AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782845923102
250 pages
Presses du Châtelet (02/06/2010)
4.12/5   8 notes
Résumé :

« Comme lorsqu'on laisse la fenêtre ouverte et que l'air entre à sa guise, la méditation c'est tout ce que l'air apporte, c'est tout ce qu'est le vent. Mais si vous êtes aux aguets, si vous attendez que le vent s'engouffre par la fenêtre parce que vous l'avez ouverte, jamais le vent ne viendra.

Il faut qu'elle soit ouverte par amour, par affection, en toute liberté, et non pas dans l'attente de quelque chose. Et voilà ce qu'est cet état d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
  22 mai 2016
Dans cet ouvrage qui peut paraître difficile d'accès, un véritable cheminement intérieur se met en place, pour peu que le lecteur se concentre au fil des raisonnements. Quels sont les mécanismes de la peur, du plaisir, de la joie, etc., sous forme de dialogues tout au long. Un ouvrage qui mériterait d'être largement plus connu.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   07 octobre 2019
Le mouvement de la vie quotidienne se poursuit dans le sommeil parce que ce mouvement est empreint de contradiction, de désordre, de discorde. Et pendant le sommeil, par des rêves ou par d'autres moyens, le cerveau s'efforce de mettre de l'ordre dans son propre chaos. Mais si vous maintenez l'ordre pendant la journée, point n'est besoin de le faire pendant le sommeil. Alors le cerveau est reposé, dispos, tranquille, calme.

Mettez fin au problème au moment où il surgit, sans le reporter au lendemain ou même à la minute suivante - mettez-y fin ! Quelqu'un vous a trompé, a dit de vous des méchancetés. Regardez la chose en face, mais n'en prenez pas la charge, ne la portez pas comme un fardeau. Mettez-y fin au moment même où les paroles sont prononcées et non plus tard.

Le désordre est un état de névrose et finit dans le déséquilibre psychique. L'ordre exige que chaque problème soit liquidé dès l'instant où il prend naissance, et par conséquent le mouvement de la journée prend fin avant la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
DanieljeanDanieljean   22 mai 2016
« Je suis quelque chose », « Je veux m’accomplir », « Je veux devenir », « J’ai foi en mes opinions », « Voici le chemin à suivre », « J’appartiens à telle secte particulière ». Dès l’instant où vous prenez position, vous vous êtes retranché et êtes par conséquent devenu incapable de voir le processus dans son entier.
Commenter  J’apprécie          130
JacopoJacopo   19 décembre 2017
Dans un monde où règnent la plus extrême violence et la plus extrême confusion, où surgissent toutes les révoltes et où on donne à ces révoltes des explications par milliers, on espère toujours voir paraître une réforme sociale, des réalités autres, et pour l'être humain une plus grande liberté. La violence sévit dans tous les pays, sous tous les climats, sous l'étendard de la paix ; au nom de la vérité s'étalent l'exploitation, la misère de millions d'affamés. D'implacables tyrannies étouffent toute liberté, partout règne une immense injustice sociale. Il y a la guerre, la conscription et la fuite
devant la conscription. En vérité, la confusion est immense et la violence effroyable. La haine trouve une justification, toutes les évasions sont acceptées comme faisant partie de la vie normale. On prend conscience de tout ceci, on se sent perdu, incertain sur ce qu'il y a lieu de faire, de penser, du rôle qu'il s'agit de jouer. Que faire? Se joindre aux activités des gens « engagés » ou se réfugier dans un quelconque isolement intérieur? Retourner aux anciennes idées religieuses, lancer une nouvelle secte,
ou continuer à se laisser guider par ses préférences personnelles ou ses vieux préjugés. Voyant tout cela, on ressent naturellement le désir de savoir par soi-même ce qu'il y a lieu de faire, de penser, comment vivre une autre vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JacopoJacopo   02 février 2018
Apprendre à se connaître : nous en avons parlé également, cela implique un mouvement non accumulatif. Quand il y a accumulation il n'y a plus de mouvement. Si la rivière se perd dans un lac, son courant s'y perd aussi. Il n'y a en elle de mouvement que lorsqu'elle coule, lorsque son courant est vigoureux. Apprendre à connaître, voilà ce que cela implique : apprendre non seulement les choses extérieures et scientifiques, mais surtout apprendre à se connaître soi-même parce que « soi-même » est une chose dynamique, subtile, qui change d'instant en instant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PlatonLIVEPlatonLIVE   10 mai 2021
Toute action partant d'une conclusion est fragmentaire parce qu'elle nous empêche d'apprendre à connaître. Vous avez commencé à connaître mais dès que vous en tirez une conclusion vous tombez dans la fragmentation. Apprendre n'est pas une méthode ; vous pouvez apprendre au moyen d'une méthode mais elle ne fait que conditionner votre esprit dans le cadre de son système. Si vous apprenez vraiment vous observez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jiddu Krishnamurti (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jiddu Krishnamurti

Isabelle Clerc présente "L’esprit de création" de Jiddu Krishnamurti
Ce que nous sommes compose la société. Techniquement, nous sommes prodigieusement avancés, mais moralement, spirituellement, nous sommes très en retard. le progrès technique extraordinaire ...
autres livres classés : connaissance de soiVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1608 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre