AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782954013497
239 pages
L'écarquillé (01/06/2017)
4.5/5   2 notes
Résumé :
La compréhension que nous avons des grottes ornées n'a pas deux siècles. Elle remonte à la découverte d'Altamira (1879) puis des Combarelles (1901). L'étude de l'art rupestre en est aux prémices. Pas d'Aristote ou de Ptolémée, de Kepler, de Galilée, pas de Copernic, de Newton, aucun jalon. De plein fouet les grottes se sont ouvertes au regard, sans autre forme d'annonce. Dès lors, comment voir les œuvres pariétales ? En marge de son œuvre romanesque, Michel Jullien ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Franz
  28 février 2018
Au seuil du mystère.
Dans son essai sur les Combarelles, grotte périgourdine ornée de plus de 600 gravures, Michel Jullien porte sur l'art pariétal un regard personnel qui, bien qu'érudit et chargé culturellement, laisse affleurer l'émotion brute en revenant aux impressions premières afin d'approcher la vérité de l'oeuvre préhistorique « dans sa dimension fascinatoire ». « […] c'est bien de nous dont il est question avec ces peintures alors que nous n'avons pas su conserver la haute mémoire de ce que nous fûmes, en ces âges, ce dont la grotte à elle seule s'est montrée capable ». L'auteur n'ignore pas les théories successives sensées expliciter la démarche des Aurignaciens et des Magdaléniens mais face à des systèmes de pensées qu'une nouvelle découverte écroule (l'interprétation ritualiste de l'abbé Breuil a été balayée par la lecture symbolique d'André Leroi-Gourhan à son tour malmenée par la théorie chamanique de Jean Clottes, etc.), il choisit la rêverie ouvrant sur l'imaginaire et touchant aux racines de l'humanité.
L'essai est captivant de bout en bout. En connivence avec l'auteur, le lecteur sent à mesure se dévoiler peu à peu des vérités premières, évidentes mais ouvrant sur de nouvelles interrogations. Ainsi qu'en est-il de l'exploration des grottes par les Magdaléniens ? Les découvertes demeuraient-elles secrètes, léguées du bout de la langue dans un dernier souffle ? Les artistes venaient-il d'ailleurs ? Offraient-ils leurs services ? Pourquoi ? Contre quoi ? Tout un art de vivre contrarié par les nécessités et les rudesses d'antan ne peut se résumer en passant, s'envisager en dilettante. Avec intelligence et sensibilité, Michel Jullien invite à une rêverie fascinante et vertigineuse. L'écriture est travaillée ; les phrases accessibles n'en demeurent pas moins chargées de contenu et de sens. Bien qu'il faille par plaisir revenir sur un paragraphe pour en éprouver le suc, en soupeser les trouvailles [ainsi face à nos ancêtres, après ces millénaires, nous ne serions augmentés que de roture], la lecture est fluide, instructive, réjouissante. La qualité de l'édition concourt au plaisir. La couverture souple à rabats est superbe. Les nombreuses illustrations rehaussent encore l'ensemble. A partir d'un prix abordable (25 €), on peut raisonnablement embarquer pour un voyage renversant et s'approcher de la fragile grandeur des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FranzFranz   28 février 2018
Avec leur âge géologique… les Combarelles et autres cavernes des Eyzies s’enracinent dans l’Oligocène, trente millions d’années au compteur… seules, autonomes avant que leurs murs usés des millénaires ne fussent rafraîchis d’un coup de jeune, lardés de zigouigouis et de couleurs par des visiteurs du Paléolithique supérieur. Si bien que ces lieux façonnés de longtemps étaient déjà très largement préhistoriques à ces gens. Le temps des Combarelles coiffe de beaucoup nos origines […] L’expression de « grottes préhistoriques » les dessert. […] Elle brouille l’échelle du temps, elle ramène confusément les grottes et leurs décorateurs à une même genèse… elle confond le geste géologique à celui de l’homme, l’aléa et le progrès, le hasard brut et la nécessité cognitive et, partout, elle ne fait que renforcer l’incompréhensible rapport entre l’image et la paroi. (p. 52-54)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FranzFranz   28 février 2018
L’homme de Magdalène s’y était traîné sur les coudes, il a supplié les lieux, il les a investis de sa demande… : « Je suis mortel, entendez-le et tout l’est peut-être, conservez après moi ce mystère. » […] du reste la grotte était vivante, animale, toutes ses cloisons respirent l’eau, elle est d’une nuit constante… (p. 30)
Commenter  J’apprécie          10
FranzFranz   28 février 2018
Pour voir les grottes, il ne suffisait pas de les mettre au jour, d’y pénétrer. Il fallait être en mesure de voir ce que l’on voyait. (p. 58)
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Michel Jullien (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Jullien
Yparkho de Michel Jullien - Lecture d'Emilie Beloihchia et Claire Germain
autres livres classés : art de vivreVoir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
698 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre