AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782742714759
264 pages
Éditeur : Actes Sud (04/06/1999)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :

"Effectuer le choix de ces poèmes me fut souvent difficile, et parfois douloureux. S’il s’est, dans certains cas, imposé, dans d’autres il m’a trouvé hésitant. Pourquoi exclure, délaisser telle ou telle page, et, lorsqu’il fallait s’y résoudre, comment le faire sans regret ou remords ? Un autre, à ma place, aurait peut-être choisi de manière très différente. Mais l’esprit de cette collection implique une subjectivité de l’auteur, si bien que c’est avec mon r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   01 août 2018
LE FOULARD BLEU


Le foulard bleu que tu
tressais dans tes
cheveux que tu

serrais contre ta bouche
contre tes seins
que tu laissais

voler dans l’air le
feu le foulard bleu
longtemps complice

dans la dérive
rôde et
flotte

fine fumée
d’amour absent
brume d’exil

Que dans la mort
au moins demeure
un nom la forme

d’un visage ou bien la
flamme basse et
bleue d’un foulard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coco4649coco4649   01 août 2018
J’AI CHERCHÉ DANS CETTE VILLE


J’ai cherché dans cette ville une rue parfaite
pour son silence et la splendeur de ses pierres,

dans cette rue, la maison la plus simple, habitée
d’un peuple calme et désinvolte

d’artisans, d’ombres, d’oiseaux de nuit.

Une femme oppose au mur laiteux de ma chambre
le miel de ses jeunes épaules.

Insolite dans le grand deuil de son immense chevelure,
bougeant parfois comme une voile,
caressant la fenêtre, un livre,
un couteau
de ses doigts légers comme plume,

intouchable, intouchée,

elle occupe armée le mince territoire où je vaque.

L’ai-je vraiment élue ?
M’a-t-elle vraiment choisi ?
Une autre ne saurait-elle aussi bien, aussi mal, ouvrir et
fermer tour à tour mes yeux qui cherchent un miroir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   30 juillet 2018
GRAND NU


Délivrez-nous, Seigneur, de cette image :
une fille rousse et nue, couchée, dont le corps
se creuse comme un nid, un berceau, un navire.

La chevelure ardente étire son feu bas, la bouche
est enfantine, goulue, l’œil vert, mi-clos,
médite entre les cils. Du sein, au centre, frôlé par
la lumière, le mauve léger s’avive, et la jambe pliée
tout près, immense chair, mime la haute voile
d’un triomphe : Danaé sans doute, puisqu’une chute
d’or ruse entre ses cuisses, mais à nos yeux toujours
celle avec qui jadis, pour de semblables fêtes,
nous gagnâmes à travers bois des auberges obscures.

Voyez ! Protégez-nous du piège d’une telle
beauté, des errances de la mémoire. Considérez
notre fatigue, l’esprit si tard porté sur d’autres
routes, et que ces lèvres déjà détournent. Car nous
savons encore le goût de leur salive, le parfum
et la plainte et le sommeil d’amour dans le creux rose.

Apportez-nous remède. Effacez, arrachez ou plutôt
élevez cette chair loin des chambres mortelles,
faites briller ses yeux, sa grâce, sa courbe claire
sur une toile ou dans le marbre ou dans
les mots, qui longuement tremblent puis
transparents se figent, du poème.

(D’après Gustav Klimt.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   30 juillet 2018
TOUS LES POÈMES QUI…


Tous les poèmes qui ne sont jamais
nés, qui ont juste montré le bout de
l’oreille, se sont brouillés, dissous, perdus,
bus par la terre obscure où les larves
des limbes, les menus fossoyeurs, ont vite
dévoré leur chair à peine chair, rendu
les yeux encore aveugles à la nuit.

Tous les poèmes de l’impasse et du naufrage :
brusque désir, souffle d’un mot, appel
dans la forêt pour que les songes se
rameutent, aube d’un chant comme d’oiseau
à la lisière, qui s’enfle, qui s’efforce
et puis soudain trébuche dans le gris.
La brume tombe, il pleut des feuilles et des cendres.

La main faiblit, le cœur s’est détourné
comme celui qui apportait le pain et la parole,
sur un caprice ou sur un ordre obscur,
change de route, et l’on entend son pas
qui peu à peu s’éloigne sur les pierres,
s’efface, nous laissant aux bassesses du jour.

Tous les poèmes qui ne sont jamais nés,
dont la poussière rôde dans le revers du monde :
paroles d’ombre pour les ombres…

Nous devinons parfois dans le sommeil
leur frôlement et la double rumeur,
comme s’ils imploraient de nous une terre d’asile,
une autre chance d’exister.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   01 août 2018
ELLE PASSE


La foudre rôde aux veines du village
Et les enfants ne savent plus sourire.
Les hommes droits portent sur leur visage
La même fleur opaque du désir.

Les cuisses nues, la gorge haute et noire,
C’est le printemps qui trace son sillage
Et qui parlait de blé perd la mémoire
Et qui dormait s’éveille à ce passage,

Flairant dans l’air les chasses de l’orage
Où se retourne une biche d’argent,
Belle à mourir, cernée par les nuages,
Epouvantée des armes et du sang.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean Joubert (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Joubert
Poèmes de Jean Joubert, extraits de "Longtemps j'ai courtisé la nuit", et de Jean-Marie Berthier, extraits de "Ne te retourne plus".
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

les enfants de noé

qui est simon ?

le papa
le personnage principal
l'amie de noémi
un animal

4 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Les enfants de Noé de Jean JoubertCréer un quiz sur ce livre