AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur)
ISBN : 2290337056
Éditeur : J'ai Lu (15/02/2004)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 525 notes)
Résumé :
Kyle, désormais aux commandes de la Vivacia, la vivenef récemment éveillée de la famille Vestrit, a décidé de l'utiliser pour transporter des esclaves. Et son impérieuse volonté ne saurait souffrir la moindre opposition. Son épouse Keffria en vient même à douter de son mari quand il veut débaucher leur fille Malta, et obliger leur fils Hiemain à travailler à bord de l'embarcation et à abandonner l'apprentissage qui le destinait à la carrière de prêtre de Sa. Sa bell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  31 janvier 2015
Un deuxième tome aussi passionnant et prenant que le premier. On se rend compte à quel point les décisions prises par Kyle, le nouveau chef de la famille Vestrit, qui a un don particulier pour semer autour de lui malheur et détresse, sont désastreuses. Hiémain, son propre fils, contraint d'abandonner son apprentissage de prêtre est séquestré sur la vivenef… La fougueuse Althéa s'embarque sur un navire abattoir avec comme seul but de prouver à Kyle qu'elle ferait un bon marin… Ronica, la matriarche des Vestrit, qui a donné toute sa confiance à Kyle, prend chaque jour conscience de l'énormité de son erreur de jugement... Mais tous organisent à leur manière une résistance au pouvoir de nuisance de Kyle, et on devine que la partie est loin d'être gagnée pour lui.
Et puis, il y a Kennit le pirate ! Accompagné de son amulette narquoise, il est toujours aussi chanceux. Et magnifique ! Sournois, menteur, fourbe, âpre au gain, il devient à son insu une sorte de héros sans peur et sans reproche adulé des siens. Un statut de justicier qui le met mal à l'aise. Ce Kennit, un salaud au grand coeur, est de loin le personnage le plus intéressant de cette saga. Sa rencontre avec Kyle, car elle aura lieu, promet de donner de belles étincelles.
En arrière-plan, d'autres figures apparaissent qui complexifient et enrichissent l'univers créé par Robin Hobb. La terrible et pitoyable figure de proue Parangon. La magicienne Ambre. Les grands serpents qui suivent les marchands d'esclaves. Les représentants du déserts des pluies et leur pacte étrange passé avec les marchands de Terrilville. Nul doute qu'ils prendront de l'importance dans les prochains tomes, et je suis impatient de savoir quel rôle chacun de ces protagonistes va jouer. Bref ! Je me suis juré de ne pas lire de Robin Hobb avant deux mois. Et je sais déjà que je vais avoir beaucoup de mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
idevrieze
  28 août 2013
Quand Althéa nous montre ce qu'obstination veut dire
Althéa est le personnage qui surprend, le personnage attachant et surtout le personnage qui est le plus têtu. En effet, non contente d'être dépossédée de la vivenef, elle quitte la maison familiale sans un sou, en plein milieu d'un enterrement et va se faire engager sous le nom d'un homme comme mousse dans un navire pêcheur car elle a réussi à soutirer à Kyle que si elle est reconnue comme bon marin, il lui laisse la Vivacia.
Il est sûr que lorsqu'Althéa a un but, elle ne recule devant rien. Elle apprend son métier à la dure cette fois, ce qui lui enlèvera sa carapace d'héritière. Elle comprend quelques unes de ses erreurs. Certes, elle reste dans son coin mais prend sur elle d'avertir sa mère pour l'état fragile de la Vivacia, elle va sympathiser avec Parangon, apportant à celui ci un petit réconfort. Elle ne devient pas encore forcément adulte dans ce tome mais commence à comprendre beaucoup de choses, à se critiquer elle même et surtout à se rendre compte qu'elle peut être douée sur un navire qui n'est pas fait de bois sorcier

Quand Hiémain et Vivacia se cherchent.
Hiémain, ce jeune homme qui se fait littéralement capturer et séquestrer par son père sur le navire se voit dans une situation réellement difficile. En effet, il est attaché par magie à la Vivacia, mais à cause d'elle, il se voit privé de sa vocation : la prêtrise. C'est réellement une relation très compliqué car ce sont comme deux orphelins condamnés à ne pas s'aimer, et je me demande si quelque part, ce n'est pas aussi ce que son père veut.
L'affrontement entre le père et le fils se fait attendre, mais je pense qu'il le faudra encore. En effet, Hiémain a un regard neuf, et je dirai même théorique sur le monde. Il ne voit que la beauté des choses et ne sait pas encore qu'il y a des hommes bons, mais surtout des hommes méchants. Malheureusement pour nous, il s'en rend compte petit à petit et c'est Vivacia qui, à travers lui, se rend compte de tout ceci.
C'est un point extrêmement sensible de ce récit car il faut se rendre compte que la vivenef est comme un enfant avec un très grand savoir. Aussi, imaginez l'impact sur une psyché d'enfant le fait de se rendre compte très tôt qu'elle ne peut pas faire confiance à grand monde, que les personnes qu'elle aime ne veulent pas forcément d'elle et surtout elle apprend ce que va être la torture. Ce navire va emmagasiner beaucoup de choses dures et négatives dans ce volet

C'est Kyle qui montre sa nuisance.

Je vous l'avez dit que c'était le pourri du lot. Monsieur Kyle décide de grandes choses pour la rentabilité. Son but est clair : amasser de l'argent. Pour ce faire, il va utiliser la vivenef pour quelque chose qui est considéré comme très dangereux pour ces bateaux : le transport d'esclaves. Et pour nous faire rendre compte de la monstruausité de la chose, Robin Hobb nous donne en parallèle les récits des captures des navires aux esclaves (avec les descriptions adorables dont elle a le secret) par notre Jack Sparrow.
Mais Kyle ne s'arrête pas là. Vous savez qu'il laisse une famille derrière lui (hormis son fils). Pour s'assurer de la soumission de sa femme, il pousse sa fille Malta contre elle, préférant l'orienter vers une position très délicate pour sa réputation, sûrement pour convaincre tout le monde que Keffria ne sait pas s'occuper de son foyer (et prendre les rênes de la maison). Il brise son fils pour avoir du pouvoir sur le navire et continue son travail de dénigrement sur Althéa.

En bref, ce n'est pas un tome de transition, c'est un tome d'approfondissement des personnages, avec des enjeux supplémentaires, des toiles d'araignée dans le jeu des intrigues supplémentaires. Nul doute que Robin Hobb est en forme lorsqu'elle écrit ses sagas car nous nous perdons constamment dans les relations entre ces personnages plus complexes les uns que les autres

Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Colombedelesperance
  30 mai 2014
J'avais assez hâte de me replonger dans l'univers des Aventuriers de la mer, même si le premier tome n'avait pas été quelque chose d'exceptionnel. J'avoue que je me trouve bien, dans ces livres, et maintenant que je suis lancée, j'ai vraiment envie de poursuivre !
Dans ce deuxième tome, il s'agit toujours des mêmes personnages (logique), que nous retrouvons pratiquement là où nous les avons laissés à la fin du tome 1. Sauf que bon nombre de changements ont lieu : la Vivacia repart en mer avec Hiémain à son bord, le fils de Kyle qui est désormais capitaine du navire. Sauf que Hiémain a été arraché à sa prêtrise, à ses études au séminaire de Sa pour devenir mousse et qu'il ne se fait pas à cette vie. Pendant ce temps, Althéa s'est fait engager sur un navire abattoir pour obtenir la preuve qu'elle est un vrai marin et ainsi récupérer son navire. En garçon, bien sûr. Si quelqu'un venait à apprendre qu'elle est en réalité une femme… et dans tout ça, Brashen est lieutenant sur le même navire. Coïncidence ? Je ne crois pas, non.
Encore d'autres éléments se situent dans ce deuxième tome, comme le fait que Malta, la fille de Kyle, devienne une mini-catin avec une énergie qui frise franchement le ridicule, ou que Kennit le pirate se mette à traquer les navires esclavagistes et que cela le propulse à un statut bien plus élevé que ce qu'il n'aurait jamais cru imaginer.
La trame se tisse de plus en plus, on suit les personnages avec détachement, parfois (j'suis toujours pas fan de Kennit), ou au contraire avec plus d'implication (Hiémain et Althéa-Brashen, notamment). Plus les pages tournaient, plus je me sentais à l'aise dans cet univers et au milieu de ces liens qui se tissent entre chaque personnage. Ça devient complexe, mais c'est appréciable, et on dirait une pelote de laine qui commence sérieusement à se mélanger, et d'ores et déjà, je me demande comment ça va bien pouvoir se terminer. Il me reste quand même 7 tomes à lire !
Je dois avouer que je me suis beaucoup plus impliquée au niveau des personnages et de ce qui survenait, dans ce deuxième tome. Je ne saurais vous dire pourquoi, ni comment, mais il est indéniable que Robin Hobb a su déployer un charme particulier sur son histoire pour nous immerger et nous procurer un plaisir non feint lorsque nous lisons. Je vous avoue que j'ai tendance à un peu oublier mon environnement, quand je lis les Aventuriers de la mer. Je pourrais veiller très tard le soir pour connaître la suite (c'est déjà le cas, aheum).
A dire vrai, je ne sais pas quoi vous dire. Plus j'en découvre, plus ça me plait. Les coutumes et les décors que j'y découvre me fascinent, tout comme la plupart des personnages. J'avoue être particulièrement intéressée par ce qui se tisse entre Brashen et Althéa (Brashen est trop chou, même s'il est loin d'être parfait !). de même, l'évolution de Hiémain m'intéresse, tandis que plusieurs fois, j'ai rêvé de flanquer des baffes à Kyle ou à sa fille. J'ai l'impression d'être vraiment au coeur de l'histoire, de m'y plonger, et d'être une spectatrice, oui, mais une spectatrice impliquée et qui ressent beaucoup de choses.
Sans compter que ce livre est aussi bourré de principes et de leçons de vie. Hiémain ne veut, par exemple, pas renoncer à celui qu'il est, Althéa se bat pour ce en quoi elle croit, elle se donne les moyens d'arriver à ses fins, Brashen est loyal et agit selon son coeur… Sans compter aussi que l'apprentissage de Hiémain en tant que prêtre, les réflexions qu'il peut sortir… j'avoue que j'en suis époustouflée.
A côté de ça, on côtoie des trucs pas drôles du tout. Je veux dire, ce sont des marins, parfois des pirates, on ne peut pas s'attendre à des démonstrations de raffinement exquis non plus. Mais là-dedans émergent des qualités impressionnantes comme le courage, la persévérance, l'amour, aussi, bref des tonnes de trucs sympas.
En gros, Robin Hobb réussit parfaitement bien à dépeindre un autre monde mais avec des humains qui restent… parfaitement semblables à ce qu'ils peuvent être dans notre monde. Capables du meilleur, comme du pire.
Bref, un deuxième tome qui m'a embarquée, qui m'a permis d'en découvrir plus, chose que j'ai faite avec plaisir, et qui réserve des surprises ! de quoi vous faire oublier le monde qui vous entoure et vous faire voyager, sur les mers et les différents ports que Robin Hobb se plait à nous décrire. Des personnages authentiques qui pourront vous donner envie de les taper ou au contraire vous laisser vous attendrir devant leurs aventures…
Vivement que je passe au tome 3 !
Ce sera un 16/20 pour moi !
Lien : http://leden-des-reves.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Elvynaa
  27 janvier 2017
Encore une belle surprise que ce 2e tome ! Robin Hobb nous livre vraiment une saga qui sait me mettre en joie. Nous suivons toujours le Pirate Kennit dans sa quête de pouvoir afin de devenir "Roi des Pirates", Althéa, la fille d'Ephron face à la disparition de son père et la tumultueuse passation de commandement de la Vivacia à son beau-frère... Kyle.
La relation au sein de la famille Vestrit s'avère houleuse, chacun part de son côté, en quelque sorte, Hiémain, fils de Keffria et Kyle voit sa carrière en tant que serviteur de Sa disparaître petit à petit d'une façon bien cruelle, Ronica, la mère Vestrit, récemment seule, souffre du tempérament de ses filles, de la succession de l'héritage familiale et surtout de l'envie de Malta, sa petite fille, de vouloir devenir une femme, bien trop tôt !
Un second tome très touchant, c'est définitivement une histoire qui m'enchante et je ne vois pas encore le lien avec Fitz, l'assassin royal... Pourquoi nous faire lire ce "spin-off" entre le tome 6 et 7 ?
Bref, à LIRE !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Erine6
  16 février 2014
Les aventures se poursuivent pour la foule de personnages découverte dans le tome 2. Il y a des rebondissements à n'en plus finir et j'ai adoré.
Althéa et Brashen remportent encore la palme. L'action qui concerne les protagonistes est unique. Althéa doit camoufler son identité et Brashen doit faire comme si de rien n'était. Qu'est- ce qu'il ne faut pas faire pour atteindre ses objectifs. Cette situation cocasse m'a beaucoup amusée mais aussi inquiétée. La peur qu'on découvre le pot aux roses, que Brashen vende la mèche. Que d'émotions! Brashen peut reprendre du poil de la bête dans ce tome. Ses mauvais jours sont dans l'ensemble finis et on lui refait même confiance, quelle chance par comparaison à certains.
Malheureusement, certaines choses ne changent pas en bien. Notamment Kyle, l'homme qui dirige maintenant la famille Vestrit, aussi capitaine de Vivacia qui fait ses premiers pas dans sa relation avec son fils, Hiémain. Des rôles qui ne lui conviennent pas totalement, des gestes qu'il va commettre qui m'ont relativement énervés. Robin Hobb sait se lâcher avec les protagonistes qu'elle ne veut pas qu'on aime. Elle l'écrase de défauts comme l'égoïsme, la cruauté, une ambition démesurée qui déborde sur de l'intransigeance. Elle n'y va pas non plus de main morte avec Malta, la fille de Kyle et Keffria. Il y a de l'eau dans le gaz dans cette famille, entre problèmes conjugaux, l'adolescence à gérer, un commerce à renflouer… surtout quand la grand-mère se trouve prise à partie et doit gérer tant bien que mal.
Hiémain quant à lui, ne vit pas une partie de plaisir. Il me fait penser à Fitz, le héros des Aventuriers de la Mer par certains côtés même s'il est beaucoup plus couard et qu'il n'a pas le physique pour se dresser contre son entourage. Cependant, sa relation avec le bateau est magnifique. Ah Vivacia ! C'est du grand art de l'avoir imaginée.
Et alors, là, première surprise sur le plan des personnages que Robin Hobb nous a concoctés avec l'évolution de Kennit et de son compagnon Sorcor. On ne pouvait que se faire une mauvaise idée de Kennit dans le premier tome et finalement, il a peut être un bon fond.
Bref pour résumer, la saga -en grande partie- familiale se poursuit. Certains faits sont prévisibles comme la relation entre Kyle et Hiémain pour d'autres on était loin de s'y attendre. Ce tome 2 confirme que le tome 1 mettait le contexte en place. Et ici, on a la possibilité de découvrir des détails croustillants comme la tradition marchande et enfin je profite de voyages en mers. Robin Hobb a vraiment un don pour planter un décor et construire des intrigues qui emportent les lecteurs.
A mon sens, c'est une saga fantasy à lire, c'est une petite merveille bien prenante qui change les idées.
Lien : http://inspireretpartager.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
pilpilippilpilip   07 avril 2010
Beaucoup, naturellement, pestent et ragent contre l'habit que le destin leur a tissé, mais cela ne les empêche pas de le ramasser et de l'endosser, et la plupart le portent jusqu'à la fin de leurs jours. Vous… vous préférez marcher nue à la rencontre de la tempête.
Commenter  J’apprécie          130
Eric76Eric76   10 janvier 2015
Beaucoup, naturellement, pestent et ragent contre l'habit que le destin leur a tissé, mais cela ne les empêche pas de le ramasser et de l'endosser, et la plupart le portent jusqu'à la fin de leurs jours. Vous… vous préférez marcher nue à la rencontre de la tempête.
Commenter  J’apprécie          100
pilpilippilpilip   07 avril 2010
« Depuis que je te connais, tu me rappelles ce poème. Surtout le passage qui dit : ‘Les mots ne sont pas assez profonds pour contenir mon amour. Je me tais et repousse mon adoration, de peur que la passion ne m’enchaîne.’ Les mots d’un autre, issus de la bouche d’un autre. Je regrette qu’ils ne soient pas de moi. »
Commenter  J’apprécie          70
Eric76Eric76   17 janvier 2015
Les chasseurs exécutaient leur métier en professionnels : dès qu'ils avaient épuisé leur stock de flèches, ils descendaient arracher celles qui pointaient des cadavres, tandis que les dépeceurs arrivaient derrière eux comme des corbeaux sur un champ de bataille. Le gros des animaux vivants s'était déplacé, gêné par l'agitation et les meuglements des mourants. Il n'éprouvait encore aucun affolement, apparemment, rien que de la contrariété à cause des bouffonneries étranges de certains des siens qui dérangeaient sa sieste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Koneko-ChanKoneko-Chan   25 juillet 2013
"Je ne suis pas un lâche." Hiémain n'avait pas parlé fort, mais sa voix portait. Son père se retourna lentement. "Je ne suis pas un lâche, répéta le garçon en haussant le ton. Je ne suis pas grand, je ne prétends pas être fort, mais je ne suis pas non plus un faible ni un lâche. Je peux supporter la douleur - quand c'est nécessaire."
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Robin Hobb (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Troisième épisode de Pourquoi Lire avec une plongée dans l'univers de la fantasy et mon roman préféré du genre : l'Assassin royal de Robin Hobb, dont je vous ai souvent parlé depuis la création de cette chaine. Voici pourquoi je le recommande tant.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
183 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre