AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B08LSMPWJ2
490 pages
Éditeur : (31/10/2020)

Note moyenne : 4.55/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Great Lake City, Utah, 1861. À presque quatorze ans, Rébecca Brightman est une jeune fille intrépide et courageuse. Elle se rebelle contre la sévère éducation de son père, pasteur tyrannique et violent, qui nourrit en secret un terrible projet pour elle. Derrière les brimades et les coups, elle rêve de découvrir le monde au delà des barrières de sa communauté. Au détour d'une rencontre inespérée, elle voit sa vie prendre un nouveau t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
mariechrist67
  19 février 2021
Je viens de terminer ce roman et remercie Sonja Kourakine pour la confiance qu'elle m'a accordée.
Un roman auto-édité, aux sujets et genres divers et variés est très bien écrit et, bien que pas très intéressée par la magie, la fantaisie et autres sujets traités, j'ai été bluffée et ai lu avec plaisir le récit jusqu'au bout.
Dans le milieu du 19e siècle, Rébecca, jeune mormone de 14 ans, est maltraitée et battue très violemment par son père, pasteur, rigide et dépourvu de sentiments. Elle finit par le tuer et Allan, d'origine écossaise, vole son cheval et l'enlève à sa famille. Ils se réfugient chez les Dakotas, tribu indienne, du nord de l'Amérique. Elle y devient guérisseuse.
Je ne dévoilerai pas plus de cette histoire où les événements se succèdent depuis cette famille mormone, en passant pas un long épisode chez les indiens mais surtout Rébecca se réfugie également dans un bordel.
Beaucoup de rebondissements dans ce roman, il est addictif, et surtout très bien écrit, bravo à l'auteur, pour un coup d'essai c'est un coup de maître. Belle plume, fluide, précise, un beau vocabulaire, un beau style, bref c'est un roman comme j'aime en lire.
J'ai quand même (ça m'arrive) un point négatif et celui-ci n'engage que moi et mes goûts personnels. Je n'ai pas trop apprécié le côté fantaisy et surtout la fuite à cheval de Rébecca. Ce n'est pas mon style de lecture j'aime ce qui est réaliste.
Je sais que le style fantaisy plait à de nombreux lecteurs et je ne me fais pas de soucis quant à l'avenir de ce bouquin. Bravo et merci Sonja Kourakine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Creoline
  10 février 2021
J'ai été agréablement surprise par la plume de Sonja, une plume qu'elle manie à la perfection ; le lexique qu'elle emploie est riche, mais absolument pas pédant, et la langue est maîtrisée.
Le phrasé est soigné ce qui lui permet de conférer à son écriture cet aspect visuel et immersif dont nous, lecteurs, raffolons tant.
Dans le roman, tout est coloré, on voit défiler sous nos yeux des scènes à mi-chemin entre la fresque, la mosaïque et le kaléidoscope… Vous l'aurez compris, Sonja est, à mon sens, une plume confirmée.
Son aisance avec les mots est quelque chose que l'on pressent d'ailleurs dès le titre, Sous le soleil de la Lune, qui est chargé de poésie comme en témoigne l'oxymore qui associe les deux astres que sont la lune et le soleil.
__________
Je vous le disais donc, Sonja a la précision d'un chirurgien et elle met son talent au service de son intrigue qui nous fait voyager et nous plonge au coeur de l'histoire ou plutôt DES histoires que l'on redécouvre à travers trois peuples en particulier : la communauté des mormons, aux États-Unis, les Dakotas, et les Écossais.
Sonja est une chirurgienne des mots, mais également une tisserande qui crée un véritable patchwork de genres littéraires. Si le roman est annoncé comme appartenant au genre de la romance fantastique, en le lisant on se retrouve très vite à la croisée d'autres chemins qui nous mènent au coeur de diverses croyances.
Il y a tout d'abord les doctrines religieuses, inculquées à l'héroïne du roman par son père qui transpire les préceptes austères et rigides de la communauté mormone, mais il y a aussi d'autres croyances, celles que les légendes des aborigènes enseignent au lecteur lorsqu'il est invité à séjourner dans la communauté des Dakotas. Et toutes ces croyances ont pour trame de fond la mythologie gaélique, parce que ce sont bel et bien les légendes écossaises qui portent le récit. Finalement, quelle que soit la communauté au sein de laquelle on évolue, on constate que les univers diamétralement opposés ont en commun le mystique et la magie propre à chacune des cultures abordées.
