AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505067538
Éditeur : Kana (25/08/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Kikuko désire Ryôichi à la folie... Mais cette envie incontrôlable est-elle vraiment de l'amour ou d'écoule-t-elle de sa nature de prédatrice? Ou encore doit-on y voir une manifestation de l'instinct de conservation de l'espèce?
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
nebalfr
  07 septembre 2017
FINALE

Troisième et dernier tome de Nuisible, manga signé Hokazono Masaya au scénario et Satomi Yu au dessin. Et pas plus mal que ce soit le dernier, parce que la série, à mes yeux, n'a clairement pas tenu les promesses que l'on pouvait y supposer au sortir du premier tome, qui n'avait certes rien d'exceptionnel, mais demeurait pourtant séduisant et même intrigant. hélas, depuis, les choses se sont gâtées, dans les deux tomes suivant – chacun ayant par ailleurs des traits qui lui sont propres.

Dans le tome 2, finalement, on ne pouvait guère qu'isoler le huis-clos terrible et lourdement chargé d'un érotisme glauque, dévorant et tenant peu ou prou du viol, qui confrontait la fille insecte Kikuko et son amant plus ou moins malgré lui Ryôichi – en fait, je suis porté à croire que les trois tomes n'avaient guère pour fonction, dans leur ensemble, que de justifier ce passage très réussi.

Mais le tome 3 ne peut guère mettre en avant quoi que ce soit de véritablement convaincant. Conclusion sur le mode du thriller horrifique, censément nerveux, il pèche sur le plan du scénario, passablement je-m'en-foutiste et limité au possible, et se reposant intégralement sur le dessin – qui, étrangement, devient (enfin ?) un atout de Nuisible ; un peu tard, sans doute…

Mais le bilan global est donc franchement négatif.

DEHORS, DEDANS

Dans la foulée de ce qui avait été amorcé à la fin du tome précédent, mais peut-être plutôt à la façon d'un reflet dans un miroir, le tome 3 de Nuisible repose tout d'abord sur une opposition entre macrocosme et microcosme – le macrocosme consistant essentiellement en scènes d'extérieur, où les nuées d'insectes excités par les phéromones de Kikuko ravagent la ville, tandis que le microcosme consiste en un nouveau huis-clos, mais hospitalier, et où les personnages (surtout) de Tomomi et de Kuzumi assistent plus ou moins désarmés à la copulation de Kikuko et Ryôichi, laquelle suscite bien un écho par rapport au huis-clos du tome 2, forcément plus « intime » cependant. le mouvement est cependant peut-être inverse, car, même avec l'alternance des séquences, l'impression est cette fois que le macrocosme nous ramène au microcosme.

Peut-être ne faut-il toutefois pas appuyer excessivement sur cette dimension, parce que le huis-clos l'emporte assez vite – dans un contexte hospitalier qui n'a pas manqué de me rappeler une lecture récente, passablement désastreuse, le Manitou de Graham Masterton

Il faut dire que les scènes d'extérieur brillent à peu près uniquement au plan du dessin, sur les mêmes bases que dans le tome précédent. Autrement… Eh bien, c'est du récit catastrophe, et somme toute bien banal ; les insectes ravageant la ville autorisent bien quelques saynètes amusantes/terrifiantes, mais finalement bien rares, et qui ne font que répéter les mêmes codes du genre depuis, disons, au moins Les Oiseaux. Tout, ici, est tellement éculé… S'agit-il alors d'une parodie ? Je ne l'exclus pas totalement…

INCESTE INSECTE

À l'intérieur de l'hôpital – quelle bonne idée que de faire récupérer le pauvre Ryôichi dans la morgue ! –, les choses ne vont pas beaucoup mieux, en matière d'intérêt narratif.

Pour l'essentiel, nous y voyons donc Kikuko imposer son besoin oppressant de se reproduire à un Ryôichi dont les sentiments sont finalement assez ambigus, terreur et désir étant sans cesse emmêlés. Il faut dire que les deux jeunes gens sont liés, bien davantage et autrement qu'ils ne le croient ; pas la meilleure idée de la BD en ce qui me concerne, pourtant...

Par ailleurs, après un tome 2 qui avait globalement fait l'impasse sur cette dimension du récit, nous avons à nouveau le sentiment (au moins vague…) d'une Kikuko qui présente une certaine fragilité, qui a quelque chose de désespéré et profondément douloureux – idée exprimée graphiquement par ses larmes, qui refont leur apparition après une longue ellipse, et que, dans ce contexte, on ne peut plus vraiment qualifier de « larmes de crocodile ».

Le pinacle, concernant les deux amants, réside probablement dans leur union bouche à bouche, quand les inévitables filaments ou tentacules jaillissant entre les lèvres de Kikuko pénètrent Ryôichi pour sceller leur amour. Une séquence amorcée de longue date, en termes de fusion.

TÉMOINS OU ACTEURS

Ils ne sont toutefois pas seuls dans leur nid d'amour, cette fois – car deux personnages, essentiellement, tournent sans cesse autour d'eux ; ils donnent à vrai dire presque l'impression d'avoir été conviés au spectacle… et surtout d'être désarmés.

Ainsi de Tomomi, l'amoureuse frustrée de Ryôichi, qui n'est finalement pas le moins du monde définie autrement. Comme de juste, mais avec le sentiment indu que cela relève plus de l'héroïsme que de la vulgaire jalousie, elle interviendra dans l'union bouche à bouche de son petit ami putatif et de la salope insectoïde, perturbant la fusion dans un délire organique qui pourrait évoquer, que sais-je, du Cronenberg, peut-être...

Ainsi aussi de Kuzumi, le savant fou qui se prend pour van helsing, et qui a juré d'anéantir Kikuko – dont il sait, lui seul, comment elle est devenue ce qu'elle est. Yeux fous, manières arrogantes, propension à livrer quantité d'explications changeantes mais sans guère s'attarder sur leur cohérence… Toujours aussi pénible, le gazier. Et fonctionnel, puisqu'il semble avoir pour propos « d'expliquer », donc, chaque nouveau développement, mais sans jamais convaincre. Il est supposé aussi tuer Kikuko, mais sa manière de s'y prendre – en usant contre la créature évoluée du principe même de l'évolution – sent aussitôt la foirade, et à bon droit. À la limite, il est presque plus pertinent quand il dérive à nouveau sur les références mythologiques, alors même que l'eau, très connotée symboliquement, semble perturber son « rituel » aux prétentions pourtant rationnelles.

Les deux personnages, quoi qu'il en soit, oscillent donc entre les rôles de témoins et d'acteurs. Qu'importe au fond : ils sont tellement inintéressants (Tomomi surtout) ou ennuyeux (mais au plus mauvais sens du terme, Kuzumi)…

Comme l'est en fait la BD dans son ensemble – toujours plus terne et convenue, toujours plus « automatique ». Et ce jusque dans la dimension horrifique censément essentielle à la série, qui abuse d'effets « presse-bouton », à la « jump scare » sur papier, et de rebondissements finalement inutiles – ah ah elle n'est pas vraiment morte, oh oh lui aussi est dangereux, etc. Stinger inclus (pourtant très incongru au regard de l'épilogue).

LE DESSIN, ÉTRANGE ATOUT (UN PEU TARDIF)

On reconnaîtra cependant que la dimension horrifique de la BD, si elle est traitée avec bien trop de légèreté par le scénariste Hokazono Masaya, offre peut-être enfin à la dessinatrice Satomi Yu l'occasion de briller dans un registre proprement manga – éventuellement sous influence, car, là encore, cela a pu me rappeler Itô Junji, encore qu'avec probablement plus de finesse.

J'en avais fait la remarque dans mes retours sur les deux premiers tomes : si Satomi Yu était probablement une très bonne illustratrice, ainsi qu'en témoignaient notamment les couvertures et têtes de chapitres, elle faisait ici ses véritables débuts dans le manga, avec peut-être plus ou moins de conviction. Son dessin, globalement, me paraissait fade, à ceci près qu'il jouait à sa manière sur les contrastes, en profitant des quelques occasions où le scénario lui permettait de tenter des choses un peu « différentes » : cela valait pour l'aura hollywoodienne de Kikuko, a fortiori dans les scènes glauquement érotisées du huis-clos chez Ryôichi, ou, dans un tout autre registre, pour la figuration des nuées d'insectes, entre abstraction minimaliste et hyperréalisme pointilleux, fonction des circonstances et des besoins de la narration.

Ici, j'ai l'impression qu'elle atteint un équilibre qui lui faisait défaut jusqu'alors, et le résultat d'ensemble est bien plus convaincant. Les scènes d'horreur, graphiquement, sont réussies, et les personnages, Kuzumi mis à part car hors-concours (graphiquement, et peut-être aussi narrativement, c'est lui le vrai monstre), peuvent aussi exprimer, jusque dans les moments les plus terribles, un semblant d'émotion qui manquait bien trop jusqu'alors (car les artifices des larmes de Kikuko, de la fatigue de Ryôichi ou des joues rougissantes de Tomomi n'étaient pas suffisamment convaincants à cet égard).

En fait, ce troisième tome repose essentiellement sur le dessin de Satomi Yu – le scénario de Hokazono Masaya est de toute façon en roue libre, limite « je m'en balek ». Ce qui se traduit d'ailleurs par un texte pour le moins limité, qui incite d'autant plus à s'attarder sur le dessin ; il n'y a finalement pas grand-chose d'autre.

Pourtant, le dessin n'est pas irréprochable, loin de là – notamment dans la mesure où l'ensemble est souvent confus, mais le peu de texte qui demeure y a probablement sa part de responsabilité.

Reste que le dessin de Satomi Yu constitue un atout, et même l'atout, de ce troisième tome – oui, un atout bien tardif… Mais, vous vous en doutez, cela ne suffit pas à sauver ce dernier volume de Nuisible – ou à vrai dire la série tout entière.

TANT PIS POUR LES PROMESSES

Car Nuisible, récit achevé en trois tomes, est globalement une déception. Si le premier volume n'était pas bouleversant ou irréprochable, il paraissait cependant contenir assez de promesses pour justifier la lecture des deux autres volumes – ambiance lycéenne glauque, personnages aux pulsions inquiétantes, fond et « explications » (le réchauffement climatique, l'évolution, l'insignifiance presque cosmique des hommes face au règne des insectes, etc.)... Ces promesses, peut-être illusoires certes, n'ont pas été tenues.

La faute, pour l'essentiel, à un scénario fainéant et sans âme, saturé de gimmicks foireux et pas à une contradiction près – les errances du récit donnent à ce stade l'impression que Hokazono Masaya se moque de ce qu'il fait, sinon du lecteur.

Et je maintiens : j'ai l'impression que la série dans son ensemble a quelque chose d'une « justification » pour quelques séquences à la fois visuelles et sordides quant à elles bien pensées et bien exécutées, dont le pinacle réside dans le huis-clos du tome 2 – ce qui précède n'avait guère d'importance, ce qui suit n'en a aucune. C'est de l'enrobage, et pas exactement soigné.

Quant au dessin de Satomi Yu, s'il a progressé sur la durée des trois tomes, il a longtemps été bien trop terne pour véritablement convaincre, ne s'autorisant que trop rarement des audaces qui, globalement, lui ont pourtant toujours profité.

Nuisible n'est pas forcément une série « mauvaise » à proprement parler – mais peut-être que si en même temps... Par contre, elle est sans doute tristement médiocre, et allègrement dispensable.
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bouvy
  25 août 2017
Ryôichi est toujours inconscient, à l'hôpital, pour le protéger, on l'enferme dans la morgue de la clinique. Mais la ville est envahie par des nuées d'insectes de toutes les espèces qui attaquent les humains. Kuzumi, l'homme que le père et responsable de la mutation de Kikuko a chargé d'éliminer la mutante. Kuzumi arrive à l'empoisonner mais une pluie diluvienne envahit les sous-sols de l'hôpital et lave le poison. Kikuko devient monstrueuse et n'hésite pas à tuer tous ceux qui m'empêche d'approcher Ryôichi. C'est alors qu'elle commence l'accouplement avec le jeune homme encore inconscient…
Troisième et dernier opus de cette courte série. C'est à la fois un thriller écologique, de la science-fiction, de l'horreur. Les manipulations génétiques seraient à long terme dangereuses pour l'avenir de l'humanité ? le scénario est solide, aucune faille dans l'histoire. A la manière d'Hitchcock dans le film les oiseaux, les auteurs utilisent un élément de notre quotidien, qui, certes, chez certains d'entre nous crée des phobies, les insectes. Les paysages urbains sont grandioses. Les insectes vraiment réalistes. Les personnages des plus expressifs et les monstres, hybrides entre insectes et humains, semblent vraisemblables. Parfois, le trait tient de l'esquisse, parfois, il est d'une grande finesse et d'une redoutable précision. Cela ajoute une ambiance encore plus glauque et angoissante au récit. Un scénario catastrophe digne des grandes productions hollywoodiennes. Au final, trois tomes plein de suspens, de rebondissement, une histoire passionnante sur une improbable évolution de l'espèce humaine et aussi sur les changements climatiques qui vont sans doute devoir provoquer beaucoup d'évolutions pour que toutes les espèces, y compris la notre, ne subissent pas une extinction massive. Et pour couronner le tout, les mangakas nous gratifient d'une histoire d'amour à la Roméo et Juliette dans laquelle les Capulet seraient les humains et les Montaigu les insectes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
BouvyBouvy   25 août 2017
Les surfaces émergées sont progressivement recouvertes par l’eau…
Nous allons devoir nous cramponner aux terres qui nous reste…
Et l’eau va devenir le territoire des insectes aquatiques.
Ils vont muter pour s’adapter aux endroits les plus sûrs pour eux et ce reproduire.
Ils n’ont aucun rapport avec nous les humains.
Commenter  J’apprécie          40
Video de Masaya Hokazono (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Masaya Hokazono
collection horreur Black Box .BLACK BOX lance sa première collection manga d'horreur avec Masaya Hokazono. HURLEMENTS en septembre 2015 (one shot) INSOMNIA en Février 2016 ( 2 tomes) Prochainement en précommande avec une offre. facebook : https://www.facebook.com/BlackBox.Edition?ref=hl boutique : http://www.blackbonesboutique.com/
autres livres classés : huis-closVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
257 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre