AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782809803051
332 pages
Éditeur : L'Archipel (05/05/2010)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 67 notes)
Résumé :
1663. Combien savent à Paris qui est vraiment Mme Morens, la belle chocolatière du Marais, dont la fortune ne cesse de s'accroître avec la vogue dont jouit dans les salons cette mixture jusqu'alors appréciée seulement de la reine?

Qui se doute que cette parvenue, qui fréquente aujourd'hui Ninon de l'Enclos, fut autrefois connue sous le nom d'Angélique de Sancé?

S'étant juré que ses enfants ne souffriraient plus jamais de la faim et du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
LeaTouchBook
  23 décembre 2014
Angélique. Qui ne connait pas ce personnage qui a réuni plus de 150 millions de lecteurs dans le monde ? Cette femme indomptable, intelligente, belle et opiniâtre ? le modèle de toutes les femmes, le rêve de tous les hommes. L'histoire d'un être incroyable ancré dans la Grande Histoire.
J'ai connu ce personnage grâce à ma Maman, lectrice assidue de cette grande saga, elle a toujours souhaité que je découvre ce protagoniste et je le peux à présent grâce à la très belle réédition des éditions L'Archipel suite à la sortie du film (film que j'ai vu et beaucoup aimé malgré les critiques des fervents adeptes des adaptations originaires).
Angélique est intemporelle, c'est l'image d'une femme moderne, courageuse, téméraire telle une Scarlett O'Hara, prête à tout pour survivre et aller au bout de ses rêves.
Dans ce second tome, cette saga vous permet de côtoyer des noms illustres comme Louis XIV, jeune roi en devenir du tout puissant Roi Soleil, Madame de Montespan une des favorites de sa majesté, la Veuve Scarron qui deviendra l'épouse secrète du roi sous le nom de Madame de Maintenon et tous les grands, les favoris et ceux qui tombent en disgrâce. Avec cette saga vous n'apprenez pas L Histoire, vous la vivez !
Elle est la spectatrice de la montée en puissance de Versailles et de cette antithèse avec la Cour des miracles. Tout est expliqué avec de nombreux détails et anecdotes croustillantes ! L'écriture est vive, joyeuse et gourmande, elle sait transmettre les sentiments les plus intimes tout en rendant compte d'une documentation inouïe. Tout cela au service d'un récit romanesque époustouflant !
En définitive, vous l'aurez compris Angélique est à mettre dans toutes les bonnes bibliothèques, un grand roman historique dont j'ai hâte de découvrir la suite !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MDWI
  16 juin 2020
Dans ce tome, on y suit Angélique, qui après avoir touché le fond, se bat pour assurer un certain confort à ses enfants jusqu'à vouloir leur rendre leur condition de nobles.
J'ai un peu moins aimé ce tome qui aborde la vie des miséreux de Paris, les rivalités entre bandes de la cour des Miracles, la prison mais aussi les corporations, la bourgeoisie, l'impunité de la noblesse. C'est toujours très intéressant et horrible à la fois (on est loin des films un peu guimauves).
L'héroïne y apparaît très sombre, impitoyable, revancharde, manipulatrice,... loin de la jeune femme candide de l'opus précédent. Pourtant on ne peut que la comprendre après toutes les épreuves qu'elle a traversés.
Toujours une chouette lecture.
Commenter  J’apprécie          00
vallalectrice
  03 décembre 2017
Paru en 1958, c'est un de mes tomes préféré. Angélique cesse d'être une petite midinette couverte d'or de bijoux et d'amour pour affronter sa decheance et allez se réfugier dans la cours des miracles de paris, ou comme par hasard, ( mais c'est des années plus tard que je dis) elle retrouve son ami d'enfance Nicolas qui la protégé....
apparaît aussi son second fils Cantor.
Commenter  J’apprécie          20
FleurCannibale
  25 août 2010
Un très bon tome, dans la continuité des précédents. J'aime beaucoup l'ambiance assez lascive, et un peu érotique sans pour autant tomber dans le vulgaire. Les aventures d'Angélique sont donc toujours aussi savoureuses surtout que ce tome nous apporte une lueur d'espoir concernant la mort de Joffrey!
Note: 17
Commenter  J’apprécie          10
Ratdebibliotheque456
  18 février 2020
Deuxième tome et il est plus incroyable que le premier. Dans ce tome on voit la remonté sociale d'Angélique et Dieu sait que ce n'est pas facile à cette époque surtout pour une femme. Puis sa rencontre avec son ténébreux cousin Philippe de Plessis-Belière est incroyable, très bien pensé. Ce tome n'a rien avoir avec le film "Merveilleuse Angélique". Juste époustouflant.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
FleurCannibaleFleurCannibale   25 août 2010
_Dites-moi, vous qui savez tout, dites-moi que je ne suis pas devenue indigne de "lui". C'était un homme qui avait dominé ses disgrâces et la pauvreté, au point de régner sur l'esprit des autres comme peu d'êtres peuvent le faire... Mais moi, moi, que n'ai-je pas dominé?... Vous qui savez d'où je viens, souvenez-vous et dites-moi: suis-je indigne de ce prodigieux phénomène de volonté qu'était le comte de Peyrac?... Dans la force que j'ai développé pour arracher ses fils à la misère, ne reconnaitrait-il pas la sienne? ... S'il revenait...
_Oh! ne vous cassez donc pas la tête, mon ange, fit Desgrez de sa voix trainante. S'il revenait... Eh bien, s'il revenait, autant que j'ai pu jugé de cet homme, je pense qu'il commencerait par vous flanquer une volée de bois vert. Ensuite, il vous prendrait dans ses bras et vous ferez l'amour jusqu'à ce que vous demandiez grâce. Puis, tous les deux, vous vous préoccuperiez de trouver un coin tranquille pour y attendre vos noces d'or.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
armand7000armand7000   20 septembre 2019
Il revint. Il arrivait le soir, grattait aux carreaux selon un signal convenu. Elle allait lui ouvrir sans bruit. Et, dans la tiédeur de la petite chambre, près de ce compagnon tour à tour bavard, caustique et amoureux, elle oubliait le dur labeur de la journée. Il lui racontait les scandales de la Cour et de la ville. Cela l'amusait car elle connaissait la plupart des personnages dont il parlait.
- Je suis riche de toute la peur des gens qui me craignent, disait-il.
Mais il ne s'attachait pas à l'argent. C'est en vain qu'elle voulait le vêtir plus décemment.
Pour un bon dîner qu'il acceptait sans d'ailleurs faire le geste d'ouvrir son escarcelle, il disparaissait huit jours et, quand il se représentait, hâve, affamé, souriant, elle le questionnait en vain. Pourquoi, puisqu'il s'entendait si bien avec les bandes argotières de Paris, n'allait-il pas, à l'occasion, faire bombance avec elles ? On ne l'avait jamais vu à la tour de Nesle. Pourtant, étant l'un des personnages importants du Pont-Neuf, sa place y était marquée. Et, avec tous les secrets qu'il connaissait, il eût pu faire «chanter» bien des gens.
- C'est plus amusant de les faire pleurer et grincer des dents, disait-il.
Il n'acceptait de l'aide que de la main des femmes qu'il aimait. Une petite bouquetière, une fille de joie, une servante, après s'être livrées à ses caresses, avaient le droit de le gâter un peu. Elles lui disaient : «Mange, mon petit» et le regardaient engloutir avec attendrissement.
Puis il s'envolait. Comme la bouquetière, la fille de joie ou la servante, Angélique éprouvait parfois le désir de le retenir. Allongée, dans la chaleur du lit, près de ce long corps dont l'étreinte était si vive et si légère, elle passait un bras autour de son cou et l'attirait près d'elle.
Mais, déjà, il ouvrait les yeux, notait la lueur de l'aube derrière les petits carreaux sertis de plomb. Et il sautait hors du lit, s'habillait en hâte, disparaissait.
En vérité, il ne tenait pas en place. Il était possédé d'une manie assez rare à l'époque et qui de tout temps s'est payée fort cher : la manie de la liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
armand7000armand7000   20 septembre 2019
Elle dit, en montrant Philippe à Desgrez :
– Voyez-vous ce gentilhomme en habit de satin bleu ciel ? Eh bien, je vais l'épouser.
Desgrez feignit l'étonnement.
– Ah ?... Mais n'est-ce pas le petit cousin qui a joué avec vous, certain soir, à la taverne du Masque-Rouge ?
– Lui-même, confirma Angélique avec un mouvement provocant du menton. Eh bien, qu'en pensez-vous ?
– De quoi donc ? Du mariage ou du petit cousin ?
– Des deux.
– Le mariage est un sujet délicat, et je laisse à votre confesseur le soin de vous en entretenir, mon enfant, dit Desgrez d'un ton docte. Quant au petit cousin, je constate avec regret que ce n'est pas du tout votre genre d'homme.
– Comment cela ? Il est pourtant très beau.
– Précisément. La beauté est bien ce qui est le moins susceptible de vous séduire chez les hommes. Ce que vous aimez en eux ne sont pas les qualités qui les rapprochent des femmes, mais ce qui les en différencie : leur intelligence, leur vue du monde, pas toujours très juste peut-être, mais qui vous semble nouvelle, et aussi le mystère de leur fonction virile. Oui, madame, vous êtes comme ça. Ce n'est pas la peine de me regarder avec cet air choqué derrière votre masque. J'ajouterai que, plus un homme se détache du troupeau commun, plus vous le reconnaissez pour maître. C'est pourquoi vous aimez les originaux, les parias, les révoltés. Voilà pourquoi vos amours ne finissent pas toujours très bien. Pourvu qu'un homme sache vous distraire et vous faire rire vous êtes prête à le suivre jusqu'au bout du monde. Que, par là-dessus, il ait la robustesse et la science suffisantes pour combler les exigences de votre petit corps raffiné, vous lui pardonnez tout. Or, celui-ci n'est pas sot, mais il n'a pas d'esprit. S'il vous aime, vous risquez fort de vous ennuyer mortellement en sa compagnie.
– Il ne m'aime pas.
– Tant mieux. Vous pourrez toujours vous distraire à essayer de vous faire aimer. Mais, pour l'amour physique, je parierais sans peine qu'il est moins subtil qu'un laboureur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FleurCannibaleFleurCannibale   25 août 2010
Au fond d'elle-même, Angélique savait bien que le feu de l'amour dont elle avait été consumée, ce terrible feu qui avait aussi consumé son amour, ne s'éteindrait jamais. Il durerait toute la vie.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Anne Golon (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Golon
Anne Golon - La victoire d'Angélique (1985)
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Angélique.........mais vos yeux ?!

L’histoire d’Angélique et de son mari se passe sous le règne de

Louis XIII
Louis XIII et Louis XIV
Louis XIV
Louis XVI

15 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Anne GolonCréer un quiz sur ce livre