AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072722624
Éditeur : Gallimard (09/03/2017)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 1522 notes)
Résumé :
Depuis 1931, le dernier empereur de Chine règne sans pouvoir sur la Mandchourie occupée par l'armée japonaise.
Alors que l'aristocratie tente d'oublier dans de vaines distractions la guerre et ses cruautés, une lycéenne de seize ans joue au go.
Place des Mille Vents, ses mains infaillibles manipulent les pions.
Mélancolique mais fiévreuse, elle rêve d'un autre destin.
" Le bonheur est un combat d'encerclement.
" Sur le damier, elle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (187) Voir plus Ajouter une critique
andman
  03 septembre 2016
Il n'est vraiment pas courant d'attendre la dernière page d'un roman pour connaître le prénom de l'héroïne, un prénom tout aussi charmant et poétique que celui de sa soeur Perle de lune.
Le final de la “La joueuse de go” est particulièrement captivant. Le style littéraire de l'auteure Shan Sa est quant à lui délicieux ; il a le raffinement d'une ancienne porcelaine chinoise et le tranchant d'un sabre de samouraï !
Fort éloigné dans les règles des jeux de dames et d'échecs auxquels on le compare à tort, le go est aussi un jeu de stratégie militaire. Alors que les pièces au fil de la partie se raréfient sur le damier ou sur l'échiquier, au jeu de go c'est l'inverse : à tour de rôle chacun des deux adversaires ajoute pierres blanches et pierres noires où bon lui semble sur les 361 intersections composant le go-ban. Le vainqueur est celui qui dispose au final du plus grand nombre de points, mesuré à partir de l'étendue des territoires conquis et du nombre de prisonniers fait par chacun.
Rassurez-vous ! Il n'est pas nécessaire de connaître les subtilités de ce jeu multimillénaire d'origine chinoise, et seulement introduit au Japon dans les premiers siècles de notre ère, pour apprécier pleinement ce roman. L'action se déroule en Mandchourie en 1931 alors que l'armée japonaise envahit ce vaste territoire chinois.
Sur la place des Mille Vents, point de combats militaires mais une partie de go annonciatrice de bien des tourments entre une jeune chinoise extrêmement douée et un officier japonais initié naguère au mandarin par sa nourrice !
Sur la place des Mille Vents, le souffle de la tragédie est d'emblée palpable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1323
latina
  18 janvier 2013
« Ma solitude ressemble à un rouleau de soie cramoisi enfermé au fond d'un coffre de bois »…
Quelle délicatesse, quelle poésie dans ce roman-rencontre de 2 solitudes, celle d'une jeune fille mandchoue ayant comme passion le jeu de go (si j'ai bien compris, un jeu ressemblant fort aux échecs) et celle d'un jeune soldat japonais, son adversaire au jeu et son « ennemi » au point de vue politique (en effet, les Japonais envahissent la Mandchourie, nous sommes au début des années 30).
La place de « Mille Vents » est un lieu de jeu, le jeu de go. Chacun peut s'asseoir à une table et attendre un adversaire. Les deux jeunes gens vont donc tout naturellement se trouver. Mais la fusion des âmes a-t-elle bien lieu ? Il est très difficile pour un guerrier rempli d'idéal de sacrifice et de gloire, encore hanté par le tremblement de terre survenu dans son enfance, d'entrer dans le cerveau et le coeur d'une jeune fille à mille lieues de son mode de vie. Celle-ci est à l'âge des premières expériences sexuelles, et je dois dire qu'elle n'a pas froid aux yeux, la jeune fille. Elle est mêlée malgré elle à un groupe révolutionnaire et à la politique dure et cruelle des Japonais. Ces expériences vont bouleverser sa vie, au sens propre ! Et le guerrier est à mille lieues de se douter de ce qu'elle vit… Il espère, il s'imagine bien des choses...
Tout ceci est exprimé avec tellement de délicatesse, tout est tellement nimbé d'un silence rempli de regards furtifs, de déplacements de pions, d'introspection que j'ai très souvent l'impression de me trouver à la lisière d'un haïku. « Chaque pion est une marche de plus dans la descente de l'âme ».
Mais la guerre est là, aux portes de ce jeu, la guerre et la torture, la guerre et le viol… La joueuse de go va-t-elle encore avoir l'occasion de jouer ?
En tout cas, les lycéens ne se sont pas trompés en attribuant à ce roman le prix Goncourt !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          915
Crossroads
  22 février 2012
Shan Sa ( pseudonyme signifiant bruissement de vent dans la montagne ) voit le jour en 1972 . D'origine Chinoise , elle décidera de renaitre en France comme elle le dit si bien , les évenements de Tian An Men l'ayant poussé à l'éxil en 1990 . C'est La Joueuse de Go , troisieme roman de cette jeune auteure multifacette , qui la révelera véritablement en décrochant le prix goncourt des lycéens en 2001 .
Années 1930 , Mandchourie , la guerre sino-japonaise fait rage .
A ma droite , une jeune chinoise ( dont on taira le nom , ce dernier , tristement révélateur , n'étant dévoilé qu'à la toute fin ) qui possede l'insouciance et la fraicheur de ses 16 ans . Son univers immédiat se résume à d'innombrables parties de Go qu'elle remporte inlassablement , Place des Mille Vents , sa réputation de redoutable joueuse n'étant plus à établir .
A ma gauche , un Lieutenant de l'armée Japonaise froid et distant pétri de rites séculaires , élevé dans le respect des traditions familiales et l'honneur de la mere patrie .
De ces deux univers antagonistes , une rencontre improbable , un attachement inconcevable...
Sa , au travers de courts chapitres alternés ou visions Chinoise et Japonaise se font écho , développe admirablement ses personnages dans une Mandchourie à feu et à sang . Une incroyable joueuse de Go que la guerre va se charger de faire grandir trop vite . Ses premiers émois amoureux aupres de Min et Jing , deux jeunes révolutionnaires activement recherchés par l'armée Japonaise . Cependant , lorsqu'il y a trouble , la désillusion n'est jamais bien loin . Son amitié avec Huong alors promise , comme de coutume , à un vieil homme riche qu'elle n'a jamais vu . Son indéfectible mais néanmoins réprobateur soutien à une soeur malheureuse , mal mariée et qui ne reve que d'une chose , une maternité qui lui donnerait enfin le sentiment d'exister..
Parallelement à cela , un officier Japonais solitaire , parfait exécutant , ne connaissant de l'amour que les prostituées qu'il cotoie afin de ne pas s'attacher . Meme s'il en vient à douter , il ne peut exprimer ni ressentiment patriotique , ni manquement familial dans ses lettres , la censure l'interdisant tout bonnement ! La cause est juste , la famille n'y a plus sa place...
Meme si la rencontre survient tardivement , autour d'une table de Go alors que l'officier exécute une mission d'infiltration , elle n'en est pas moins belle . Ces deux destins Shakespearien vont se jauger , s'apprivoiser , se lire sans jamais se parler . Deux papyrus décriptés par le prisme d'attitudes , d'apparences , de gestes aussi révélateurs que fondateurs . La graine est semée entre ces deux naufragés de la vie que tout oppose , que tout réuni...
Un récit sobre , haletant porté par une écriture à la poésie métaphorique subtile et touchante . Il y a véritablement du Shakespeare en Shan Sa , c'est dire...
La Joueuse de Go ? Go ! Et le premier qui dit dancer aura une tapette...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          745
myriampele
  06 novembre 2012
J'ai été et reste fascinée par ce roman. C'est très finement construit, chapitre après chapitre, dans lesquels, minutieusement, s'expriment tour à tour l'adolescente et le soldat japonais. Les personnages vivent dans les mots, avec leurs drames et leurs passions. L'horreur de la guerre apparaît souvent, et aussi le sexe dans ce qu'il peut avoir de très touchant et de très sordide..Enfin l'auteur ne cesse de nous tourmenter dans cette page d'histoire de la Chine.
Commenter  J’apprécie          781
tiptop92
  14 juin 2019
Ce livre est un chef d'oeuvre rédigé d'une écriture délicate et violente à la fois. Les horreurs de l'occupation japonaise en chine sont parfaitement décrites tout comme le quotidien des soldats nippons partagés entre le devoir de fidélité à l'empereur et l'envie de vivre. C'est surtout une histoire d'amour impossible entre deux êtres que tout sépare. Elle est chinoise, lycéenne, avide de vie et de plaisir, experte d'un jeu réservé en général aux hommes et jeune femme libérée dans une société remplie de tabous. Lui est officier dans l'armée japonaise, traditionaliste et oppresseur, prêt à donner sa vie pour l'honneur de sa famille et de son pays. C'est sur la place ou se défient les amateurs de go qu'ils vont se connaître. le jeune lieutenant impérialiste vient tous les jours, envoyé par ses supérieurs pour écouter les conversations des joueurs sous un déguisement qui lui garantie l'anonymat. Elle est la seule femme admise dans ce cercle et par ses victoires elle venge la condition millénaire et rétrograde de la femme asiatique. Ils jouent l'un contre l'autre sans une parole, sans une remarque dans une espèce de fascination empreinte de réserve. Il aurait pourtant tout a apprendre d'elle, n'est elle pas la maîtresse d'un des plus actif résistants du pays ? Mais celui-ci est arrêté, torturé et fusillé au coté d'une jeune femme qui semble être elle aussi sa maîtresse. Elle n'aura pas vraiment le temps de méditer sur cette trahison car la grande histoire va rattraper la petite. Obligé de fuir devant l'offensive de l'empire du soleil levant, les évènements les réuniront à nouveau sous leurs vraies identités pour un final digne des plus belles oeuvres de Shakespeare... Bouleversant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          678
Citations et extraits (173) Voir plus Ajouter une citation
KATE92KATE92   13 janvier 2013
« Je me suis demandé qui était mon adversaire. Les hommes assis là, à votre place, se confondaient, et seules leurs figures de go se distinguaient les unes des autres. Hier, je vous ai vu pour la première fois sur cette colline. A travers vos yeux, j'ai connu le pays de votre origine : sur une terre recouverte de neige éternelle, les arbres brûlent et les flammes s'épanouissent dans le vent. L'ardeur de la neige et du feu a fait de vous un magicien errant. Vous guérissez les êtres en comprimant leurs mains dans les vôtres. Vous faites oublier le froid, la famine, la maladie et la guerre. Je ferme les yeux. Je suis dans le corps de ma Chinoise et je suis si loin d'elle. Une tristesse poignante me secoue. Je ne mérite pas cet amour. Je suis un espion, un assassin ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
sagesse66sagesse66   26 février 2018
Elle dégagea un shamisen de son étui, prit son plectre d'ivoire, accorda l'instrument. D'un geste impétueux, elle fit résonner les cordes.
Ce fut comme l'éclat du tonnerre dans un ciel d'été. Le vent souffla, courba les arbres, déchira les nuages d'encre.
Les bruits sourds du plectre entraînaient des éclairs qui se précipitaient des montagnes. les cascades se changeaient en torrents, les fleuves grossissaient, la mer, agitée par les rafales, se jetait sur la grève où rampait l'écume.
Elle chanta l'amour déçu, l'abandon, les ténèbres.....Soudain, tel un vase qui se brise, la musique cessa, ma voix se tut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
MatimimaMatimima   29 novembre 2008
- Comment sait-on si l'on est amoureux ? Que ressent-on ?
- D'abord, tu oublies le monde autour de toi. Ta famille, tes amis deviennent invisibles. Jour et nuit, tu ne penses qu'à un homme. Quand tu le vois, il emplit tes yeux de lumières. Quand tu ne le vois pas, son image te ronge le coeur. A chaque instant, tu te demandes ce qu'il fait, où il est. Tu lui inventes une vie, tu vis pour lui : tes yeux regardent pour lui, tes oreilles écoutent pour lui...
[...]
- Dans cette première étape, chacun ignore le sentiment de l'autre. C'est le moment le plus poignant. Puis ils s'ouvrent leur coeur et connaissent, un bref instant, le bonheur insensé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
latinalatina   15 janvier 2013
Depuis des années, j'ai tant pensé à ma mort qu'elle est devenue aussi légère qu'une plume.Ne m'étant jamais préparé à la disparition de ma mère, je ne saurais en supporter le poids.
On ne peut pas réconcilier la patrie et la famille.
Un soldat est celui qui assassine le bonheur des siens.Si mon existence a été utile, la nation le doit à l'abnégation d'une femme.
Commenter  J’apprécie          290
HiroyukoHiroyuko   10 juin 2016
— Comment sait-on si l'on est amoureux ? Que ressent-on ?
— D’abord, tu oublies le monde autour de toi. Ta famille, tes amis deviennent invisibles. Jour et nuit, tu ne penses qu’à un homme. Quand tu le vois, il emplit tes yeux de lumière. Quand tu ne le vois pas, son image te ronge le cœur. A chaque instant, tu te demandes ce qu’il fait, où il est. Tu lui inventes une vie, tu vis pour lui : tes yeux regardent pour lui, tes oreilles écoutent pour lui...
Perle de Lune prend une gorgée de thé et poursuit :
— Dans cette première étape, chacun ignore le sentiment de l’autre. C’est le moment le plus poignant. Puis, ils s’ouvrent leur cœur et connaissent, un bref instant, le bonheur insensé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Shan Sa (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shan Sa
Interview de Shan Sa à propos du jeu de go.
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3495 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..