AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791036305528
272 pages
Bayard Jeunesse (16/10/2019)
3.59/5   102 notes
Résumé :
Le cauchemar !
Josie et sa petite soeur s'installent chez leur grand-mère pour un séjour à durée indéterminée.
Le pire, c'est que la maison, isolée, au-milieu de nulle part, donne sur une forêt sombre et menaçante.
Dès leur arrivée, leur grand-mère impose des règles strictes :
- Ne jamais traverser les bois.
- Ne jamais laisser entrer une poupée dans la maison.
- Ne jamais ouvrir les fenêtres après la tombée du jour.
... >Voir plus
Que lire après Les oubliéesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 102 notes
5
8 avis
4
20 avis
3
15 avis
2
0 avis
1
0 avis
Josie, la narratrice, 12 ans, et sa soeur Anna, 7 ans ont dû quitter Chicago et suivre leur mère qui a perdu son emploi pour une petite ville de l'Illinois.

Elles s'installent dans la maison de leur grand-mère, maison située près d'une forêt sans télévision, sans internet et où la réception du portable est quasiment inexistante. Dès leur arrivée, leur grand-mère souffrant de perte de mémoire leur impose 3 règles :
- Ne jamais traverser les bois.
- Ne jamais laisser entrer une poupée dans la maison.
- Ne jamais ouvrir les fenêtres après le coucher du soleil.
Si cela surprend Josie, celle-ci est en fait surtout préoccupée par son entrée au collège, où elle ne connaît personne et où personne ne semble l'accepter. Heureusement, une fille de son âge, Vanessa, va rapidement lui demander de devenir son amie. Mais, chaque nuit, Josie et sa soeur Anna font des rêves très inquiétants et Vanessa semble, elle aussi, cacher certaines choses. le suspense est bien entretenu et un jeune lecteur ou une jeune lectrice pourront ressentir quelques frissons. En effet, un climat d'insécurité est maintenu tout au long du livre et un danger omniprésent maintient une bonne tension. Par contre, la fin est, je trouve, un peu trop vite expédiée. Dommage !

Ce roman traduit de l'anglais (États-Unis) par Françoise Nagel pour les éditions Bayard Jeunesse, où le paranormal, la magie, les sortilèges et bien sûr les poupées sont les thèmes principaux ne peut tout de même pas, à mon avis, être classé dans les livres d'horreur. Il peut donc être mis, selon moi, entre des mains d'enfants, à partir de 10, 11 ans, sans problème.
À noter sa belle couverture, un peu glaçante, néanmoins !
Les oubliées - Ne les laisser jamais entrer -, écrit par Alex Kahler sous le pseudonyme K.R. Alexander est donc un roman qui s'adresse au jeune public.

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
Commenter  J’apprécie          770
Une mère de famille seule avec ses deux filles, Josie 11 ans et Anna 7 ans, doit quitter son appartement à Chicago parce qu'elle a perdu son travail.
.
Seule solution pour la petite famille, aller habiter chez sa mère dans un bled paumé entouré de forêts.
Autre avantage, elles pourront prendre soin de la mamie des gamines souffrant de la maladie d'Alzheimer.
.
Entre nous, je n'ai noté aucune absence de la part de la vieille dame, hormis le fait qu'elle s'attend toujours à ce que Tom, son mari, descende accueillir les visiteuses alors qu'il est décédé depuis plusieurs années.
.
Mais à part ça, elle est très lucide, même si ce n'est pas la grande forme.
.
Le village est tellement isolé qu'il n'y a pas Internet et que les smartphones ne captent pas, ce que n'apprécie pas du tout Josie.
.
Dès leur arrivée, la grand-mère explique les trois règles à observer coûte que coûte :
- Ne jamais laisser les fenêtres ouvertes après la tombée de la nuit,
- Aucune poupée dans la maison,
- Ne jamais se rendre dans les bois, surtout du côté de la maison d'une certaine Beryl.
.
*******
.
Ce roman traînait dans mon pense-nouille depuis un bon moment et je n'en suis vraiment pas la cible.
C'est un livre pour adolescents, à partir de 13 ans ai-je vu ensuite, et fatalement j'ai passé l'âge.
.
Ceci dit, je l'ai trouvé mignon, il y a du suspense, c'est pas mal écrit du tout, avec un vocabulaire simple comme il se doit.
.
Je laisse les parents se faire leur propre avis pour leurs loulous, je n'en lis pas assez pour avoir une opinion tranchée.
.
.
Commenter  J’apprécie          6538
A partir de 12 ans, précise l'éditeur... Mais pas d'âge maximum, ouf!

C'est la couverture avec cette affreuse poupée mal en point aux yeux un peu trop brillants qui m'a attirée vers ce livre. Je n'ai jamais aimé jouer avec ce type de jouets, pourtant les histoires qui y ont trait me font envie. Généralement, la ou les poupée(s) en question sont peu recommandable(s).

On trouve donc des poupées dans Les oubliées, mais pas que. On a déjà un trio familial : une mère et ses deux filles, 11 et 8 ans. Elles viennent de quitter Chicago pour vivre chez la grand-mère Jeannie dans un coin paumé. Pas d'Internet, pas de réseau, bref, le Moyen Âge pour ces filles hyperconnectées. Et une grand-mère qui perd un peu la tête et leur impose trois règles simples, strictes, et surtout biscornues:
- ne pas aller dans la forêt (et oui, la petite maison de grand-maman est environnée d'une profonde forêt)
- ne pas laisser de fenêtres ouvertes la nuit (l'humidité de la forêt en cause?... mmmh à voir)
- ne pas apporter de poupées à la maison (j'aurais aimé avoir cette règle, enfant, histoire qu'on ne m'en offre pas comme à toute petite fille "normale"...)

Et histoire d'enfoncer le clou, commencer le collège pour la narratrice dans une nouvelle école pleine d'inconnus (pour elle) dans un coin paumé. L'horreur sur terre en somme! Heureusement, il y a Vanessa, une autre collégienne, la seule à lui adresser la parole le jour de la rentrée!
Mais voilà, mamie Jeannie est formelle : Béryl a faim! Gare!

Alors, qui est Béryl et quoi de bon pour son dîner, je vous laisse le plaisir de le découvrir. Les oubliées (The Collector en version originale... qui a bien pu coller le titre français?) est un bon petit roman horrifique pour adolescents. L'écriture est dynamique, le récit se fait via une narration à la première personne. L'auteur en profite pour parler du passage à l'adolescence justement, des rapports entre soeurs ou fille-mère pas toujours zen, de l'amitié. Et de choses obscures plus glauques, bien sûr, fantastique oblige.

Un bon moyen pour un jeune lectorat collégien de faire ses premiers pas dans ce genre littéraire. le thème en lui-même ne brille pas par une grande originalité mais reste néanmoins attractif et donne envie de connaître les réponses aux énigmes posées. Parfait avec une part de tarte à la citrouille pour le soir d'Halloween!
Commenter  J’apprécie          250
Une maison mystérieuse au milieu d'une forêt épaisse et hostile.
Deux fillettes en séjour chez leur grand-mère fatiguée.
Des interdits intrigants.
Des centaines de poupées au regard vitreux.
Des cauchemars à n'en plus finir.
Des amis réels ou imaginaires.
Des hypothèses effrayantes.
La Peur.
L'angoisse.
Le doute.
La Folie ?
Le retour du refoulé ?
Des amies aux allures sympathiques.
Tels sont les ingrédients de ce roman mêlant le fantastique et l'horreur.
On est happé par le mystère de la forêt et le suspense, les questionnements incessants de Josie jusqu'au déroulement inattendu.
Livre effrayant à mettre sous le sapin des plus courageux mais à partir de 12 ans seulement..Selon les conseils de l'éditeur.

Commenter  J’apprécie          200
Même si c'est un roman pour les jeunes, je dois dire que j'ai bien apprécié cette petite lecture de ce week-end, le livre se lit vite, l'écriture est simple.
La couverture du livre est très bien faite, très jolie.
Adolescente, j'aurais eu des frissons en lisant ce livre, car à l'époque, j'étais une grande trouillarde.
Le petit bémol est que les personnages ne sont pas très développés.
Je ne vais pas vous raconter l'histoire car elle a déjà été décrite dans les autres critiques, par contre je m'étonne que personne jusqu'à présent n'ait parlé de Vanessa, une jeune fille avec Josie va se lier d'amitié et qui va lui redonner un peu de beaume au coeur, même si Josie parle assez facilement d'elle et qu'à contrario Vanessa reste discrète sur sa vie de famille, la seule chose que Josie saura de cette jeune fille est qu'elle vit dans la forêt avec sa tante, qui d'ailleurs leurs cuisinera de bons petits gâteaux...

Dommage que la fin de l'histoire soit un peu précipitée, quelques pages et suspens en plus m'aurais bien plut.

Pour ceux qui ont été déçu de ce livre, et bien je tiens juste à leur dire que c'est un roman jeunesse et je pense que c'est un bon petit roman.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Une silhouette effrayante se tenait penchée sur le seuil. Elle était emmitouflée dans plusieurs épaisseurs de robes et de fourrures ; ses cheveux formaient de longues vagues emmêlées sur sa tête, semblables à des algues séchées. Je m'attendais à ce qu'elle soit dotée de cornes ou de sabots, mais non, elle était tout à fait humaine, même si sa peau ridée avait la couleur d'un vieux parchemin et que ses yeux luisaient d'un éclat aussi blanc que la lune.
Commenter  J’apprécie          310
Je ne m'emportai pas contre Anna lorsqu'elle voulut dormir dans ma chambre cette nuit-là. Pour être franche, si elle ne me l'avait pas demandé la première, c'est sans doute moi qui l'aurais fait. Je ne tenais pas du tout à rester seule dans cette pièce trop grande, avec ses fenêtres trop larges donnant sur une forêt trop sombre. J'avais l'impression que les ténèbres risquaient de m'attaquer. Même avec la veilleuse allumée.
Commenter  J’apprécie          290
– Il va bientôt descendre, annonça-t-elle. Il sera tellement content de vous savoir ici !

Maman se tut. Anna me lança un regard médusé, qui disait clairement : Non, mais tu le crois, ça ?

Papy Tom était mort cinq ans plus tôt. Je me souvenais à peine de lui.

(....)

Apparemment, cela arrivait de plus en plus souvent. C’était une des raisons pour lesquelles nous étions là, pour nous assurer que rien de fâcheux n’arriverait à mamie Jeannie. Maman s’inquiétait à l’idée qu’elle puisse tomber dans les escaliers et se faire mal. Aussi, lorsqu’elle avait perdu son travail, il avait semblé logique de venir s’installer là. Enfin, logique aux yeux des adultes, du moins. Parce que, pour moi, ça n’avait toujours aucun sens.

Tout ce que nous savions, c’était que mamie Jeannie n’était plus entièrement avec nous, même si certains jours elle allait mieux que d’autres.

Et nous savions aussi qu’il ne fallait pas nous rendre dans la forêt.
Commenter  J’apprécie          31
Une brise se mit alors à souffler en provenance de la forêt. Au même instant, j’entendis un bruit, qui provoqua une nouvelle vague de frissons dans mon dos. J’interrompis ce que j’étais en train de faire pour scruter les arbres. Rien. Pas le moindre mouvement.

– Qu’est-ce que tu regardes ? voulut savoir Anna.

Je sursautai.

– Tu as entendu ?

– Quoi ?

Je détournai les yeux de la forêt pour les reporter sur elle.

– Rien, répondis-je. Allez, viens, on va porter ça à l’intérieur.

Je ne voulais pas rester dehors une minute de plus.

Ce bruit…

J’aurais juré avoir entendu le rire d’une vieille femme.
Commenter  J’apprécie          50
– Maintenant, les filles, écoutez-moi, nous dit mamie Jeannie d’une voix douce et ferme, une fois que nous fûmes installées. Il y a trois règles à observer pour vivre ici. Premièrement, ne laissez jamais vos fenêtres ouvertes après la tombée de la nuit, même s’il fait très chaud. Deuxièmement, je ne veux aucune poupée dans la maison. Et, troisièmement, n’allez jamais, au grand jamais, du côté de la maison dans les bois. C’est là qu’habite Beryl.
En prononçant ces derniers mots, elle avait tourné les yeux en direction de la forêt. Je suivis son regard, et un frisson me parcourut l’échine. Il pouvait se cacher n’importe quoi là-bas. Chaque fois que nous étions venues rendre visite à notre grand-mère, elle s’était arrangée pour ne pas nous perdre de vue une seule seconde. Mais jamais elle n’avait fait allusion à une maison en particulier. Ni à Beryl.

Qui était Beryl ?

J’aurais aimé le lui demander, mais je ne voulais pas la contrarier. À voir ses yeux, il était clair que le seul fait de prononcer ce nom la perturbait déjà bien assez comme ça.

– Pas de souci, mamie, lui assurai-je en lui tapotant le bras. On respectera les règles.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : poupéeVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus

Lecteurs (205) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2783 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..