AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Vincent Guilluy (Traducteur)
EAN : 9782290366561
384 pages
J'ai Lu (01/06/2022)
3.71/5   75 notes
Résumé :
La mort de Peggy Smith, âgée de quatre-vingt-dix ans, n'a rien, a priori, de suspect… C'est ce que tout le monde pense jusqu'au moment où Natalka, son aide de vie, découvre que la vieille dame se sentait suivie…
Au moment de ranger les affaires et les nombreux romans policiers de la défunte en vue de la vente de son appartement, Natalka découvre une curieuse carte de visite sur laquelle il est écrit : Peggy Smith, consultante en meurtres. Elle remarque aussi ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 75 notes
5
14 avis
4
33 avis
3
15 avis
2
0 avis
1
0 avis

iris29
  18 mai 2021
J'avais émis le souhait de retrouver la lieutenant Harbinder Kaur dans un prochain roman, après le Journal de Claire Cassidy, c'est chose faîte avec Mortelle dédicace...
Mais ici, elle partage "la vedette" avec trois personnages qui, à priori, n'ont rien en commun, mais qui forme un trio d'enquêteurs amateurs, les plus charmants !
La mort de la nonagénaire Peggy Smith serait passée complétement inaperçue si son aide de vie ukrainienne , Natalka, ne s'était pas mis en tête qu'elle avait été assassinée. rejointe dans sa quête de la vérité par deux amis de la victime, Edwin ( un jeune homme de quatre vingt printemps) et Benedict ( un moine défroqué qui tient un petit café). Menacés, suivis, notre trio improbable s'embarque pour un road-trip en Ecosse où ils croiseront toute la fine fleur de la littérature policière : c'est que Peggy Smith était "conseillère es crimes" pour ses amis en mal de créativité meurtrière.
Ils s'entendent bien, ils sont pourtant mal assortis, mais ils sont charmants et très vite Harbinder va également s'impliquer professionnellement , et plus si affinités. Amitié, complicité sous fond de meurtres.
Ici , ce qui compte n'est pas l'enquête en elle-même , mais plutôt le cadre dans laquelle elle se déroule. de salons littéraires, en tables rondes, on y parle de blogs, d'auteurs, d'agents, de Pal et ça nous parle... Rendez-vous en terre connue ... Je me suis sentie chez moi dans ce bouquin, chez nous, amis Babelio...
Il y a moins de suspens , moins de tension, moins de "véracité" dans ce tome, que dans le premier. Dans "Le Journal de Claire Cassidy" , l'autrice explorait la Littérature avec un grand L, les journaux intimes, cartes et écrits sous toutes leurs formes, elle continue dans cet opus, et aborde le genre "mineur" qu'est la littérature policière. On est dans une ambiance cosy-mystery, en bonne et charmante compagnie, car cela tient à la "gamme" de personnages proposés.
Traitement des personnes âgées, homosexualité, intégration des anglais d'origine étrangère et amateurs de bons polars ...
Maintenant ce n'est plus qu' Harbinder et sa famille que j'ai envie de retrouver dans un prochain roman, mais également Natalka et sa bande...
Merci aux éditions Hugo& Thriller et à Babelio pour me les avoir fait côtoyer quelques heures...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
sandrine57
  07 juin 2021
Quoi de plus normal pour une dame de quatre-vingt-dix ans que de mourir paisiblement dans son fauteuil préféré, en regardant la mer par sa baie vitrée ? Peggy Smith s'est éteinte ainsi, son coeur a simplement cesser de battre. Pourtant, son aide de vie, l'Ukrainienne Natalka, n'est pas convaincue. C'est elle qui a découvert le corps et elle suspecte un meurtre. Peggy se croyait surveillée, elle avait reçu une carte anonyme qui disait : ‘'On vient vous chercher'' et, de plus, ses cartes de visite stipulaient ‘'consultante ès meurtres''. En fouillant ses affaires, Natalka découvre que de nombreux auteurs de polars mentionnaient Peggy dans leurs remerciements. Convaincue que quelqu'un a tué la vieille dame, l'aide de vie décide de prévenir la police et d'enquêter de son côté, entraînant avec elle deux amis de Peggy : Edwin, son voisin, quatre-vingts ans, journaliste de la BBC à la retraite et Benedict, ancien moine et désormais tenancier du Coffee Shack le café en face de Seaview Court, la résidence médicalisée de Peggy. Et, quand un individu armé débarque dans l'appartement de la morte et vole un livre, l'inspecteur Harbinder Kaur prend l'affaire au sérieux et ouvre une enquête officielle.
Deuxième opus des enquêtes d'Harbinder Kaur, ‘'la policière sikh, lesbienne et qui vit encore chez ses parents à trente-cinq ans'' mais elle se fait voler la vedette par un trio d'amateurs mal assortis composé d'une aide à domicile ukrainienne, belle et blonde, d'un retraité de la BBC octogénaire et gay et d'un ancien moine qui a quitté les ordres pour ouvrir un café et trouver l'amour.
Elly Griffiths utilise les mêmes ingrédients que dans le journal de Claire Cassidy, à savoir :
- Une enquête qui touche à la littérature, ici, les romans policiers
- Une petite virée en Ecosse, ici, un salon littéraire à Aberdeen
- Des personnages attachants, ici, le fameux trio
- Harbinder qui se lit d'amitié avec les personnages secondaires
- La présence de chiens
On mélange savamment le tout et on obtient un cosy mystery qui se lit tout seul. On navigue entre les fausses pistes, les indices littéraires, les rencontres avec des auteurs de polars, les bloggeuses, les séances de dédicaces. Franchement sympathique même s'il n'y a plus l'effet de surprise du premier tome.
Un grand merci à Babelio et aux éditions Hugo pour cette masse critique privilégiée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
SamDLit
  05 mai 2021
Vous êtes installé confortablement ? dans votre canapé ou fauteuil favori, votre paire de charentaises préférées aux pieds, un thé ou un latte et quelques brownies sur la table de salon, oui ? enfoncez-vous encore plus profondément.

