AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Pour Sanpei tome 2 sur 2
EAN : 9782505005704
146 pages
Kana (22/05/2009)
4.16/5   25 notes
Résumé :

Sanpei est un sexagénaire à la retraite, un peu bougon et renformé de nature. Après la mort de sa femme, il emménage chez son fils. En triant ses affaires, il tombe par hasard sur un carnet, une sorte de journal de bord tenu par sa femme. A sa lecture, Sanpei découvre que Tsuruko a pris le temps de mettre par écrit tout ce qui pourrait être utile à son époux afin de lui faciliter la vie, afin qu'il puisse ... >Voir plus
Que lire après Pour Sanpei, tome 2Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Découverte avec l'indispensable Pays des cerisiers qui évoque avec émotion et pacifisme Hiroshima, la ville natale de l'autrice, j'ai l'impression que son art, son ton, ses mots me touchent particulièrement, car à chaque fois que je la lis, l'émotion me prend et ne me quitte pas. Ce fut aussi le cas dans Dans un recoin de ce monde et à nouveau aujourd'hui dans Pour Sanpei.

Pourtant ces trois oeuvres n'ont rien à voir l'une avec l'autrice à part quelques motifs qu'on retrouve et un motif en particulier que j'apprécie énormément sous les pinceaux de l'autrice : la capture d'un quotidien simple, presque banal. Dans Pour Sanpei, nous allons à la rencontre d'une famille qui vient d'accueillir le père de l'époux car celui-ci est désormais veuf, un nouvel équilibre est donc à trouver dans ce foyer modifié.

Sanpei, c'est le nom de ce grand-père qui se retrouve d'un coup à vivre avec son fils, sa femme et leur fille, un grand-père encore en pleine forme et indépendant, mais qui vit fortement la mort de sa femme. Avec beaucoup de pudeur et de retenue, mais une belle justesse, Fumiyo Kouno nous raconte comment il va trouver une nouvelle place et se forger une nouvelle vie, sans oublier sa femme décédée mais en avançant tout de même, ce qui est poignant face à ce papi calme et taiseux qui ressemble au roc qu'il n'est pas.

J'ai de suite beaucoup aimé me retrouver immergée dans le quotidien de cette petite famille à la fois banale et atypique. Avec un humour bon enfant, l'autrice nous fait rencontrer leur fille Nona, une gamine très étrange avec son regard tout étiré, ses expressions flippantes et sa passion pour les insectes. La mangaka nous conte aussi avec tendresse les relations de ses parents, leur grande douceur mais aussi parfois leurs disputes. Enfin, elle met en scène ce papi, Sanpei, qui va se mettre à participer à la vie de la famille à l'aide du carnet, très complet, laissé par sa femme, où en suivant ses mots plein d'amour, il apprend le quotidien d'une femme (ou d'un homme ici) au foyer. C'est vraiment tendrement amusant de le voir se mettre à la cuisine, au ménage, à la couture, au tricot, etc.

Au cours de chapitres courts qui peuvent sembler anecdotiques l'autrice nous raconte donc ce quotidien fait de petits riens mais qui sont tout. On y voit la lente intégration de ce grand-père à cette nouvelle vie, ses relations avec chaque membre de la famille, le rôle de médiateur et confident qu'il en vient à occuper, ainsi que de personne ressource. On les suit beaucoup dans leur vie dans leur petit appartement typique si charmant. On se glisse ainsi dans le quotidien d'une famille japonaise lambda et malgré les soucis et les disputes parfois, c'est calme et apaisant à lire, car le ton est toujours bon enfant et chaleureux. On est avec des personnes qui s'aiment profondément. le côté très "comic strip" de l'oeuvre est donc parfaitement trouvé !

Mais plus que ce quotidien, c'est le récit en filigrane de la façon dont cet homme fait son deuil qui m'a émue. L'autrice n'invite pas à l'oubli, elle invite à l'acceptation et à la vie qui continue. C'est beau, c'est tendre, c'est émouvant. Sanpei n'oubliera jamais sa femme, elle vivra toujours quelque part en lui, pour autant sa vie ne s'arrête pas, il trouve une nouvelle façon d'occuper son temps et de nouvelles personnes avec qui le partager. La relation qu'il va ainsi tisser tranquillement, pas à pas, maladroitement parfois, avec Mademoiselle Senkawa sera particulièrement touchante, alors que leur différence d'âge aurait pu grandement me faire tiquer racontée autrement.

On évoque souvent Taniguchi comme le maître du récit du quotidien japonais lambda et désuet, Fumiyo Kouno n'a rien à lui envier dans les siens. C'est avec la même simplicité, les mêmes flèches d'émotions qu'elle nous décoche en plein coeur qu'elle parvient à nous émouvoir avec des histoires pourtant banales. Ici, la nouvelle vie de ce grand-père veuf fut une vive réussite et j'en viens presque à regretter de déjà le quitter lui et sa petite famille. La bonne nouvelle, c'est que l'autrice revient chez nous, toujours chez Kana, le 25 août avec Les fleuristes du coin de la rue. Je serai présente !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          00
Je note un 3 qui tire vers le 4, mais ne dépasse pas suffisamment les conditions que je mettrais pour y grimper. Mais franchement, c'est un bon 3.5 que je lui décerne.

Déjà, l'auteure a fait en sorte que la série ne s'étire pas, développant seulement deux tomes qui sont largement suffisants à mes yeux. Les situations de ce papy voulant faire homme au foyer pour ses enfants est certes amusante, surtout dans la multiplicité des tâches domestiques dont il découvre l'ampleur et la complexité. Mais cette répétition est cassée progressivement avec quelques intrigues secondaires qui reviennent de temps en temps, sans vraiment que cela ne vienne en premier plan. Au final, c'est surtout des petits moments de vie, des instantanés du quotidien.

C'est surtout une chronique quotidienne très mignonne et attendrissante, dans laquelle les personnages sont très humains, même si parfois des gags cartoon ou potaches interviennent. On sent que la famille est plutôt soudée, que le grand-père fait ce qu'il peut. Il y a les souvenirs d'avec sa femme qui sont attendrissants, et les interactions avec sa petite-fille qu'il regarde grandir. Bref, c'est mignon, c'est attendrissant, on est sur un roman graphique intimiste.

Cela dit, je trouve qu'il manque un petit quelque chose pour que l'ensemble dépasse ce simple cadre de bonne BD qui fait du bien à lire. J'aurais aimé peut-être plus de profondeur, ou une fin qui conclut un peu plus certaines idées développées dans la BD. C'est dommage, mais en toute bonne foi, j'ai bien aimé ma lecture.
Commenter  J’apprécie          00
Nous retrouvons Sanpei qui s est bien intégré dans la famille de son fils mais qui pense encore souvent à sa femme.
Il intervient plus dans les relations qui lient cette famille et fait tout pour la garder unie.
Vieil homme attachant que l on quitte avec regret en refermant le livre car sa vision de la vie ne peut que nous donner à réfléchir.
Commenter  J’apprécie          40
« Sanpeï est un sexagénaire à la retraite, un peu bougon et renfermé de nature. Après la mort de sa femme, il emménage chez son fils. En triant ses affaires, il tombe par hasard sur un carnet, une sorte de journal de bord tenu par sa femme. A sa lecture, Sanpeï découvre que Tsuruko a pris le temps de mettre par écrit tout ce qui pourrait être utile à son époux afin de lui faciliter la vie, afin qu'il puisse vivre plus en harmonie avec son entourage : les goûts de sa petite-fille, le caractère de son fils, les recettes de cuisine essentielles, comment recoudre un bouton, comment repasser, tec. C'est maintenant à lui de se débrouiller » (synopsis du Quatrième de couverture).
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
Commenter  J’apprécie          10
Cette histoire s'ouvre sur des funérailles, celles de l'épouse de Sanpei, un sexagénaire peu loquace et renfrogné. Son fils, inquiet pour sa santé, l'invite à venir vivre chez lui, avec son épouse Reka et sa petite fille, Nano.
Le vieil homme, mal à l'aise, partage ainsi le quotidien d'une famille qu'il connaît mal. Ce sentiment l'oblige à sortir de la torpeur de son deuil pour participer à la vie domestique de la maisonnée.

La suite de la critique sur le blog "L'étang de Kaeru"
Lien : http://etang-de-kaeru.blogsp..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Sanpeï. Tu dois vivre pleinement ce que j’ai pu gâcher. Prends soin des gens que tu as négligés à cause de moi et un jour, viens m’apporter un peu de jalousie en cadeau
Commenter  J’apprécie          30
- Tu dormais au milieu des chrysanthèmes, ça t'allait bien.

- Eh ! Oh ! M'enterre pas trop vite.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : mangaVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (58) Voir plus



Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1424 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

{* *}