AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Daniel Casanave (Autre)David Vandermeulen (Autre)
EAN : 9782226448453
248 pages
Éditeur : Albin Michel (07/10/2020)
4.24/5   176 notes
Résumé :
Animal insignifiant parmi les animaux et humain parmi d'autres humains, Sapiens a acquis il y a 70 000 ans des capacités extraordinaires qui l'ont transformé en maître du monde.
Harari, Vandermeulen et Casanave racontent avec humour la naissance de l'humanité de l'apparition de Homo sapiens à la Révolution agricole. Une bande dessinée pour repenser tout ce que nous croyions savoir sur l'histoire de l'humanité.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 176 notes
5
20 avis
4
18 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ziliz
  30 décembre 2020
Après le beau sapin, roi des forêts ♪♫, place au vilain sapiens, roi du monde. Vilain, car destructeur.
.
Adaptée de l'essai de Yuval Noah Harari (que je n'ai pas lu), cette BD nous expose des théories de l'auteur sur l'évolution : comment sapiens a détrôné les autres espèces humaines (dont Néandertal) et est monté rapidement au sommet de la chaîne alimentaire, l'emportant sur les autres animaux, bouleversant ainsi l'écosystème.
.
L'auteur du texte est historien. Ses thèses sont notamment étayées de psychologie sociale et de biologie... Il est souvent question d'ADN, j'aurais aimé des explications. Par exemple, je ne comprends pas ce que signifie 'Environ 2% de l'ADN des humains d'aujourd'hui en Europe et en Asie est de l'ADN néandertalien'. Qu'est-ce qu'un pourcentage dans de l'ADN ?
.
L'aspect de l'album est assez déroutant : l'auteur, accompagné d'une enfant, questionne d'autres théoriciens (le terme de 'scientifique' me semble parfois usurpé, les sciences humaines ne sont pas 'exactes'), et le récit part dans différentes directions, prend diverses formes, souvent artificielles et redondantes (vieux 'illustrés', procès...).
.
Il s'agit là du premier volet d'une série. Cet épisode était consacré au sapiens nomade, chasseur cueilleur. Dans le prochain, nous découvrirons avec nos ancêtres agriculteurs comment l'homme a domestiqué les animaux et cultivé la terre. J'y serai, parce que Yuval Noah Harari chamboule certaines idées reçues et j'adore ça !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          407
Imaginoire
  17 novembre 2020
Depuis tout jeune, je suis très intéressé par l'histoire de l'humanité, de l'évolution d'Homo à travers les âges et je voue une énorme admiration à Yves Coppens dont j'ai dévoré tous les ouvrages. Quand j'avais vu en rayon en librairie Sapiens, je m'étais donc jeté dessus, découvert Yuval Noah Harari et sa manière de rendre accessible cette longue transformation des humains primitifs à cet être « évolué » que nous sommes devenus.
La sortie en roman graphique de Sapiens m'a permis de me replonger dans ce best-seller publié il y a maintenant cinq années. Plus qu'une simple adaptation, c'est un essai transformé qui colle complétement au format de ce type d'ouvrage. En effet, Harari s'est associé à David Vandermeulen et Daniel Casanave qui n'en sont pas à leur première collaboration dans ce type d'ouvrage de non-fiction. Sans oublié Claire Champion qui a réalisé la mise en couleur des illustrations.
Quelle bonne idée donc que cet album qui reprend une partie des presques 500 pages de l'essai original allant de la révolution cognitive il y a 70 000 ans, avec quelques bons en arrières, à la révolution agricole il y a 12 000 ans. Cette refonte en images, permet de rendre l'ouvrage accessible aux plus jeunes ainsi qu'aux lecteurs ayant peur de se lancer dans la lecture d'un épais essai.
Plonger dans l'étude de nos origines, nous permet de comprendre notre présent et d'entrevoir un futur ou le risque d'absence de futur attendant notre espèce.
Chacun pourra se faire son avis, le mien étant plutôt pessimiste à moins qu'une nouvelle révolution de notre façon de penser ne change la donne.

Lien : https://imaginoire.fr/2020/1..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
bilodoh
  03 juillet 2021
Une bande dessinée qui reprend les idées de l'essai de l'historien sur l'homo sapiens.

Je n'ai pas lu l'essai original, je ne peux pas comparer, mais j'ai l'impression que le message est passé, je crois que je n'aurais probablement pas conservé davantage d'idées en refermant l'essai plutôt que la BD. C'est donc un coup de chapeau à l'équipe de scénariste et dessinateurs.

Des idées, il y en a dans cette BD de près de 250 pages. Par exemple, l'humanité, dont nous sommes aujourd'hui la seule espèce, alors que les premiers Sapiens avaient plusieurs cousins humains. On explore aussi le mode de vie des chasseurs-cueilleurs et comment les Sapiens se sont répandus à travers le monde en contribuant à faire disparaître d'autres espèces.

Mais l'idée qui m'a davantage frappée est celle de la société : « Sapiens domine le monde parce que Sapiens est le seul animal sachant créer et croire en des histoires fictives… 
et dès lors que tout le monde croit aux mêmes fictions, tout le monde suit les mêmes règles et les mêmes normes. »

Même si au début on peut être rebuté par la naïveté des premières pages, c'est une lecture vraiment intéressante, un incontournable pour réfléchir sur le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
LePamplemousse
  07 septembre 2021
Cette bande dessinée est l'adaptation d'un essai de plus de 500 pages sur le thème de l'évolution. Il s'agit d'un premier tome, d'autres suivront.
L'aborder sous forme de bande dessinée permet de le rendre plus accessible, d'autant que la forme de la BD est assez pédagogique, puisque l'auteur de l'essai explique différents concepts à sa nièce, une enfant d'une dizaine d'années.
On y apprend par exemple pourquoi l'homo sapiens est la seule espèce d'humains encore en vie aujourd'hui, l'importance de la taille du cerveau dans l'évolution, quelle est le rôle des mythes dans la constitution d'une société humaine, pourquoi on a domestiqué les animaux, pourquoi les grands animaux terrestres ont tous disparus, qu'est-ce que les restes d'un individu mort il y a des milliers d'années peut nous apprendre sur son quotidien…
L'auteur aborde des concepts purement scientifiques, mais aussi historiques, anthropologiques, sociologiques, ethnologiques…
Une BD passionnante, riches d'informations et qui donne envie de se plonger dans les mystères de l'évolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
ghislainemota
  30 décembre 2020
Avant d'écrire Homo Deus, une brève histoire du futur, l'historien israélien Yuval Noah Harari, a creusé lé sujet de la naissance de l'humanité. Avec l'aide de chercheurs, archéologues et anthropologues, l'auteur nous éclaire sur l'évolution de notre espèce: l'Homo Sapiens.
Désormais chacun sait que nous descendons de la famille des primates mais la découverte du feu a fondamentalement changée notre chimie corporelle avec des aliments cuits. La puissance s' est développé au détriment des animaux.
70 000 ans, l'Homo sapiens sort de l'Afrique pour se répandre en Eurasie. Ici deux théories s'affrontent à propos de la disparition de Neandertal. Soit celui-ci s'est métissé avec Homa sapiens , soit ce dernier a engendré un génocide.
La deuxième vague de migration s'effectue vers le Moyen-Orient, l'Europe et l'Australie où Homo sapiens traverse les mers, s'organise socialement, commerce et développe une spiritualité. Cette coopération a permis une évolution fondamentale et un détachement de la part animale du sapiens.
Non seulement la coopération, mais aussi selon Robin Dunban, grâce à la communication, l humain a pu s'inventer des réalités fictives. Et cette capacité de fictions fut une révolution cognitive qui date de 70 000 ans et se poursuit de nos jours.
C'est donc avant la période agricole que les fourrageurs ont prospéré malgré les violences et les guerres.
La troisième partie de la Bd s'attarde sur sapiens et son environnement.
Les scientifiques ( dans la bd c'est une policière qui nous guide) ont constaté les saccages des humains sur la faune engendrant la disparition d'un nombre impressionnant d'animaux .. Et ce propos est illustré par Bill et Cindy Sapiens se retrouvant devant les tribunaux.
Peaux de bêtes contre costumes trois pièces: qui a le plus évolué,
Vous le saurez en lisant cette bd pleine d'humour et très instructive.
Avec intelligence et subtilité Harari m' a captivée donnant des exemples convaincants ou des théories scientifiques reconnues.
Une enquête insolite à la Koh Lanta qui m'a happée du début à la fin.
Attention le prochain épisode sera pour bientôt avec un titre prometteur: le blé diabolique. Tout un programme, foi de Lucifer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210


critiques presse (1)
LeSoir   10 novembre 2020
L’auteur belge David Vandermeulen réécrit l’aventure de Sapiens, notre ancêtre à tous, dans une BD en quatre tomes, traduite en quinze langues et dessinée par Daniel Casanave.

Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
Blandine54Blandine54   30 mai 2021
Les aspirants à la position la plus haute dans un groupe de chimpanzés passent beaucoup de temps à embrasser, taper sur le dos et bisouiller les bébés. Le mâle alpha conquiert habituellement sa position non pas par une force physique supérieure, mais parce qu'il dirige une coalition grande et stable.
Les coalitions jouent un rôle central non seulement au cours des luttes ouvertes pour la position alpha, mais dans presque toutes les activités au jour le jour. Les membres d'une coalition passent plus de temps ensemble, partagent la nourriture et s'entraident.
Il existe des limites claires à la taille des groupes qui peuvent se former et se maintenir ainsi. Pour que ça marche, tous les membres du groupe doivent se connaître intimement. Deux chimpanzés qui ne se sont jamais rencontrés ne sauront pas s'ils peuvent se fier l'un à l'autre, si cela vaut la peine de s'entraider, et lequel est le plus haut placé.
Dans les conditions naturelles, une troupe typique de chimpanzés compte entre 20 et 50 individus. Si le nombre de chimpanzés d'une troupe augmente, l'ordre social se déstabilise au point de déboucher finalement sur une rupture et sur la formation par certains éléments d'une nouvelles troupe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   26 décembre 2020
Plusieurs espèces d'humains ont commencé à chasser le gros gibier il y a 400 000 ans.
Mais homo sapiens n'a atteint le sommet de la chaîne alimentaire qu'au cours des 100 000 dernières années.
Jusqu'à tout récemment, nous étions des animaux insignifiants quelque part au milieu de la chaîne alimentaire. Nous avons ensuite fait un saut extrêmement rapide vers le sommet.
Peut-être trop rapide, d'ailleurs. Les lions, les aigles et les requins ont mis des millions d'années à atteindre progressivement le sommet de la pyramide.
Ce rythme a permis à l'écosystème de développer des freins et des contrepoids qui ont empêché les lions ou les requins de faire trop de ravages.
Les lions devenant plus meurtriers, les gazelles ont évolué pour courir plus vite. (...) Les rhinocéros sont devenus plus féroces.
A l'opposé, l'humanité a sauté au sommet si rapidement que l'écosystème n'a pas eu le temps de s'ajuster.
De surcroît, les humains eux-mêmes ne se sont pas ajustés.
(p. 36-37)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
AlfaricAlfaric   12 octobre 2020
 - Vous savez, j’ai vécu de nombreuses années avec un groupe d’hommes. Il n’y avait pas de femmes du tout, et nous nous sommes relayés pour cuisiner, faire la vaisselle et faire le ménage…
- Une communauté de hippies homosexuels ?!?
- Plutôt dans un monastère bénédictin en Bavière. Nous étions environ 30 frères, un père et aucune femme.
Commenter  J’apprécie          251
ZilizZiliz   27 décembre 2020
Nous comprenons aisément que les 'primitifs' cimentent leur ordre social en croyant à des esprits imaginaires.
Ce que nous saisissons mal, c'est que nos institutions modernes fonctionnent exactement sur la même base !
[ des indigènes, dans leur forêt ]
- Arrêtez de couper les arbres. Vous allez fâcher les esprits de la forêt !
[ réponse de biznessmen/women occidentaux ]
- Bien sûr, bien sûr... Mais nous ne pouvons pas quant à nous contrarier les lois du marché, vous comprenez...
(p. 85)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Blandine54Blandine54   23 mai 2021
[...] Le feu a aussi ouvert le premier gouffre significatif entre les humains et les autres animaux.
La puissance de presque tous les animaux dépend de leur corps : la force de leurs muscles, la taille de leurs dents, l'envergure de leurs ailes.
Les aigles par exemple, identifient les colonnes d'air chaud qui s'élèvent du sol, déploient leurs ailes géantes et laissent l'air chaud les porter. En revanche, ils ne peuvent pas maîtriser la place des colonnes et leur capacité de charge maximale est strictement proportionnelle à leur envergure.
Domestiquant le feu, les humains s'emparèrent d'une force obéissante et potentiellement illimitée. A la différence des aigles, ils purent choisir quand et où allumer une flamme, puis exploiter le feu pour diverses tâches.
Qui plus est, la puissance du feu n'était pas limitée par la forme, la structure ou la vigueur du corps humain. Une personne seule avec un silex pouvait brûler une forêt entière en quelques heures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Yuval Noah Harari (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yuval Noah Harari
Sapiens - Tome 2 (BD)
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : homo sapiensVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2421 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..