AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 280363581X
Éditeur : Le Lombard (20/05/2016)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Yue Kiang travaille sur un site d'abattage d'arbres pour une entreprise chinoise. Comme beaucoup de ses compatriotes, Yue Kiang a une "amie" couleur locale, Antoinette. Il s'est aussi attaché à Marie-Léontine, la fillette de sa fiancée. Un soir, dans la couche de sa belle gazelle, Yue découvre la blessure intime d'Antoinette: une cicatrice terrible, comme une injure à sa féminité. Combien sont-elles comme elle, exilées de leur propre corps, victimes d'une tradition ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  04 mars 2018
Né en Belgique et d'origine chinoise, Yue s'est installé au Congo et travaille pour le compte de monsieur Xin, un entrepreneur chinois qui exploite le bois des forêts. Bien que son patron voit d'un mauvais oeil le rapprochement entre ses ouvriers et les femmes noires, le jeune homme voit très régulièrement Antoinette et sa fille, Marie-Léontine. Une relation qui commence à compter pour lui, même si, elle, est plus désinvolte et profite des restaurants et des cadeaux qu'il offre. Néanmoins, ils décident de faire l'amour. Yue ne comprend pas alors pour quoi elle cache ses parties intimes et est étonné lorsqu'il remarque la cicatrice de l'excision. Une pratique qu'il ne comprend pas vraiment...
Troisième volet de la trilogie africaine, après "Tourne-disque" et "Le montreur d'histoires", "Un petit bout d'elles" nous emmène au Congo où l'on suit l'histoire d'amour entre un ouvrier chinois et une jeune maman célibataire congolaise. Sur fond historique plus dramatique, à savoir l'excision, encore pratiquée dans bon nombre de pays (en Afrique et au Moyen-Orient), Zidrou nous livre un album touchant qui, sans dénoncer cette pratique, informe sur ce qui se passe, l'acte en lui-même mais aussi les terribles conséquences parfois (aussi bien physiques que psychologiques). Il prend le temps d'installer les personnages et l'intrigue, le récit devenant plus intense dès lors que Yue prend conscience de ce qu'est l'excision. Graphiquement, Raphaël Beuchot, de par son trait semi-réaliste et ses couleurs chaudes, nous plonge dans une ambiance à la fois légère et plus intense.
Quelques pages en fin d'ouvrage rappellent que toutes les 4 minutes dans le monde, une fillette subit une mutilation génitale. Que l'excision n'est pas un acte religieux mais une tradition culturelle. Deux témoignages touchants de femmes ayant subi cela.
Un album sensible...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
Foxfire
  25 février 2019
Je veux d'abord saluer le courage des auteurs de s'attaquer au sujet de l'excision, un thème pas vraiment « vendeur » qui pourrait effrayer les lecteurs. Zidrou parvient à traiter ce sujet avec une grande pudeur et beaucoup de sensibilité.
Le récit évite à la fois tout voyeurisme et tout misérabilisme. le scénariste prend son temps pour nous raconter l'histoire d'Antoinette et Yue. Il ne se précipite pas entre les jambes d'Antoinette. C'est là qu'est la pudeur la sensibilité de Zidrou, il ne nous réduit pas Antoinette à son statut de victime. le lecteur la découvre d'abord comme une jeune femme pétillante, volontaire, pleine de vie. L'empathie n'en est que plus forte lorsqu'on découvre son drame. D'autant plus que les auteurs ont eu une idée superbe ; lorsque Antoinette raconte son histoire elle est dessinée sous les traits de la petite fille qu'elle était lorsqu'elle a été excisée. Cela vient renforcer l'émotion du lecteur et surtout vient rappeler que cette horrible mutilation va avoir des conséquences sur la vie entière de la victime.
Le dessin de Raphael Beuchot accompagne joliment ce beau scénario. le dessinateur fait le choix de la simplicité et de la modestie, il semble refuser de se mettre en avant, préférant s'effacer au profit du sujet. Ce qui ne l'empêche pas de proposer un découpage et une mise en scène maîtrisés ainsi qu'un trait et une colorisation agréables.
Un cahier documentaire vient compléter la fiction de façon intéressante. Ce petit dossier commence par rappeler ce que sont les mutilations génitales et l'ampleur de ces pratiques. Sont également évoquées les raisons et les conséquences de ces mutilations. Et c'est là que je pourrais trouver un point de désaccord avec les auteurs. L'absence de plaisir sexuel féminin est évoquée en tant que conséquence des mutilations génitales. Je me demande s'il ne faudrait pas plutôt évoquer cet aspect comme une raison des mutilations. Ne serait-ce pas, parmi d'autres raisons, dans le but d'interdire le plaisir sexuel aux femmes, qu'on les mutile ainsi ?
« Un tout petit bout d'elles » est une très belle B.D qui a le courage de s'attaquer à un sujet grave et difficile et surtout qui le fait très bien. Cette B.D pourrait être utilisée comme « matériel » de sensibilisation pédagogique à ce problème auquel toutes et tous devraient s'intéresser. Non, ce n'est pas, comme le disent certains personnages masculins de la B.D, un problème de femmes et, comme le rappelle le dossier documentaire, ce fléau touche le monde entier (y compris, même si cela reste « marginal », la France).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4014
Shan_Ze
  09 février 2019
L'excision est un sujet assez sensible, sachant qu'il est encore beaucoup pratiqué dans le monde sur des fillettes... Dans cette bande dessinée, Zidrou raconte une histoire d'amour, celle entre Antoinette et Yue, travailleur belge au Congo. Ce dernier découvre que son amoureuse a subi une excision.
Zidrou raconte avec pudeur mais sans beaucoup de détails ces mutilations pratiquées sur les fillettes. Un album qui met en lumière ces petites violences qui sont considérées, sur place, comme une simple pratique culturelle. L'histoire finit quand même sur une note d'espoir et d'amour...
Commenter  J’apprécie          330
Saiwhisper
  16 novembre 2016
Parler d'un sujet horrible qu'est l'excision sans montrer en détail ni faire dans le pathos, c'est possible ? Et bien oui, puisque Raphaël Beuchot et Zidrou l'ont fait avec brio avec la bande dessinée « Un tout petit bout d'elles ». J'avoue qu'étant donné le sujet, je ne me serais pas forcément penchée sur cette oeuvre, car je connais déjà ce fléau grâce à des documentaires à la télévision... Mais c'est Kimysmile qui m'a donné envie de la découvrir grâce à son article de blog très intéressant. J'ai donc emprunté cette BD à la médiathèque et ne le regrette pas, car ce fut une lecture riche en émotions. À la fin, j'avais vraiment la gorge sèche et des frissons. Les auteurs ont vraiment réussi à m'émouvoir grâce à leurs dessins ainsi qu'à leur récit...
L'histoire de Yue, Antoinette, Léopold et l'adorable Marie-Léontine est très touchante. Par ailleurs, j'ai aimé le fait que ce soit étudié d'un point de vue asiatique et non européen. J'ai également apprécié la thématique du racisme plutôt bien traitée à travers cette relation tendre, apaisante et attendrissante. En plus de cette histoire bouleversante, le lecteur pourra découvrir plusieurs pages documentaires permettant de comprendre ce qu'est l'excision par rapport aux autres pratiques (clitoridectomie, infibulation, etc.), où cette pratique est la plus employée dans le monde, quelles sont les conséquences de l'acte, les moyens pour agir ainsi que les lieux ou liens permettant de trouver du soutien/de l'aide (en France ou en Belgique). le fait que les auteurs expliquent que cela n'est pas lié à la religion, mais bien à une tradition est aussi très intéressant, car en discutant avec quelques personnes, j'ai constaté que beaucoup font encore l'amalgame. Enfin, ce qui m'a le plus émue, ce sont les témoignages de deux victimes qui ont subi cette pratique lorsqu'elles avaient deux et sept ans. C'est à la fois poignant et effrayant...
Les dessins sont beaux, travaillés et colorés. J'aime beaucoup la représentation des femmes, qu'elles soient vieilles ou jeunes. Je les trouve très réussies par rapport aux personnages masculins. Les décors sont jolis et les planches assez dynamiques... Mais ce que je préfère, c'est la façon dont l'illustrateur a représenté Antoinette lorsqu'elle raconte sa mutilation : elle est dessinée comme une fillette dans un style différent des autres illustrations. C'est un choix qui m'a plu, car cela renforce le traumatisme. Malgré le fait que je connaisse le sujet, j'avais oublié certains chiffres comme le fait que toutes les quatre minutes, une fillette subit une mutilation génitale quelque part dans le monde, souvent de la part de proches, de la famille ou de personnes de confiance. C'est réellement un fléau mondial... « Un tout petit bout d'elles » est, hélas, une BD d'actualité que je vous invite à découvrir malgré le sujet difficile.

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
tchouk-tchouk-nougat
  01 juillet 2016
Yue, d'origine chinoise, travaille sur un chantier au Congo. Malgré l'interdiction de son patron, Yue passe son temps libre avec une femme d'ici. Antoinette. Et une nuit il va découvrir l'horrible mutilation qu'elle a subit dans l'enfance, l'excision. Petit à petit Antoinette va se confier et lui expliquer le traumatisme vécu.
Cette bande dessinée est une manière très sensible de parler de l'excision. A travers l'histoire de Yue et d'Antoinette les auteurs nous amène sur ce sujet avec délicatesse, sans discours moralisateurs, sans texte larmoyant. Juste le témoignage d'une femme excisée qui se sent mutilée et qui souhaite préserver sa fille de cet acte alors que la coutume est tellement vivace. A travers cette histoire nous sommes donc amené à réfléchir à ce fléau qui touche 200 millions de femmes. Pour perpétuer une coutume qui les rend pourtant malheureuses les femmes font subir ça à leur fille, alors le premier pas pour lutter contre l'excision c'est d'ouvrir les conscience et d'en parler.
Une jolie BD pleine de tendresse pour un thème qui ne l'est pourtant pas du tout. Servi par des dessins simples et expressifs qui nous plongent dans les sentiments des personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

critiques presse (5)
Auracan   30 juin 2016
Le sujet est grave, mais le talent des auteurs permet d'éviter toute lourdeur ou cliché larmoyant. Zidrou dresse des portraits très "humains" de ces victimes du poids des traditions.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest   29 juin 2016
Un tout petit bout d’elles bénéficie de la sobriété du dessin de Raphaël Beuchot qui, par sa gestion des couleurs, adoucit singulièrement la dureté du propos et renforce l’anachronique détermination de ses héros.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   14 juin 2016
Le finaud Zidrou surprend, emmenant ailleurs, au fil d’un propos engagé contre une atroce pratique culturelle. Fouillés, humains et attachants, ses personnages sont finement ciselés.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   07 juin 2016
Un excellent témoignage sur une pratique inique, dénoncée avec tact, simplicité et sensibilité par deux artistes réellement inspirés pour conter des histoires.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDZoom   20 mai 2016
Éblouissant de justesse et de sensibilité.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
TbilissiTbilissi   11 mars 2019
Il fonctionne encore ?
- Ah ah ! C'est l'Afrique ici : rien ne fonctionne très longtemps.
Commenter  J’apprécie          10
Shan_ZeShan_Ze   07 septembre 2018
- Elle m'a promis de m'offrir une poupée si je ne pleurais pas. J'ai pleuré. J'ai hurlé. J'avais si mal. Ma Grand- mère m'a quand même offert une poupée. Blanche avec de longs cheveux blonds. Qu'est-ce qu'elles en savent de la vie, les poupées ?
Commenter  J’apprécie          140
marina53marina53   04 mars 2018
Le premier thé est amer comme la mort.
Le deuxième thé est doux comme l'amour.
Le troisième... sucré comme l'amitié !
Commenter  J’apprécie          282
SaiwhisperSaiwhisper   16 novembre 2016
A Paris, il y a un grand musée : le Louvre, ça s'appelle. Ma cousine m'a promis de m'y emmener. Il paraît que là-bas, les gens font la file pour voir des tableaux, comme ici les gens font la file pour acheter à manger.
Commenter  J’apprécie          130
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   01 juillet 2016
-Je vais me changer.
-Houlala! Ca, Bruce Lee, mon frère, ça veut dire que tu as largement le temps de boire ton deuxième thé! Et même le troisième!
-Le soleil a beau s'impatienter, la lune aura toujours besoin de la journée pour se préparer!
Commenter  J’apprécie          110
Lire un extrait
Videos de Zidrou (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Zidrou
Payot - Marque Page - Zidrou - La fugue
autres livres classés : excisionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Schumi tome 1

Quel est le vrai nom de Schumi ?

Sacha
Simon
Schumacher
Sébastien

4 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Schumi, Tome 1 : Comme sur des roulettes ! de ZidrouCréer un quiz sur ce livre
.. ..