AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Giraudon (Traducteur)
EAN : 9782070300310
400 pages
Éditeur : Gallimard (02/09/2004)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 991 notes)
Résumé :
Alors que tombent les premières neiges, Takeo et Kaede poursuivent leur quête. Leur amour est confronté à la guerre et à la haine, aux alliances promises et rompues. Désormais héritier du Clan des Otrori, Takeo s'est engagé à rejoindre les rangs criminels de la tribu ; mais peut-il vraiment s'éloigner de son destin ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  31 janvier 2020
Le premier tome du cycle le clan des Otori m'avait beaucoup plu, je l'avais trouvé original et palpitant. C'était une plongée dans un Japon médiéval, avec la guerre ainsi que ses traditions, ses valeurs comme l'honneur et l'obéissance. Mais l'autrice Lian Hearn y est allée de quelques touches de fantastiques. Pas trop, seulement un soupçon. Après tout, il ne s'agit pas de Heroic Fantasy. Ce deuxième tome, Les neiges de l'exil, s'il ne pas pas déplu, il n'a pas soulevé mon enthousiasme. Comme plusieurs autres seconds volets d'une série, il souffre du syndrôme de « l'entre-deux » Il ne s'y passe pas grand chose, plutôt il jète les bases de ce qui se produira dans le tome suivant. Ceci étant dit, j'ai aimé retrouver des personnages auxquels je m'étais attaché, j'étais curieux de connaître la suite de leurs aventures. Otori Takeo a réussi à venger son père adoptif et à s'associer avec Araï Daiichi pour anéantir le puissant et terrible clan des Tohan. Toutefois, se soumettra-t-il à ce nouveau seigneur de guerre ? Réclamera-t-il l'héritage des Otori ? Épousera-t-il dame Shirakawa Kaede ? Ou bien sera-t-il fidèle à sa parole et rejoindra-t-il la Tribu, cette organisation secrète dont les membres possèdent des pouvoirs particuliers ? Comment cette dernière mêlera les cartes de l'échiquier politique ? Et Kaede, si elle n'épouse pas Takeo, sera-t-elle forcé d'unir sa destinée à celle d'un autre homme ? Ces questions, et d'autres, sont répondues, mais très tardivement. L'autrice prend un temps fou pour y arriver et ce rythme lent m'a peut-être empêché d'apprécier ce roman à sa juste valeur. Il manquait un peu d'action ou d'intrigue pour le rendre aussi captivant que le premier tome. Les deux protagonistes (Takeo et Kaede) se promènent à gauche et à droite, vivent dans l'incertitude, tentent de consolider leur position et d'éviter les trahisons mais ils n'accomplissent pas tant. Encore… Néanmoins, les dernières pages se terminent sur une note pleine de promesses pour prochain tome. Je ne peux que recommander de continuer la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
XS
  16 janvier 2019
En quelques lignes, lors de l'introduction, l'auteur remet en place, tout son univers pourtant assez complexe. Et nous voici immergés dans ce Japon médiéval si crédible
J'avais lu le premier tome des aventures de Takeo Otori il y un certain temps. Ce qui implique de ne se souvenir que des grandes lignes du récit ; c'est donc avec une certaine appréhension que j'entamai ma lecture de ce deuxième opus, car les personnages sont nombreux et les sonorités de leurs patronymes peu habituelles à mes oreilles*.
C'est un récit à deux voix que nous propose l'auteur.
Le narrateur principal, Takeo, va subir une dure leçon d'obéissance, suite à son intégration à « La Tribu ». La vie n'y est certainement pas simple mais, puisqu'il a engagé sa parole, il est tenu d'y rester.
Pendant ce temps, Kaede va devoir retrouver le domaine familial et s'imposer, en tant que femme, pour éviter d'être spoliée de son héritage légitime.
Les thématiques de l'obéissance, du respect à la parole donnée sont centraux. Kaede et Takeo vont devoir affronter tout le poids des convenances et des règles de cette société à laquelle ils appartiennent.
Le récit de Kaede est particulièrement intéressant : les lourdes traditions s'opposent à ses propres aspirations.
De nouveaux personnages, qui ne leur veulent pas que du bien, donnent du rythme et de l'intérêt aux aventures de nos deux protagonistes
* le glossaire des personnages est très utile, mais je ne l'ai découvert qu'une fois ma lecture finie car il se trouve à la fin du roman ; c'est un peu dommage car j'aurai bien aimé m'y reporter de temps en temps.
Voilà un cadeau de Noël qui m'a fait bien plaisir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          206
Lesperanza
  05 mai 2020
J'ai lu ce deuxième tome juste après avoir terminé le premier, et je l'ai tout autant apprécié !
Il s'y passe pourtant bien moins d'actions que dans le volet 1, mais j'ai beaucoup aimé suivre les mêmes personnages durant ce tome 2. Je m'y attache de chapitre en chapitre.
J'aime notamment de plus en plus Kaede. J'admire sa personnalité forte et j'ai aimé le fait qu'elle veuille avoir les mêmes droits que les hommes. Sa manière de s'imposer en tant que femme est vraiment admirable, et c'est un personnage que j'adore, tout simplement !
J'apprécie toujours autant le style d'écriture et l'univers de ces livres. J'ai encore une fois été embarquée dans le récit et je lirai la suite avec plaisir !
Commenter  J’apprécie          250
book-en-stock
  27 juin 2016
Ce tome 2 nous replonge avec délice dans un Japon médiéval traditionnel avec ses codes, les différentes classes sociales, les enjeux des alliances, les risques des mésententes, les paysages sublimes si bien décrits par l'auteur, avec les couleurs, les odeurs, les saveurs… Nous retrouvons Takeo et Kaede toujours aussi touchants et vibrants se partageant à tour de rôle le récit. La partie de Takeo est narrée à la première personne tandis que celle de Kaede est à la 3e personne.
Ces deux personnages sont tourmentés par leur passion et leurs obligations, des choix difficiles à faire, et on pèse souvent le pour et le contre avec eux. L'écriture nous retient et on avance au fil des pages aux côtés de ces protagonistes.
Bien des questions restent encore en suspens même si nous avons droit à quelques révélations plutôt surprenantes.
J'ai donc hâte de me procurer le tome 3 pour lire la suite…
Cette lecture fut agréable et appréciée et je recommande ce livre !
Pioche dans ma PAL – juin 2016
Challenge en Choeur
Challenge 1 mot- 1 livre
Challenge multi-défis (item: un roman qui se passe en temps de guerre)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
c.brijs
  17 juillet 2012
C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai replongé, après plusieurs années, dans l'univers de l'auteure, Lian Hearn. Son Japon féodal n'est certes pas authentique à 100% mais il colle parfaitement à l'image romanesque que je m'en fais. A savoir, un univers de castes, de clans, de luttes de pouvoir où se côtoient beauté et cruauté.
Malgré le temps écoulé entre la lecture du premier tome et la lecture de celui-ci, je n'ai eu aucun mal à me remettre dans le bain. J'ai retrouvé les personnages là où je les avais laissés à la fin du Silence du rossignol. de plus, un avant-propos permet de se remémorer l'intrigue.
Après un premier tome initiatique, ce tome-ci est celui du doute. Nos héros, séparés, doivent chacun de leur côté, choisir leur voie... Qui veulent-ils être et surtout qui ne veulent-ils pas être? Ils vont avoir un an pour prendre leur décision. Celle-ci sera loin d'être anodine. Pour Takeo, à la croisée de trois chemins, il devra choisir entre la voie pacifique tracée par sa mère, celle de la justice et de la paix rêvée par son père adoptif, Shigeru Otori, qui ne peut s'obtenir que par la guerre ou la voie criminelle de la Tribu, celle à laquelle a tenté d'échapper son père... Quoi qu'il choisisse, les ennemis seront nombreux à se dresser sur sa route. Kaede, quant à elle, devra choisir entre rentrer dans le rang et se conformer au rôle inférieure réservé aux femmes ou au contraire se battre afin d'être l'égale de ses interlocuteurs. Quel sera le prix de la liberté?
Dans ces parcours parallèles, c'est celui de Kaede qui m'a davantage parlé. Alors que Takeo était davantage attentiste tout au long du récit; Kaede, elle, se démenait comme un beau diable afin de s'imposer dans une société dirigée par des hommes.
Côté suspense, si la chute de ce tome propose un retour à un certain équilibre, le lecteur, tout comme les protagonistes, est conscient que celui-ci est d'une fragilité extrême. L'auteure distille déjà de nombreux ingrédients qui formeront la trame des volets suivants. La destinée de ces deux héros attachants semble tracée...
Un petit mot pour finir sur le style de l'auteure. A la fois poétique et efficace, sa narration ne s'embarasse jamais de descriptions longues et fastidieuses. Et, pourtant, à la manière d'une peintre impressionniste, par petites touches, de-ci, de-là, elle nous offre tout un univers que je n'ai eu aucune peine à visualiser.
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
Pixie-FlorePixie-Flore   16 mars 2012
"La mort vient sans prévenir et la vie est fragile et éphémère. Personne ne peut rien y changer, que ce soit par des prières ou des formules magiques." C'était la fragilité de la vie qui la rendait si précieuse. Notre bonheur était d'autant plus intense que nous le savions menacé.
Commenter  J’apprécie          190
LesperanzaLesperanza   04 mai 2020
- Je ne peux pas l’oublier. J’ai essayé, mais dès que j’entends son nom tout me revient en mémoire. Te souviens-tu du jour où je l’ai vu pour la première fois, à Tsuwano ? Je suis tombée amoureuse de lui dès cet instant. J’ai été comme prise de fièvre. C’était - c’est - un sortilège. Une maladie dont je ne guérirai jamais. Tu as dit que nous nous en remettrions, mais cet amour sera toujours en nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
IleauxtresorsIleauxtresors   07 octobre 2018
Comment avait-il fait pour acquérir soudain un tel pouvoir? Quel était son secret pour amener ces hommes adultes, d'une grande force physique, à le suivre et à lui obéir? Elle se rappela avec quelle promptitude impitoyable il avait coupé la gorge du garde qui l'avait attaquée au château de Noguchi. Il n'hésiterait pas à tuer de la même façon chacun de ces hommes - cependant, ce n'était pas par peur qu'ils lui obéissaient. Était-ce par une sorte de confiance en cette absence de pitié, en cette aptitude à réagir immédiatement quel que soit le bien-fondé de sa réaction? Pourraient-ils se fier de la même manière à une femme? Serait-elle capable comme lui de commander des hommes?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lovelybooklovelybook   09 juillet 2014
Aï sortit, et Kaede entendit des éclats de voix dans la cuisine. Quelques instants plus tard, Aï revint en compagnie d'une petite fille d'environ neuf ans.
- Voici Kaede, notre soeur aînée, déclara-t-elle à Hana. Elle nous a quittés alors que tu étais encore toute petite. Tu vas me faire plaisir de la saluer comme il convient.
- Bienvenue à la maison, chuchota Hana en s'agenouillant et en s'inclinant en direction de Kaede.
Celle-ci se mit à son tour à genoux, lui prit les mains et leva son visage afin de l'examiner.
- J'étais plus jeune que toi quand j'ai quitté cette maison, dit-elle en observant ses yeux magnifiques et son ossature se dessinant avec une harmonie parfaite sous sa rondeur enfantine.
- Elle vous ressemble, noble dame, remarqua Shizuka.
- J'espère qu'elle sera plus heureuse que moi, répliqua Kaede en attirant la petite fille contre elle et en la serrant dans ses bras.
Elle sentit trembler le corps frêle et se rendit compte que l'enfant s'était mise à pleurer.
- Mère ! Je veux voir Mère !
Les yeux de Kaede s'emplirent à leur tour de larmes.
- Chut, petite soeur ! Ne pleure pas, dit Aï en essayant de la calmer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YuruguYurugu   23 novembre 2020
– Vous ne nous laissez rien.
Elle avait voulu adopter un ton léger, mais se rendait compte elle-même de l'amertume vibrant dans sa voix.
– À qui s'adresse ce reproche ? demanda-t-il un peu décontenancé.
– Aux hommes. Vous dérobez aux femmes tout ce qu'elles ont. Même notre souffrance – cette souffrance dont vous êtes la cause –, vous la volez et vous la représentez sur une scène comme si c'était vous qui la ressentiez.
Il l'observa de ses yeux impassibles.
– Je n'ai jamais vu une interprétation plus convaincante et émouvante que celle de Mamoru.
– Pourquoi les rôles féminins ne sont-ils pas joués par des femmes ?
– Quelle idée bizarre. Vous croyez que vous seriez plus authentiques parce qu'ils vous semble que ces émotions vous sont familières. Mais le génie d'un acteur réside dans sa capacité à recréer par l'art des émotions qu'il ne peut pas connaître dans son être intime.
– Vous nous dépossédez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Lian Hearn (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lian Hearn
Gallimard-Jeunesse a rencontré Lian Hearn.
Interview en anglais sous-titré.
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1636 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.. ..