Personnellement, je n'aurais pas parlé de romance fantastique ; à mon sens, c'est une véritable épopée à laquelle on est invité à prendre part en tant que lecteur, parce que le genre épique, c'est le propre de tout récit qui font se mêler de façon inextricable histoire et légende.
__________
Pour Rébecca Brightman, qui adopte plusieurs identités au cours de son périple, je dirais qu'il s'agit d'un voyage initiatique, certes motivé par l'amour, mais motivé surtout et avant tout par la quête de soi. Ce roman, selon moi est un véritable Bildungsroman.
J'aimerais revenir sur ce qui fait l'originalité du roman de Sonja Kourakine ; il y a tout d'abord le contexte dans lequel le récit est ancré, au croisement de plusieurs cultures, mais il y a aussi la manière dont Sonja a choisi d'introduire chaque chapitre ; en effet, au seuil de chaque passage, on nous présente ou les vertus d'une pierre précieuse ou la signification d'une carte de tarot, ou encore les propriétés d'un métal. Pour ma part, c'est quelque chose que je n'avais jamais rencontré ailleurs.
Le personnage principal est une femme, ce qui permet à Sonja d'aborder un thème qui revient souvent sur le devant de la scène littéraire ces derniers temps, puisqu'il s'agit de la condition des femmes.
Rébecca, qui évolue de décor en décor, nous permet de prendre l'ampleur de la place faite au sexe dit « faible » dans la communauté mormone.
C'est une condition que Rébecca récuse de façon viscérale, puisque bien que l'époque se déroule dans les années 1860, Rébecca a quelque chose de très moderne dans son attitude et ses actes de rébellion.
Si la femme apparaît comme inférieure à l'homme dans certains passages, elle est aussi dépeinte comme synonyme de puissance et de magie, et inspire le respect dans plus d'une communauté.
__________
Que dire d'autre ? La richesse des thèmes abordés fait écho à la richesse de la plume de l'auteure. Si vous aimez vous plonger dans des univers dans lesquels la frontière entre le réel et le rêve s'effrite, ce récit est fait pour vous. C'est un roman qui nous permet de suivre un parcours semé d'embûches, un roman dans lequel les rebondissements sont nombreux. Un roman qui m'a quelquefois fait l'effet d'un tourbillon, car je ne savais plus dans quelle contrée je me situais, ni à quel genre littéraire j'étais confrontée.
Finalement, il y a deux jeux du chat et de la souris qui s'opèrent dans la lecture : celui qui se joue entre Rébecca et l'homme dont elle est éprise, puisqu'ils vivent des amours contrariées, mais aussi un jeu de chat et de la souris entre l'auteure et ses lecteurs, qui peuvent, de temps à autre, se demander jusqu'où elle compte les emmener.
Sous le soleil de la lune, c'est une lecture que je ne saurais que trop chaudement vous recommander, si vous aimez la littérature, la vraie et que le surnaturel ne vous effraie pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Auroreaupaysdeslivres
  24 janvier 2021
😊 A la découverte de ☺️
Sous le soleil de la lune - tome 1: Rebecca de Sonja Kourakine
Auto-édité
Merci à l'auteure pour ce service presse.
Rebecca vit avec son père et sa belle-mère et subit la violence paternelle au quotidien. Pourtant à tout juste quatorze ans elle n'hésite pas à se rebeller contre cette autorité abusive qui impose aux femmes de vivre sous le joug des hommes. L'arrivée d'un homme blessé sur leurs terres va permettre à Rebecca de découvrir le monde au-delà de la communauté mormone. Elle va le cacher à sa famille et le soigner.
Cette rencontre va marquer un tournant dans la vie de Rebecca et enfin la libérer du joug de son austère communauté. Entre Allan et Rebecca, une solidarité mutuelle et une amitié est en train de naître.
Ils vont alors rejoindre les indiens Dakota où Rebecca va enfin se révéler à elle-même et devenir ce qu'elle a toujours été au fond d'elle-même.
Elle découvrira aussi l'amour, bien loin des préceptes austères des mormons.
J'ai particulièrement apprécié les légendes écossaises racontées par Allan pendant leur première fuite. J'ai toujours beaucoup aimé les livres qui nous plongent dans les légendes celtes, irlandaises ou écossaises.
À cela se mêle la découverte des coutumes indiennes, des pouvoirs des guérisseuses, des plantes et des pierres.
Cette histoire me rappelle un peu les thèmes développés dans la saga Les enfants de la Terre de Jean M. Auel. J'avais beaucoup aimé ces lectures et j'apprécie de retrouver un peu de cette ambiance dans ce livre.
On suit avec passion le destin de Rebecca qui va vivre des épreuves plus dures les unes que les autres mais qui en sortira grandie à chaque fois. Chaque épreuve lui apportera une nouvelle force, et son amour pour Allan la portera au-delà de ces tourments. Rebecca, devenue Wakanda, puis Dakota, Sorcha, une femme forte, une survivante.
Ce livre nous brosse la condition des femmes qui se retrouvent souvent sous le joug masculin. Objet de reproduction, de concupiscence, monnaie d'échange... On traverse la communauté des mormons, les tribus indiennes, les bordels et on y croise des destins féminins tragiques. Celles qui se rebellent ou qui affirment leur liberté sont soumises ou rejetées, leur indépendance fait peur aux hommes qui les considèrent comme des sorcières.
Ce livre est une véritable saga qui nous s'entraîne des vastes étendues de l'ouest américain aux collines verdoyantes de l'Ecosse! À la lecture, je m'imaginais découvrir un téléfilm tant les images me venaient naturellement. L'auteure sait nous plonger dans ses paysages et dans la destinée de son héroïne.
On est tenu en haleine par toutes ces aventures et mésaventures vécues par Rebecca et Allan. Finiront-ils par se retrouver et enfin vivre cet amour qui les anime tous les deux?
Une aventure épique et pleine de rebondissements, de l'amitié et une jolie romance contrariée tout au long du roman, un soupçon de sorcellerie, ce livre m'a vraiment beaucoup plu et je me suis régalée tout au long de ma lecture.
Pour retrouver le livre, c'est par ici https://www.amazon.fr/Sous-soleil-lune-Sonja-Kourakine-ebook/dp/B08LSMPWJ2
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Azrael54
  09 mars 2021
Bonsoir, ce soir, je vais vous conter une belle histoire que voici, "Sous le soleil de la lune" de Sonja KOURAKINE.
Merci Sonja de m'avoir confier la lecture de ton livre que j'ai adoré.
Résumé :
« Great Lake City, Utah, 1861. À presque quatorze ans, Rébecca Brightman est une jeune fille intrépide et courageuse. Elle se rebelle contre la sévère éducation de son père, pasteur tyrannique et violent, qui nourrit en secret un terrible projet pour elle. Derrière les brimades et les coups, elle rêve de découvrir le monde au-delà des barrières de sa communauté. Au détour d'une rencontre inespérée, elle voit sa vie prendre un nouveau tournant. Son avenir est sur le point de changer à jamais. le long chemin semé d'embûches sur lequel elle s'engage la mènera-t-il au bout de sa quête d'elle-même et sur la voie de l'amour? Réussira-t-elle à percer les mystères du pouvoir qui sommeille en elle, cette étrange différence qui la pousse à vouloir trouver la liberté ? »
L'héroïne, qui se prénomme Rebecca, vit avec son père, pasteur d'une communauté de Mormons et de sa belle-mère. On apprend ainsi dans le déroulé de son histoire que sa mère est morte à sa naissance. Son père l'éduque de manière violente en la battant sous n'importe quel prétexte.
Lorsqu'un jour un homme blessé, Allan, arrive chez elle et elle le cache dans l'écurie où son père va rarement et elle s'en occupe en le soignant et lui apportant le soir à manger en cachette, bien sûr.
Jour après jour, un lien d'amitié va se tisser entre l'adolescente Rebecca, de 13 ans, et le jeune Allan, de 25 ans. Ainsi, elle va apprendre qu'il existe d'autres personnes en dehors de sa communauté. Ceci nous apparaît « aberrant » avec nos yeux de 2021. Ils décident tous les deux de quitter la communauté et de rejoindre les indiens Dakotas parmi lesquels Allan, qui a déjà vécu avec eux, a des amis.
J'ai particulièrement apprécié les légendes écossaises racontées par Allan pendant leur première fuite. J'aime beaucoup les livres qui nous plongent dans les légendes celtes, irlandaises ou écossaises.
Mais aussi la découverte des coutumes indiennes, des pouvoirs des guérisseuses, des plantes et des pierres.
Elle va découvrir aussi l'amour, bien loin des préceptes austères des mormons.
