AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Thérèse Cuny (Collaborateur)
ISBN : 2266161946
Éditeur : Pocket (27/07/2006)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Aujourd’hui en France, plus de 60 000 petites filles sont excisées.

Chaque année 2 millions de jeunes filles sont excisées.
Plus de 130 millions de femmes dans le monde ont enduré ces mutilations.

La tradition voudrait que l’excision augmente la fécondité, qu’elle garantisse la pureté et la virginité, ainsi que la fidélité d’une épouse.
Dans les faits cette mutilation barbare met en péril la vie des jeunes filles qui la s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
festi
  16 janvier 2014
Une autobiographie marquante et très touchante voir violente d'évènements douloureux traversée par Khady, femme de valeur combattante pour l'amour de ses enfants et par amour de l'humanité. Cet ouvrage nous fait voyager au coeur des traditions du Sénégal et bien malheureusement dans le système patriarcal dont les actes barbares de toutes sortes de mutilations. Cette femme militante n'hésite pas à dénoncer le profit des hommes immigrants à utiliser plusieurs femmes comme des machines à fabrique d' enfants dans le but de toucher des prestations sociales dont les femmes en sont bien entendu privé. Elle nous fait parcourir sont combat, ses épreuves, sont implication dans une association pour lutter contre les pratiques néfastes faites aux femmes et aux enfants comme l'excision, le mariage forcé etc. Une bonne cause défendue au coeur de l'humanité, une cause d'hier et aujourd'hui à travers le monde, celle qu'on peu appelle en France" les violences faites aux femmes" dont les enfants malheureusement en sont souvent un vecteur. Livre à lire et à relire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
babel2D6
  11 décembre 2018
Une vie coupée de plaisir

Mutilée, édité en 2005, est le seul livre écrit par Khady. Elle est présidente du réseau européen de la lutte contre les mutilations génitales et de l'association La Palabre. Ce témoignage raconte l'histoire de Khady, une Sénégalaise, issue de la famille Salindé dont l'une de leur moeurs est l'excision, une mutilation des parties génitales qui prive à jamais de plaisir sexuel, qui a des répercutions sur la santé et brise la vie d'une femme. Un jour, à l'âge de sept ans, elle est emmenée de force dans la maison de sa troisième grand-mère pour se faire exciser, comme ses cousines. Elle sera mariée contre sa volonté à l'un des ses cousins qui vit en France, quittera le Sénégal pour le rejoindre au moment de ses quinze ans et vivra un calvaire avec ses cinq enfants nés à partir de ses seize ans.
Ce livre m'a plu parce qu'il est réaliste. Des femmes se font encore exciser de nos jours et peu de personnes le savent. Moi-même, je ne connaissais pas avant de d'avoir lu ce livre. Il est bouleversant et captivant puisque, en tant que future femme, je n'arriverais pas à vivre cette vie. Ce témoignage remet en question et j'ai pu me rendre compte de la vie des autres après cette coupure et aussi des traditions « barbares » qui peuvent exister dans ce monde. Il procure des émotions, permet de réfléchir et l'auteur veut faire réagir et montrer que les femmes excisées ne sont pas seules, elles peuvent parler de leur souffrance et lutter contre cette pratique. Par conséquent, je lui met la note de 5/5. Je recommande ce livre pour ceux qui aiment les histoires vraies et touchantes.

DUBOIS Elisa 2D6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lenou78
  09 août 2017
Quel parcours incroyable de cette femme qui ose se rebeller et revendiquer la cessation de cette pratique barbare, à l'opposé de toute liberté que chaque femme devrait posséder.
Je salue son courage admirable d'avoir oser parler, écrire, faire partager de ses douleurs, ses ressentis, son incompréhension face à l'inentendable....
Et que penser du fait que cette pratique barbare perdure....
Certes, ce sont des témoignages comme le sien qui font avancer et prendre conscience qu'il est largement temps d'évoluer, et d'abdiquer ce type de pratique qui s'il est atroce, ne fait ressortir la vérité qu'il continue d'exister afin que les hommes de certaines appartenances puissent continuer de croire qu'ils sont tout puissants, que cela puisse leur faire continuer de croire que leur respectabilité en tant qu'homme et chef l'est à ce prix???
Que les traditions puissent continuer de perdurer oui quand elles ne sont pas génératrices de souffrances et abnégation de ce que l'être humain est et peut ressentir....
Il est plus que temps de faire cesser ce type de pratique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sonny18
  31 janvier 2013
C est un thème qu'on cache dans certains quartiers, dans certaines communautés mais que tout le monde connaît et dont personne ne parle. J'en avais entendue parlé toute petite si bien que je ne voyais pas trop l intérêt de lire ce livre. J'avais tord, j'ai appris énormément de choses sur la condition de la femme en Afrique, les croyances déplacées des hommes pour rabaisser la femme, la priver de ses émotions. J'ai été choquée par ces croyances qui restent encrées malgré la culture et l'intelligence supposée. Ce livre est un témoignage fort qui prouve qu'avec une autre façon de penser, de voir le monde autour de soi, de s'instruire et de resté ouvert on peut changer les choses.
Commenter  J’apprécie          20
lailasamburu
  03 août 2010
Un excellent document temoignage,ecrit avec volonte et clairvoyance.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PiottePiotte   09 mars 2016
Cette horreur (infibulation) consiste à tout couper: il ne reste rien du sexe de la petite fille. Ni clitoris, ni petites lèvres, ni grandes lèvres. Et la pauvre enfant est "recousure" entièrement. Sexe fermé contre toute intrusion autre que celle du futur époux qui va la déflorer à son mariage. On ne lui laisse qu'un minuscule orifice pour ses besoins naturels. Car l'hommme, si l'on peut encore lui donner le om d'homme dans ce cs-là, est supposer déflorer sa jeune épouse ainsi "cousue" par la seule force de sa virilité. S'il n'y parvient pas sa puissance sexuelle est mise en doute. On m'a dit que parfois il se servait d'un couteau pour ne pas être pris en défaut, sur ce terrain. Lorsqu'elle est enceinte, au moment d'accoucher, il faut "découdre" la jeune fille, puis la recoudre ensuite. Et la "découdre" de nouveau à chaque accouchement. Et ainsi de suite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
festifesti   10 janvier 2014
L'homme, le père, toujours l'homme, celui qui n'a pas souffert de l'enfantement, celui qui n'admet pas non plus qu'il pourrait au moins laisser sa place à la mère ou simplement lui acheter un billet supplémentaire. Rien ces hommes ne comprennent rien à l'amour d'une mère et au respect qu'ils lui doivent.
Commenter  J’apprécie          20
festifesti   10 janvier 2014
J'en ai besoin, car en aidant les autres je m'aide moi même. Si je m'arrête de militer, d'aider, je sens que tout sera fichu pour moi. C'est ma façon de cultiver mon champ.
Comme on dit au Sénégal:< cultive ton champ; si tu restes au lit, ce n'est pas le bon dieu qui le cultivera>
Commenter  J’apprécie          20
babel2D6babel2D6   11 décembre 2018
"Elle tire avec ses doigts, le plus possible, ce minuscule morceau de chair et coupe comme si elle tranchait un morceau de viande de zébu. Malheureusement, il lui est impossible de la faire en un seul geste. Elle est obligée de scier. Les hurlements que j'ai poussés me résonnent encore aux oreilles. J'ai pleuré, crié" (p.19)
Commenter  J’apprécie          00
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : excisionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
846 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..