AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743642300
Éditeur : Payot et Rivages (03/01/2018)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Dans son troisième roman, Hélène Ling brosse le portrait de sa mère immigrée, atteinte d’Alzheimer.
Si l’expérience première est celle du déracinement, cela n’empêche pas l’auteur d’évoquer sa famille taïwanaise, et de sa diaspora : le restaurant chinois parisien, la maison du patriarche à Taipei, celle des cousines de New-York, sont autant de lieux du souvenir, où se mesure l’héritage rejeté ou perdu.
En parallèle, son autoportrait se déploie à trav... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
gabylis
  08 février 2018
Un livre surprenant, différent de mes lectures habituelles...
Destins croisés, si peu entremêlés. Quel est leur point commun, à cette jeune taïwanaise vivant à Paris, à ce scénariste en panne d'inspiration et à cette indienne Cherokee ? Leur amour des livres sans doute. Mais aussi leur déracinement.
Quand l'existence perd racine et finalité, tristesse, vacuité et ennui affleurent.
La vie s'étiole, s'étire, monotone, morne. A peine habitée de rencontres inopinées, non choisies, qui ne laissent que peu de traces et s'évanouissent aussi subrepticement qu'elles ont surgi.
Ces personnages qui apparaissent à tour de rôle dans le roman sont tous étrangers à la terre qu'ils habitent, y vivant sans s'y investir, se contentant de laisser filer jour après jour. Un sursaut de vie parfois, puis la route reprend, sans but, inexorablement... Portraits d'êtres aux relations compliquées, alambiquées, d'êtres comme dépersonnifiés.
L'écriture est singulière, hachurée, floue. Je m'y suis un peu perdue.
Ombres chinoises, car n'étant que le pâle reflet de la réalité ? Mais de quelle réalité ? Je n'ai pas vraiment compris où l'auteur voulait en venir, mais je me suis quand même laissée emporter par ces tristes destins. L'histoire de Betty l'indienne Cherokee, privée de liberté, mais digne, est celle qui m'a le plus plu, parce que je l'ai trouvée poignante et vraie.
Merci aux éditions Payot et à Babelio pour ce livre reçu dans le cadre de la masse critique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jostein
  12 février 2018
Hélène est née de parents immigrés de Taïwan. Son père les a quittés pour partir travailler et se remarier au Vietnam. Sa mère, institutrice reste à Paris, vit avec des amants successifs, aidée financièrement par son frère, un riche patriarche taïwanais. Aujourd'hui, sa mère, Florence Wang, perd la mémoire et Hélène qui ne voulait rien savoir de ses origines reconstruit pourtant un passé quelque peu décousu.
« Puisqu'il lui faudrait regarder en arrière un jour et y revenir à ces origines comme un accès à elle-même qu'elle ne pouvait esquiver quelles que fussent ses forces. »
Ses souvenirs alternent avec la reconstitution de la vie d'Elisabeth Jones, une indienne cherokee depuis la fuite sur le chemin des larmes ( Indian Removal Act soutenu par Andrew Jackson en 1830) jusqu'à son succès européen dans la troupe de Wild West Show. Epopée très intéressante, même si elle ne vaut pas celle d'Eric Vuillard dans Tristesse de la terre, travaillée par les scénariste, Johan Karlsson à la demande de Wang, un producteur chinois.
Quel est le lien? Fantasme d'un auteur, une manière de montrer que toute enfance est un western ou un parallèle entre deux fuites vers l'Ouest de deux mondes aux traditions perdues. Indiens et Chinois, deux peuples avec des « notions immémoriales, telles que le lignage, la loyauté au groupe, le courage, le sacrifice pour le bien commun. » face à un Occident qui délire sur sa propre condition.
Florence Wang, Elisabeth Jones, deux femmes déplacées vers l'ouest, perdues dans l'histoire. L'une sombre avec la maladie d'Alzheimer ( ce que j'aurais à peine saisi sans la quatrième de couverture), l'autre dans le Wild West Show « comme dans un hospice de l'histoire ».
Il me fut difficile de capter cette ombre chinoise. Des histoires enchevêtrées aux liens tenus, des bribes d'information sur les différents membres des familles chinoises ou indiennes donnent des personnages fuyants auxquels il est difficile de s'attacher et surtout un sens que je ne suis pas certaine d'avoir compris.
Lien : https://surlaroutedejostein...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
gabylisgabylis   07 février 2018
La lumière de juin s'intensifiait entre les façades neuves, les grandes vitres, les panneaux de métal, les automobiles et les réverbères, parmi lesquels elle s'émerveillait, au fond, d'être encore en vie, sanglée dans sa chemise blanche à lacets, baignée de sueur par les temps nouveaux. Surtout, elle l'aurait vu, se dit-elle, il fallait l'avoir vu, comme tout le reste. C'était pour cela qu'elle avait suivi la route, pour voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Hélène Ling (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
47 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre