AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757843214
Éditeur : Points (15/05/2014)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Beyrouth 2006. Carrie Mathison, agent de la CIA, se rend à un RV avec un contact dont le nom de code est Nightingale. Mais c’est un piège dont elle réchappe de justesse. Elle en déduit qu’on a infiltré le QG de la CIA. Elle s’en ouvre à son supérieur, ce qui provoque un conflit violent ; Carrie est aussitôt renvoyée à Langley. Carrie est incroyablement douée, et très fragile aussi. Elle souffre de troubles bi-polaires qui l’handicapent mais lui permettent aussi de r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
BlackKat
  27 mars 2015
Carrie Mathison est agent de la CIA, en poste à Beyrouth, en 2006. Un rendez-vous avec un contact tourne mal, Carrie devient une cible mais arrive à échapper à ses poursuivants. C'est incompréhensible pour elle et malgré tout, sa hiérarchie de la soutient pas et la rend même responsable de ce fiasco. Elle n'est pas en odeur de sainteté mais elle ne se laisse pas abattre. Tel un pitbull, elle va se battre sur tous les fronts pour prouver que la CIA à Beyrouth est infiltrée et compromise, que des accointances dans divers milieux terroristes mettent en péril la sécurité nationale. Sur le sol des Etats-Unis et à l'étranger.
Une traque sans répit s'ouvre pour elle, jusqu'à l'obsession...
Andrew Kaplan est célèbre pour ses romans d'espionnage... surtout à l'étranger. Malheureusement pour les francophones, seul La trahison du Scorpion a été traduit et publié en France, préalablement à ce roman. Ancien militaire, journaliste et correspondant de guerre, il paraîtrait même que la fameuse CIA a tenté de le recruter à plusieurs reprises.
Homeland, la traque est un préquel à la série tv américaine du même nom. Et donc, les fans de celle-ci ne pourront qu'adorer ce roman qui marque les origines du complot développé dans les premières saisons, et la présentation de l'Agent Carrie Mathison.
Et cette lecture offre réellement le même suspens et la même addiction que la série.
Cette plongée au coeur du terrorisme et de l'espionnage, avec ses soeurs du contre-terrorisme et du contre-espionnage, offre un régal livresque du genre. le tout est trépidant, haletant, angoissant.
Le personnage de Carrie est atypique: une femme dans un monde d'hommes, certes, mais surtout c'est un électron libre, audacieuse et irrévérencieuse. Son job, c'est sa vie, et elle n'a que faire des êtres humains, de la hiérarchie et des dangers: elle est obsessionnelle, intuitive, intelligente, avec un cerveau bouillonnant. Elle réfléchit, fonce... et pas toujours dans cet ordre. Elle sait jouer de sa féminité mais agit comme un homme, libre de toute limite. Et il n'y a guère que son mentor, Saul Berenson, qui arrive à la tempérer, à juguler ses colères destructrices et à la couvrir au besoin auprès de sa hiérarchie.
Carrie serait presque antipathique à cause de son manque global d'empathie si elle n'était pas aussi intelligente et efficace.
Un personnage intéressant. de l'action. du danger. du suspens. Beaucoup d'action.
Mais pas que.
Ce roman est aussi une très fine analyse de la géo-politique au Moyen-Orient. Pour tous ceux qui se perdent entre le Hezbollah et Al-Qaïda, entre sunnites, chiites et j'en passe, ce roman est une excellente leçon de rattrapage pour éclaircir le pourquoi du comment des nombreuses et diverses tensions entre pays et communautés arabo-musulmans.
Et ce, sans lourdeur ni ennui.
Le monde est un panier de crabes mais ce que l'auteur décrit aussi ici très bien, ce sont les rapports tordus entretenus au sein même des différentes agences de sécurité, entre hommes de terrain ou bureaucrates, entremêlés d'espionnage, de complots, de tensions, d'hypocrisie, de calculs, de glorioles individuelles. Rien ni personne n'est épargné, on navigue dans le gris. Et pendant ce temps des hommes perdent la vie.
Bref, des Etats-Unis en Irak, en passant par le Liban, cette lecture est un dangereux voyage mais tellement plaisant quand on est confortablement installé dans son fauteuil!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Darlic
  09 août 2018
Déjà ma deuxième lecture de cet excellent roman. Lu a sa sortie en français et fan de la série, j'ai trouvé que ce roman était un petit bijou du genre. Tout d'abord parce qu'on comprend mieux ce qu'est quelqu'un qui est borderline comme Carrie. Sans traitement ces gens ressentent tout de façon exacerbés, un peu comme un autiste mais sur un angle différent. C'est a dire qu'il peuvent vous aimer l'instant d'avant puis vous détester après. Mais à la C.I.A quelqu'un de déficient n'est pas admis et Carrie le sait fort bien. Il ne lui reste alors comme choix que dissimulé sa maladie. Mais c'est aussi grâce à cette même maladie que ça lui permet de mieux ressentir tout ce qui l'entoure et d'être aussi efficace dans son travail de sauvé des vies. Ce livre dirigé de main de maître par cet excellent auteur est une bonne mis en jambe à la série. Il est même un degré au-dessus de la série car des choses nous apparaissent avec plus de clairvoyance. Les scènes d'actions sont décrite comme si on y était. A aucun moment on ne s'ennuie dans ce livre mené tambour battant où l'ennemi peut-être partout. Il faudra vraiment que je me procure d'autres romans de Andrew Kaplan car ce gars sait vraiment raconté une histoire et traité un sujet efficacement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLET
  19 septembre 2013
A Beyrouth, Carrie, agent de la CIA, a rendez-vous dans un cinéma avec un certain al Doumi, un informateur. Non seulement celui-ci ne vient pas mais encore, Carrie se retrouve pourchassée par quatre tueurs qui n'hésitent pas à tirer sur elle et à aller la débusquer dans une planque pourtant réputée sûre. Que s'est-il passé ? Comment un pareil enchaînement a-t-il été possible ? Elle s'était pourtant lancée sur les conseils de son propre chef de poste qui l'avait assuré lui-même de la validité de ses renseignements. Tout commence donc très mal pour la pauvre Carrie. Et ce n'est que le début d'une longue traque qui ne manquera ni de suspens ni de rebondissements.
« La Traque » est un roman d'espionnage de facture totalement classique, à l'américaine, c'est à dire efficace et obéissant à des recettes rodées et parfaitement au point. C'est à dire écrit dans le style direct et sans fioritures des scénarii de cinéma ou de séries télé. Au bout du compte rien de bien original. Si ce n'est que le lecteur passe un bon moment de divertissement à lire ce « page-turner » comme il s'en publie chaque année des dizaines. Pour les amateurs du genre pas trop difficiles. Les fans de John le Carré et autre Grisham pourront s'abstenir...
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AnneClaire29
  16 mai 2017
2006. Carrie Mathison, agent de la CIA, est en poste à Beyrouth. Elle doit rencontrer un contact pour l'évaluer et voir s'il est fiable. Elle réchappe de peu à une tentative d'enlèvement et d'assassinat. Elle soupçonne une fuite dans la cellule de la CIA à Beyrouth. Son enquête pour trouver le ou la fautif/fautive ne plaît pas en haut lieu et elle est rappelée à Langley. Mais Carrie toujours aussi déterminée va continuer son enquête et mettre le doigt sur des incohérence et des falsifications.
On retrouve les personnages de la série Homeland quelques années avant le retour du soldat Nicolas Brody. On y apprend que Carrie a commencé à "chasser" Abu Nazir avant le début de la série.
Un livre d'espionnage captivant et sans temps mort où la personnalité de Carrie est cohérent avec celle de la série et elle est le personnage central de tout le livre. Saul, par contre, est quasi inexistant alors qu'il tient une place importante dans la série télé.
Commenter  J’apprécie          20
LillyCat
  28 septembre 2015
Andrew Kaplan est à l'origine du scénario de "Golden Eye" et ça se sent. Ici on est plus proche de James Bond que de la série Homeland dont le livre est d'ailleurs bien en deçà. Ça se laisse lire mais côté intrigue et suspense, on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent. Carrie est attachante mais les obstacles qu'elle doit affronter sont beaucoup trop facilement surmonté. A chaque fois, il y a un heureux hasard, une bien trop belle opportunité de s'en tirer. le travail lui est mâché en somme.
Du moins, celà a été mon ressenti et c'est mon point de vue.
La première partie du livre, le côté stratégique des agents secrets est plutôt captivante, mais ensuite on se retrouve plongés en pleine guerre en Irak et cet aspect m'a paru un peu ennuyeux, moi qui ai l'habitude de zapper ce genre d'info à la télé et qui ne comprend pas bien les différences entre les différentes mouvances (chiites, sunnites, maronites, etc...)
Bref, une petite déception pour moi. Je crois que le livre n'a pas eu une grande popularité mais en tout cas s'il y a un tome 2 je ne pense pas le lire. Je préfère revoir la série.
Lien : http://plaisir-de-lire.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01

critiques presse (2)
LaPresse   30 décembre 2013
Avec La Traque, l'auteur Andrew Kaplan signe un roman qui se déroule avant le premier épisode de la série Homeland et qui nous aide à comprendre davantage le personnage de Carrie Mathison. Si ce phénomène de la fiction dans la fiction n'est pas nouveau, il est toujours aussi fascinant.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Chatelaine   05 décembre 2013
Pour les accros, c’est du bonbon ! Pour les autres, une porte d’entrée dans cette brillante série télévisée.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
DarlicDarlic   09 août 2018
Rabbit, un ancien marine dont la boule à zéro laissait apparaître un duvet blond, indiqua à Carrie et à Virgil leur place dans le deuxième convoi et leur zone de tir. Rangée du milieu, côté droit pour Carrie.
- Qu'est ce qu'il faut surveiller en priorité ? demanda-t-elle à Rabbit.
Ce n'était pas la première fois qu'elle empruntait cette route, mais visiblement la situation avait empiré.
- Tous les véhicules qui ne gardent pas leurs distances. Tout et tout le monde, les femmes, les enfants, un tas d'ordure suspect. Si quelqu'un approche trop près vous criez : "imshi !" ça veut dire.
- Je sais ce que ça veut dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   24 février 2014
Ça passe ou ça casse. Et au Moyen-Orient, être une femme n’est pas une excuse. Si tu merdes, si tu déconnes, t’as une chance sur cent d’en réchapper. Et même si tu t’en sors vivante, t’es définitivement grillée. Beyrouth a l’air civilisée, comme ça – plein de boîtes de nuit, de jolies femmes en vêtements griffés, des restaus de luxe, les gens les plus sophistiqués de la planète –, mais il ne faut pas s’y fier, c’est toujours le Moyen-Orient. Un seul faux pas et ils auront ta peau – avant de retourner faire la fête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   24 février 2014
Avec son maquillage et ses longs cils, elle avait un look d’enfer. C’était la nature qui la rendait si séduisante, parce que la nature n’avait qu’un objectif : la procréation... elle était belle, aucun homme ne lui résisterait, aucun. La seule idée qu’elle pouvait conquérir tous les hommes de la terre si ça lui chantait, que c’était elle qui décidait, agissait comme un aphrodisiaque. Elle n’avait qu’à les laisser s’approcher, ils la suivraient comme des toutous. La nature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BlackKatBlackKat   27 mars 2015
- Bienvenue à la CIA, la vraie, dit Virgil avec une moue sarcastique.
Il nourrissait le mépris typique des hommes de terrain pour les bureaucrates de Langley.
- Pas besoin d'ennemis, on a déjà un nid de scorpions à domicile. (...)
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   24 février 2014
Ta vie sexuelle ne me regarde pas, mais ici, si t’as pas envie que tout le monde s’en mêle et si tu veux éviter les mains baladeuses, il vaut mieux laisser croire aux mecs que tu appartiens déjà à un mâle. C’est comme ça qu’ils raisonnent : on touche pas à la propriété d’autrui, c’est un tabou plus fort que le viol. Avec l’alliance, t’as le choix, au moins.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Andrew Kaplan (2) Voir plus