Ce livre nous brosse la condition des femmes qui se retrouvent souvent sous le joug masculin. Objet de reproduction, de concupiscence, monnaie d'échange.... On traverse la communauté des mormons, les tribus indiennes, les bordels et on y croise des destins féminins tragiques. Celles qui se rebellent ou qui affirment leur liberté sont soumises ou rejetées, leur indépendance fait peur aux hommes qui les considèrent comme des sorcières.
Ce livre est une véritable saga qui nous s'entraîne des vastes étendues de l'ouest américain aux collines verdoyantes de l'Ecosse ! On est tenu en haleine par toutes ces aventures et mésaventures vécues par Rebecca et Allan.
La question que l'on peut se poser c'est celle-ci : Finiront-ils par se retrouver et enfin vivre cet amour qui les anime tous les deux ?
Une aventure épique et pleine de rebondissements, d'amitié et une jolie romance contrariée tout au long du roman, un peu de sorcellerie, ce livre m'a vraiment plu et je me suis régalé tout au long de ma lecture.
Il me tarde de pouvoir lire la suite pour savoir ce qui va se passer dans l'histoire de Rebecca et d'Allan car de nombreuses questions apparaissent à la fin de ce premier tome.
C'est un livre que je vous recommande de lire, c'est une ode à la liberté dans ces grandes étendues des Plaines Américaines et en même temps, un retour en Ecosse pays de leur origine familiale.
Bonne lecture et belle soirée. Bises livresques nocturnes. 😗📖🌝
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Melaniedesforges
  03 mars 2021
1. Ma lecture
A. Entre le roman et le conte…
La structure du roman est assez intéressante et te plonge vraiment dans l'histoire. Par moment, tu te trouves dans un roman pur et tu suis l'histoire de Rébecca mais à d'autres, le ton change et là… Et là, tu passes à un style de narration bien plus proche du conte. Que ce soit par le vocabulaire utilisé, la forme des phrases ou encore l'ambiance générale, tout y est. Et c'est assez sympa de passer de l'un à l'autre.
Tu te laisses porter par le récit et finalement, les pages s'enchainent les unes après les autres. Je ne suis pas du tout romance, et il faut bien avouer que l'histoire d'amour est omniprésente dans ce roman, mais pourtant, ce format conte m'a vraiment gardée plongée dans l'intrigue et j'ai fait défiler les pages avec une certaine rapidité qui m'a moi-même étonnée !
B. Qui a dit qu'il n'existait qu'un type de sorcière ?
Alors, oui, on peut qualifier ce bouquin de romance, mais finalement, ne parler que de ça serait ultra réducteur ! Parce qu'il y a plein d'autres aspects dans ce roman. Il y a tout d'abord le fantastique que l'on retrouve avec le thème de la sorcière. Ce que j'ai beaucoup aimé ici, c'est qu'on ne te parle pas d'une unique sorcière, celle que les puritains chassaient que l'on brûlait (ou pendait). Non, ici on te parle de toutes les sorcières : de celle présente dans nos contes, à la vision amérindienne en passant tout simplement par la féministe, celle qui n'a rien de magique si ce n'est un désir de liberté.
L'auteure t'offre vraiment un tableau assez diversifié des représentations que l'on peut retrouver de la sorcière et j'ai beaucoup aimé qu'elle ne reste pas cantonnée à un type unique.
C. Quand le Destin s'en mêle
Alors, bon, parlons maintenant de l'intrigue romantique, parce que cela reste quand même un pilier du Soleil de la Lune. Une vidéo sortira prochainement sur le sujet de la romance et on en reparlera plus en détail, mais un des critères du genre, c'est la Happy End. Il faut que ça se finisse bien entre les personnages. du coup, l'histoire est plus ou moins tracée, tu sais en commençant ton roman à quelle fin t'attendre, de toute façon, ça fait partie du contrat MAIS (ouais, je le mets en majuscule parce que c'est important), entre-temps, tu veux être surpris, tu veux avoir peur pour les personnages et même, pourquoi pas douter de cette Happy End.
Ici, tout cela est très bien joué ! Les péripéties te torturent et tu en éprouves une vraie sympathie pour les personnages. Il y a une vraie ambiance « un pas en avant et deux en arrière ! ». Dès que tu penses que ces amants maudits vont enfin pouvoir se retrouver, le
Destin s'en mêle et hop ! tout espoir est perdu.
Alors, peut-être que certains parleront de facilité scénaristiques ou je ne sais quelle connerie, mais ce n'est pas du tout comme ça que je l'ai perçu. Pour moi, les deux personnages principaux sont la représentation des amants maudits que l'on retrouve dans les grandes tragédies. Ils s'aiment mais le Destin, l'Univers ou tout ce que tu veux, se ligue contre eux. Ils n'ont aucun pouvoir face à cette force supérieur et qu'importent ce qu'ils feront, il y a une forme de Fatum.
2. L'après-lecture
Lorsque l'on referme ce roman, on n'est pas déçu, parce qu'il ne s'agit pas d'une romance de plus. Il y a de vraies intrigues secondaires développées et très bien exploitées, les personnages ne sont pas creux et n'existent pas uniquement pour servir l'intrigue… Bref, ces un très bon roman.
Je regretterais peut-être un peu la fin qui je trouve assez rapide et un peu trop cliché, pour le coup. OK, romance = Happy End, ça c'est bien rentré dans mon cerveau. Mais tout le long l'auteure a réussi à utiliser les codes de la romance tout en se différenciant et c'est un excellent travail. du coup, pour le final, je m'attendais à quelque chose de ce goût-là : Une Happy End, OK, mais une Happy End qui claque sa mère ! Bon, là, elle est mignonne tout plein, mais pas aussi révolutionnaire que le reste du roman.
3. PÉPITE OU PAS PÉPITE ?
Bon, alors qu'est-ce qui se passe lorsqu'une allergique à la romance lit ce bouquin ? Bah, ça crée une bonne surprise ! Très honnêtement, je ne vais pas me mettre à lire de la romance de moi-même, ça ne m'a pas créer un amour inconditionnel pour le love, mais par contre, j'ai vraiment apprécié ce livre.
Déjà, en partie parce que ce n'est pas que de la romance et pendant de long passage, on peut même carrément oublié que c'est le registre dans lequel veut s'inscrire l'auteure. Il y a tout un aspect historique et fantastique qui vient se mettre en avant. Il y a des intrigues secondaires, les personnages principaux sont attachants… Bref, c'est un livre qui, oui, est destiné aux fans du genre romantique, mais il peut également trouver son public auprès de néophytes du genre !
Lien : https://www.melaniedesforges..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
mariechrist67mariechrist67   13 février 2021
Aussi agile qu'une araignée, Rébecca rejoignit sa chambre. Cette nuit-là, elle ne parvint pas à trouver le sommeil. Son corps frissonnait, des battements tambourinaient dans ses tempes et son estomac était noué. Une intense chaleur lui parcourait le bas du ventre, une onde totalement inconnue, mais enivrante. Son coeur battait trop fort et elle avait du mal à respirer. La jeune fille avait à la fois envie de pleurer et de sourire. Jamais elle n'avait été triste et joyeuse en même temps. Que lui arrivait-il ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
devoreusedelivreschdevoreusedelivresch   08 novembre 2020
- Ce soir, lorsque la lune sera bien haute, je repenserai à tout ça. S'il y a bien une chose que mon père ne peut pas me prendre, ce sont mes rêveries !

Ce dernier s'appelait Thomas Brightman. Il régnait en maître sur la communauté dont il était devenu le pasteur. Il était dur, autoritaire, inflexible et n'hésitait pas à humilier ses filles et son épouse pour les ériger en exemple. Elles étaient les outils de sa suprématie, ses objets qu'il pouvait briser à volonté. Persuadé que Dieu li apparaissait régulièrement pour lui dicter ce qu'il devait ou dire pour les protéger de Satan, il mettait en exergue son patronyme avec orgueil. Il était l'homme de la lumière divine. Et elles, elles marchaient dans son ombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mariechrist67mariechrist67   19 février 2021
Le village renaissait de ses cendres chaque jour un peu plus, si bien que les habitants décidèrent d'appeler leur bourg "Ghealach" en hommage à la mère de Rébecca. Ce nom lui allait parfaitement, car il signifiait "lune" et lorsqu'elle était pleine, elle inondait tant la maison sur la falaise qu'elle semblait glisser jusqu'à la mer sur ses rayons. Quand elle n'était qu'un croissant, elle éclairait le village, la plage et terminait sa course lumineuse dans les flots. A croire que la lune avait trouvé en ces lieux un écrin qu'elle noyait de lueurs protectrices.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : indiensVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4028 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..