Voilà vous êtes fin prêt pour entamer la lecture de ce roman aux faux airs d'Agatha, celle de Christie, la reine en son genre, tout comme Peggy, 90 ans qui vient de s'en aller, dans son fauteuil, face à la mer.

Que raconte cette histoire ? Dans le fond, peu importe ici l'intrigue.
C'est l'atmosphère old-school et le feeling-good s'en dégageant qui séduisent avec cerise sur le cheese-cake du Sussex une énigme dans le domaine livresque au sens littéral du terme.
Une Pal (pile à lire) immense pourrait très bien faire une excellente arme --

Des lecteurs détectives, un écrivain célèbre, des crimes et des menaces planant sur le monde de l'édition, suspens ---
You've got mail, or I beg your pardon, une carte postale avec un message mystérieux: "on vient vous chercher"
Pour connaître l'histoire et la suite de celle-ci, rendez-vous au prochain salon pour votre dédicace personnelle. Attention quand même à ce qu'elle ne vous porte pas la poisse à vous ou à l'auteur qui vous l'aura spécialement écrite. Parfois certaines d'entre elles sont --- mortelles

Un moment de lecture relaxant (sans plus) pour remonter son taux de dopamine sans dopage en empruntant confortablement des sentiers battus et avec un petit clin d'oeil au roman précédent
Un peu en longueurs le moment et le roman. Quelques belles citations insérées ici et là, empruntées à d'autres auteurs furent les bienvenues

" C'est à Rookhope que j'ai pris conscience
du moi et du non-moi, de la Mort et de l'Effroi
J'y ai jeté des cailloux, j'ai guetté, écouté
Le puits de noirceur s'agiter
In Rookhope I was first aware / Of Self and Not-Self, Death and Dread .../ There I dropped pebbles, listened, heared /The reservoir of darkness stirred
W.H. Auden, New Year Letter, in the Double Man (1941) "

De temps en temps, il est bon d'appuyer sur pause avec une lecture sans prise de tête, ni trop noire, ni trop blanche, et juste un soupir d'aise en rechaussant ses vieilles charentaises confortablement installé dans son fauteuil préféré. Léger smile aux lèvres. de temps en temps....
Face à la mer, Peggy (Sue ? non, Smith !), Consultante es meurtres, s'en est allée, paisiblement, apparemment.
Edwin journaliste gay à la retraite, Benedict ancien moine défroqué, Natalka aide-familiale ukrainienne et Harbinder Kaur lieutenant(e) Sikh sont là pour nous aider à y voir plus clair - Ni les anges des cieux, ni le Fils. Uniquement eux.

"A genoux, remerciez le ciel" & émerveillez-vous: lors de l'oraison funèbre de Peggy: E Lucevan le stelle, Tosca
https://www.youtube.com/watch?v=oLP1951ZxIE
https://www.youtube.com/watch?v=x6FP0y5LY_4

Mortelle dédicace sort ce 6 mai 2021 chez Hugo Thriller que je remercie (en parfaite bilingue si si) de ce cosy & friendly partage via NetGalley.

