AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Combat ordinaire tome 0 sur 5
EAN : 9782205062366
232 pages
Dargaud (03/12/2010)
4.5/5   285 notes
Résumé :
Marco, jeune photographe de guerre, écœuré par la vision de trop d'horreurs, se retire du monde avec son chat pour essayer de se reconstruire. Sur cette simple trame, Manu Larcenet tisse l'une des plus belles pages de la bande dessinée des dix dernières années, une réflexion unique sur le passage à l'âge adulte, l'acceptation de soi et notre rapport au monde. Le livre est accompagné d'un DVD, un portrait de Manu Larcenet totalement inédit, avec la participation exce... >Voir plus
Que lire après Le combat ordinaire, IntégraleVoir plus
Le retour à la terre, Tome 1 : La Vraie Vie par Ferri

Le retour à la terre

Jean-Yves Ferri

3.99★ (11919)

6 tomes

Lupus - l'Intégrale par Peeters

Lupus

Frederik Peeters

4.22★ (811)

5 tomes

Richard, tome 1 : Richard et les quasars par Trondheim

Richard

Lewis Trondheim

3.55★ (104)

5 tomes

Le photographe, Intégrale par Guibert

Le Photographe

Emmanuel Guibert

4.60★ (2871)

4 tomes

Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,5

sur 285 notes
5
19 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
La construction de mon identité de lecteur bdéique (je sais pas si il y a un adjectif, alors comme d'habitude, je tente d'innover) c'est d'abord faite dans les rayons de supermarché pendant que mes parents faisaient les courses : Tintin, Asterix, L'agent 212 mais aussi les Rubriques à Brac de Gotlib (plus facile à arrêter quand les parents reviennent). Elle s'est poursuivie avec mon cousin et ses collections de X-Men ou Spider Man (et aussi en fouillant le grenier du grand-père, en retrouvant des vieilles BD du genre Rodéo qu'avaient du lire mon père). En parrallèle, les intégrales des "journal de Mickey" et des "journal de Tintin".
Aujourd'hui, je continue la route, commençant à fureter du côté des mangas... et des BD adultes (ne craignez rien, pas dans les - de 18 ans hein) dont les thèmes m'auraient parus si banals étant jeunes.

Comme la science-fiction ou la fantasy, la BD a longtemps fait partie pour moi des genres qui permettent de s'évader... Or ici on plonge totalement dans le combat ordinaire qui donne son titre à l'ouvrage. Pourtant l'expérience est extraordinaire. C'est ma première BD de Manu Larcenet alors tant qu'à faire j'ai choisi celle qui a reçu le Fauve d'Or, moins de chances de se tromper. Beaucoup de sensibilité dans ces pages, de l'humour du quotidien, de celui des piques qu'on échange avec son frère ou sa compagne. de l'émotion face aux peines mais aussi aux petites joies du quotidien. La dépression, les licenciements, la guerre d'Algérie, le deuil, autant de sujets qui traversent la vie du héros. Mais aussi l'amour, la parentalité, la photographie.

Parlons-en de la photo, quel talent graphique pour retranscrire régulièrement en dessin le travail photo du personnage principal. du talent aussi pour installer les atmosphères des lieux, que ce soit la ville, la campagne, les chantiers navals mais aussi les saisons avec la nature enneigée ou printanière. le dessin est simple mais très évocateur, les émotions des personnages passent par un travail tout en épure sur le visage et les yeux mais qui parvient totalement à retranscrire et transmettre le message. Les textes savent se faire poétiques et militants mais revenir aussi à la simplicité d'un dialogue du quotidien et laissent aussi la place à des silences magnifiques.

Bref on engage volontiers le soldat Larcenet pour affronter avec lui nos combats ordinaires, puisqu'avec une oeuvre si proche de la chair de ces hommes et de ces femmes, c'est aussi nos propres blessures qu'on vient scruter et chercher à panser.
Commenter  J’apprécie          4710
Manu Larcenet nous parle de nos vies avec un regard d'une humanité magnifique. On est tous un peu de ce Marco là. On y trouve beaucoup de sujets qui nous interpellent, nous parlent font écho avec nos doutes, nos peurs, nos colères. On retrouve aussi la «patte » Larcenet et ces dessins reconnaissables entre mille. C'est brillant, touchant, ça pose un regard pas joyeux sur notre société, mais en est le reflet réel pour la plupart d'entre nous. Magnifique, droit au coeur.
Commenter  J’apprécie          470
C'est une oeuvre forte sur la vie.
Pas de grandiloquence ici, mais la vie ordinaire faite de joies, de déprime, de désillusion, de petits riens.
J'ajouterais aux autres critiques élogieuses et méritées que ce qui m'a frappé ce sont les silences.
Les discours ne sont pas longs, mais parfois forts. Manu a l'intelligence de laisser des cases que je qualifierais de contemplatives juste après ces moments là.
Ce sont ces cases-là qui en disent le plus.

Le trait est brouillon et cela s'accorde très bien à l'histoire. Les dialogues sont courts

Je le relirais, car il fait partie des livres qui je le sens prennent un nouveau sens à différentes époques de la vie.
Commenter  J’apprécie          130
J'ai d'abord été touché par la sincérité et l'émotion qui se dégage de cette série et de son personnage principal Marco. C'est une véritable série autobiographique qui a fait atteindre des sommets à la bande dessinée dans ce qu'il y a de plus beau. Un véritable ancrage dans notre époque dont la retranscription est une pure réussite comme peu d'auteurs savent le faire.

J'ai trouvé le dessin plutôt « basique » à ma première lecture : c'est le point faible de cette série. On s'y habitue cependant car les mimiques sont soigneusement retranscrites. A la longue, on peut même y trouver un certain charme.

Les réelles qualités du propos font que j'ai un avis très favorable sur cette série «intimiste » primée à Angoulême et qui remporte un franc succès mérité. Loin de m'identifier au héros, le genre « bobo » cool, j'apprécie le personnage un peu névrosé et maladroit à la recherche du bonheur. Les sujets traités renvoient à notre vie quotidienne et on réfléchit à ce qu'on ferait à sa place.

Marco va traverser des tempêtes intimes: sa relation sentimentale avec Emilie si profondément ancrée dans ses désirs, ses choix professionnels dans le monde de l'art, l'amitié malgré les secousses politiques, la mort du père ainsi que sa propre paternité, sa relation complice avec son frère.

Cette lecture a été un moment rare de pur bonheur. C'est assez rare pour le souligner. Une oeuvre incontournable qui doit figurer dans toute bédéthèque qui se respecte ! Mieux: un chef d'oeuvre qui est une éblouissante exploration de l'âme humaine à la fois drôle et intelligente!

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 5/5 – Note Globale : 4.5/5
Commenter  J’apprécie          70
Un combat pour vivre dans un monde où les hommes évoluent en rejetant ou en s'appuyant sur le passé, en essayant de garder un peu d'espoir pour l'avenir, le leur et celui de leurs enfants. le livre est curieux, pas très gai ni optimiste … et pourtant dans cette ambiance morose, on trouve quelques moments d'espoir plutôt dans un contexte familial et des plaisirs simples qu'à travers une aventure collective. Superbes dessins avec des styles différents selon les situations. Dans les séries de BD comme celle-là, l'intérêt se perd parfois au fil des tomes. Ici c'est l'inverse et je trouve la fin beaucoup plus intéressante que le début.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Ma fille est formidable. Elle et moi avons eu plus ou moins deux ans de tendre méfiance mutuelle, jusqu'à ce qu'elle commence à parler, brusquement. J'ai alors découvert l'étendue vertigineuse de sa soif d'information et sa volonté obstinée à s'adapter. Si je devais intégrer autant de découvertes révolutionnaires en si peu de temps, je deviendrais fou. Car le monde n'a rien de logique! Il est truffé de subtilités, de pièges, de fausses pistes, si bien qu'il fait être tenace et en veille permanente pour en suivre le flot. Dans son sillage, ma fille me contraint à tout repenser sous des angles forcement différents. Forte de sa minuscule vie, elle m'éduque. Je lui voue un authentique respect, bien distinct de l'affection instinctive qu'elle m'inspire.
Commenter  J’apprécie          60
Envisager d'être père c'est non seulement se résigner à l'idée de sa propre mort... mais c'est aussi renoncer à sa vie d'homme faillible pour devenir un fantasme qui n'aura droit qu'à l'erreur.
Commenter  J’apprécie          232
J'ai longtemps confondu l'artiste et son œuvre... Ce n'est que grâce à la psychanalyse, par étapes successives, que j'ai vaguement pu dissocier les deux : on peut être un grand artiste et un sale con... On peut faire des choses très belles en étant soi-même assez moche. On peut saisir toute la beauté du monde sur du papier mais n'en jamais faire partie... C'est étrange : comment peut-on être à ce point dépassé par ce qu'on fait ?
Mais si l'œuvre est meilleure que l'artiste, pourquoi ne l'améliore-t-elle pas ? La main frôle le divin quand les pieds pataugent dans la médiocrité. Que l'on préfère l'un ou l'autre, le messager et le message ne se fondent peut-être jamais... Mon boucher est un bonhomme abominable, mais son jambon est un pur moment de bonheur... L'art et la charcuterie...
Commenter  J’apprécie          40
- Donc alors, toi, t'es le genre de papa à offrir un animal vivant à sa fille pour évacuer à Bon compte une probable culpabilité due à une longue absence?
- Ouais !
- Et bien sûr, comme un père prévoyant, tu l'as fait tatouer, stériliser, désinfecter et vacciner...
- Ah nan!
- La prévoyance, c'est ton domaine.
- Jamais je ne me permettrais d'empiéter sur tes prérogatives! Dieu m'en préserve! Moi, je suis juste le genre à offrir des chatons...
Commenter  J’apprécie          50
Alors tout le monde se sent pousser des opinions ... c'est qu'on se sent concerné quand on a des opinions ... on se donne l'illusion de la lutte parce que c'est à la mode, çà fait "citoyen". Mais ce sont des luttes bon marché qui permettent de rentrer à la maison à l'heure du vingt heures... Des combats qui se résument à évoquer qui Jaurès qui De Gaulle au dîner, entre les raviolis et le caprice des dieux avant d'aller glisser mollement son bulletin dans l'urne.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Manu Larcenet (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manu Larcenet
Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/
N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie.
Imaginez un artiste, quel qu'il soit, qui soudain n'a plus de désir. le trou noir sur la page blanche ! Que faire ? D'où vient l'inspiration ? Comment la retrouver ? Réponse avec une bande dessinée jubilatoire !
« Thérapie de groupe » de Manu Larcenet, une BD indispensable parue chez Dargaud.
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (561) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5163 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}