AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
4,04

sur 117 notes
5
13 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
tiptop92
  28 juillet 2019
Jean-Paul Kauffmann - La chambre noire de Longwood - 1997 : Journal de bords d'un voyage fait dans les années 90 sur les trace de Napoléon 1er à Sainte-Hélène, ce livre balançait entre le roman historique, l'étude de caractères et une simple correspondance que l'auteur se faisait à lui-même. Tout le monde sait la tragédie qu'a vécu Jean-Paul Kauffmann en tant qu'otage au Liban et fort de cette expérience il était sans doute plus facile pour lui de comprendre ce que cet homme renommé pour son hyper activité avait pu ressentir dans l'ennuyeux décompte du temps que représentait cet exil. S'imprégner des lieux et des personnes qui sur place continuaient de faire vivre son souvenir permit à l'écrivain d'aborder l'intimité de Napoléon, de ses proches et de ses geôliers avec un surplus d'authenticité qu'il n'aurait sans doute pas connu s'il était resté en France. Que dire de cet homme habitué à régner sur des territoires immenses et qui du garder l'illusion d'une étiquette pour ne pas sombrer dans la neurasthénie et le désespoir. Lui qui avait porté si haut l'aigle impérial se retrouvait l'objet d'intrigues initiées par les quelques fidèles l'ayant suivi en captivité. Car en dehors des humiliations subies de la part de ses gardiens anglais, c'était la guerre perpétuelle que se livrèrent les Las Cases, Monthoulon et autre Gourgaud pour obtenir ses faveurs qui rendirent son séjour de plus en plus pénible. Comme le disait si bien l'auteur, l'ex-empereur profita de son inactivité pour dicter sa légende en tentant de justifier la tuerie d'Eylau, la folle campagne de Russie ou l'anéantissement de Waterloo. Jean-Paul Kauffmann agissait, même s'il s'en défendait, en passionné que la rencontre de quelques personnages pittoresques (deux vielles dames anglaises, le père du consul de France) rendait finalement plus curieux que sentencieux. les neufs chapitres, un par journée passée sur place, étaient passionnants. Ils rendaient caduque nombres d'ouvrages qui brillaient plus souvent par la morgue intellectuelle de leurs auteurs que par leur intérêt eux même... réjouissant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          602
nicokykkoduq
  04 janvier 2022
Comment Napoléon a-t-il vécu son exil sur l'île de Sainte-Hélène ? Jean-Paul Kauffman découvre cette île dans les années 90 et nous partage son périple. Il nous traduit l'importance qu'il donne au lieu ou au matériel pour ressentir l'authenticité historique d'un personnage célèbre. Après une vie à cent à l'heure, l'empereur passera sur cette île ses six dernières années de bannissement dans l'ennui, la nostalgie et la mélancolie. L'auteur réussit habilement, en parcourant Sainte-Hélène, à nous faire ressentir la rudesse du climat, l'inhospitalité de cette contrée isolée, l'apprentissage du temps qui passe, la captivité d'une prison sans barreaux, ... Les nombreux témoignages de l'entourage de Napoléon, lors de cet exil, agrémente le ressenti personnel de l'auteur. À lire.
Commenter  J’apprécie          160
andras
  13 juin 2016
C'est un livre très singulier et très subtil que nous donne à lire Jean-Paul Kauffmann avec "La chambre noire de Longwood". Cette chambre noire est celle de Napoléon à Sainte-Hélène dans la demeure de Longwood qui lui a été assigné et où il mourra le 5 mai 1821 après six années de captivité. L'auteur nous fait le récit du séjour qu'il a effectué sur cette île dans les années 90, au bout d'un voyage de plusieurs jours en bateau, le seul moyen de s'y rendre à cette époque. Chacun des neuf chapitres correspond à une journée de ce séjour. On le suivra ainsi presque pas à pas sur ce "caillou" perdu dans l'Atlantique Sud, île-prison d'où toute tentative d'évasion était impensable (même si JPK nous raconte qu'un prisonnier, un hollandais, réussit à s'en échapper à la fin du siècle dernier). Les découvertes sur place de l'auteur s'enrichissent des récits qu'ont fait les principaux témoins de la captivité de l'Empereur, qu'il s'agisse de ses aides de camp, de ses domestiques ou bien de ses geôliers anglais. Pour éclairer la déchéance de Napoléon et ses états d'âmes, l'auteur remonte à l'histoire de la campagne de Russie et notamment la bataille d'Eylau qui a ses yeux constitue le tournant de cette épopée - cette bataille où le "Colonel Chabert" De Balzac fut laissé pour mort après la charge héroïque de son bataillon de cavalerie. JPK est aussi très attentif à tous les détails qui permettent de faire resurgir le passé : tableaux, paysages, flore, odeurs, météorologie, lumières ... tout est convoqué dans ce travail de mémoire. Travail rendu d'autant plus difficile que le climat qui règne sur cet île et tout particulièrement sur Longwood est très humide et que tout pourri très vite quand ce n'est pas la proie des termites. L'auteur rencontre aussi sur place les "gardiens du temple" : le consul de France à Sainte-Hélène ainsi que son père, ancien consul et personnage très singulier, qui habitent tout deux Longwood, dans le "domaine français" de Saint-Hélène (racheté aux anglais en 1858) ainsi que l'actuel gouverneur (anglais) de l'île. L'auteur trace de Gilbert Martineau, le père de l'actuel consul, un portrait saisissant, qui pourrait aisément figurer dans un roman De Balzac. Enfin JPK fait aussi la connaissance sur cette île de deux touristes anglaises assez âgées, qu'il croise à plusieurs reprises au cours de ses pérégrinations et les brefs dialogues qu'il a avec elles pourraient cette fois être tirés d'un roman d'Agatha Christie.
Ce livre est pour moi une totale réussite en étant tout-à-la fois un passionnant livre d'Histoire, un récit de voyage insolite, une vibrante leçon d'observation et d'imprégnation et un traité (involontaire) de sagesse. Sensibilité, acuité du regard, modestie et intelligence se conjuguent ici de façon merveilleuse. Je reste sous le charme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
brumaire
  07 février 2018
Dès les premières pages , Jean Paul Kauffmann avoue " un faible pour Bonaparte" , mais se défend d'avoir "jamais éprouvé d'inclination pour Napoléon" . Alors, demande le lecteur lambda un peu au fait de la production littéraire de Jean Paul, pourquoi ces deux livres ouvertement "napoléoniens" :" Outre-Terre" , qui est consacré à la bataille d'Eylau, et "La chambre noire de Longwood" dont le propos est de nous faire partager la vie de l'Empereur à Saint-Hélène.
Résumer un livre de Jean Paul Kauffmann est difficile. J'avais expérimenté l'enjeu à la fin d' Outre-Terre , lu en 2017. Ecrire un compte-rendu du livre sur Babelio m'avait couté pas mal d'échauffement neuronal...
Le mieux est peut-être, simplement , d'entendre Jean Paul Kauffmann dans un passage de " La chambre noire...". Il dialogue avec la vieille Lady rencontrée sur le bateau . Ces paroles peuvent servir de profession de foi à l'auteur.

" Je ne comprends pas chez vous, comment dire...ce fétichisme du lieu, cette obsession que vous avez pour les vestiges. Je vous ai étudié depuis le début ! Quelle prétention ! Mais pour qui vous prenez- vous ? Une sorte d'Hercule Poirot, qui remonte le temps ?
- Pour le fétichisme du lieu, vous avez raison. Mais pour Hercule Poirot, vous avez tort. Ce qui m'excite justement, c'est le passé que je n'atteindrai jamais , le pittoresque que je ne pourrai jamais reconstituer. Comprenez- vous que c'est ce" jamais", définitif, irréparable, sans retour qui m'exalte ? D'ailleurs, vous vous trompez, ce n'est pas l'indice que je recherche mais l'imprégnation.
Absorber les bruits, les odeurs, les images. C'est le dépôt qui se forme sur le passé qui me passionne . La coloration, le vernis qui recouvrent les objets et les lieux. La patine du passé on ne peut l'enlever. Cette impossibilité matérielle me fascine. "

Jean Paul Kauffmann a passé dix jours sur l'île de Saint-Hélène. Juste le temps d'une escale, pour "s'imprégner ", comme il le dit.
Son livre tient à la fois du livre d'histoire, du guide touristique, de l'autobiographie aussi, même s'il n'aborde jamais ses trois années de captivité au Liban. le fait de s'intéresser à ce grand reclus que fût Napoléon n'est peut-être pas anodin. Sa démarche est inimitable. A travers sa prose l'on sent l'homme : pudique et réservé , mais pugnace aussi quand il a une idée fixe . Tout au long des 360 pages de l'édition de poche Folio, le lecteur accompagne Jean Paul Kauffmann dans sa découverte de l'île. Les lieux bien sûr, cette demeure improbable de Longwood située dans la partie la plus déshéritée de Sainte-Hélène, mais aussi les hommes qui l'habitent aujourd'hui : Michel Martineau , consul honoraire de France, et son père Gilbert dont Kauffmann pourrait faire le sujet d'un livre, tant le personnage est haut en couleur.