# écrivain en détresse cherche inspiration pour son prochain meurtre
# attention parfois à certaines prières, le Ciel pourrait les exaucer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          386
LePamplemousse
  19 mai 2021
Quand Peggy Smith, une femme âgée de 90 ans est retrouvée morte assise dans son fauteuil, ça n'a rien de suspect.
Mais quand on découvre dans ses affaires des indices prouvant que cette vieille dame tranquille aidait des auteurs de polars à élaborer leurs crimes, on commence à s'interroger sur son décès.
Natalka, son aide à domicile, va donc trouver la police pour leur faire part de ses doutes quant à la mort de sa cliente.
Ce roman haletant nous plonge dans l'univers des auteurs de romans policiers, nous découvrons le processus créatif des auteurs, nous assistons à des salons littéraires, nous découvrirons même ce qu'on appelle « l'âge d'or du polar »….
Natalka sera aidée dans sa quête par un charmant retraité et par un jeune homme solitaire qui tient le café du coin.
Nos trois hurluberlus curieux finiront, grâce à leur ténacité, par résoudre cette affaire, secondés en cela par Harbinder Kaur, une femme policier hors norme elle aussi.
J'ai passé un très agréable moment avec ces personnages hors du commun, et j'ai beaucoup aimé cet univers qui, bien que très actuel, fait la part belle aux indices trouvés « à l'ancienne » et aux raisonnements des uns et des autres.
Je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Hugo et Compagnie pour cet envoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Coeur2livres
  19 mai 2021
Beau pavé de 410 pages à la couverture rouge et noire très graphique : une plume de stylo encre d'où coule une goutte de sang… en le recevant je m'attendais à lire un thriller sanglant et sans doute terrifiant. Il n'en fut rien, toutefois je n'en suis nullement déçue, au contraire !
J'ai passé de très bons moments de lecture en découvrant cette auteure dont le style d'écriture s'apparenterait au cosy crime ou cosy mystery (que je ne parviens pas encore à bien distinguer l'un de l'autre).
Avec la volonté claire de ne rien spoiler pour un futur lecteur, je résume simplement : une personne est retrouvée morte et très vite un proche suspecte un meurtre et s'en ouvre à d'autres proches. Très vite ils vont former un trio de détectives amateurs et enquêter en parallèle de la policière chargée de l'enquête. Si les personnages sont limités à une communauté précise, on parcourt la campagne anglaise jusqu'en Ecosse dans un road trip cocasse. D'autres morts suspectes ont lieu.
La singularité ici est de nous plonger dans le microcosme des auteurs de polar anglais : nous allons en côtoyer plusieurs et même participer à un salon littéraire les rassemblant. Elly Griffiths fait de nombreuses références à la littérature (quand bien même elle invente « ses » auteurs) et à des séries télé que tout le monde connaît au moins de nom : L'inspecteur Barnaby, les enquêtes de Vera, Arabesque, … Ainsi on retrouve le charme suranné des romans d'Agatha Christie et de Wilkie Collins que je n'ai pas encore lu. Cependant tout cela est mêlé à des faits bien contemporain et en ressort quelque peu «dépoussiéré».
J'ai aimé les évocations des habitudes britanniques telles que les petits déjeuners robustes (filets de hareng dès 7h du matin…), le thé réglementaire et son scone, ainsi que les descriptions des paysages typiques.
Les personnages, s'ils sont pas mal caricaturés, n'en sont pas moins attachants par leurs travers. Entre hétéro ou homo, sikh, ukrainien réfugié politique, moine défroqué l'auteure nous offre une mixité sociale et des échanges colorés souvent plein d'humour. Elle aime ses personnages.
J'ai également fortement apprécié que les mystères ne soient dévoilés vraiment qu'à la toute fin de l'ouvrage mais en plusieurs étapes et de façon habile me semble-t-il.
Au final ce roman m'a dépaysée, m'a divertie, a enrichi quelques connaissances, m'a donné de nouvelles pistes de lecture… que demander de plus ?
Un merci chaleureux à Babelio pour cette Masse Critique privilégiée et aux éditions Hugo Thriller pour l'envoi du livre accompagné d'une sympathique carte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   18 mai 2021
Elle et ma mère avaient l'habitude de regarder Inspecteur Barnaby ensemble ; Peggy devinait toujours le coupable avant la la première coupure publicitaire."
La mère de Harbinder aussi regarde Inspecteur Barnaby. Mais pour les " jolies maisons anciennes". Elle n'a pas l'air de remarquer qu'il y a des cadavres dans la plupart d'entre elles.
Commenter  J’apprécie          200
iris29iris29   18 mai 2021
Mais il se rappelle avoir lu que J.D. partageait son temps entre la Toscane et Brighton. (...)
" J'ai une fois raconté à mon éditeur que je partais en vacances en Toscane et c'est devenu " elle partage son temps". La plupart du temps, je partage mon temps entre le canapé et le frigo.
Commenter  J’apprécie          190
iris29iris29   18 mai 2021
Edwin voit parfois des hommes se tenir la main en se promenant sur le front de mer, une vision qui ne manque jamais de le réjouir ; et aussi de le rendre un peu triste pour le jeune homme qu'il a été et qui n'a jamais pu savourer ce plaisir simple. Mais il sait que l'homophobie existe toujours.(...). Il y a encore beaucoup de chemin à faire.
Commenter  J’apprécie          100
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   24 juillet 2021
- Je vais me débarrasser de tous ces bouquins, dit Nigel. Pourquoi est-ce qu’elle lisait tous ces polars ? Je veux dire, elle était intelligente.
— Les gens intelligents ne lisent pas de policiers d’après vous ? »
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   17 mai 2021
La table basse du bureau de Jelli Walker -Thompson est même constituée entiérement de livres.
- C'est ma PAL, explique-t-elle.
- PAL ?
- Pile à lire. Si jamais je suis assassinée, ma PAL sera l'arme du crime.
Commenter  J’apprécie          120

autres livres classés : cosy mysteryVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
919 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre