AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2-226-02646-0
Éditeur : Albin Michel (01/01/1986)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 42 notes)
Résumé :
La famille Lauretz vit misérablement en Suisse dans le canton de Yeff. Le père, Jonas, buveur, violent, et infidèle, ruine la scierie familiale. Anna, sa fille, travaille comme serveuse, Niclaus, le fils, mène la scierie avec un ouvrier Jory Wagner. Sylvelie, la cadette, sert avec dévouement le peintre Mathias Lauters.
A la mort de Mathias, Sylvelie hérite de son châlet, de ses tableaux et d'une somme importante. Jory, Niclaus, Anna et sa mère décident de tue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
LVI
  20 mars 2012
Tant que brûle la flamme !

Attention : cette édition est en allemand !

'Via mala' ('Le chemin difficile', ce qui vaut autant dans cette histoire pour une passe dangereuse située entre le village et la scierie que pour celui qu'empruntent les principaux protagonistes du drame) est un roman qui date de 1934 du romancier suisse John Knittel, faisant référence à un fait divers de 1817.

Dans les années 20 du siècle précédent, quelque part dans les montagnes suisses, Jonas Lauretz est le propriétaire d'une scierie située à proximité d'un village dont les habitants ont beaucoup de mal avec ce Satan autoritaire qui règne sur sa petite famille avec une main de fer : ayant transformé sa douce épouse en ombre humaine, il a fait de sa fille Hanna sa maîtresse, tout en accordant à son autre fille, Sylvie, les attentions que l'on accorde à une Princesse, traitant par ailleurs son fils Niklaus, dont il a fait un infirme, comme un esclave. Devenue le modèle d'un célèbre peintre vieillissant fraîchement installé à proximité du village, dont elle sera la dernière flamme, et courtisée par le militaire Andreas von Richenau, en manoeuvre à l'entour avec ses troupes, Sylvie va être, bien malgré elle, l'élément déclencheur d'une avalanche qui va tous les emporter...

Ce roman est un drame d'une rare intensité que vous n'oublierez pas : quand le Destin frappe, les marionnettes humaines n'ont que peu de latitude !

A noter : il existe également deux versions cinématographiques allemandes de cette histoire, en l'occurrence un film de Josef von Baky de 1944, sorti en 1948 et un second long-métrage de Paul May de 1961 avec l'immense Gert Froebe dans le rôle principal, ainsi qu'une remarquable version télévisée (de 270mn) réalisée par l'allemand Tom Toelle en 1985 avec Mario Adorf en Jonas Lauretz entouré notamment de Maruschka Detmers et Dominique Pinon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
5Arabella
  07 août 2016
Nous sommes dans un petit village suisse, au sein d'une famille composée des parents, de deux filles et d'un fils. le père tyrannise et brutalise toute la famille, les fait travailler de façon très dure, les affame, et vit une bonne partie de l'année dans une maison plus confortable avec sa maîtresse et les deux enfants qu'il a eu d'elle. Une des filles hérite d'un peintre qu'elle a connu, une somme importante que le père s'approprie. Son fils organise un meurtre, avec l'aide du valet et avec la participation de toute la famille, sauf Sylvia, la bénéficiaire de l'héritage. La prospérité s'installe dans la famille. Niclaus, le fils fait tourner avec profit la scierie familiale. Sylvia se marie très au-dessus de sa condition. La disparition du père semble ne plus susciter de questions. Jusqu'au moment où le juge local meurt, et l'affaire monte dans une juridiction plus élevée.
Cette histoire du père brutal et méchant pourrait être outrée ou caricaturale, or il n'en est rien. John Knittel dessine ses personnages avec beaucoup de finesse, ils sont tous différents, et on se passionne pour chacun d'entre eux. Je suis en revanche moins convaincue par le personnage d'Andi, le mari de Sylvia. Déjà l'histoire du prince qui épouse la bergère, j'ai beaucoup de mal à y croire. Et je trouve que le personnage d'Andi est par moments très stéréotypé. Mais en dehors de cette réticence, Via Mala est un livre passionnant à lire, dont on a envie de tourner les pages très vite pour savoir ce qui va se passer, car l'auteur mène sacrement bien son affaire, et maintient le suspense jusqu'au bout du roman. Il possède à fond l'art de construire une intrigue efficace. Sa plus grande qualité avec l'art de créer des personnages attachants. Et tout cela avec une écriture adaptée au sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
olivberne
  02 août 2013
J'avais vu le film dans mon enfance et je me suis attelé au roman quelques années après, sans trop de regret, le texte fait bien ressentir la noirceur de cette famille au creux des montagnes suisses et l'originalité de cette destiné. On pense à Heidi, à Julien Sorel, mais en moins joyeux.
Tout dans ce roman respire la tristesse, la rancune et la haine. On retrouve l'esprit des romans qui racontent une saga familiale, avec ses trahisons, ses espoirs et le patriarche qu'on aime ou qu'on déteste.
Plaisant.
Commenter  J’apprécie          60
Cathy74
  20 juillet 2016
Via Mala est l'histoire de la désagrégation d'une famille, victime de la violence du père. Dans cette « Via Mala » superbement décrite par John Knittel, lieu du domicile de la famille, les faits divers les plus sordides peuvent survenir sans que personne ne s'en émeuve. Via Mala, c'est – littéralement – le mauvais chemin, celui qui surplombe un torrent furieux, au sein d'une montagne encore sauvage, inquiétante, où l'hiver et la neige enserrent toute vie durant des mois dans une splendeur glacée.
Le récit est scindé en trois parties. Le Livre I s'ouvre rapidement sur le drame qui va sceller le destin de la fratrie, Niclaus, Anna, Sylvélie, Mannli, et de leur mère. le Livre II est une bouffée d'oxygène et de douceur ; l'action se situe à Lanzberg, ville prospère et ouverte. Sylvelie y a trouvé refuge, ne supportant plus sa famille coupable d'un crime. Elle y trouve même l'amour inconditionnel. Mais la Via Mala la rattrape, et le dossier de disparition du père est attribué fortuitement à son mari, juge d'instruction. Le répit dont a bénéficié Sylvelie et les siens s'achève brutalement. Le Livre III est centré sur la personnalité d'Andi, l'époux de Sylvelie. C'est lui qui va dénouer les fils terriblement complexes qui entravent ceux qui sont devenus, à lui aussi, sa famille. Au risque de s'y perdre à son tour.
Issu d'une famille suisse missionnaire, né en Inde en 1891 et mort dans le Canton des Grisons en 1970, John Knittel est à mon sens un auteur majeur à redécouvrir.
Voir aussi "Faits et fictions géographiques dans le roman régional suisse, le cas de Via Mala" :
Lien : http://www.geogr-helv.net/37..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rogermue
  02 août 2013
Vial mala de John Knittel, 1934, en langue allemand.
J'ai lu ce roman dont le style n'est pas le meilleur, à mon avis. Mais l'histoire de le personnage principale, un pochard et un monstre brutal envers sa famille qui prend sa revanche et finit par le tuer - cette histoire est bien fascinante. Adapté au cinéma.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Cathy74Cathy74   20 juillet 2016
Si l'on considère qu'à cette époque les Grisons se composaient d'une bonne trentaine de petites républiques, chacune ayant sa constitution propre, ses lois et ses coutumes, si l'on se rappelle que la famine et les épidémies ravageaient continuellement les cent vallées, que les populations, malgré leur souveraineté imaginaire, étaient constamment exploitées par des conseillers qui les flattaient, et dupées, trompées, pressurées par des barons et des ecclésiastiques avides ; si l'on se représente l'extrême misère, tant matérielle que morale, qui régnait dans le pays, on ne peut plus s'étonner que Lauretz eût trouvé beaucoup de gens bien disposés quand il leur parla de sa décision d'extraire l'immense masse d'argent enfouie dans la montagne, masse suffisante pour enrichir chacun et mettre dorénavant l'humanité à l'abri du besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nina2loinnina2loin   28 janvier 2012
Il sauta au bas du lit, la prit par le bras, l'attira à lui et lui donna un violent coup de poing. Elle se débattit pour échapper à son étreinte et s'enfuit de la chambre. Elle alla à l'écurie où était la carriole, y trouva la bouteille, la prit et la lança dans le lit rocailleux de l'Yzolla.
Commenter  J’apprécie          80
mamyfoliemamyfolie   25 novembre 2018
Lansberg se trouvait être le siège du gouvernement du canton.... le canton des trois cents glaciers renfermait une population autochtone de 120.000 personnes environ dont la moitié vivait à mille mètres au moins au-dessus du niveau de la mer. Tous ces gens devaient être gouvernés. On peut affirmer qu'en ce qui concerne l'état social, moral et intellectuel de l'humanité démocratique, les Lanzbergeois avaient atteint un sommet où il ne restait pas de place pour de nouveaux progrès. Ils avaient lutté au cours de plusieurs générations pour gagner la stabilité et la sécurité et pour immuniser leur pensée contre les idées nouvelles qui changent si souvent de façon inattendue la vie des gens. Et ils avaient réussi. A présent, ils se trouvaient gouvernés du matin au soir, et ne sachant où trouver un supplément de gouvernement , leur soif d'être gouvernés les incitait à créer de nouvelles lois à chaque occasion. Les bureaucrates, conseillers et fonctionnaires étaient innombrables. Servir l'Etat et ses institutions semblait être en ces parages le premier besoin de tout individu de la classe cultivée ; car seul 'Etat fournissait à ses serviteurs une vie régulière, assurée et sans hasards, seul l'Etat pouvait satisfaire à jamais le désir inné de l'homme pour l'ordre et un fauteuil de bureau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature suisseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1083 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre