AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicolas Martin-Granel (Éditeur scientifique)Greta Rodriguez-Antoniotti (Éditeur scientifique)
EAN : 9782909571591
784 pages
Éditeur : Revue noire éd. (01/06/2005)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :

Tu dis un mot sale José : Mourir. Au moment où j'écris un truc qui s'appelle La Peur de Crever la Vie. Je tiens à te répéter qu'on ne meurt pas. On s'arrête de respirer. Et encore ! Si je n'étais sûr de ces choses, je ne t'en dirais rien. On ne les trouve pas avec les papes ou les sermons. On les trouve dans la bruit de sa respiration ; dans l'odeur de son cul. La joie de savoir. Et de savoir violemment - la pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
wellibus2
  02 avril 2016
Le premier volume, consacré à la correspondance de Sony-Labou-Tansi avec José Pivin, de 1973 à 1976, et avec Françoise Ligier, de 1973 à 1983, est une extraordinaire introduction à l'ensemble de l'oeuvre de l'écrivain. Toute une philosophie de l'écriture et de la vie – ces deux termes ne sont pas loin d'être synonymes pour Sony-Labou-Tansi - anime ces lettres envoyées aux deux personnes qui l'ont accueilli en France, lors d'un séjour organisé en été 1973 pour les besoins d'un feuilleton radiophonique présentant les réactions d'un jeune Africain se rendant pour la première fois en France. Ce séjour estival dans le Midi chez Françoise Ligier, et en Bretagne chez José Pivin, joue le rôle de référent vital pour l'écriture :
« À quel point je les revois : la pendule, les chaises, le chat, Lala, tous. Dagot. Les murs. La photo. C'est étourdissant vois-tu ? C'est assassinant la belle douleur de manquer tout ça. St-Leu. Je me suis cloué des trucs que j'aime violemment. Tous ces mots ; c'est des morceaux de moi ; ça ne tombe pas ; ça ne reste pas. Jeu de cellules. C'est vivant José ces mots-ci. Sont pas morts. C'est des guirlandes d'anguille ; tous vivants. Ça m'ajoute. J'écris avec la photo sous les yeux » (vol. I, p. 34).
Les lettres qu'envoie Sony-Labou-Tansi sont de redoutables forces d'appel à la vie. Il écrit à ses correspondants au nom d'une expérience partagée qui les lie à lui, en dépit de leurs silences parfois prolongés que Sony se refuse obstinément de comprendre.
Sony-Labou-Tansi a passé sa vie à lutter contre l'inertie des mots. Ce combat était pour lui pleinement politique. Lui, le jeune Congolais encore inconnu au début des années 1970, ne ménage pas ses correspondants lorsqu'il surprend chez eux des propos attendus ou conventionnels, lorsque leur langue tourne au slogan, lorsqu'ils « cèdent à leur gueule ». Sony est toujours pleinement présent dans ce qu'il écrit, c'est la condition de son écriture, il ne fait aucune concession à ce qui n'est pas lui. Ce moi depuis lequel écrit Sony n'est certainement pas la petite personne que le système social voudrait profiler (l'Africain, le professeur, ou, pire, l'intellectuel…) mais un conglomérat de viande et de mots, un mixte de chair et d'émotions qui cherche à crier son expérience unique du monde.
Un véritable écrivain se reconnaît au fait que ceux qui ont rencontré son oeuvre deviennent des initiés, qui sauront se battre contre les grands déterminismes éditoriaux pour la faire vivre envers et contre tout. La publication de trois livres d'inédits de Sony-Labou-Tansi, dix ans après la mort de l'écrivain congolais, est le signe que cette oeuvre est encore active, qu'elle commence à peine à parler au monde. Un volume de correspondance, trois recueils de poésie et un roman, voilà la matière de ces trois livres édités par Nicolas-Martin-Granel et Greta-Rodriguez-Antoniotti
On comprend que ces trois livres ne sont pas des compartiments supplémentaires dans l'oeuvre publiée de S. Labou Tansi, mais vont directement au coeur de cette oeuvre. On sait que le cloisonnement de la littérature en genres littéraires distincts a peu de pertinence à ses yeux. On pourrait aller plus loin et se demander si l'idée même de littérature a un sens. Seule l'écriture pour lui compte, et celle-ci absorbe tout. Une écriture gratuite, paresseuse ou lâche est pour lui proprement scandaleuse, elle participe de la mise à mort du monde, contre laquelle il se bat.
Écrire est un acte politique, tout comme respirer, pour celui qui a compris qu'il n'est limité par aucune possession, et surtout pas par des idées. Sony Labou Tansi n'en veut pas aux idées mais à ceux qui s'imaginent les posséder. Les mots, au contraire, sont à la disposition de tous, ils ouvrent à la démesure, ils sont les molécules d'air de l'écrivain.
https://etudesafricaines.revues.org
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
wellibus2wellibus2   02 avril 2016
Tu comprends. L'Indépendance de la France. Oh mon Dieu. L'Indépendance ça se mesure par ce qu'on est capable d'en distribuer.
Et c'est malheureusement vrai.
Commenter  J’apprécie          90
wellibus2wellibus2   02 avril 2016
L’Afrique c’est pourri. Fini. On ne peut plus la trouver qu’au Sahara, entre deux dunes. Ici, ça pue. La délinquance idéologique. Avec des chefs d’État encombrants. Avec des nations encombrantes. Le colonialisme était à vrai dire un truc à retardement.
Commenter  J’apprécie          10
wellibus2wellibus2   02 avril 2016
Quand le nombre de ceux qui ont faim va augmenter, je suis sûr qu'ils auront envie de brouter ceux qui mangent.
Et ça sera la nouvelle polarisation de la moralité.
On ne pourra pas accepter de crever de faim à cause de la vertu ; on trouvera une vertu de compromis ou nue vertu compromise.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Sony Labou Tansi (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sony Labou Tansi
Extrait de «Je, soussigné cardiaque», de Sony Labou Tansi (Congo)
Metteure en scène : Catherine Boskowitz. Lu par Marcel Mankita, Eddie Chignara, Mireille Roussel, François Raffenaud, Gustave Akakpo, Bertrand Amiel (artiste bruiteur).
Extrait issus des lectures RFI «Ça va, ça va, le Monde !», du 16 au 21 juillet, de 11h30 à 12h30, dans le jardin du gymnase du lycée Saint-Joseph à Avignon. Un cycle de lecture coordonné par Pascal Paradou, dirigé par Catherine Boskowitz, avec le soutien de la SACD.
autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
266 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre