AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Jusqu'à la folie (81)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
verobleue
  27 juin 2012
« Jusqu'à la folie » de Jesse Kellerman est un roman d'angoisse psychologique que j'ai trouvé addictif même si le scénario n'a rien d'original. Addictif car il m'a été difficile de refermer le livre sans savoir jusqu'où la folie va conduire les deux personnages principaux.
En toile de fond un hôpital à New York. Jonah, étudiant en médecine, est une véritable machine à soigner. II vit son externat à un rythme d'enfer avec des nuits trop courtes, trop rares. En sortant de l'hôpital, encore une fois tard, épuisé, il va sauver la vie à Eve, une jeune femme agressée par un homme avec un couteau. Les médias font de Jonah un héros. Peu après l'agression, il revoit la jeune femme et des liens amoureux se tissent entre les deux jeunes gens. Très vite, Eve adopte un comportement qui va alerter Jonah. Malheureusement il est trop tard, il est pris au piège.
C'est un roman avec une construction bien agencée et dont l'écriture possède une grande consistance.
L'auteur installe son personnage, le décrit ainsi que sa vie quotidienne dans les moindres détails ce qui nous aide à cerner le personnage et l'état dans lequel il se trouve au moment des faits. Je ne m'en suis pas lassée. Il nous fait le portrait de Lance, son colocataire gentiment fêlé et surtout il décrit avec application le personnage d'Eve, la jeune femme agressée et son comportement étrange. La folie est présente dans ce récit comme elle est présente dans toute la vie de Jonah : il aide Hannah, son ex-petite amie schizophrène, il entame son stage de psychiatrie et enfin, il est poussé à la paranoïa par un personnage qui l'a pris comme cible de ses obsessions malsaines.
L'observation minutieuse de Jesse Kellerman aborde également la société américaine ainsi que les mécanismes de la justice américaine. On y retrouve aussi des descriptions de quartiers peu connus de la ville de New York. L'auteur distille quelques doses d'humour entre deux scènes dramatiques et réussit à faire monter graduellement la pression et le suspense
Voilà un thriller efficace qui ne m'a pas déçue...


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Bene31
  01 septembre 2013
La lecture des « Visages » de Jesse Kellerman m'avait enthousiasmée, quant à celui-ci, malgré un début laborieux, les éléments s'enchaînent petit à petit, le roman trouve son rythme et je n'ai pas pu le lâcher…

Dans ce second ouvrage traduit en français, nous suivons les péripéties de Jonah, étudiant en médecine. Un soir, alors qu'il rentre chez lui, il assiste à une agression, croyant bien faire, il vole au secours de la femme blessée, et dans la lutte, tue l'agresseur. Les médias font de lui un héros, mais la légitime défense est contestée, la justice s'en mêle, le nouveau héros va devoir se défendre. La victime souhaite rencontrer son sauveur, et c'est là que tout ce complique…Jonah tombe sous le charme et va entretenir avec cette fille une liaison passionnée qui prendra des proportions démentielles et dont il ne sortira pas indemne. Cet étudiant sans histoire va se retrouver pris au piège. C'est bien connu, il ne faut jamais se fier aux apparences.

Que faire lorsque vous êtes innocent et que votre vie bascule ? Que faire lorsque vous êtes harcelé mais que la police ne vous prend pas au sérieux ? Telles sont les questions auxquelles le personnage est confronté. L'ouvrage est fortement documenté pour décrire le milieu médical, les différents quartier de New York, les personnages sont peu nombreux, mais tous très bien caractérisés, bien construits, tout cela confère une impression de véracité à ce roman psychologique ponctué de détails humoristiques pour détendre l'atmosphère et nous faire angoisser d'autant plus par la suite.

Lien : http://bene31.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Malivriotheque
  13 août 2015
Etudiant en médecine, Jonah ne demande rien d'autre que du temps pour dormir entre ses gardes infinies. Une nuit où il déambule dans New York à sa sortie de l'hôpital, il entend une fille crier et vole à son secours. Mais le sauvetage tourne mal, bien que Jonah passe désormais pour un héros. Et la jeune demoiselle qu'il a sauvée ne le laisse pas indifférent…

D'abord très cynique, ce thriller évolue sur une description de la Grosse Pomme dans son côté sombre, puant, bondé et crade au quotidien qui m'a beaucoup parlé puisque j'ai ressenti ce même dégoût pour la ville lors de mon dernier passage. L'écriture est fluide et limpide, intelligente et arrache souvent quelques sourires voire rires grâce à des reparties bien placées ou quelques remarques assez justes.
L'auteur aborde le sujet sensible, méconnu et peu compris de suspension par la peau, plutôt écoeurant et source de haut-le-coeur pour 99,99% de la population, mais le met au même niveau que la folie, la pure, la vraie, alors que les personnes qui (se) font ça dégagent une souffrance, ou révèlent un plaisir (vu toutefois par la majorité par malsain et destructeur), mais rien à voir avec de la psychopathie. Ainsi, Jonah se retrouve confronté à un scénario irréel et à une tarée dont on ne sait comment se débarrasser, laquelle engendre elle-même la folie.
La fin, d'ailleurs, est assez décevante. L'action est perdue dans une ellipse incongrue, vainement rattrapée dans un dernier chapitre plutôt maigrichon niveau résolutions… Que signifie vraiment cette image finale, des deux « soeurs » ???
En fin de compte, cela reste un thriller moins original que son petit frère Les Visages ; pas mal, mais vraiment moins inspiré. En soi, c'est une lecture sympa qu'on s'enfile vite fait entre deux cocktails et trois cris de mouettes sur la plage, mais qui ne mérite pas franchement le détour, ni avant, ni après Les Visages.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
jeandubus
  14 février 2014
Jusqu'à la folie.
Jesse Kellerman n'a pas de récurrences. Ce qui fait qu'on peut lire ses livres sans se soucier de chronologie, Il s'évite (et au lecteur aussi.. ) l'ennui de gloser sur la psychologie d'un personnage qui se transforme pour beaucoup ( et notamment dans les pays scandinaves) en « sparadraps de capitaine Haddock ».

Après « liaison fatale » qu'on a sans doute oubliée depuis presque trente ans, Eve Gones, succède à Glenn Close dans un registre encore plus hystérique et nous rend tous malades, Jonah le narrateur et nous qui lisons fébrilement cette descente en abyme qui ne peut trouver de fin convenue.

Au milieu du gué, on n'hésite à balancer le bouquin et la folle sous les rails du métro .
Et , satisfait d'avoir terminé on a encore le gout amère du harcèlement impossible auquel est soumis Jonah.

Comment naissent de telles intrigues dans la tête d'un romancier ? Jesse dit cyniquement qu'il remercie sa première inspiratrice, sa femme médecin.
A la place de cette dernière je flipperais un tout petit peu et je regarderais mon chat avec un oeil inquiet.

En tout cas ce livre est une toile d'araignée et si vous en commencez la lecture, ne faites pas trop de mouvements qui vous rendraient d'avantage prisonniers, ne dormez pas car la tueuse sadique réveille ses victimes avant de les bouffer.
Et si la fin vous parait absurde, estimez-vous contents qu'elle le soit.
Brrrrrrrrr.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
jadzia
  23 octobre 2016
Je suis déçue, voir même plus, parce que j'avais tellement aimé les visages.
Je commence donc jusqu'à la folie impatiente et pleine d'espoir. J'accroche dès le début, je veux absolument savoir... et puis très doucement ça vacille, je commence à me poser des questions, je ne comprends pas où l'histoire va, en fait je ne comprends pas grand chose et je cherche désespérément le thriller, je continue quand même. Mais plus je tourne les pages, plus les 'et sinon' 'et donc' 'mais encore' s'accumulent et moins je me plait à lire, moins je veux savoir la suite, la fin.
Finalement, je referme le livre à la page 224, ça fait une semaine qu'il me regarde sur ma table de nuit et je n'ai même pas envie de le rouvrir.
Dépitée, je laisse tomber.
Commenter  J’apprécie          90
claire04130
  02 septembre 2015
"Jusqu'à la folie" est vraiment un titre sur mesure pour ce livre. L'auteur plante rapidement le décor : Jonah, jeune étudiant surmené sauve une jeune fille, Eve d'une agression au couteau perpétré par un homme inconnue. Un acte très héroïque donc, comme nous n'en voyons pas tout les jours. Eve la jeune fille sauvée commence à avoir le béguin pour son sauveur tant vénéré. Quoi de plus normal ? Rien n'est normal ici. Un sentiment de malaise s'installe lentement mais surement après l'agression. le comportement d'Eve surprend et fait sourire à la fois. Puis le malaise laisse place à la gêne avec des réactions étranges de la part d'Eve, des réactions inappropriées. Puis la gêne se dissout pour faire entrer la terreur et l'effroi.
L'auteur est très fort. Tout ce que subit ce pauvre Jonah, on le ressent avec lui. On se sent nous aussi épiés et mis à nus. L'auteur marque peu de temps mort, juste histoire de nous rassurer un peu et nous montrer à quoi ressemble une vie à peu prés normale. Il nous fait peur, nous rassure et nous angoisse.
Je vous l'assure ce livre est un pur chef d'oeuvre !
Juste pour la fin, je m'attendais à autre chose. Je ne sais pas à quoi mais à autre chose. Mais je peux rien vous dire, allez y, vous ne pourrez qu'avoir peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AudreyT
  23 décembre 2014
Jonah Stem est un jeune étudiant en médecine. Un soir, exténué, il vient au secours d'une jeune femme qui se fait agresser. Mais tuer cet homme accidentellement n'est que le début d'un engrenage sordide...
De Jesse Kellerman j'avais lu "les visages". L'écriture est ici toujours aussi simple et fluide, l'histoire plutôt prenante et les personnages sympathiques. Ce roman reste un moment agréable mais ce ne sera pas LE thriller dont je me souviendrais longtemps !
Commenter  J’apprécie          90
Natacha851
  08 novembre 2013
Aïe!
J'ai dû me faire violence pour le finir.
Il m'a fallu du temps pour ne plus me sentir obligée de finir un livre mais, avec le temps et de la volonté, j'ai réussi à passer ce cap.
Alors pourquoi m'être fait violence pour terminer celui-là ?
L'espoir, un petit espoir que la fin s'animerait et me ferait oublier les 150...200...250...375 premières pages sur les 376 au total et bien non.
Jusqu'au bout, je n'ai pas accroché.

Pourtant, c'était prometteur.
Tout d'abord, le premier livre de l'auteur, Les Visages que j'avais apprécié.
Raison pour laquelle je souhaitais lire celui-ci malgré la quatrième de couverture assez énigmatique.
Ensuite, en commençant la lecture, l'idée me tentait : un étudiant en médecine sauve une femme qui se fait agresser dans la rue. Après cela, elle décide de le retrouver, ils s'apprécient, une histoire d'amour commence mais cette femme semble cacher quelque chose.

Mais, là où cela se gâte, c'est lorsque je commence à lire les premières pages. Déjà là, j'aurai dû me méfier.
Le style m'a semblée trop fouillis, confus, passant du coq à l'âne sans vraiment de liaison et finalement je m'y perdais.
J'ai eu cette sensation dès le départ et je l'ai retrouvé dans certains passages du livre.
Pourtant, je n'ai pas eu le souvenir d'avoir eu des difficultés de compréhension pour le premier livre de l'auteur.
Deuxième problème rencontré, l'intrigue générale.
Comme je le disais plus haut, la quatrième de couverture reste pour le moins obscure sur l'histoire. Ce n'est pas un problème en soi puisque cela permet d'avoir la surprise pendant la lecture.
Sauf que cette dernière n'était pas à mon goût. Je me suis aperçue que les histoires (jouons le jeu et ne dévoilons pas le thème principale de ce livre) n'étaient pas ce que j'aimais car je trouve que cela prend trop de temps à se mettre en place.
Etant une histoire qui se tisse petit à petit, les choses sérieuses ne commencent vraiment que tardivement dans le livre.
Je préfère quand nous rentrons directement dans le vif du sujet.
Ce qui m'amène à mon troisième point : trop peu d'action, de suspens, de rebondissements.
Je suis arrivée à la moitié du livre et j'avais l'impression que j'en étais encore au début, à la présentation au lieu d'être au coeur des événements.
J'ai continué en me disant que la fin serait peut être surprenante, animée et ça n'a pas été le cas.

Je fais une critique un peu dure peut-être mais, pour finir sur une note positive, en mémoire du bon moment que j'ai passé en lisant Les Visages, je tenterai de lire les livres qui ont suivi celui-ci en espérant retrouvé le plaisir de découvrir les écrits de Jesse Kellerman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
RomansNoirsEtPlus
  20 juin 2013
Deuxième livre que je parcours de Jesse Kelleeman après "Les Visages " . Une intrigue qui met les nerfs à rude épreuve de Jonah , futur médecin et témoin malgré lui d'une tentative de meurtre sur une jeune fille . de témoin Jonah deviendra acteur de ce drame qui le poursuivra sans relâche . Mais la frontière entre victime et coupable est peut être plus ténue qu'il peut paraitre à première vue .
Même si ce bouquin est un bon polar psychologique je n'ai pas pour autant retrouvé ici toute la verve et toute la densité dramatique qui m'avait plu dans ma première lecture de cet auteur américain .
Commenter  J’apprécie          80
Nahe
  22 février 2013
Etudiant en médecine, Jonah vient de commencer un nouveau stage de chirurgie et enchaîne service sur service. Face aux urgences, pas question de se défiler. Rien d'étonnant à ce qu'il n'ait pas les idées très claires au milieu de la nuit, dans l'espoir d'un métro et de quelques heures de sommeil… Pourtant lorsqu'il est témoin d'une agression, il n'hésite pas à se porter au secours de la jeune femme en danger et, bien involontairement, tue l'agresseur.


Dans l'immédiat, le fait divers tourne à la farce quand Jonah se retrouve en observation dans le service de ses collègues, prêts à se jouer du malheureux étudiant. Autre point noir, Jonah est la cible des médias qui veulent mettre en lumière son geste héroïque, ce qui n'arrange rien à sa situation professionnelle. Pourtant, la préoccupation principale de Jonah est bien loin des moqueries de ses collègues : atterré d'avoir tué un homme, il s'inquiète d'éventuelles poursuites et a du mal à tourner la page.


Très vite, pour Jonah, les événements s'enchaînent : la famille de l'agresseur porte plainte, la victime le retrouve pour le remercier et commence alors une étrange relation. Prisonnier de ce cercle vicieux, Jonah peine à retrouver ses marques…


Après avoir lu et beaucoup aimé "Les visages", je dois bien avouer avoir été déçue par ce deuxième roman de Jesse Kellerman : j'attendais sans doute un récit d'un tout autre genre et j'avais sans doute placé la barre un peu haut. Dans l'ensemble, il s'agit pourtant un bon thriller auquel je ne peux reprocher grand-chose si ce n'est une fin un peu brouillonne et quelques scènes plutôt rudes. Je dirais donc : à conseiller aux amateurs de thrillers purs et durs !
Lien : http://nahe-lit.blogspot.be/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jesse Kellerman - "Beau parleur"

"Beau Parleur" est le ... roman de Jesse Kellerman traduit en français.

1er
2nd
3ème
4ème

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Beau parleur de Jesse KellermanCréer un quiz sur ce livre
.. ..