début et une fin, les personnages ont un caractère... Mais alors, ce que je peux affirmer, c'est que la mayonnaise n'a pas vraiment pris avec moi.
J'ai lu ce livre d'une traite pratiquement, donc, on ne peut pas dire que ce soit pénible ou longuet, ou compliqué ou pas prenant... Mais alors, ça ne m'a rien apporté DU TOUT.
Les points + de ce roman : - ça se lit très vite.
- Par moment, c'est presque drôle.
Les points - de ce roman : Ben je vous laisse imaginer la liste des - si celle des + n'a que 2 tirets...
Je n'ai pas besoin que l'histoire d'un roman soit réaliste, bien au contraire, je privilégie grandement la fantasie, l'imaginaire, plutôt que les lectures qui racontent notre monde. Mais si j'ouvre un livre, parlant d'êtres humains, dans le monde d'aujourd'hui, notre époque, pour me sentir engagée dans ma lecture, j'ai quand même besoin que l'ensemble soit un minimum crédible. Et il se trouve qu'ici, dans ce roman, rien, absolument rien, ne m'a paru crédible. Ni les réactions des personnages, ni leurs actes, ni l'histoire roccambolesque, l'aventure vécue par Lola au Japon, les yakuza, la poursuite, la façon dont ils se tirent tous de là... C'était... Euh.. Comment dire... Disons que je suis restée sur le trottoir au moment de monter dans le bus quoi. C'est gros. Vraiment, vraiment gros. C'est énorme. Puis c'est d'un cliché...
Pourtant, je ne comprends même pas pourquoi je parle de crédibilité, j'ai lu des romans comme La pire mission de ma vie, par exemple, qui n'était pas non plus crédible pour deux sous, et qui pourtant m'a relativement plu. Mais c'était tellement bourré d'humour, que je l'ai lu comme une parodie, et ça m'a fait finalement passer un bon moment. Ici, certaines scènes ont pu me faire sourire, mais pas assez pour que ça me fasse passer la pilule, clairement.
Là j'ai passé un moment plutôt moyen, j'ai refermé le livre en me disant qu'il ne m'avait rien apporté, et je vous fais ma chronique en pensant qu'il sera sûrement oublié aussi vite qu'il a été lu. le bilan n'est pas catastrophique, mais clairement, c'est pas la joie.
Et je dirais que le pire, l'argument qui m'a vraiment fait passer de "bof moyen" à "plutôt négatif", ce serait les échanges de textos qui cloturent chaque chapitre. Déjà dans le roman en lui même, dans la partie narrative, je suis tombée sur pas mal de fautes et coquilles (mais bon, j'ai lu une version ENC, seulement j'espère qu'un gros gros travail a été fait derrière pour la version définitive) mais alors les textos ! O.o
Bon, je sais bien que les échanges de textos entre jeunes de nos jours ressemblent vraiment à ça, mais je suis désolée, ça m'a fait saigner les yeux. C'est juste une horreur pour moi de trouver ça dans un livre. En plus, ce sont des échanges qui, à part une petite touche d'humour, n'apportent pas grand chose au récit, alors souffrir pour rien, ouille ouille, je pense qu'on aurait aussi bien pu s'en passer... Ca m'a régulièrement donné l'impression de remplissage, histoire d'avoir un nombre de pages correct à la fin quoi. Je me plante peut être totalement sur les intentions de l'auteure, et peut-être que d'autres lecteurs trouveront que ces échanges numériques sont utiles pour suivre le cours de l'histoire, mais personnellement, ils m'ont fait tressaillir nerveusement à chaque fois.
Dernier gros point noir : Tout est carrément surjoué. Tout ! Que ce soit dans la narration ou dans les personnages en eux-mêmes, leurs dialogues, leurs réactions, leurs comportements... Chacun dans leur voie mais trop trop trop surjoué ! Ils en deviennent carrément caricaturaux. En soi, ça ne me dérange pas quand c'est assumé, mais là, j'ai été incapable de dire si c'était vraiment le choix et la volonté de l'auteure.
Dans le détail :
- La couverture : Une couverture plutôt banale qui ne me fait ni chaud ni froid.
- le style : Pas spécialement mauvais, mais il n'a rien de remarquable non plus. Franchement, c'est une écriture qui n'a ma pas surprise, ni dans un sens ni dans l'autre, et je n'ai donc rien de particulier à dire dessus.
- Les personnages. Clichés. Très très clichés. Sympathiques, mais sans surprise ici non plus. du coup, je me suis sentie très distante par rapport à eux, et n'ai pas su m'y attacher du tout. Majoritairement adolescents, c'est peut-être à cause de ça qu'ils ne m'ont pas accrochée, mais je dois dire que même les personnages plus vieux m'ont laissée de marbre. Et Lola particulièrement, a été limite difficile à supporter. le cliché de l'adolescente un peu bimbo et superficielle, qui parle de façon "trop chelou", à mille lieues de moi et de l'adolescente que j'ai pu être (à une époque fort fort lointaine). Flop.
- L'histoire. Complètement abracadabrante, mais pas dans un sens positif. Pas "délicieusement barrée", pas "bourrée d'humour" au point de pouvoir passer pour parodique, juste pas crédible, ne serait-ce que dans les actions/réactions des personnages. On n'y croit pas. Et pourtant, je suis bien la première à croire à l'incroyable. Beaucoup de mes amis sont persuadées que je crois aux fées pour de vrai. Mais je me laisse embarquer quand c'est amené d'une façon qui me parle. Là pour moi, c'est un roman qui a hésité entre le réalisme et une voie plus imaginaire. Et cette hésitation m'a laissée sur le carreau.
- L'édition. Alors je vais avoir du mal à en parler, car non seulement j'ai lu une version ENC, sans couverture (même si ma Marly avait eu la gentillesse d'y coller une image la représentant, je n'avais pas le toucher, les reliefs, tout ça), et en plus dans le format le plus inconfortable qui soit (format A4). Et puis cette version non corrigée contenait vraiment beaucoup de fautes/coquilles, et même si je me disais que la version définitive était sûrement bien retravaillée à ce niveau-là, je dois avouer que ça a aussi contribué à me gâcher la lecture (je ne reviens pas sur les textos en langage sms hein, vous avez compris).
Bref, je dirais qu'un ensemble d'éléments ne m'ont pas convenu et ont fait que je n'ai pas su apprécier ce livre. Maintenant, je ne doute pas qu'il a sûrement su convaincre d'autres lecteurs. Comme on dit, on ne peut pas tout aimer ;)
Je remercie encore ma Marly pour ce cadeau, car même si je n'ai pas adhéré au livre, l'intention reste et je l'adore pour toutes ses surprises (souvent très belles). Quant à Crouton, attention, j'espère que tu avances bien sur ton challenge de ton côté, car je viens de terminer mon 4ème livre sur 5 ! :p
Héhé
Cali
Lien : http://calidoscope.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
100choses
  27 décembre 2012
J'ai énormément attendu avant d'ouvrir cet ouvrage envoyé par les éditions Gallimard Jeunesse. le fait est que j'avais feuilleté une première fois le livre et j'avais découvert la présence, un chapitre sur deux d'échanges de SMS rédigés en kikoolol. Cela avait alors suffi à me refroidir…
Et puis bon, la fin de 2012 approchant, je me suis dit qu'il serait temps de m'y mettre. Au final si certains points m'ont comme prévu, profondément insupportée, j'ai à ma grande surprise plutôt aimé ce roman.
Attention, je n'ai toujours pas apprécié les séries de sms à l'orthographe et la syntaxe déplorables échangés par les personnages. J'ai vraiment physiquement eu du mal avec ces chapitres. Non seulement c'est absolument insuportable à lire : j'avais encore plus de mal à déchiffrer ce passages que les inscriptions proto-sinaïtiques de mon cours d'épigraphie il y a deux ans.mais en plus j'ai trouvé ça vulgaire et bâclé. Je n'ouvre pas un roman pour lire la prose d'une idiote de 18 ans qui trouve ça trop classe d'écrire comme une débile. Je n'ai JAMAIS employé ce fichu langage SMS qui me sort par les yeux, alors m'en farcir des chapitres entiers, même si les dits chapitres sont très courts (une ou deux pages à chaque fois) ne m'a pas particulièrement enchantée… D'autant plus que question contenu, ces chapitres n'apportent pas grand chose à l'histoire… Anybref.
J'avoue aussi que l'héroïne m'a d'abord été profondément antipathique. Aussi idiote, inconsciente, irresponsable et mal élevée qu'une caricature de lycéen décérébré peut être. J'avais des envies de la claquer et de la remettre à se place cette sale gosse… Elle a un avis sur tout et ne peut s'empêcher de la partager avec tout le monde sans prendre la peine de réfléchir. Elle ne la ferme jamais, c'est un vrai moulin à paroles ; elle est absolument invivable. Si elle réfléchissait ne serait-ce que deux secondes à ce qu'elle s'apprête à dire, elle soulagerait tout le monde et se faciliterait la vie. le détail qui m'a achevée, et ce des les premières pages, c'est quand elle estime que si Rimbaud vivait à nôtre époque il serait au mieux, un gothique perpétuellement défoncé à la marie-jeanne, dont les oeuvres poétiques sur la mort, le sang et le désespoir feraient la joie des deux fans de son Skyblog. Autant vous dire, qu'elle et moi on ne démarrait pas vraiment du bon pied…
Et puis je trouve ça un peu facile comme représentation de l'ado de base. C'est franchement prendre les lycéens pour des êtres pas totalement finis. Personnellement, je n'ai jamais ressemblé à la bande de greluches qui peuple cet ouvrage. Bon, je reconnais tout de même avoir régulièrement gloussé, parce que si je n'approuve pas le propos, force m'est de reconnaître que Lola a l'art de la formule et puis elle se met dans de telles situations qu'on finit par s'y faire. Attention, je ne dis pas que Lola a fini par m'apparaitre sympathique, mais disons qu' au fil de ma lecture, elle me tapait de moins en moins sur le système parce qu'elle est drôle et qu'il y avait d'autres éléments sur lesquels se concentrer.
En particulier, cette découvert du Japon que nous propose l'auteure. Ca pour le coup, j'ai vraiment aimé. Au fil des péripéties et débilités de Lola, on découvre vraiment la réalité du pays et c'est très trèc houette. On a l'impression d'apprendre tout un tas de trucs de la vraie vie là-bas, de ceux qui ne sont pas dans les guides touristiques. Personnellement, le Japon ne me fait pas particulièrement rêver et pourtant j'ai vraiment, vraiment beaucoup aimé visiter ce pays en compagnie de Lola. On a l'impression d'y être parce que l'on sent que l'auteur connait vraiment bien ce dont elle nous parle et c'est vraiment le gros point positif de cet ouvrage.
Le deuxième élément qui a clairement fait que je n'ai finalement pas « subi » cette lecture, c'est l'intrigue. Si elle est totalement rocabolesque et surréaliste, elle n'en reste pas moins hyper rythmée et agréable à suivre. Les péripéties sont drôles, improbables et bien racontées. On se laisse embarquer dans l'aventure sans trop réfléchir et ça fonctionne. Je me suis vraiment laissée entrainer, me demandant sans cesse comment les personnages allaient finir par s'en sortir. Aurélie Gerlach réussit à captiver ses lecteurs, ce qui n'était pourtant pas gagné au vu de son héroïne. Il faut dire qu'à partir du moment ou le père de Lola entre dans la partie, on atteint un tel niveau d'absurdité et de drôlerie qu'on ne peut plus lâcher son bouquin.
Enfin, j'ai beaucoup, beaucoup aimé Lionel Bresson de Rousselle. Voilà enfin un personnage au comportement à peu près normal et avec deux doigts de plomb dans la cervelle. Cela fait du bien. J'ai trouvé le personnage drôle, sympathique et attachant. Ses interractions avec Lola sont hilarantes et j'ai aimé suivre le fil de sa pensée.
Bref, pas la lecture du siècle, mais j'ai moins souffert que prévu. Je me suis même vraiment amusée. Ca n'est pas un livre que j'aurais choisi pour moi-même et j'avais de grosses craintes en l'entamant mais le voyage c'est finalement beaucoup mieux pasé que je l'imaginais. Enfin, une anecdote en passant : en tant qu'ancienne de la maison, j'ai aimé croiser deux élèves de Langues'O.
Lien : http://leboudoirdemeloe.co.u..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
charmange
  10 mai 2013
Aurélie Gerlach est née à Paris en 1984, elle est diplômée de Sciences Po Paris. Passionnée par le Japon depuis l'adolescence, elle a étudié pendant un an à l'université Waseda à Tôkyô, et depuis, retourne régulièrement au Pays du Soleil levant parce qu'elle est droguée à leur café froid en canette. Détail honteux : sa maîtrise du japonais laisse toujours beaucoup à désirer... Journaliste en région parisienne, elle tient notamment une chronique récurrente dans le magazine "Japan Lifestyle" où elle raconte les aventures d'une blonde au Japon. le reste de son temps, Aurélie le consacre à son groupe de rock, Babooszchka, et à peindre des toiles abstraites fluos.
C'est donc grâce à son expérience professionnelle et de vie japonaise que Lola Frizmuth a vu le jour.
« Où est passée Lola Frizmuth ? », bien plus qu'un titre, cette question est en fait la trame de ce roman, en effet Lola ne cesse de disparaître et les gens ne cessent de la chercher du début à la fin ! La belle commence sa fuite pour rejoindre l'amour de sa vie Tristran, domicilié au Japon et c'est donc dans l'avion que l'enchaînement de rencontres et de situations plus rocambolesques les unes que les autres vont débuter.
La narration se fait à la première personne, pour une bonne immersion dans le point de vue du narrateur mais plusieurs voix se partagent la tâche de relater les péripéties plus loufoques les unes que les autres. On s'y habitue très vite et toutes ces facettes rendent l'histoire très dynamique.
Tous nos personnages sont très caricaturaux
Le personnage de Lola est une véritable caricature stéréotypée, elle est grande, blonde, totalement superficielle et un moulin à paroles sans fin. Elle affectionne les vêtements de marques, le rose et les paillettes, mais détrompez-vous, loin d'être idiote, elle est intelligente au caractère bien trempée. Elle sait ce qu'elle veut et met en oeuvre ses idées. Lola ne se laisse pas marcher pas sur les pieds et est capable de tenir tête à des hommes armés !
Tristran, notre tombeur, le mec canon de Lola, aussi intelligent qu'une plante verte est bien sûr un bon goujat.
Lionel, le mec sympa qui lui vient en aide, est un mélange entre premier de la classe et gendre parfait ayant pour tares principales de porter des lunettes et de ne pas être un sex-symbol.
À ça on peut ajouter des méchants yakuzas qui au final sont plus des comiques qui jouent les dures, un père allemand aux airs de Schwartzeneger, une mère hystérique, des amis sympas et un soeur psychorigide. Un cocktail détonnant pour un roman explosif dans tous les sens du terme.
Oui, l'histoire est explosive, entre courses-poursuites, enlèvement, fusillades et rock-pop, on ne sait plus où donnait de la tête ! Pas le temps de s'ennuyer !
Dans ce roman, on ressent parfaitement la connaissance du Japon. L'auteure en experte, nous immerge sans problème dans les décors de l'autre bout du monde.
Ce roman est une vraie lecture détente, le ton est extrêmement léger et souvent drôle, et ce principalement grâce à l'héroïne principale, Lola Frizmuth, même si celle-ci nous fait souvent grincer des dents de par ses réflexions et ses choix.
La fin appelle d'ores et déjà la suite, sans nul doute aussi pétillante que ce premier épisode...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Archessia
  22 novembre 2012
En lisant le résumé, je me suis d'abord dit ... "C'est cela mouiiii (et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier alu)".
Mais bon, je cherchais une nouvelle "lecture toilettes" (oui, je lis beaucoup aux WC, on est assez intimes pour que je vous le dise), et ça me paraissait facile à lire, digeste, avec des chapitres courts. Hop, on tente le coup !

Bon, ça commence mal, Lola m'insupporte royalement.
C'est une petite garce snobinarde qui aimerait que le monde soit à ses pieds, qui se croit la plus belle, qui traite les autres comme de la merde et qui n'a aucun respect pour rien ni personne.
J'ai beau savoir et me dire que c'est "fait exprès", et que Lola est, en quelque sorte, une parodie placée là pour la dynamique de l'histoire, ben quand même, j'ai du mal.
Heureusement ! et là je pousse un gros soupir de soulagement, elle n'est pas la seule narratrice, et les autres personnages sont bien plus sympathiques et agréable à suivre qu'elle.
Nous avons par exemple Jean-Paul Takeda, voisin de siège dans l'avion qui transport Lola vers le Japon, c'est un yakuza portant un poid énorme, même pour lui : son portable contient un sms que la quasi entièreté du groupe veut s'approprier. Pour éviter qu'on le lui vole, il profite d'un moment d'inattention pour échanger sa carte SIM avec celle de Lola. Les voilà liés d'une bien étrange, et dangereuse, façon.
Il y a aussi Lionel, jeune homme qui travaille à l'ambassade Française au Japon, et qui va faire la connaissance de Lola alors qu'elle chercher à rejoindre Tristan, son amoureux.
Ce petit binoclard timide et impressionnable va se retrouver à suivre Lola dans bien des péripéties !
C'est lui que j'ai eu le plus de plaisir à suivre, c'est un personnage vraiment attachant avec plein de qualités qui font de lui un super héros de comédie romantique.
Pas vraiment son cadre ici, mais je dois bien avouer qu'il s'adapte parfaitement à l'histoire et la rend plus intéressante par bien des aspects.
Ho ! J'ai adoré le père de Lola, par contre ! Je suis fan de comment il arrive à s'imposer et à être hyper drôle presque sans parler !

En tout cas, je ne peux absolument pas reprocher à ce livre de manquer d'action ou d'humour, même si parfois je n'étais pas le meilleur public pour celui-ci (et pourtant, Dieu sait que je suis bon public, en général).
Ça court dans tous les sens, on en prend plein les yeux, il n'y a pas une page où il ne se passe rien, c'est hyper rythmé et entraînant.
Je dois dire que cette lecture est passée en un éclair et que je n'ai pas vu le temps passer. C'est un livre prenant et vraiment très divertissant.
J'ai aimé que ça soit une vraie lecture détente et humoristique, sans aucun passage triste ou plus sombre. D'habitude, on voit toujours au moins une ou deux scènes plus poignante, plus mélancoliques. Là, pas de risques à ce propos !

Autre point positif, c'est l'écriture de l'auteur.
Même si je n'ai pas toujours accroché à l'humour ou au caractère de l'un ou l'autre personnage, je dois dire que Aurélie Gerlach maîtrise très bien sa plume.
Elle passe de fille à garçon en un claquement de doigt avec beaucoup de fluidité, elle écrit des dialogues "de jeunes" crédibles sans être parodiques, elle manie aussi bien le ton sérieux que la grosse déconnade. J'avoue avoir été quand même un peu impressionnée par cette aisance.
Je serais curieuse de lire d'autres de ses titres, pour voir ce qu'elle a à offrir d'autre aux lecteurs.

C'est au final une lecture en demi-teinte : j'ai détesté Lola d'un bout à l'autre du livre, je n'étais pas toujours le meilleur public pour l'humour, mais c'est bourré d'action et les personnages "secondaires" sont intéressants et le style de l'auteur est vraiment prenant.
Lien : http://archessia.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Moisycat
  09 janvier 2013
Un livre totalement que j'ai dévoré en deux jours !
On trouve ici des personnages volontairement complètement caricaturaux et qui m'ont personnellement vraiment fait rire ! Les situations les plus improbables s'enchaînent sans qu'on ait même envie de se poser la question de la logique ! Tout est permis ! de refuser de donner son téléphone à des Yakuza parce qu'il est d'une édition limité et de partir dans une course poursuite ? Mais pourquoi pas ! de la jeune fille un peu écervelée et insouciante au binoclard un peu coincé en passant par le vieux Yakuza qui rêve de prendre sa retraite pour s'occuper de son chat, on voit de tout ! le côté un peu absurde et déganté du Japon colle merveilleusement bien à l'histoire ! On se fiche de savoir si la trame est plausible ou non, le livre se lit tellement bien ! Tout est léger et sans prise de tête !

D'un point de vue un peu plus technique, l'idée de changer de point de vue à chaque chapitre apporte un renouvellement constant et intéressant, on se retrouve au moins une fois dans la tête de chaque protagoniste, apprenant ainsi un peu à le connaître ! L'écriture est « simple » dans le sens où elle ne regorge pas d'effets tarabiscotés, mais au contraire, va droit au but, avec des expressions franchement drôles et originales ! On passe donc un très bon moment en compagnie de cette jeune fille pétillante et de toutes ces rencontres !

Si vous avez envie de rire, de ne penser à rien et de juste vous laissez aller dans un histoire mine de rien très travaillée, alors foncez sur ce livre, c'est une vraie bouffée d'air frai !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
Ricochet   15 janvier 2013
Avec une écriture décapante bourrée d'humour et d'auto-dérision, Aurélie Gerlach dépeint l'histoire d'une ado amoureuse de la vie, d'une jouisseuse instinctive à l'esprit libertaire.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
RaegharRaeghar   11 octobre 2012
- ... Quand bien même je me sentirais super concernée par cette histoire de Roméo et Juliette, je ne vois pas trop en quoi ça va m'avancer dans la vie. Nous sommes la génération de la crise économique. Tu crois que c'est avec ce genre de connaissances inutiles que je vais parvenir à convaincre les employeurs de m'embaucher et de me payer grassement à ne rien faire ? Qu'ils vont regarder mon CV et se dire : "Ouaouh, elle a lu Roméo et Juliette, elle doit sûrement pouvoir écrire ses propositions commerciales en vers, il nous la faut absolument" ? Parfois je me dis que le monde marche sur la tête...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RaegharRaeghar   11 octobre 2012
- On va boire à votre santé, me dit-il, avant de servir des verres aux autres cuisiniers, au patron, à Lola et à moi-même.
Il lève alors son gobelet en s'exclamant "Kampaï !" et l'avale cul sec.
- Tchin-tchin ! lance à son tour Lola en l'imitant.
Une fois son verre vidé, elle lève les yeux et s'aperçoit que l'intégralité des Japonais présents dans la salle l'observe avec des yeux ronds comme des soucoupes.
- Quoi, qu'est-ce qu'il y a ? me demande-t-elle en se tournant vers moi, inquiète.
- En japonais, chin-chin veut dire "pénis", dis-je en baissant la tête, avant de dissiper le malentendu avec nos compagnons de beuverie qui trouvent ça tellement hilarant qu'ils se resservent un verre et crient à leur tour "chin-chin !" avant d'avaler leur saké tout en se tordant de rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TakalirsaTakalirsa   16 avril 2013
En définitive, (...) il n'est pas sorcier de comprendre pourquoi je me suis retrouvée dans un avion en partance pour Tokyo :
1. Passer le bac m'ennuie. Les carcans de notre société sont trop étriqués pour un esprit libre tel que le mien.
2. Une horde de gorgones avides de sang est à mes trousses.
3. La vie est trop courte et l'amour m'attend !
Comme je l'ai souligné précédemment, j'ai de très solides arguments.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RaegharRaeghar   11 octobre 2012
Le sujet concernait ce gros loser de Rimbaud. Le type que tous les profs de littérature ne peuvent pas s'empêcher de tirer de leur chapeau une fois par an pour nous permettre de nous "identifier", parce que Rimbaud, c'était un "jeune", et qu'entre jeunes on se comprend, paraît-il. Personnellement, je pense qu'un mec qui passait son temps à écrire des poèmes en picolant de l'absinthe, avant de se lancer dans le trafic d'armes, pour finir éclopé et mort à quarante-cinq ans aurait eu peu de chance d'être un "winneur" au XXIème siècle. Au mieux, un gothique perpétuellement défoncé à la marie-jeanne, dont les oeuvres poétiques sur la mort, le sang et le désespoir feraient la joix des deux fans de son Skyblog. Merci pour le modèle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
KaellisKaellis   11 septembre 2014
De : Tristan
A : Lionel
lé sanglo lon dé violon de l'otone, bless mon keur d'1 langueur monoton.
Tou sufocan et blem qd sonn l'heur, je me souvien dé jour ancien é j pleur.

De : Lionel
A : Tristan
Lola est absente et ceci n'est pas son portable. Merci d'utiliser d'autres moyens de communication. Cordialement, Lionel B. de Rousselles. PS : vu qu'on est au mois de mai, je conseille l'utilisation de poèmes ayant trait au printemps, plutôt qu'à l'automne.

De : Tristan
A : Lionel
jen trouv pa sur google. Ta pa une idé ?

De : Lionel
A : Tristan
Non. Au revoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15176 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre