AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791036305528
Éditeur : Bayard Jeunesse (16/10/2019)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Le cauchemar !
Josie et sa petite soeur s'installent chez leur grand-mère pour un séjour à durée indéterminée.
Le pire, c'est que la maison, isolée, au-milieu de nulle part, donne sur une forêt sombre et menaçante.
Dès leur arrivée, leur grand-mère impose des règles strictes :
- Ne jamais traverser les bois.
- Ne jamais laisser entrer une poupée dans la maison.
- Ne jamais ouvrir les fenêtres après la tombée du jour.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
mimo26
  13 novembre 2019
Même si c'est un roman pour les jeunes, je dois dire que j'ai bien apprécié cette petite lecture de ce week-end, le livre se lit vite, l'écriture est simple.
La couverture du livre est très bien faite, très jolie.
Adolescente, j'aurais eu des frissons en lisant ce livre, car à l'époque, j'étais une grande trouillarde.
Le petit bémol est que les personnages ne sont pas très développés.
Je ne vais pas vous raconter l'histoire car elle a déjà été décrite dans les autres critiques, par contre je m'étonne que personne jusqu'à présent n'ait parlé de Vanessa, une jeune fille avec Josie va se lier d'amitié et qui va lui redonner un peu de beaume au coeur, même si Josie parle assez facilement d'elle et qu'à contrario Vanessa reste discrète sur sa vie de famille, la seule chose que Josie saura de cette jeune fille est qu'elle vit dans la forêt avec sa tante, qui d'ailleurs leurs cuisinera de bons petits gâteaux...
Dommage que la fin de l'histoire soit un peu précipitée, quelques pages et suspens en plus m'aurais bien plut.
Pour ceux qui ont été déçu de ce livre, et bien je tiens juste à leur dire que c'est un roman jeunesse et je pense que c'est un bon petit roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Coulercommelancre
  06 novembre 2019
Amateurs (ou angoissés) des poupées en porcelaine, le roman est dispo en librairie depuis le mois passé (oui, j'ai été le chercher le jour de sa sortie... Vous connaissez mon amour pour l'horreur.
Propulsées dans la campagne au fin fond d'un Etat des USA pluvieux, Anna et Josie doivent suivre les règles instaurées par Mamie Jeanne. Leur mère a beau dire qu'elle débloque et que son imagination prend sa source dans Alzheimer, la vieille dame est très crédible avec son oeil terrorisé et son visage apeuré. Josie, l'aînée accepte donc de suivre par politesse les trois règles :
• Ne jamais traverser les bois.
• Ne jamais laisser une poupée entrer dans la maison.
• Ne jamais ouvrir les fenêtres après le coucher du soleil.
Persuadée que sa grand-mère perd simplement la tête, Josie ne prête pas vraiment attention aux murmures et appels étranges qu'elle entend depuis la forêt. Jusqu'à ce que commencent les cauchemars étranges.
Jai beaucoup apprécié ce récit court (260 pages mais c'est écrit grand) lu en une journée. Il rejoint aujourd'hui mon cours sur le fantastique car je pense qu'il va beaucoup intéresser les élèves. Je me suis beaucoup attachée au personnage de Josie qui tente de garder un pied dans la réalité alors que tout autour d'elle, l'angoisse s'accélère. J'ai apprécié le Peach de base, je n'avais jamais lu de récit sur des poupées flippantes. Sans être trop cruel, le récit est haletant et stressant pile ce qu'il faut. On ne sombre pas dans l'insurmontable, ça reste un roman jeunesse. J'aurais aimé lire davantage de réponses à mes questions mais j'ai pu facilement les deviner. La couverture est sublime et nous met directement dans l'ambiance Halloween. Et sans vouloir spoiler, j'ai adoré la toute fin. le roman aurait même pu être plus long que ça ne m'aurait pas dérangée. Pour une traduction, franchement, c'est réussi. Je le conseille à ceux qui apprécient se ficher la frousse (même si j'ai moi-même pas osé le commencer le soir 😅).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MadameRatou
  30 octobre 2019
Est-ce que vous faites partie de ces personnes qui, enfants, étaient effrayées par les poupées de porcelaine ? Est-ce que, même des années plus tard, après avoir grandi, cette inexplicable peur vous hante toujours un tout petit peu ? Est-ce que le simple fait de penser à en poser une à côté de vous la nuit, sur votre table de chevet, vous procure quelques frissons ? Est-ce que la couverture du roman illustré sur la photo de mon article vous met mal à l'aise ? Si la réponse à ces quatre questions est de nature positive, installez-vous bien confortablement : cette histoire devrait vous plaire..
Ici nous faisons la connaissance de Josie, une pré-adolescente qui s'apprête à faire sa rentrée au collège en sixième, et Anna, sa petite soeur âgée de sept ans seulement. Leur maman a perdu son travail et, pour ne pas laisser seule sa propre mère qui est en train de perdre la mémoire à cause de la maladie d'alzheimer et aussi pour faire une pause, il a été décidé qu'elles iraient toutes les trois vivre un temps chez elle. Elles ont donc quitté Chicago, leur école, leurs amis, et leur vie d'avant pour aller s'installer dans une immense maison particulièrement isolée et entourée par une profonde et lugubre forêt. En plus, le réseau est tellement nul qu'il est compliqué d'envoyer des messages. Impossible donc pour Josie de contacter ses copines. Cette situation est loin de l'emballer, elle qui, déjà, imagine à quel point elle va s'ennuyer. Mais, à peine arrivées à destination, l'aïeule va imposer des règles pour le moins étonnantes aux enfants. Premièrement, les fenêtres de leurs chambres devront toujours rester fermées après la tombée de la nuit. Deuxièmement, aucune poupée ne devra franchir la porte d'entrée. Troisièmement, elles ne devront jamais s'aventurer dans la forêt et s'approcher de la maison dans les bois parce que c'est là que vit Beryl, une entité qui les a repérées et qui leur veut du mal. Si, au départ, notre héroïne pensait que tout ceci était absurde et que sa grand-mère perdait la raison, elle va vite réaliser que non, au contraire, c'est bien réel.
Josie m'a, sans aller jusqu'au coup de coeur, assez charmée. C'est une jeune fille dont la vie vient de radicalement changer et qui essaie tant bien que mal de s'adapter à son nouveau quotidien. Mais c'est bien connu, plus facile à dire qu'à faire. Non seulement la forêt autour de la maison de sa grand-mère lui procure quelques frissons mais au collège, en plus, l'accueil n'est pas des plus agréables : les autres élèves ne veulent pas d'elle dans leurs bandes, on se moque, on parle dans son dos, et certains en viennent même à la chahuter. Pour un premier jour, ce n'est franchement pas glorieux. Heureusement, elle fera vite la connaissance de Vanessa, un personnage étrange que tous fuient mais avec qui elle va se lier d'amitié. Elle est gentille, elle s'intéresse à elle, elle lui pose des questions, elle a l'air sincère. Alors dans ce cas, pourquoi Josie reçoit-elle des messages anonymes dans son casier lui disant de se méfier d'elle ? Est-ce que les gens voudraient la séparer de sa future meilleure amie ? Ou bien, est-ce qu'ils tentent de l'avertir d'un potentiel danger ? Anna, quant à elle, est plus mise en retrait, même si son rôle a son importance dans le récit. Ce n'est encore qu'une enfant, aussi, elle pourrait bien être une cible plus facile..
Concrètement, j'ai beaucoup aimé l'intrigue. L'histoire est centrée sur, vous l'avez compris, des poupées, et ça m'a plu. Je n'ai pas l'habitude de voir ce genre de choses dans mes lectures, aussi, j'ai facilement plongé dans celle-ci. La plume était fluide, tellement d'ailleurs que j'ai lu ce roman d'une seule traite. Quant à l'ambiance, elle avait quelque chose de lourd, de pesant. Un climat d'insécurité se faisait ressentir, et ce, dès les premiers chapitres. Comme Josie, on avait l'impression d'être observés. le danger est partout, mais peut-être s'est-il déjà fait une place à nos côtés ?
Merci aux éditions Page Turners pour l'envoi de ce livre, et pour la confiance qui m'a été accordée. J'ai pu découvrir un chouette bouquin. ♥
Lien : http://madameratou.com/les-o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
April-the-seven
  30 octobre 2019
Ces temps-ci, j'aime bien me faire peur. J'avais envie d'une lecture effrayante, surtout pour coller à Halloween, qui approche à grande vitesse. En commençant ce roman, j'étais prête à frissonner d'angoisse et à passer une nuit blanche. Toutefois, il y a eu comme une petite méprise, car si Les oubliées est le livre idéal pour Halloween, il l'est surtout pour… un public relativement jeune.
Le roman de K.R Alexander raconte l'histoire de Josie, 12 ans et de sa petite soeur Anna, 7 ans. Leur mère vient de perdre son travail à Chicago et décide de tout quitter pour s'installer chez sa propre mère, dans une ville bien plus petite, entourée par la forêt. Dès son arrivée chez sa grand-mère, Josie découvre que celle-ci est en train de perdre la boule. Elle tient des propos incohérents, semble agitée et ne lâche presque jamais la forêt des yeux, comme si elle guettait un possible danger.
D'entrée de jeu, elle leur fait promettre de respecter 3 règles farfelues auxquelles elles n'ont pas d'autre choix que de se soumettre : ne pas aller dans les bois, ne pas ouvrir les fenêtres une fois la nuit tombée et surtout – surtout – ne pas laisser de poupée entrer dans la maison.
Difficile de prendre au sérieux les propos confus de la vieille dame, qui, à mesure que les jours passent, devient de plus en plus anxieuse. Et Josie ne prend pas ces recommandations très au sérieux, elle est bien trop occupée à s'en faire à propos de son entrée dans son nouveau collège. En effet, personne ne semble l'accepter et les journées se font bien longues. Jusqu'à ce que Vanessa entre dans sa vie et y mette un peu de couleurs. Mais plus le temps passe, et plus Vanessa semble, elle aussi, cacher son lot de secrets inavouables.
Je n'ai pas pu m'empêcher de ressortir de ma lecture passablement déçue. Non pas que l'histoire est mauvaise, mais jusqu'au bout, j'ai attendu quelque chose qui n'est jamais arrivé.
Le problème principal vient très certainement du fait que je pensais lire du young-adult réellement effrayant. de quoi figer mon sang et me coller les miquettes des nuits entières (c'est ce que le thème et la couverture laissaient suggérer en tout cas). Au lieu de ça, je me suis retrouvée avec une héroïne particulièrement juvénile, aux réactions de jeune ado (évidemment, rien d'incohérent jusqu'ici), ainsi qu'un fil conducteur des plus classiques.
À mesure que l'on progresse dans l'histoire, la fin se profile. On devine sans mal, on anticipe très vite, si bien que les effets de surprise ne nous tirent pas plus que de légers haussements de sourcil. Là encore, cela vient du fait que j'en attendais beaucoup. Trop.
J'ai tout de même poursuivi ma lecture jusqu'au bout, dans le vain espoir d'être prise de court sur le dénouement… Hélas, on comprend vite ce qui se joue et tout ça est amené de façon très rapide, presque dans la précipitation. Cette fin, je n'y ai pas cru, elle est simpliste, cousue au gros fil. Pour un public peu regardant et trèèèèès impressionnable, qui cherche simplement à se faire un peu peur, ça collera, c'est sûr. Pour moi – et même si je suis une vraie trouillarde –, ça n'a pas fonctionné. Pas du tout.
En résumé, Les oubliées n'est pas du tout un mauvais roman. Tous les ingrédients sont réunis pour plaire à de jeunes lecteurs qui aiment se faire « gentiment peur ». On y trouve des bruits inquiétants, une menace invisible, des poupées sinistres et des secrets bien gardés. Je suis frustrée de ne pas avoir apprécié cette histoire comme je le voulais, du fait de son côté trop jeunesse et simpliste, mais je suis persuadée que cet ouvrage peut trouver son public.

Lien : https://april-the-seven.weeb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ReveursEtMangeursDePapier
  31 octobre 2019
Lorsqu'elle a perdu son travail, la mère de Josie et Anna a décidé qu'elles allaient vivre toutes les trois un temps chez Mamie Jeannie. Peu emballées par l'idée, les deux enfants ont donc quitté Chicago pour s'installer chez une grand-mère qui n'a plus toute sa tête, dans une petite ville pas franchement accueillante. Dès leur arrivée, Mamie Jeannie ne manque pas de leur rappeler trois règles insolites. Il leur est interdit de se rendre dans la forêt voisine, d'apporter des poupées dans la maison et d'ouvrir les fenêtres la nuit...

C'est Josie qui nous raconte cette petite histoire, qui se veut étrange dès les premières pages. Josie a alors 12 ans et sa petite soeur Anna 7 ans. Je pense que c'est le cauchemar de tous les enfants de devoir déménager subitement dans un lieu pas franchement rassurant et de devoir faire son entrée en sixième dans une nouvelle école où les élèves ne se montrent pas très accueillants. Dans un texte aéré, Josie nous raconte alors avec des mots simples combien la situation n'est pas facile à vivre et on se laisse embarquer sans aucun mal.

C'était sans compter les mises en garde de sa grand-mère, dont le comportement est tout aussi inquiétant. Josie doit-elle croire sa mamie et se laisser effrayer par ce nouveau cadre de vie? On tourne les pages toujours plus vite, pour comprendre ce qui se passe réellement autour des deux filles. Si toutes les deux se font faites une amie, ce n'est pas plus rassurant pour autant. Josie et Anna restent deux enfants et on serait tenter de croire que leur imagination leur joue des tours mais les chuchotements, les voix, les cauchemars, l'angoisse de Josie de plus en plus présente nous font frissonner bien malgré nous.

Ce roman jeunesse nous offre une petite histoire pour se faire peur. Les enfants vont adorer cette atmosphère un peu sinistre, qui ne tombe à aucun moment dans le terrifiant. Josie est plutôt courageuse et j'ai aimé la voir tenter de rester rationnelle le plus longtemps possible. Pendant ce temps, on se demande ce qui se cache derrière tous ses mystères, derrière cette forêt, derrière les poupées. le final a peut-être été un peu trop rapide à mon goût mais cela reste une lecture agréablement frissonnante !

Lien : https://revesurpapier.blog4e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
mimo26mimo26   23 octobre 2019
– Il va bientôt descendre, annonça-t-elle. Il sera tellement content de vous savoir ici !

Maman se tut. Anna me lança un regard médusé, qui disait clairement : Non, mais tu le crois, ça ?

Papy Tom était mort cinq ans plus tôt. Je me souvenais à peine de lui.

(....)

Apparemment, cela arrivait de plus en plus souvent. C’était une des raisons pour lesquelles nous étions là, pour nous assurer que rien de fâcheux n’arriverait à mamie Jeannie. Maman s’inquiétait à l’idée qu’elle puisse tomber dans les escaliers et se faire mal. Aussi, lorsqu’elle avait perdu son travail, il avait semblé logique de venir s’installer là. Enfin, logique aux yeux des adultes, du moins. Parce que, pour moi, ça n’avait toujours aucun sens.

Tout ce que nous savions, c’était que mamie Jeannie n’était plus entièrement avec nous, même si certains jours elle allait mieux que d’autres.

Et nous savions aussi qu’il ne fallait pas nous rendre dans la forêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
mimo26mimo26   23 octobre 2019
Une brise se mit alors à souffler en provenance de la forêt. Au même instant, j’entendis un bruit, qui provoqua une nouvelle vague de frissons dans mon dos. J’interrompis ce que j’étais en train de faire pour scruter les arbres. Rien. Pas le moindre mouvement.

– Qu’est-ce que tu regardes ? voulut savoir Anna.

Je sursautai.

– Tu as entendu ?

– Quoi ?

Je détournai les yeux de la forêt pour les reporter sur elle.

– Rien, répondis-je. Allez, viens, on va porter ça à l’intérieur.

Je ne voulais pas rester dehors une minute de plus.

Ce bruit…

J’aurais juré avoir entendu le rire d’une vieille femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mimo26mimo26   23 octobre 2019
– Maintenant, les filles, écoutez-moi, nous dit mamie Jeannie d’une voix douce et ferme, une fois que nous fûmes installées. Il y a trois règles à observer pour vivre ici. Premièrement, ne laissez jamais vos fenêtres ouvertes après la tombée de la nuit, même s’il fait très chaud. Deuxièmement, je ne veux aucune poupée dans la maison. Et, troisièmement, n’allez jamais, au grand jamais, du côté de la maison dans les bois. C’est là qu’habite Beryl.
En prononçant ces derniers mots, elle avait tourné les yeux en direction de la forêt. Je suivis son regard, et un frisson me parcourut l’échine. Il pouvait se cacher n’importe quoi là-bas. Chaque fois que nous étions venues rendre visite à notre grand-mère, elle s’était arrangée pour ne pas nous perdre de vue une seule seconde. Mais jamais elle n’avait fait allusion à une maison en particulier. Ni à Beryl.

Qui était Beryl ?

J’aurais aimé le lui demander, mais je ne voulais pas la contrarier. À voir ses yeux, il était clair que le seul fait de prononcer ce nom la perturbait déjà bien assez comme ça.

– Pas de souci, mamie, lui assurai-je en lui tapotant le bras. On respectera les règles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mimo26mimo26   23 octobre 2019
La maison de Grand-Mère apparut enfin. Elle était immense – beaucoup plus spacieuse que notre appartement à Chicago – avec ses deux étages, ses grandes fenêtres de chaque côté et sa véranda panoramique. Un vaste jardin s’étendait autour de la maison, et au-delà des balançoires et du petit verger planté de pommiers se dressait une épaisse forêt qu’on aurait dite pleine de ronces et de mystères. Même par cette chaude fin de journée, il se dégageait des arbres une impression de froid et de noirceur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mimo26mimo26   23 octobre 2019
CE N’ÉTAIT PAS AINSI que j’avais imaginé la fin des vacances d’été : un long trajet en voiture avec ma mère et ma sœur, au milieu des champs de maïs, avec comme destination la maison de ma grand-mère. Et pas pour y passer un week-end sympa, non, mais pour y rester définitivement.

Je m’attendais à m’ennuyer.

Je m’attendais à me sentir seule.

Mais je ne m’attendais pas à devoir affronter une puissance maléfique qui voulait ma mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : poupéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quand le sang se dissout dans la nuit

" ... " de la nuit de Graham Masterton

Le fils
L'enfant
L'ombre
Le masque

20 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , epouvante , horreurCréer un quiz sur ce livre