AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782764810552
Éditeur : Libre Expression (21/09/2015)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Montréal, 1894. Anne Alarie, seize ans, débarque dans la métropole afin d’entamer des études en musique à l’Institut Nazareth. Aveugle depuis l’enfance, la fille du ramancheur de Saint-Léon-le-Grand se retrouve loin du cocon familial, et son arrivée dans ce nouvel environnement ne se fera pas sans heurt ; la vie au pensionnat, l’enseignement des religieuses, les amitiés féminines et les premiers émois amoureux baliseront ce passage vers l’âge adulte et la métamorpho... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   04 octobre 2015
Dès le premier cours de musique, la patience d’Anne avait été mise à rude épreuve. Sœur Beauchemin lui avait alors laissé entendre que, pour suivre les leçons de piano, Anne était tenue au préalable de s’approprier la notation musicale en braille, les notions de solfège, de dictée musicale, en plus de la théorie. Selon la religieuse, on ne touchait pas à un instrument avant de savoir lire la musique, lire avec les doigts, bien entendu. Toute une année devrait être consacrée à la maîtrise de ces apprentissages, une attente inconcevable pour l’adolescente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   04 octobre 2015
L’opinion publique associait la vie de l’aveugle à la tristesse et à l’ennui. À Nazareth, on n’avait qu’à se pointer dans la cour arrière à l’heure de la récréation pour constater la turbulence des enfants et leur joie de vivre.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   04 octobre 2015
Synonyme de répit, de halte, de découverte, jouer du piano lui procurait son plus agréable divertissement, sa plus grande satisfaction. Laisser courir ses doigts sur un clavier lui donnait une impression de liberté.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   04 octobre 2015
La théorie ne la rebutait pas à la condition de continuer sa formation pratique. Le piano, c’était sa lumière, sa raison d’être.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   04 octobre 2015
Que l’élève fût aveugle ou demi-voyant ne changeait rien aux exigences. Anne aimerait cette façon d’être traitée… sans pitié.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : enseignementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyageurs

Pour lui la mer Rouge n'avait plus de secrets :

Henry de Monfreid
Jules Verne
Jack London

10 questions
41 lecteurs ont répondu
Thèmes : voyages , écrivainCréer un quiz sur ce livre