AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782810439539
384 pages
Editions Prisma (02/05/2024)
4.45/5   31 notes
Résumé :
Une comédie romantique drôle et émouvante pour parler d'un sujet profond

Clarence est une jeune cadre dynamique brillante, qui ne vit que pour son boulot. Son entreprise opportunément nommée Dépression & Cie, travaille en secret à la solde de grands laboratoires pharmaceutiques pour pousser les gens à consommer plus de psychotropes. Très ambitieuse et cynique, Clarence voit une magnifique opportunité de promotion quand atterrit sur son bureau le doss... >Voir plus
Que lire après Faut-il être fleur bleue pour voir la vie en rose ?Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
4,45

sur 31 notes
5
16 avis
4
8 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
" Chaque jour, je me demande déjà si je passerai le suivant, mais c'est comme ça : la vie est sans pitié. Elle s'en fout qu'on soit heureux, malheureux, malades, en bonne santé. La vie, elle prend. C'est tout. Elle n'a pas d'yeux. Elle est aveugle et sourde à toutes nos requêtes, même les plus sincères et profondes. Elle s'en moque. Tout ce qui l'intéresse, c'est de nous détruire toujours un peu plus jusqu'à ce qu'un beau jour, on n'en puisse plus. "

&#xNaN Mon avis &#xNaN

Ce roman traite le sujet de la dépression d'un point de vue étonnant. C'est dur, on se rend compte que l'être le plus souriant, tout comme l'être le plus sombre, peut souffrir en silence. Pourtant, cette histoire est loin d'être pesante puisqu'elle est remplie d'un humour que je juge décalé et surtout, c'est beau.

Nous entrons dans l'histoire de Clarence, une jeune femme qui a souffert et qui ne juge plus que par son travail. Elle est une cadre dynamique brillante, qui ne vit que pour son boulot. Son entreprise nommée Dépression & Cie, travaille en secret à la solde de grands laboratoires pharmaceutiques pour pousser les gens à consommer plus de psychotropes. Clarence voit une belle opportunité quand atterrit sur son bureau le dossier d'Étienne, un modeste fleuriste très heureux dans la vie. Sa mission : en toute simplicité, le pousser à déprimer.

Clarence est cynique. La Grumpy de l'histoire, c'est elle. Ce que j'ai trouvé rafraichissant. Pour une fois, c'est la femme qui a un caractère et un humour sombre. Même si elle est froide, intéressée, j'ai réussi à m'attacher à elle. J'ai souri plus d'une fois face à son cynisme. Elle est un personnage bien plus complexe qu'on l'imagine.

À l'inverse, Etienne est un rayon de soleil qui serait presque facile d'avoir. Il a une belle personnalité. Il offre à Clarence une stabilité. Ils se sont bien trouvés. Qui mieux que deux êtres blessés peut se comprendre aussi bien ?

La touche Fake Dating est sympa. le repas de famille est tordant et la réaction d'Étienne magique.
Commenter  J’apprécie          00
À nouveau, je remercie Théo pour sa confiance lorsqu'il m'a proposé de lire en avant-première son dernier roman. J'ai passé un bon moment lecture avec ce qui semble être de prime abord une comédie romantique, mais qui garde en son coeur un secret qui rend cette histoire bien plus profonde qu'une simple histoire d'amour et qui la rend bien plus touchante lorsqu'on se rend compte du message véhiculé.

J'ai pris plaisir à retrouver la plume fluide et additive de Théo. Je ne suis pas une grande lectrice numérique, mais j'ai eu la belle surprise de faire dérouler les pages de ce roman avec beaucoup de facilité et de ne pas voir le temps passer en compagnie de personnages à la fois atypique et touchant.

Nous faisons la connaissance de Clarence, une cadre qui ne vit que pour son travail. Faire sombrer les gens dans la dépression afin de faire exploser les quotas, c'est sa plus grande passion. de prime abord, elle apparait comme un personnage détestable. Elle ne mâche pas ses mots, et n'hésite pas à enfoncer les gens plus bas que terre. Elle a une vision très négative du monde et elle ne supporte pas les personnes joyeuses dans son entourage. Sa nouvelle mission s'appelle Étienne, un homme dont rien ne semble entacher sa bonne humeur et sa joie. Autant dire que pour une femme aussi déterminée qu'elle, Étienne est un défi de taille et à sa mesure. Lorsqu'elle réussira à le faire plonger en dépression, les grandes portes de sa carrière s'ouvriront devant elle.

J'ai adoré la façon dont Théo nous montre ses personnages en façade. Pendant les premières pages, il nous les présente comme deux inconnus qu'on rencontre et dont on ne sait absolument rien. Et au fil du temps qu'on passe en leur compagnie, la vérité surgit. le doux sourire d'Étienne se transforme en masque pour cacher sa douleur. La dureté de Clarence dissimule un personnage que la vie a brisé... Les apparences ont la vie rude, et par ce biais, nous avons un rappel que derrière un "ça va", il y a aussi des "non, ça ne va pas" dissimulés.

Étienne et Clarence sont deux êtres brisés qui mettent de côté leurs traumatismes, leurs douleurs, et leurs angoisses pour pouvoir avancer. Leur rencontre est basée sur un mensonge et sur de la manipulation, mais le temps qu'ils vont passer ensemble va faire ressurgir la vérité. Et honnêtement, je ne m'attendais pas à ce que l'un et l'autre dissimulent autant de souffrance. Leur passé est diamétralement différent, et pourtant, leurs blessures sont profondes. Aux côtés d'Étienne, l'armure de Clarence se fendille petit à petit et faire ressortir une femme touchante qui ne demande qu'à s'épanouir et à trouver sa place dans le monde.

Leur relation va s'installer progressivement de manière délicate et touchante. C'est fragile entre eux, et pour cause, leurs traumatismes vont représenter un frein. L'un comme l'autre, ils ne sont pas prêts à s'engager sentimentalement tant qu'ils n'auront pas surmonté ce qui les hante encore. Très honnêtement, c'est un des éléments qui m'a plu le plus dans cette histoire : la psychologie des personnages est bien travaillée, elle est percutante. C'est ce qui permet l'évolution des personnages et leur développement tout au long du récit.

Au beau milieu de toute cette romance, on a un maître mot qui s'appelle "dépression" et qui revêt diverses apparences. Selon les individus, elle se manifeste de différentes manières : l'alcoolisme, une perception altérée de la réalité... Mais son but est le même : maintenir les gens dans un état de déprime, ou leur faire perdre la capacité à éprouver du plaisir / de l'intérêt. N'ayant jamais souffert de cette maladie, je ne peux pas comprendre ce que les personnes touchées par ce mal vivent exactement, mais j'ai à coeur de croire Théo à travers cette histoire.

J'ai été surprise par certaines révélations de grandes ampleurs qu'il instaure dans son histoire. Honnêtement, je m'attendais à beaucoup de choses, mais pas à ça ! Autant vous avouer que j'ai dévoré le dernier quart de ce roman parce que je me trouvais en plein dans le coeur de ce récit, et je voulais absolument en connaître le fin mot.

Faut-il est être fleur bleue pour voir la vie en rose ? est un roman plein de surprise qui touche à des sujets forts et profonds, que je recommande à tous ceux qui veulent vivre des moments d'émotions tout en lisant une comédie romantique fraîche et vivifiante.
Commenter  J’apprécie          00
J'ai vécu mille émotions avec Clarence, et elle aura toujours une petite place dans mon coeur.
En débutant le roman, j'étais loin de m'imaginer que j'allais tomber sur une histoire comme celle-ci. Je ne sais pas pourquoi, mais je pensais qu'il s'agissait d'une comédie sentimentale. Certes, l'humour est bien présent, mais c'est plus un humour noir qu'un humour classique. Et il arrive plein de choses à l'héroïne, mais nous sommes très loin de la romcom !
J'ai des sentiments ambivalents sur l'histoire. Attention, celle-ci reste tout de même un coup de coeur, mais Clarence, la protagoniste, m'a fait ressentir beaucoup de choses et je te préviens tout de suite, ça ne sera pas un avis comme j'ai l'habitude d'en faire, mais plutôt une façon pour moi de me livrer et de faire face à certaines choses.
Il y a un an presque un an, on m'a diagnostiqué une depression/burn out par rapport à tout ce que je subissais au travail. Je n'étais pas bien et j'ai été en arrêt longtemps pour ça. À l'heure d'aujourd'hui, même si je vais mieux, force est de constater qu'on est jamais loin de tomber de nouveau, et en fait, Clarence, c'est tout ce que je fuis au travail. Nombreuses sont les fois où je me suis sentie comme Berthier, son collègue qui s'en prend littéralement plein la gueule, qu'on écrase pour réussir, qu'on fait sentir comme une merde car il n'a pas les meilleurs résultats, parce que, parce que c'est peut-être juste sa tête qui ne revient pas au chef alors les autres, pour se faire bien voir, vont dans le même sens que ce Marc. Et c'est exactement ce que va faire Clarence. Sauf qu'un jour, on a besoin d'un Berthier dans sa vie, et ce moment arrive plus vite que prévu.
Je ne l'ai pas dit, mais Clarence travaille pour une boîte qui gagne beaucoup d'argent quand les gens tombent en dépression. Purée, je vous jure que sa boîte peut concurrencer avec beaucoup d'autres, à tel point que je me suis demandée si elle n'existait pas. Sauf que cette fois, l'entreprise est tombée sur un os qui s'appelle Étienne. le mec est heureux. Archi trop heureux selon Clarence, ce qui cache quelque chose. Mais étant la meilleure dans son domaine, c'est tout naturellement que Marc, son responsable, l'envoie sur le terrain. Et si elle ne réussit pas, elle sera virée.
Clarence n'a pas d'autre choix que de réussir sa mission, sinon elle sera obligée de vendre son appartement et tous ses souvenirs qu'elle a avec son ex-mari Laurent qui l'a abandonnée. Je t'ai dit qu'elle était amère, Clarence ?
Je t'avoue que finalement j'ai beaucoup aimé Clarence, son côté décalé, son humour plus que douteux et, même si elle a fait remonter quelque chose en moi, j'avoue que je me suis attachée à elle et que j'ai apprécié comment elle a évolué. Et cette évolution, elle la doit à Étienne. Auprès de lui, elle va se rendre compte de qui elle est et surtout du mal-être qu'elle a en elle depuis sa jeunesse.
Bien évidemment, elle n'oublie pas le tic-tac de l'horloge qui se rapproche des trois mois et va donc mettre en place beaucoup de stratagèmes pour faire tomber Étienne en dépression. Et du coup, elle n'a pas d'autre choix que de travailler en équipe avec Berthier et je suis ravie de voir que ce dernier va être l'élément déclencheur chez elle.
Je ne peux malheureusement pas en dire plus, mais je t'invite à le découvrir pour connaître ce qui va se passer. de mon côté, je peux te dire que j'ai fini en larmes et qu'en écrivant ces mots, je vois trouble.

C'est la première fois que je découvrais une histoire de Théo et je dois dire qu'elle est parfaite et qu'elle arrive à un moment où, sans m'en rendre compte, j'en avais énormément besoin, et j'ai aimé chaque page que j'ai tournée. Je n'ai rien vu venir, ni les révélations qui tombent petit à petit, ni le plot twist. D'ailleurs, j'étais totalement à côté de la plaque sur beaucoup de choses, surtout concernant Étienne, un personnage que j'ai adoré découvrir, lui et sa joie de vivre qui essaie seulement de survivre. J'ai adoré sa façon de voir les choses et sa philosophie de la vie. Il m'a fait beaucoup de bien. Nous avons besoin de gens comme lui dans notre entourage pour être heureux.
En somme, c'est un Grumpy x Sunshine et j'ai adoré que pour une fois, ce soit la fille la Grumpy

Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          00
Clarence, une jeune cadre brillante et dévouée à son travail, oeuvre pour Dépression & Cie, une entreprise qui, en secret, pousse les gens à consommer plus de psychotropes pour le compte de grands laboratoires pharmaceutiques. Elle reçoit le dossier d'Étienne, un fleuriste heureux, et voit là une opportunité de promotion en le faisant sombrer dans la dépression. Convaincue que ce sera facile, Clarence va découvrir que cette mission ne se déroulera pas du tout comme prévu.

J'ai passé un excellent moment de lecture.

Clarence, avec ses plans machiavéliques et son humour noir, se lance dans une tâche qui, en apparence, semble impossible. Et pourtant, l'auteur réussit à nous surprendre constamment avec des rebondissements inattendus et des moments d'émotion pure.

Clarence est une figure complexe et fascinante. Elle cache des cicatrices derrière une façade de froideur et d'efficacité professionnelle. Ses interactions avec Étienne sont pleines de cynisme, mais peu à peu, une alchimie inattendue se développe entre eux.

Étienne, de son côté, est un homme bienveillant, mais il n'est pas sans fêlures. Son passé compliqué et son mal-être intérieur le rendent tout aussi touchant et authentique que Clarence.

Le contraste entre leurs deux caractères est brillamment exploité par l'auteur, rendant leur dynamique incroyablement riche et intéressante.

Ce qui m'a énormément plu, c'est de voir l'évolution de Clarence, au contact d'Étienne. Initialement déterminée à le détruire, sa mission se transforme peu à peu en un chemin vers la reconstruction, autant pour elle-même que pour lui.

La profondeur et la véracité des émotions décrites m'ont beaucoup émue.

C'est un véritable tour de force de l'auteur de réussir à traiter de sujets graves avec une telle légèreté apparente sans jamais minimiser la souffrance des personnages.

C'est un roman profondément humain que je recommande chaudement.
Commenter  J’apprécie          00
Un roman doux et tendre mais également d'une belle profondeur.

Clarence, notre narratrice, ne vit que pour son travail. Qui n'a rien de glorieux soit dit en passant : elle travaille à la botte d'un laboratoire pharmaceutique et détruit mentalement ses clients afin qu'ils consomment des psychotropes. Pas très reluisant. le dossier qu'on lui confie est de la plus haute importance, puisque si elle échoue, elle sera virée…

Sauf que son « dossier », Étienne, le fleuriste, possède un caractère enjoué et positif à toute épreuve. Clarence n'a pas dit son dernier mot et fouine à la recherche du talon d'Achille d'Étienne.

En cherchant les faiblesses d'autrui, Clarence va déterrer les siennes, car, malgré ce qu'elle souhaite dissimuler, elle aussi, cache des cadavres dans son placard.

Ce roman qui pourrait paraître léger et très feel-good aborde le sujet du deuil, de la mort et de la dépression. de quoi encourager la réflexion. Les personnages font preuve d'une certaines résilience, j'ai beaucoup aimé passer du temps avec eux, découvrir leurs peines et leurs blessures, et observer comment ils ont réussi à surmonter (plus ou moins bien) les défis de la vie.

« Tout ce temps où je pensais m'être trouvé, j'ignorais qu'en vérité, j'étais encore perdu. »

Clarence m'a vraiment interpellée. La femme forte, déterminée, impitoyable au travail, a forcé mon admiration. Elle mène la vie dure à son collègue, Berthier, le pauvre. Les répliques entre ces deux-là apportait la pointe d'humour qu'il fallait pour alléger le récit. La jeune femme peut également compter sur sa meilleure amie, Clara. J'ai tout de suite apprécié Étienne, même si son éternelle joie de vivre commençait sérieusement à m'agacer. La vie n'a pas été tendre avec lui.

La dépression…On a tous eu des moments de déprime, peut-être avons-nous connu cette dépression qui emporte tout. Peut-être avons-nous un proche souffrant ou ayant souffert de cette maladie. Alors, oui, cette lecture aurait pu vu nous plomber le moral (il y avait de quoi…), mais non, sous la plume de Théo, délicate, fluide, et surtout drôle, le lecteur est en sécurité. L'humour omniprésent rend la lecture agréable et nous fait passer un excellent moment de lecture.

« La vie, c'est surtout profiter de ces moments royaux : prendre un petit-déjeuner en famille, se promener au bord de la plage, les pieds dans l'eau, un soir d'octobre, aller chercher des melons chez le primeur et les sentir pour en goûter la saveur par avance. La vie, c'est tout ça. Mais ce sont aussi les peines qui vont avec. «

La lecture du dernier quart s'est déroulée avec un coeur battant la chamade et le paquet de mouchoirs à portée de main. Que de rebondissements et de révélations. Que je n'ai pas vu venir. de quoi rabattre toutes les cartes et verser une larme. C'est à ce moment que j'ai pris toute la mesure de ce roman. Et que dire des remerciements de l'auteur en fin d'ouvrage ? Que c'était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase de mes émotions.

« Faut-il être fleur bleue pour voir la vie en rose ? » est un roman touchant, bourré d'optimisme malgré un sujet difficile et une fin à vous retourner le cerveau.

Je vous conseille cette lecture si vous avez envie de découvrir avec beaucoup d'humour la dépression, ses origines, ses conséquences, le tout accompagné de personnages attachants.

« Nous avons tous les deux été amochés par la vie, d'une manière ou d'une autre. Parfois, les cabossés n'ont pas l'air de l'être. La peinture est fraîche et on ne se rend pas compte de toutes les éraflures en dessous. Pourtant, elles sont bien là : marquées comme des cicatrices qu'aucune chirurgie ne pourra jamais effacer. Ce sont les blessures qui ne se voient pas. Celles de l'âme. »

Je remercie Théo pour cette lecture.

#Fautilêtrefleurbleuepourvoirlavieenrose #ThéoLemattre #Prisma
Lien : https://soniaboulimiquedesli..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Il y a un chemin classique dans la vie. C'est celui que tour le monde s'imagine : les enfants grandissent, les parents sont stables et peuvent encore les accueillir chez eux en cas de problème. Ils leur donnent des conseils de vie, de manière générale. Les aident à remplir leurs premières déclarations d'impôts, à déclarer un sinistre, à démonter un pneu. Bref, il y a une transmission.
Pas chez moi.
Grand bien leur fasse, à mes camarades d'université, si leurs parents assurent à fond. Les miens ont toujours été des ratés qui avaient à peine de l'amour pour moi. Je ne vais pas leur rendre hommage aujourd'hui. Je n'ai jamais demandé à venir au monde. Ça a été leur choix. Pas le mien. Et pourtant, je le paie quand même.
Commenter  J’apprécie          00
- J'ai coupé les ponts avec cette amie. Elle est venue me reparler pour mon anniversaire, nous avons discuté sans la moindre rancune et... les choses se sont faites naturellement.
Je me suis séparée d'elle. Ça me fait sourire, parce que je ne souffre plus. J'ai appris que parfois, il valait mieux laisser les gens s'en aller plutôt que d'essayer désespérément de les garder près de soi.
- Ouais. Ça s'appelle vider les ordures. Je ne dors pas avec mes poubelles, personnellement.
Commenter  J’apprécie          00
Après un café rapide et une bonne introspection, je me place au centre de la pièce pour faire face à tous les marginaux qui ont besoin d'aide et que suit Étienne. Tous ces gens désespérés me regardent avec des étoiles dans les yeux. Comme si j'allais devenir un phare, pour eux. Leur apporter mes conseils. Ce qu'ils ne savent pas, c'est que j'ai encore tout à apprendre et que ce sont eux qui me le transmettront mieux que personne.
Commenter  J’apprécie          00
Instinctivement, l'inspecte ma main. Bien sûr que la marque a disparu depuis. Mais j'ai pourtant l'impression qu'elle est toujours là. Comme ces gens amputés qui ont le sentiment d'avoir mal au membre qu'ils ont perdu. La douleur reste vive et pourtant, la blessure est invisible. Douce allégorie de ce qui nous réunit tous en tant qu'humains : les blessures invisibles dont nous ne parvenons pas à guérir.
- Déjà debout ?
Je me tourne précipitamment. Je ne m'attendais pas à voir quelqu'un d'autre dans la cuisine à cette heure-ci, mais c'était sans compter sur la vieille mère d'Étienne, beaucoup plus matinale que ce que j'imaginais.
Commenter  J’apprécie          00
- Je n'arrêtais pas de me dire que mon bonheur ne devait pas dépendre d'une autre personne et j'ai compris que notre lumière était intérieure. Nous ne sommes pas des vases qu'on remplit, mais des feux qu'on allume, Clarence. Nous ne captons pas les énergies extérieures pour nous renforcer. Au contraire. Nous développons ce brasier à l'intérieur de nous et c'est ensuite, s'il est assez puissant, qu'il illumine les autres. Qu'il leur donne de l'espoir. Mais tout commence ici, poursuit-il en plaçant sa main au niveau de sa poitrine. Notre lumière vient de nous.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Les plus populaires : Roman d'amour Voir plus


Lecteurs (101) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5328 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..