Avec de nombreuses échappées dans le passé, l'auteur nous fait revivre l'épopée napoléonienne pour la mettre aussitôt en résonance avec ce qu'il en reste sur ce rocher perdu de l'Atlantique sud. Il scrute les portraits de l'Empereur pour y déceler quelques signes qui pourraient expliquer l'inexplicable : comment en est-on arrivé là ?
Cornaqué par Michel Martineau, le consul honoraire de France , dans sa visite des appartement de Napoléon, Kauffmann profite d'une absence de son guide pour s'allonger sur le lit de camp de l'Empereur. Toujours l'imprégnation. Et l'auteur ne vous fera pas grâce des commentaires souvent sarcastiques des "évangélistes" , à savoir les quatre généraux (Las Cases,Montholon,Bertrand, Gourgaud ) , chargés de compiler la bonne parole pour la gloire future de l'Empereur.
Mais le grand propos du livre est plus d'ordre...métaphysique : c'est une méditation , alimentée par les digressions Kauffmanniennes ,sur la solitude, la déchéance, la déréliction,la mort, et le dérisoire de toute chose. Sur l'ennui aussi . Ennui qu'éprouvent les habitants de l'île et qu' a dû éprouver Napoléon et sa suite. La géographie et le climat de l'île s'accordant parfaitement avec ce propos.
Un livre passionnant .











+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144


Catherinedenanc
  24 avril 2020
Jean-Paul Kauffmann a réussi à émouvoir la lectrice que je suis, sur le sort réservé à un des plus grands hommes dont la France s'enorgueillit. La prouesse de faire toucher du doigt la lente agonie sociale, la torture subit par l'Empereur des français sur ce caillou relégué en compagnie de quelques adorateurs. Et tout cela en s'imprégnant de l'atmosphère des lieux si longtemps après la mort du personnage. L'auteur est capable de nous rendre les jours sans relief aucun, de l'illustre prisonnier, entouré d'une petite cour de fidèles obséquieux et admiratifs mais incapables de ramener le souffle de grandeur, de conquêtes, de rêves qui aurait pu adoucir sa captivité. Je suis admirative.
Commenter  J’apprécie          80
Bobo1001
  05 octobre 2021
Bicentenaire oblige !
Voilà un livre qui trainait dans ma bibliothèque et sur lequel je suis retombé par hasard. J'ai bien fait, en plus cela tombe bien en cette année de commémoration napoléonienne.... Un vrai plaisir de lecture, un voyage gratuit (dans une île à vrai dire assez peu accessible, où j'ai peu de chance de planifier un voyage...), une érudition plaisante...L'auteur part à Saint-Hélène sur les traces de Napoléon, pour lequel il dit n'avoir qu'un intérêt limité (il préfère avec Stendhal Bonaparte...). Mouais, quand même, ça fait un long voyage pour quelqu'un de peu motivé....Et de fait on comprend ensuite qu'il est plutôt incollable sur le sujet, mais attention avec modestie (ne craignez rien vous n'êtes pas en compagnie d'Aurélien Bellanger !), et on suit avec plaisir ses pérégrinations dans l'île, qui alternent avec des passages plus historiques.
Jean-Paul Kauffmann est comme toujours d'une étonnante discrétion. Biien sûrc'est lui qui voyage, qui nous parle. Mais ici c'est d'un prisonnier à vie dont il nous parle. de sa propre expérience de détention, proprement terrifiante, il ne dira pas un pas un mot. En tout cas s'il y a quelqu'un qui est à même de comprendre ce que Napoléon a pu ressentir c'est bien lui.
Définitivement, un de mes écrivains de voyage favoris. Certes cela bouge moins que chez Tesson, c'est moins drôle que Bryson, moins littéraire que Bouvier, mais c'est à chaque fois une belle expérience de lecture et le style très élégant me plait beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Frederic524
  27 août 2018
« La Chambre noire de Longwood » de Jean Paul Kauffmann est un classique de l'auteur. C'est à la fois un essai et un roman, Kauffmann nous parle de la mémoire historique, de son rapport au passé, au temps et surtout des dernières années de vie de Napoléon à Saint Hélène. L'empereur déchu est présent jusque dans l'absence. Celui qui est sans conteste avec le général De Gaulle, le personnage historique le plus célèbre dans le monde (un livre parlant des deux grands hommes est d'ailleurs sortis récemment et trône en tête des ventes de livres) est le fruit d'un travail formidable de l'auteur qui veut lever le mystère sur ces années d'exil de Napoléon. Lui, le grand homme n'est plus que l'ombre de ce qu'il fût. La psychologie de ce dernier est finement rendu. L'écriture est sublime et nous emporte très loin sur cet île maudite où Napoléon eut ce qui lui manqua le plus jusqu'à cet exil : du temps. Atteint d'un cancer de l'estomac, il succombera des suites de cette maladie mais pas seulement. La noirceur, la mélancolie qui chez lui n'était pas le bonheur d'être triste cher à Victor Hugo, cette bile le tuera aussi sûrement que le cancer qui l'affecta. Il attendra la mort et la percevra comme une libération puisqu'il fera alors corps avec l'éternité des génies et des Dieux. Mais ce que nous montre Kauffmann c'est que Napoléon, tout génie qu'il fût n'était pas un Dieu. Il n'aura de cesse de refaire la bataille qui le conduisit à Saint Hélène : Waterloo.. le dernier sursaut de l'aigle impérial n'aura duré que Cent jours. Mais quelle épopée ! La France qui ambitionnait d'être la première puissance de l'Europe continentale verra avec la chute et l'exil de Napoléon Bonaparte la fin ces chimères. Il y a dans le dénuement de la maison de Longwood, au milieu des rats et des vexations anglaises, quelque chose de profondément touchant car on est là face à un homme déchu qui n'a plus que ces souvenirs pour ressasser sa gloire .Ce qu'il atteindra la mort venue et le retour de ces cendres en France effectué bien des années plus tard c'est la fascination du monde pour son destin et aussi parce qu'à l'image d'un Alexandre le Grand, c'était un homme hors du commun !
Lien : https://thedude524.com/2017/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sweetie
  15 juillet 2016
Jean-Paul Kauffmann, dans ce récit, est allé jusqu'au bout de son imprégnation des lieux importants qu'a foulés Napoléon Bonaparte du temps de sa gloire jusqu'à sa déchéance. Des champs de bataille marquants, certains sur lesquels il ne reste aucune trace des événements, sauf ceux immortalisés par les peintres, Kauffmann tente de recréer les émotions vécues par l'empereur. Son ultime voyage, il le fera à l'île Saint-Hélène pour revivre les années de réclusion de Napoléon, entouré d'une suite composée de l'historien Emmanuel de Las Cases, le général Gaspard Gourgaud, le général Charles Tristan de Montholon, le général Henri Bertrand et Louis-Étienne Saint-Denis dit le « mamelouk Ali », fidèle serviteur. Tous ont l'intérêt de rendre compte des derniers moments de l'empereur. C'est un ouvrage sensible et on sent très bien la fébrilité et l'intérêt, à la limite obsessionnel, de l'auteur à l'égard de son sujet. J'ai beaucoup apprécié.
Commenter  J’apprécie          70
IdeesLivresMandarine
  13 novembre 2021
Un très belle découverte que ce livre ! Essai historique ? carnet de voyage ? un peu des deux en fait ... c'est une immersion totale dans cette ile de Saint Hélène et une formidable visite guidée de Longwood house , tous nos sens sont en éveil : la vue, les sensations, les bruits et surtout les odeurs. Et parallèlement à cette visite, l'auteur nous rappelle quelques moments clé de ce séjour en exil de Napoléon.
Cette lecture étonnante par son format atypique m'a énormément plu, et j'ai aimé accompagner l'auteur dans son voyage. j'ai eu l'impression d'avoir approché un peu L Histoire ...
Commenter  J’apprécie          50
RobertB
  10 février 2020
Le goût des confins ! Peut-être le désir aussi de se confronter encore à son propre enfermement, à sa condition d'otage subie au Liban dans les années de guerre. À travers ce magnifique ouvrage, Jean-Paul Kauffman nous restitue son voyage sur Sainte-Hélène, l'ultime station dans l'itinéraire napoléonien. Tout est exquis, du choix de chaque mot aux descriptions du site. Les personnages sont croqués avec gourmandise et une infinie tendresse. Une subtile atmosphère se dégage enfin des lignes, ainsi que dans chacun de ses autres romans. Assurément, Kauffmann est un redoutable manieur de mots. Il architecture ses phrases avec un soin de maître-artisan et nous offre un voyage contemplatif hanté par le spectre d'un ennui impérial et de la mélancolie. A savourer sans retenue….
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2600 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre