AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782757897157
192 pages
Points (18/11/2022)
4.69/5   13 notes
Résumé :
"Rilke savait mieux que personne qu'avoir écrit les Elégies et les Sonnets, avoir réussi à célébrer l'espace angélique tel qu'il l'avait pressenti très jeune et entrevu en certains moments décisifs de sa vie, ce n'était pas être devenu soi-même l'ange ou Orphée./.../ Mais sans doute avait-il désiré le grand poème comme Colomb l'Amérique, comme l'amant l'aimée.
" Dans cet ouvrage, Philippe Jaccottet s'emploie à retrouver un regard plus libre sur le poète et s... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique

Philippe Jaccottet parcourt la vie et les poèmes de Rilke, qu'il a traduit, cherchant à éclaircir en quelque sorte la personnalité du poète par le biais de ses écrits, y compris sa correspondance. On découvre ainsi le poète s'interroger sur Dieu, la sensualité, la perte, la mort qu'il doit finalement affronter, dans une longue douleur, sans que tout soit dit.

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation

Aux derniers vers de la Huitième Élégie, la plus belle peut-être, toute consacrée à dénoncer la difficile condition humaine :

Qui nous a retournés de la sorte, que nous

ayons dans tous nos actes, l'attitude

de quelqu'un qui s'en va ? Et comme sur

la dernière colline qui lui montre encore une fois

sa vallée tout entière, il se retourne et tarde -,

tels nous vivons, à chaque pas prenant congé.

Si Rilke ne s'est pas effondré, alors qu'il l'aurait pu si souvent, s'il n'avait pas à chercher remède hors de lui, dans la psychanalyse, la morale, la politique ou la religion, c'est qu'il pouvait écrire de telles lignes ; c'est à dire constater une évidence qui semble suffire à rendre la vie impossible ou vaine, et en même temps, par l'image qui la saisit, l'inscrire - sans l'effacer ni la tourner - dans une immensité qui la change, dans une figure qui l'apaise ; c'est-à-dire maintenir l'homme et le monde saufs. Cette expérience ne peut être prouvée, ni formulée ; elle ne peut qu'être intimement revécue ( par le lecteur ).

La poésie finalement est cette possibilité d'insérer la plainte dans une totalité qui la résorbe. [...]

" Être ici est splendeur "

Commenter  J’apprécie          250

René Rilke, c'est Rilke avant Rilke, non pas un génie précoce, mais un jeune homme sensible qui écrit par don naturel et pour s'opposer à ce qui l'a blessé : la médiocrité du milieu, la raideur de son père, la frivolité et la bigoterie de sa mère, la brutalité de l'Ecole militaire ; et puis aussi toute la détresse humaine, devinée de loin...

C'est l'adolescent qui se promène dans Prague un iris à la main, parce qu'il a l'âge maladroit où l'opposition prend volontiers les formes les plus extérieures, les plus voyantes. C'est un être meurtri, mal préparé en effet à la vie ; mais il dispose de cette arme qu'il a opposée dans son tout premier texte à l'épée : la plume.

600ème citation

Commenter  J’apprécie          290

Comment se fait-il que nous puissions fermer les yeux et garder en nous le visible ? Et ne nous serait-il pas permis, et même intimé, de faire comme l'anémone qui se referme, au soir, sur ce qu'elle a absorbé de jour, et se rouvre le lendemain un peu plus grande ?

Commenter  J’apprécie          530

Naïvement pur d'avenir, je suis

monté sur le bûcher trouble de la douleur,

sûr de ne plus acheter d'avenir

pour ce cœur où la ressource était muette.

( Extrait du dernier poème qu'il a inscrit dans son carnet sans pouvoir l'achever, vers la mi-décembre 1926. )

Commenter  J’apprécie          380

Le 9 août 1924, à la comtesse M. qui lui parlait des Élégies et des Sonnets, Rilke écrit :...La présence d'un tel poème dépasse singulièrement la platitude et l'accessoire de la vie quotidienne ; et pourtant, c'est sur cette vie qu'a été conquise, c'est d'elle qu'a été tirée cette réalité plus grande, plus valable ( et l'on se demande soi-même comment ) ; car, à peine celle-ci obtenue, on se retrouve dans le destin commun, aveugle, parmi ceux qui oublient, ou qui font comme s'ils ne savaient pas, et qui contribuent par leur vague, leur imprécision provisoire, à augmenter la somme d'erreurs de l'existence. Ainsi, toute grande réalisation de l'art, jusque dans sa plus grande réussite possible, est à la fois distinction et humiliation pour celui qui en a été capable.

Commenter  J’apprécie          40

Videos de Philippe Jaccottet (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Jaccottet
Philippe JACCOTTET – Entretien avec Michel Bory (1978) Un entretien tourné à Grignan le 14 avril 1978 par Plans-Fixes. Image : Jean Mayerat. Son : Guy-Jules Renaud.
Dans la catégorie : Poésie allemandeVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Poésie allemande (73)
autres livres classés : lyrismeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1083 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre