AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782841569335
314 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (30/04/2008)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Le soir du 24 décembre 1939, Marie Soraya, 17 ans, arrive à Villefranche-de-Conflent, une cité fortifiée au pied des Pyrénées. Elle vient de traverser les horreurs de la guerre civile espagnole, et a perdu ses parents et sa sœur. Il ne lui reste qu'une petite valise en carton bouilli et sa volonté de vivre. Hébergée par Émile et Félicie Puech, les boulangers du village, elle s'intègre peu &#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
nadejda
  12 janvier 2011
Henri Gourdin dont c'est là le premier roman a auparavant publié des biographies notamment d'Eugène Delacroix, de Pouchkine, d'Audubon et de Adèle et Léopoldine Hugo.


Ce roman est pour moi une réussite. Une alliance de violence et de douceur, plein d'une grande compassion pour tous les êtres que l'on y croisent, d'un grand amour aussi pour toute la région catalane et le village de Villefranche de Conflent. 


Maria Soraya fuit avec sa soeur plus jeune la ville de Tarragone où elle s'est réveillée, sous les bombardements des forces nationalistes qui vont s'emparer de la Catalogne. Ses parents sont morts sous les décombres.
Les deux soeurs vont suivre les milliers de réfugiés qui gagnent la France où ils aboutissent dans le camp insalubre, sans protection d'Argelès-sur-mer. Teresa, la petite soeur, va y mourir et Maria Soraya se retrouve alors seule au monde. 

Et dans ce moment de grande détresse, après avoir découvert sa soeur morte dans son sommeil à ses côtés, ne sachant plus très bien où elle est ni qui elle est :
« ...j'entends monter en moi, dans le tintamarre de la pluie et la toux d'une malade, les premières mesures de la Maja y el Ruisenor - La Jeune fille et le Rossignol, la pièce pour piano de Granados, le compositeur espagnol. Je suis là, debout, immobile. Je regarde ces hommes manipuler ce corps comme si cela ne me concernait pas, comme j'ai vu ces mêmes hommes soulever d'autres corps, à peu près chaque matin depuis mon arrivée à Argelès, et j'ai cette mélodie qui me berce et m'enveloppe.»
La musique tient une très grande place dans sa vie, la protège mais c'est surtout grâce à son intégration progressive, parfois difficile, dans le village de Villefranche de Conflent ,où la famille Puech l'a engagée pour travailler à la boulangerie, qu'elle parviendra à surmonter sa douleur car cela tranche avec son passé. Elle doit se réadapter, lutter.
Ce village fortifié qui lui apparaît comme hostile dans un premier temps, la gardera à l'abri de ses remparts le temps qu'elle parvienne à reprendre une certaine confiance en elle et dans la vie. Elle apprendra à aimer la rudesse de l'environnement et les habitants qui s'attachent à elle comme elle à eux.
Et il y a les retrouvailles à Prades avec Pau Casals qui, lui, va l'aider à rétablir le lien avec son passé et la ramener progressivement vers sa passion pour le violoncelle qu'elle s'interdit dans un premier temps. le vieil homme généreux qui aide ses compatriotes à survivre et la jeune fille blessée vont se soutenir l'un, l'autre et communier dans l'amour de la musique et de la Catalogne. Relation émouvante, lumineuse qui contraste avec la violence des événements qui les entourent. Un ilot dans la tempête

La fin m'a, dans un premier temps, paru brutale mais finalement elle s'explique. Il est temps pour Maria Soraya de quitter l'abri des remparts et de prendre son envol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
jfponge
  04 octobre 2015
Des deux côtés des Pyrénées, une même culture, une même langue. Dans un bel hommage à une Catalogne éternelle, défiant les tourmentes de l'histoire et les forces de la nature, Henri Gourdin nous conte le destin de Maria Soraya. Originaire de Tarragone, arrivée au camp d'Argelès-sur-Mer avec les réfugiés de la Guerre d'Espagne, la jeune fille de dix-sept ans, dont les parents ont été tués lors d'un bombardement franquiste, va connaître un destin inattendu. Rapidement adoptée par une population rude et peu disposée à accueillir l'étranger, elle va pourtant devenir rapidement le point focal de Villefranche-de-Conflent, la petite ville où elle a trouvé travail et amitié. Les personnages sont attachants, l'écriture est nette et précise, la narration, quoique linéaire, maintient l'attention du lecteur du début à la fin grâce au mystère qui plane autour de certains personnages (Marthe, Agnès, le curé). Hélas, ce mystère, qui s'épaissit au fil des pages, n'est pas résolu en fin d'ouvrage. Dommage…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
doudette06
  05 octobre 2014
Une magnifique histoire sur la Retirade
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
nadejdanadejda   12 janvier 2011
La musica ! Pablo Casals prononçait le mot «musique» dans notre langue, de sa voix un peu râpeuse. Il hésitait entre la pluie du «mu» et le soleil du «ca», mais enfin il le prononçait et je me demandais si je ne l’entendais pas pour la première fois. Il y mettait une telle ferveur ! une telle tendresse ! Il y mettait tout le bonheur que la musique lui avait donné et lui donnerait encore. Cela faisait beaucoup de bonheur. Et cela se sentait. Le mot chantait dans sa bouche. Il dansait un moment sur sa langue, se promenait sous son palais, puis il éclatait entre ses lèvres et sur ses yeux. Est-ce que la musique me manquait à moi-aussi ?
--- Oui, dis-je sans réfléchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nadejdanadejda   12 janvier 2011
Il jouait les yeux mi-clos, sans un regard ni aux cordes ni à la partition. Une douce lumière tombait maintenant des vitraux tout en haut sous les voûtes, creusant dans la pénombre de l’église une clairière où Pau Casals retrouvait, après des mois de découragement, le bonheur indicible de jouer.
Commenter  J’apprécie          30
nadejdanadejda   12 janvier 2011
Elle ( Agnès son amie) s’inclinait un peu, penchait la tête vers moi, et ces gestes infimes me donnèrent la mesure d’un fond de tendresse secrète qu’elle dissimulait d’ordinaire sous des dehors bourrus, de jeune femme décidée et sans scrupule.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Henri Gourdin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Gourdin
Christophe Bourseiller reçoit aujourd'hui, dans Musique matin, Henri Gourdin; pour nous parler de son nouveau roman La violoncelliste paru aux editions de Paris sur France Musique
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
948 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre