AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782020115520
320 pages
Seuil (08/02/1990)
3.91/5   35 notes
Résumé :
Nouvelle histoire de la France médiévale

"Ces siècles, de la mort de Childéric à l'avènement des Pipinnides, ont vu la Gaule, entité restée homogène même au temps de l'intégration dans le grand Empire romain, se muer, peu à peu, grâce à la conquête franque, en une Francia, mère aussi bien de l'Allemagne et des petits États médians que de la France d'aujourd'hui. Or, telle qu'elle apparaît à la lumière des découvertes archéologiques ou à la relecture d... >Voir plus
Que lire après Nouvelle histoire de la France médiévale (1) Les origines franques, Ve-IXe siècleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Alors que la tentation est grande de chercher les racines réelles et fantasmées des Français, la lecture de cet ouvrage a le mérite de nous enseigner une première humilité et de reconnaître la situation complexe de ces siècles d'invasion, de migration et de conquête. Stéphane Lebecq nous renseigne abondamment sur le haut Moyen Âge, sur la mutation de l'Empire romain et la création d'une multitude de petits États et royaumes qui imprègnent l'histoire européenne. La relecture des textes, les découvertes archéologiques et la bibliographie renouvelée permettent à cette Nouvelle Histoire de la France médiévale de nous éclairer avec érudition.
Commenter  J’apprécie          40
La référence sur l'époque franque. Indispensable à tous ceux qui s'intéressent à cette période de notre histoire.
Commenter  J’apprécie          21
Les origines franques de la France, un livre instructif...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Le recrutement des comtes, pour autant qu'on puisse le saisir, est tout à fait éclairant : sur 43 noms recensés au sud de la Loire au cours du VIe siècle, 27 sont assurément gallo-romains; et sur 12 connus au nord, 9 sont barbares. Certes, il pouvait s'agir dans ce dernier cas de Gallo-Romains que de nouvelles modes onomastiques avaient dotés de noms germaniques : mais, dans tous les cas, on constate que les souverains francs jouèrent la carte de la collaboration avec les élites locales, et que celles-ci se prêtèrent volontiers au jeu. Leur ralliement, sans doute encouragé par l'épiscopat, ne fut l'affaire que de quelques décennies ; du reste les rois ne se voulaient-ils pas les délégués, voire les continuateurs, des anciens empereurs ? Et qu'eussent-ils pu faire sans l'aide, comme relais de leur autorité dans les cités et les pagi, de leurs sujets gallo-romains, quand on sait grâce à l'archéologie que, sauf au nord de la Somme et, à moindre degré, entre Somme et Seine, l'implantation de troupes d'occupation franques a été dérisoire ? Seules quelques nécropoles, comme Vicq dans les Yvelines, comme Herpes et Biron en Saintonge, comme Brèves et Hauteroche, sur les plateaux sud-orientaux du bassin de Paris, comme Bâle-Bernerring, sur le grand coude du Rhin aux confins de l'Alémanie et de la Burgondie, comme Audincourt et Dampierre dans la vallée du Doubs, comme Genlis, Charnay et Chaussin dans la plaine de la Saône, paraissent pouvoir imputé à des groupes de guerriers francs, auxquels étaient éventuellement accrochés des éléments allogènes. Le pays dans l'ensemble, surtout les territoires conquis sur les Wisigoths et les Burgondes, restait profondément marqué par l'empreinte de Rome.

896 - [Points Histoire n°201 p. 68-69]
Commenter  J’apprécie          70
Sans qu'il soit possible d'imposer une très aléatoire statistique, on peut avancer que l'ager, espace cultivé, ou plus généralement humanisé, n'atteignait pas la moitié de ce qu'il est aujourd'hui. Le reste était tout entier livré à la pression des conditions naturelles : au nord, les raz de marée de la "seconde transgression dunkerquoise", la plus importante des temps historiques, qui, entre le IVe et le VIIIe siècle, entama l'homogénéité de l'ancien cordon littoral ; dans les Alpes, une probable extension des glaciers, repérée à partir du Ve siècle dans l'Oberland bernois ; et, partout, une sensible détérioration du climat, qui, jusqu'au début du VIIe siècle, fut marqué par la fraîcheur et par l'humidité.
Celles-ci étaient plutôt favorable au développement de l'arbre, singulièrement aux feuillus - chênes, hêtres -, qui dominaient au nord ; mais aussi aux résineux - pin, sapins, épicéas -, qui gagnèrent du terrain en Aquitaine, en Languedoc, ou encore dans des massifs montagneux comme le Jura.

893 - [Points Histoire n°201, p. 19]
Commenter  J’apprécie          107
... la forêt s'étendait ailleurs en de véritables rubans-frontières, semblables à ce murus nativus que César avait jadis reconnu entre les territoires suève et chamave, et qui bornant souvent le territoire des cités gallo-romaines et de leurs héritiers territoriaux, les diocèses de la toute jeune Eglise chrétienne, allaient longtemps encore matérialiser les frontières des royaumes barbares : ainsi la Forêt Charbonnière, qui faisait écran entre les diocèses de Cambrai et de Tongres, sépara-t-elle la Neustrie de l'Austrasie; ainsi la forêt vosgienne, frontière entre les diocèses de Toul et de Besançon, sépara-t-elle la Neustrie de la Burgondie...

895 - [Points Histoire n°201, p. 19-20]
Commenter  J’apprécie          70

Dans la catégorie : De 486 à 987Voir plus
>Histoire de France>France : histoire>De 486 à 987 (25)
autres livres classés : mérovingiensVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (136) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3171 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}