AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Cremille (01/01/1997)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Livre de 325 pages, publié en 1973 aux Éditions Perrin/Librairie Académique (ici, Éditions de Crémille en 1997), divisé en 23 chapitres avec 18 illustrations et suivi des sources bibliographiques.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
JeanLouisBOIS
  17 juin 2019
Apologie de Philippe le Bel.
Le piège avec les biographies des hommes célèbres, c'est l'objectivité absolue (ou sa recherche effrénée): l'auteur ne prend pas position et se laisse guider par le déroulement chronologique de la vie de son héros sans se départir du surplomb que lui fournit la postériorité. Avec le duc de Lévis-Mirepoix cet écueil nous est évité avec brio!
En effet, si l'historien fait preuve de rigueur dans l'analyse des faits, il est aussi bien présent dans son livre et vient défendre Philippe le Bel en temps que grand roi de France. Il s'appesantit , comme il se doit, sur son action politique (rattachement de la Guyenne, guerre de Flandre, attentat d'Anagni, procès des Templiers). Il montre à chaque fois que son action a été guidée par un sens aigu du droit, il est "le premier juriste de France". Pourtant, il ne cherche pas à le rendre particulièrement sympathique. C'est un monarque froid, distant, austère, réfléchi, catholique orthodoxe, respectant la société féodale et faisant confiance à ses collaborateurs (Nogaret, Plaissians, Marigny), mais sachant arbitrer et trancher entre les différents avis. L'académicien nous montre aussi son rôle dans la durée, sa passion pour l'Etat central, son sentiment national, son attention pour l'état de droit et la diplomatie. Il n'hésite pas non plus à nous montrer le haut Moyen-âge comme une époque de foisonnement intellectuel où chercheurs, savants, poètes et philosophes font preuve d'une curiosité et d'une dynamique trop souvent négligée. C'est sur l'ensemble de ces points que l'historien s'investit à contre-courant de beaucoup de ses contemporains qui considéraient trop souvent que tout ce qui précédait la Révolution française se résumait à des âges obscures et négligeables de l'Histoire.
Enfin, il faut remarquer que la qualité des portraits et le plan chrono-thématique sont la signature d'une façon classique mais vivante d'aborder L Histoire. Il manque peut-être, ici ou là, de repères chronologiques plus nombreux pour que notre plaisir soit complet. Cependant, cette approche personnelle et engagée du règne de Philippe le Bel n'en est pas moins une grande réussite qui peut être considérée comme une référence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   01 juin 2019
Le système féodal est le rare exemple d'une agitation humaine retournant à l'ordre spontanément. Ce ne sont pas les principes qui ont guidé les faits, ce sont les faits qui ont donné naissance aux principes. (p.13).
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   01 juin 2019
Ni les contemporains, ni quelquefois la postérité ne mesurent ces catastrophes qu'une main dure a écartées. Ils ne retiennent que la brutalité du geste sans apercevoir l'efficacité de l'intervention.
Peu de gens recherchent de telles responsabilités, menacées par le désaveu public.
Et pourtant le véritable homme d’État n'est-il pas celui qui les prend? (p.262).
Commenter  J’apprécie          00
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   01 juin 2019
Peu de souverains eurent à souffrir autant que Philippe IV du manque d'argent. On l'a inexactement présenté comme un chef d’État cupide, alors qu'il fut, dans toute la force du terme, un chef d'entreprise besogneux, serré toute sa vie à la gorge par les difficultés financières. (p.169).
Commenter  J’apprécie          00
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   01 juin 2019
L'idée d'universalité, la vieille idée millénaire de gravitation des peuples autour de Rome, représentée soit par les empereurs, soit par les papes politiques, était solennellement écartée par la France au profit de l'idée nationale. C'était une autre orientation du monde. (p.103).
Commenter  J’apprécie          00
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   01 juin 2019
Rien ne révèle la maîtrise de soi comme de savoir tenir la balance entre deux personnes que l'on voit constamment et qui se haïssent. (p.276).
Commenter  J’apprécie          00
Video de Antoine de Lévis-Mirepoix (1) Voir plusAjouter une vidéo

Léopold Sédar SENGHOR à Midi 2
Brève biographie de l'ancien président du Sénégal, nouvellement élu à l'Académie Française, sa carrière politique et littéraire Foule dans les rues de Dakar. En plateau, Daniel BILALIAN interroge le président SENGHOR sur son élection à l'Académie Française au fauteuil du duc de LEVIS-MIREPOIX, sur le fait qu'il est le 1er Africain à y être élu, les rapports culture/politique, le...
autres livres classés : philippe le belVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre