AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782917738290
304 pages
Éditeur : Editions Synchronique (13/05/2016)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Aimer ce qui est présente une démarche étonnamment simple et pourtant d une incroyable efficacité pour se libérer du stress et mieux vivre sa vie.

« Ce n est pas la réalité qui nous fait souffrir, nous dit Byron Katie, mais nos pensées sur la réalité. »

Le Travail de Byron Katie, fondé sur quatre questions simples et profondes à la fois, permet à chacun de se libérer des illusions et des limites du mental qui nous bloquent l accès à l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LightandSmell
  06 septembre 2017
Une méthode simple et originale qui requiert cependant un investissement personnel et d'accepter de revoir ses schémas de pensée
J'imagine qu'en lisant mon avis, vous aimeriez avoir une réponse claire à la question : est-ce que la méthode fonctionne ou risque-je de perdre 20 euros ? Si tel est le cas, je serai hélas dans l'obligation de vous décevoir en vous répondant que vous serez les seuls à être aptes à répondre à cette interrogation. En effet, ce qui marche sur un individu A ne garantit pas des résultats sur un individu B. Ce qui reste certain, c'est que pour le savoir, il vous sera indispensable de prendre votre courage à deux mains, de sortir votre plus beau cahier (enfin, si comme moi, c'est le genre de chose qui peut vous motiver) ou des feuilles et de quoi écrire, puis de vous mettre au Travail. Vous aurez donc compris que si vous souhaitez vous donner les chances de découvrir cette méthode, il vous faudra troquer votre position de lecteur-spectateur pour celle de lecteur-acteur.
Par le passé, j'ai pu lire quelques livres de développement personnel, mais j'ai assez vite abandonné ce genre de lecture pour la simple et bonne raison que j'avais le sentiment de lire toujours la même chose et/ou de tomber sur des livres bourrés de lieux communs comme si les auteurs avaient fini par faire de la devise « ce qui va sans dire va mieux en le disant » leur maître à penser. Fort heureusement, Katie ne tombe pas dans cet écueil, ou du moins, je n'ai jamais rien lu qui ressemble à sa méthode ce qui est un gros atout pour les personnes adeptes des ouvrages de développement personnel.
Avec Aimer ce qui est, Katie Byron vous propose une méthode simple que vous pourrez, avec un peu de pratique, mettre en application n'importe où et n'importe quand. Cette méthode est basée sur un travail d'auto-questionnement destiné à identifier et questionner les pensées qui sont à l'origine de notre stress et de notre souffrance. L'auteure estime ainsi que la souffrance apparaît automatiquement quand nos désirs entrent en conflit avec la réalité qui est immuable qu'on le veuille ou non. Cela ne signifie pas que l'on doit approuver la réalité, mais qu'en l'accueillant sans résistance, on s'évite bien des souffrances. Tout au long du livre, elle nous montre d'ailleurs à quel point considérer que « la réalité devrait être, puisqu'elle est » permet de trouver le bonheur et la paix intérieure. Si je ne peux remettre en question la pertinence de ce raisonnement, la lecture des différents dialogues et les émotions qu'ils ont suscitées en moi quand j'ai pu faire le lien avec certains événements de ma vie, m'ont prouvé que ce qui est logique n'est pas forcément facile à accepter…. Accepter la réalité sans lutter requiert un lâcher-prise que je n'ai pas encore réussi à atteindre, mais sur lequel je travaille.
Je dois en outre admettre que ça a été compliqué pour moi de ne pas rejeter certaines idées de Katie dès le début, car elles vont tout simplement à l'encontre de croyances fortement ancrées. A titre d'exemple, elle vous enjoint à vous recentrer sur vous et à ne vous préoccuper que de vous sans vous mêler des affaires d'autrui. Étant plutôt du genre à faire passer les autres avant moi et à anticiper leurs besoins, cette idée même m'a immédiatement révulsée me donnant le sentiment qu'en l'appliquant, j'allais devenir un monstre d'égoïsme. Je n'aurais néanmoins pas sollicité ce livre si je ne désirais pas tester la méthode et je me suis donc efforcée de questionner mes pensées et de m'interroger, par exemple, sur le stress que le sentiment de devoir gérer la vie des autres engendre chez moi. Et ce travail d'investigation m'a régulièrement conduite à revivre une époque difficile durant laquelle j'ai dû faire preuve d'ingérence dans la vie d'un proche dont son addiction mettait en danger sa vie. Grâce à la méthode et aux exemples de dialogue sur les addictions que vous trouverez dans le livre, je pense avoir compris un certain nombre de choses. Cela m'a permis de commencer à accepter de lâcher prise sur ces événements difficiles et de les laisser là où ils devraient être, à savoir dans le passé. Mais le Travail m'a surtout permis de comprendre que ce besoin de m'impliquer dans la vie des autres est basé sur la croyance sous-jacente, et jusqu'alors inconsciente, que sans cela, ils risquaient de mourir…
Une méthode universelle ?
Malgré quelques blocages de ma part qui sont inhérents à mon vécu et à mes croyances, j'ai plutôt bien accroché au livre même si ma nature sceptique m'a parfois fait douter de certains témoignages qui m'ont paru un peu trop beaux pour être vrais. Mon vrai point de désaccord se situe cependant ailleurs : l'universalité de la méthode. Contrairement à Katie, je ne crois pas en une méthode universelle qui conviendrait à tous, pour tous les problèmes et à chaque instant de sa vie. Cette supposition me semble d'ailleurs quelque peu présomptueuse d'autant qu'elle fait fi des cas particuliers comme celui du handicap intellectuel. En basant exclusivement sa méthode sur le mental et l'analyse de ses propres pensées, l'autrice me semble ainsi occulter le fait que certaines personnes n'ont pas forcément les facultés intellectuelles de réaliser le Travail que ce soit momentanément (dépression…) ou durablement.
Du travail éditorial et de l'intérêt du livre….
« Aimer ce qui est » est le deuxième ouvrage de Synchronique Éditions que je découvre, et de nouveau, je suis très satisfaite du travail éditorial. le choix du grand format est ainsi fort agréable et permet de rendre la lecture des dialogues fluide et prenante. A cela s'ajoute l'ajout d'un DVD de deux heures qui offre un plus indéniable notamment pour les personnes ayant besoin d'un visuel pour s'approprier plus efficacement un livre de développement personnel. Je ne m'étendrai pas sur le contenu du DVD bien que je puisse plus tard lui dédier un article, mais j'ai vraiment apprécié ce bonus qui permet de voir que la méthode de Katie Byron peut s'appliquer aussi bien dans des situations courantes (thème 1 : ma fille refuse de m'obéir) que dans des situations extrêmes et fort heureusement plus rares (thème 2 : Les terroristes à Paris).
Katie Byron étant très connue, vous trouverez différentes ressources sur le web et même des vidéos sur Youtube. le livre me semble néanmoins indispensable pour réellement comprendre et s'approprier la méthode et les questions sur lesquelles elle est basée. En ce qui me concerne, ce n'est qu'en parcourant les nombreux dialogues qui illustrent différentes questions ou situations dans lesquelles une personne peut ressentir le besoin de faire le Travail, que j'ai réellement saisi la portée de l'auto-questionnement que Katie nous invite à faire.
A noter qu'une fois les consignes et principes de base acquis, on peut parcourir le livre selon ses besoins et ses pensées du moment. Cette flexibilité dans la lecture permettra à chacun de cibler directement les situations et dialogues qui les intéressent (par exemple, appliquer le Travail à la vie professionnelle et à l'argent, au couple et à la vie de famille…). Pour ma part, j'ai préféré parcourir l'ouvrage dans l'ordre avec l'idée de relire plus tard certains passages quand j'en ressentirai le besoin, c'est-à-dire lorsqu'une pensée perturbante pointera le bout de son nez. Pour une grande anxieuse de mon style, ça signifie que le livre ne connaîtra pas de sitôt la solitude.
En conclusion, Katie Byron nous propose d'accéder au bonheur et à une vie sans stress grâce à une méthode simple basée sur l'auto-questionnement. Les nombreux dialogues entre Katie et des personnes en plein Travail, en plus de rendre la lecture fluide et vivante, permettent aux lecteurs d'être guidés dans leur découverte de la méthode et de voir concrètement comment l'appliquer. Je conseillerais donc ce livre à toutes les personnes souhaitant effectuer un travail sur elles-mêmes afin d'apprendre à vivre plus sereinement. Je rappellerai toutefois que bien qu'intéressante, cette méthode n'est pas un remède miracle à tous vos maux…
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Danieljean
  18 septembre 2016
Un livre qui renferme de nombreuses prises de conscience. le Travail est un outil extrêmement simple, et efficace ! On apprend à regarder le monde autrement, à s'occuper de ses propres affaires et à lâcher prise sur ce que nous ne pouvons de toute façon pas contrôler.
Commenter  J’apprécie          60
Barbara_Coach_Happiness
  21 janvier 2018
J'aime bien
J'ai personnellement ressenti la puissance du Travail (voir mon post « J'ai testé The Work »)
le sentiment de soulagement et de liberté vis-à-vis de la pensée qui nous fait souffrir est immédiat et irréversible, c'est comme un voile qui se déchire
le Travail est un processus continu de réalisation de soi qui nous fait sans cesse revenir à nous-même au lieu de chercher le problème à l'extérieur de nous
J'aime moins
Comme dans toute remise en question, il faut avoir une réelle envie de se livrer à cet exercice d'investigation, sinon c'est tentant pour l'ego de dire que « ça ne marche pas »
Faire le Travail seul(e) avec le livre est possible mais le soutien d'un facilitateur ou d'une facilitatrice le rend plus efficace

Lien : https://www.en-1-mot.com/byr..
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
BigDreamBigDream   22 octobre 2015
Tant que vous supposerez que quelque chose ou quelqu'un d'autre est responsable de votre souffrance, la situation restera sans espoir. Vous serez à jamais dans le rôle de la victime et votre souffrance sera votre paradis. Ramenez la vérité à vous-même et conquérez votre liberté.
Commenter  J’apprécie          190
DanieljeanDanieljean   18 septembre 2016
Je suis amoureuse de ce qui est, non parce que je suis une personne spirituelle, mais parce que cela me fait du mal quand je conteste la réalité.
Nous pouvons savoir que la réalité est bonne telle qu’elle est, parce que lorsque nous la contestons, nous faisons l’expérience de la tension et de la frustration. Nous ne nous sentons alors ni naturels ni équilibrés.
Lorsque nous cessons de contester la réalité, l’action devient simple, fluide, bienveillante et sans peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DanieljeanDanieljean   21 juillet 2018
Les gens ne sont pas censés ressentir la douleur ?
Sur quelle planète?!
Ce n’est pas la réalité. La réalité, c’est que nous la ressentons.
Y a-t-il quelqu’un ici qui n’ait jamais ressenti la douleur?
Mais quand nous y sommes confrontés, nous allons résister, et prétendre que nous ne devrions pas la ressentir.
C’est du délire.

Alors comment vivez-vous quand vous croyez la pensée “Mon fils ne
devrait pas ressentir de douleur?”
Vous êtes quelqu’un dans la douleur essayant d’enseigner à quelqu’un d’autre comment ne pas la ressentir!
Rien n’est enseigné là si ce n’est la douleur !

Comment pourrais-je faire cesser la douleur de mon fils, si je ne peux pas faire cesser la mienne? Aucune chance!

Qui seriez-vous sans l’histoire “Mon fils ne devrait pas ressentir de douleur?” Peut-être seriez-vous quelqu’un sans douleur ni ego, quelqu’un qui écoute, et alors, il y aurait un enseignant chez vous, un Bouddha chez vous — celui qui vit ce qu’il enseigne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   05 août 2018
Des gens disent qu'ils s'accrochent aux pensées qui les font souffrir car ils pensent que sans elles ils n'agiraient plus pour la paix. " Si je suis en paix ", disent-ils, " pourquoi est-ce que je me soucierais d'agir ? "
Ma réponse est : " car c'est ce que l'amour fait."
Penser que nous avons besoin d'être tristes ou révoltés pour être motivés à faire ce qui est juste est insensé.
Comme si plus vous deveniez clairs et heureux, moins vous deveniez gentils. Comme si quelqu'un qui trouvait la liberté restait juste assis béatement toute la journée avec de la bave coulant sur son menton.
Mon expérience est l'inverse.
L'amour est action.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BigDreamBigDream   19 octobre 2015
1 Est ce que c'est vrai?
2 Pouvez-vous absolument savoir que c'est vrai?
3 Comment réagissez-vous, que se passe-t-il, quand vous croyez cette pensée?
4 Que seriez-vous sans la pensée?
Et
Retournez l'affirmation et trouvez trois exemples authentiques, précis, de la façon dont le retournement est vrai dans votre vie.
Commenter  J’apprécie          50

Video de Byron Katie (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Byron Katie
I Hate My Body—The Work of Byron Katie ®
Katie helps a woman question her stressful thoughts about her body.
For more information visit: Website: http://www.thework.com
autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
185 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre