AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930880678
Éditeur : Séma éditions (24/11/2018)

Note moyenne : 4.47/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Bienvenue dans le lieu-dit La forêt d'automne... Tous les 25 ans, des enfants y disparaissent dans des circonstances mystérieuses... Tous les 25 ans, des corps d'adolescents atrocement mutilés y sont retrouvés... Tous les 25 ans, un jeune homme se volatilise sans laisser de traces... Dans la lignée des romans de genre, les auteurs ont donné vie à un véritable hommage aux films d'horreur des années 80 ! Oserez-vous les suivre au cœur de ce lieu maudit et aller à la r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Wolkaiw
  11 janvier 2020
Un groupe de cinq jeunes avaient pris la route en début d'après-midi afin de rejoindre la vieille bâtisse dans laquelle ils prévoyaient déjà de faire la fête tout le week-end. le trajet fut long et mouvementé, rythmé par la musique ou les plaintes de quelques passagers. Personne ne connaissait la destination exacte, l'annonce était volontairement floue et l'imagination de chacun fonctionnait à plein régime. Ils savaient seulement qu'il s'agissait d'une vieille maison dans un secteur dépourvu de tout réseau : coupés du monde! En voulant se renseigner sur le village dans lequel ils allaient passer quelques jours, ils furent surpris de ne trouver aucune information, pas même une coupure de journal! Village fantôme ? Trou paumé n'intéressant personne ? Lieu abandonné ? L'excitation et le doute gagnaient les jeunes à mesure qu'ils se rapprochaient de leur destination.
Ils roulaient depuis cinq ou six heures, suivant aveuglément le GPS d'un des smartphones quand le signal de celui-ci se coupa soudainement.
- Eh, ralentis, j'ai plus de réseau!
- Fallait que ça arrive maintenant… Il reste beaucoup de kilomètres avant d'arriver ? questionna le conducteur.
- A peu près dix. Continues toujours tout droit, nous allons ouvrir l'oeil.
le soir tombait peu à peu et avec lui la nuit s'installait. Les lumières se faisaient de plus en plus rares, l'on n'y voyait rien à cinquante mètres. Les routes, étroites et sinueuses, ressemblaient, à s'y méprendre, à un labyrinthe qu'un sadique aurait créé.
- J'ai l'impression de voir un truc sur la droite! Oui, regardez! Là-bas, derrière les arbres. ça a l'air gigantesque mais un peu abandonné… Les lieux ont l'air inhabités depuis un moment et il n'y a rien autour... Un léger tremblement dans sa voix trahissait son angoissante.
- Pour un truc tranquille et coupé du monde je crois que nous sommes servis! L'annonce ne mentait pas!
Cette dernière remarque eut le don de détendre très légèrement l'atmosphère. Les deux plus jeunes n'étaient pas rassurés à l'idée de passer la nuit dans cette demeure délabrée, sans aucun moyen de joindre l'extérieur. Après quelques minutes à tenter de trouver le chemin pour accéder à la maison, Kurt gara enfin la voiture. Tous sortir, non sans inspecter minutieusement les alentours.
- La voie est libre les gars! On va enfin pouvoir manger, j'ai la dalle!
le repas se fit en silence, chacun aspirant à s'allonger sur le lit pour trouver le sommeil. Alors que les membres du groupe s'apprêtaient à rejoindre la chambre qui leur avait été allouée, Sylvie proposa de leur conter une histoire effrayante, dans le noir, uniquement éclairé par quelques bougies… Ils appréciaient tous ces instants, ces quelques heures durant lesquels ils jouaient à frissonner, à se faire peur, à se cacher et faire craquer le plancher. Les quatre jeunes s'assirent en tailleur pendant que Sylvie éteignait la lumière puis cette dernière vint se placer au centre de la pièce.
- Ce soir, j'ai prévu de vous raconter une histoire inspirée d'un livre de Frédéric Livyns et de Sébastien Prudhomme-Asnar.
- Frédéric Livyns ? Ce nom me dit quelque chose! Ah oui, tu nous as déjà parlé de lui ! Je me souviens que tu avais lu un de ces livres avec Pauline.
- En effet, je vous ai parlé de L'Obscur il y a quelques mois. Je réitère l'expérience avec Les Initiés.
Sylvie commença alors son récit, n'omettant rien des scènes crues et violentes dont le livre regorge. Un prologue introduisait l'histoire, un passage plutôt flou dont le style la gêna un peu, retardant le moment de se projeter au coeur du livre. Elle précisa à ses amis que, tous les vingt-cinq ans, avait lieu un phénomène étrange durant lequel des jeunes trouvaient la mort dans des circonstances particulières. Ces jeunes, comme eux, souhaitaient simplement passer un bon moment et se détendre, sans se douter une seule seconde de ce que la maison leur réservait. L'atmosphère devenait lourde, oppressante. Ils étaient suspendus aux lèvres de la jeune femme, attendant qu'elle poursuive l'histoire. Ce qu'elle fit sans plus tarder.
L'histoire semblait suivre deux points de vue qu'elle tenta de décrire avec le plus de précisions possible. D'un côté, un groupe d'adolescents prêts à faire la fête, d'un autre, des pré-adolescents - orphelins - à qui l'on propose des “vacances”. Elle avait pu constater, au fil de sa lecture, que la plume n'était pas toujours la même. Elle avait aimé certains chapitres plus que d'autres, butant à plusieurs reprises sur des tournures ou expressions, sur des répétitions. Elle se demandait, s'agissant d'un livre à quatre mains, si les auteurs avaient chacun écrit un chapitre en tenant compte du précédent ou s'ils avaient opté pour une autre méthode. Sylvie n'y accorde pas une grande importance mais fût tout de même troublée à certains moments.
Elle savait que le livre était court et qu'il manquait parfois de profondeur. Elle rajouta donc quelques détails afin d'allonger un peu la durée de son histoire. Elle insista notamment sur la présence des pré-adolescents, présence qui l'a laissé perplexe et dont les maigres explications de la fin ne l'ont pas convaincue. Elle n'a pas compris qu'on puisse accorder autant de chapitres à des personnages dont on ne sait, finalement, pas énormément de chose quant aux rôles qu'ils ont joués. D'autant plus que les scènes relatives à ces orphelins étaient particulièrement dures, éprouvantes et violentes. À l'inverse, l'importance du groupe de cinq jeunes apparaissait beaucoup plus évidente bien qu'elle aurait, là aussi, aimé obtenir plus d'informations et de précisions. Pourquoi cinq ? Pourquoi dans ces conditions ?
Reprenant le fil de son discours, Sylvie leur parla aussi de Paul, un ancien policier déterminé à faire la lumière sur le meurtre de sa fille. En évoquant ce personnage, la conteuse eut un haut-le-coeur. La fille de Paul s'appelait Sandrine, exactement comme la mère de Sylvie. Durant la lecture des Initiés, elle n'avait qu'une envie : arracher Sandrine des griffes de la mort… L'horreur que vécu la jeune femme lui donna la nausée. Elle ne cessa donc d'encourager Paul, non seulement à résoudre l'enquête (abandonnée par la police) mais aussi et surtout, à venger la mort de la jeune femme. L'ex flic avait creusé de nombreuses pistes, élaboré des théories, il s'était préparé à affronter la mort et les démons qu'elle déchaînerait. Il surveillait et les jeunes et la demeure. Il attendait ce moment, son moment.
- Vous ne trouvez pas qu'il ressemble au personnage de L'Obscur ? Vous savez, le vieux qui gardait un oeil sur la maison ? Interrogea Sarah.
Sylvie ne put qu'acquiescer. Elle aussi avait constaté des similitudes entre les deux récits et notamment entre les personnages et le rôle qu'ils jouent. le schéma narratif lui a aussi semblé assez similaire. Elle ne pouvait lire les Initiés sans avoir en tête le déroulement de L'Obscur, sans penser à la manière dont les choses s'étaient déroulées. Loin de la quitter, ce sentiment étrange de “déjà-vu” l'a accompagné jusqu'à la toute fin du récit, ce dont elle se garde de parler pour l'instant à ses amis. Elle voulait conserver le suspense jusqu'au bout.
Sylvie poursuivit son histoire en fixant Kurt, son frère, dans les yeux. La tension montait crescendo, l'angoisse était palpable et le doute s'emparait peu à peu de toute la joyeuse troupe. La nuit était définitivement tombée, haut dans le ciel on apercevait quelques étoiles scintiller. Un hurlement provenant de la forêt les fit tous sursauter. le vent se mit à souffler si fort que les fenêtres tremblèrent. La vieille demeure grinçait et un courant d'air se fit ressentir. L'imagination des jeunes, comme dans le roman, fut mise à rude épreuve. Toutes ces manifestations subites et étranges, paranormales même, conférait une ambiance malsaine, alourdissant l'atmosphère. Ils avaient sans doute vu trop de films d'horreur, ressassant certaines images en boucle.
Loin de se laisser impressionner, Sylvie reprit la parole. D'horribles détails lui revenaient en tête comme autant de coups frappés sur un punching-ball. le livre qu'elle avait lu quelques jours auparavant était violent, les scènes sanglantes, elle entendait encore résonner le cri des victimes et le rire des bourreaux. Elle se souvenait aussi bien de la barbarie que de la minutie, des mises en scène et du rituel. le surnaturel occupait une grande place, se déployant et tissant ses liens comme une araignée avec sa toile, piégeant ses victimes dans ses sombres filets. Elle ressentait encore la peur panique des adolescents, l'incompréhension des pré-adolescents et le besoin de vengeance qui animait l'ex-flic. Qu'elle aurait aimé pouvoir leur dire de fuir, de quitter ces lieux et de ne plus jamais y retourner. Qu'elle aurait aimé que tous ces phénomènes étranges trouvent une explication rationnelle, au lieu de quoi elle dût sortir de sa zone de confort et croire en l'horreur de ce qu'elle lisait. L'écriture du roman, et donc le mélange des styles, offrait des images fortes, une histoire très graphique, la sensation d'être devoir un film et de voir les scènes défiler. Sensation accentuée par les chapitres très courts et rythmés, comme autant de séquences d'un long métrage.
Jessica, sans doute la plus réservée des membres du groupe, ne fut s'empêcher de faire une remarque.
- Elle est quand même vachement crue ton histoire! À t'écouter il y a des morts et du sang partout. Les deux auteurs n'ont pas fait dans le détail…
Sylvie acquiesça et ne peut s'empêcher de frissonner en repensant à une scène davantage crade que gore. Elle leur expliqua ensuite que ce livre nous interroge sur notre rapport aux croyances ainsi qu'à la réalité. Qu'il nous invite à réfléchir quant aux légendes, aussi vieilles et absurdes soient-elles. Cette histoire sème le doute dans l'esprit du lecteur et l'incite à s'ouvrir au-delà de ce qu'il considère comme normal, lui proposait ainsi de changer de point de vue, de jouer avec les perceptions. le fantastique entourait les personnages sans qu'ils s'en rendent compte, peut-être en est-il de même avec nous ? À travers les relations entre les individus, et notamment le groupe de jeunes, Sylvie leur fit prendre conscience qu'il faut se méfier de tout le monde, que les gens ne sont pas ce qu'ils prétendent être, ce que nous pensons qu'ils sont.
La conteuse sentait le trouble et le doute envahir ses amis. Tous regardaient leurs voisins avec suspicion, comme s'ils pouvaient leur sauter à la gorge… Elle laisse la tension monter d'un cran avant d'achever son récit en évoquant La Mère… Cet être difforme et gigantesque, ce monstre qui se délecte du sang de pauvres innocents, cette aberration de la nature qui se réveille tous les vingt cinq ans afin de commettre son méfait. Pourquoi la Mère fait-elle cela ? Les ramifications cachées sont-elles nombreuses ? Que cachent ses adeptes ? L'histoire se déroule en 2017 et pourtant internet semble totalement exclue de l'histoire, les lieux sont comme coupés du monde et de tout réseau. N'existe-t-il rien sur Elle, son origine et la manière dont elle traverse les siècles? Sylvie aurait aimé que cet aspect soit davantage développé, que les tentacules de la bête prennent forme sur l'encre des pages.
Sylvie ménageait le suspense de la chute. Elle insista une fois de plus sur l'horreur de l'histoire avant de raconter la fin… Une fin qui ne surprit pas vraiment son auditoire, une fin à laquelle ils s'attendaient un peu, une fin qui clôture bien l'histoire et laisse imaginer de nombreuses choses. En somme, le petit groupe préféra le récit de l'Obscur. Ils apprécièrent cette histoire, courte et efficace mais ne furent pas transcendés ni par le déroulement ni par les personnages. Ils passèrent malgré tout un bon moment, prêts à retenter l'expérience avec un prochain livre. En grands amateurs de frissons, ils savent où dénicher de nouvelles aventures angoissantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
michaelfenris
  11 avril 2019
Décidés de fêter dignement la fin de l'années scolaire, cinq jeunes, deux garçons et trois filles, ont prévu un séjour entre amis en louant pour cela une vieille maison au milieu des bois. Elle ne paie pas de mine, mais ce n'est pas leur objectif principal. Ils ont surtout envie de s'amuser. Ce qu'ils ignorent, c'est que l'endroit - la maison, la forêt autour, jusqu'au village- est maudit, et que tous les 25 ans, des jeunes disparaissent, leurs corps sont retrouvés atrocement mutilés, sauf un seul qui disparait sans laisser de traces. Ils ignorent que quelqu'un est là, qui les épient sans se faire voir, attendant que le drame se reproduisent.
Au même moment, une poignée d'orphelins, des laissés pour compte, embarquent dans un vieux bus pour une virée en pleine forêt. Au milieu de nulle part et alors que la nuit tombe, le bus ne tarde pas à se retrouver en panne, et ils doivent trouver refuge dans une bicoque en ruines…
Sur un scénario qui débute de façon archi-classique - des ados coincés dans une vieille bâtisse en pleine forêt - Frédéric Livyns et Sébastien Prudhomme Asnar tirent une histoire rendant hommage aux classiques d'horreur. Si au départ, on ne peut s'empêcher de comparer le livre à celui de Jean Pierre Favard, À l'heure où je succombe,(un auteur Sema également) très vite on se rend compte que le chemin emprunté n'est pas le même. Ce n'est évidemment pas pour rien que l'un des personnages du récit évoque Evil Dead, On pourrait également penser à des films comme Camp Daze, Wither ou Haute Tension d'Alexandre Aja, ou plus récemment pour le début, la Cabane dans les Bois. Mais, là où on s'imagine avoir affaire à un slasher ayant fait le bonheur de générations d'adolescents boutonneux, nous sommes bel et bien dans un roman d'horreur, avec ce qu'il faut de créatures pour capter l'attention et ne pas relâcher la lecture. Mes préférences vont plutôt aux évènements survenant aux orphelins, les chapitres dans la maison en ruines et dans le bus sont parmi les plus réussis du roman. Un roman sans doute un poil trop court, que j'aurais bien aimé par exemple un peu plus développé par rapport au village et aux évènements du passé. J'aurais bien vu également un prologue sur les évènements durant la seconde guerre, évoqués à plusieurs reprises.
De Frederic Livyns, je connaissais surtout sa reprise de Carnacki de William Hope Hodgson, un auteur que je place ou panthéon de mes écrivains fétiches, au même niveau que Jean Ray. Je découvre ici la plume de Sébastien Prudhomme Asnar. Les deux compères réussissent une histoire sympathique et bien écrite, sans temps mort, qui m'ont rappelé ma jeunesse avec les films collectors de la revue Mad Movies. Et c'est bon de se replonger dans ces horreurs-là !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nadine13
  13 janvier 2019
Initiés
Frédéric Livyns
Sébastien Prudhomme
180 pages
Sorti le 19/11/2018
Chez Séma Éditions
J'ai gagné le format e-pub à un concours. Ayant déjà lu plusieurs écrits de Frédéric, je me lance avec la peur au ventre (je suis une grande trouillarde, mais j'aime ça !), en me demandant où va m'emmener ce roman écrit à 4 mains. Je commence la lecture et déjà Oh mon dieu..P.. . de M..... !!! Je vais devoir m'accrocher à mon oreiller et grignoter à tout va.
Pour fêter la fin de l'année scolaire, Sylvie 19 ans accompagnée de son frère Kurt, Sarah, Richard et Jessica, la nouvelle petite amie de celui-ci, car ce fameux Richard à larguer Sylvie du jour au lendemain. Ces cinq jeunes partent en voiture dans une maison qu'ils ont loué pour quelques jours en pleine forêt, loin et coupée de tout...
Cela fait 25 ans que sa fille a été assassiné avec 3 de ses amis. Paul Lelong a démissionné de la police suite à cette perte horrible ! Il veut enquêter seul sur le meurtre de sa fille. Il veut savoir et comprendre.
Il découvre que tous les 25 ans, 3 garçons et 2 filles se font massacrer, sauf qu'un corps n'est jamais retrouvé !!!!
Paul va-t-il découvrir ce qui se passe ?
Jusqu'où cela va le mener ?

Je peux dire d'ores et déjà que pendant cette lecture stressante à souhait, mes mains étaient crispées tellement fort sur ma tablette que mes doigts sont devenus tout blanc. J'avais énormément de mal à avaler ma salive, tellement que ma gorge était serrée ! J'avais aussi l'impression d'être auprès des personnages, tapie dans un coin de la pièce, vous voyez un peu ce que je veux dire ? Voir ce qui se passe et se dit, mais ne pas pourvoir intervenir et toujours la peur d'être découverte. C'était assez angoissant. Et cela a été possible, car avec leur collaboration d'écriture tous les 2, cela multiple par cent les impressions. Une lecture intense, fluide, détaillée, où un chat est un chat, où rien ne nous est épargné, on ressent toute la peur qui suinte de partout, on entend les hurlements de douleur, des odeurs nauséabondes nous soulèvent le coeur. Et cette sensation d'être coupée du monde, seule, sans que personne puisse nous aider.
Des êtres immondes, sortis, je l'espère fortement, de leurs imaginations très fertiles.
Si vous aimez vous faire peur, les séries ou les films d'horreur des années 80, vous serez servis.
Pour les autres (comme moi) je vous dis qu'il faut absolument le lire. Faire abstraction de votre peur, car j'ai passé un moment de lecture inoubliable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MinRinBushi
  22 août 2019
* https://lamedesmots.weebly.com/epouvante---horreur/les-inities-frederic-livyns-et-sebastien-prudhomme-asnar *
Cinq jeunes partis en vacances loin de tout, dans un coin isolé. Les vacances peuvent enfin commencer pour Sylvie et ses amis. Rien de tel qu'un lien éloigné et calme pour se reposer et passer des jours tranquilles avec des amis. Pourtant, rien ne les avait préparé à ce qui allait suivre. Oubliez le calme et la détente et embarquez dans la terreur.
Avant tout, je remercie Séma éditions pour ce service presse.
Cela faisait un moment que ce livre me faisait de l'oeil et j'avais donc de grandes attentes le concernant. Je peux vous dire qu'il les a outrepassées, les a détruites et réduites à néant! Il m'a littéralement clouée sur place. Il m'a surprise et laissé sans mot.
​Cette histoire nous est racontée à plusieurs voix, nous vivons donc ce récit à travers plusieurs points de vue. Cela rend le récit encore plus vivant et terrifiant.
L'écriture en elle-même est fluide et emplie de mystères. On se laisse facilement emporter et engloutir par cette plume.
Quelques indices sont laissés ici et là et pourtant la surprise reste totale et terrifiante. On frissonne à chaque page, chaque phrase, chaque mot.
Tous les détails ont leur importance et tout a été travaillé.
Ce roman nous procure tout ce qu'il faut et ce que nous attendons de ce genre. Une ambiance mystérieuse et pesante. Des frissons et de l'angoisse. Et de l'impatience. de l'impatience car on veut juste savoir la suite et on continue notre lecture car malgré ces choses horribles, la curiosité et l'impatience de savoir prend le dessus.
La fin, quant à elle, nous cloue le bec. Elle nous laisse littéralement sur le cul.
C'est un énorme coup de coeur pour moi. J'ai adoré l'ambiance imposée et les émotions ressenties. C'est exactement ce que l'on attend de ce genre de lecture. Une histoire bien construite sans en faire trop. Une lecture surprenante et terrifiante à nous faire pâlir d'angoisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Melvie77
  30 novembre 2018

Dès que j'ai appris que deux de mes auteurs chouchous écrivaient un roman à quatre mains, j'étais au taquet, impatiente de savoir de quoi ça allait parler. J'ai été sage, je ne leur ai jamais demandé de me parler du roman avant, tant je voulais partir de rien en le découvrant...
Je l'ai précommandé dès que c'était possible et je me suis jetée dessus dès que je l'ai reçu^^
Les Initiés est un roman horrifique où des événements affreux se passent dans un lieu-dit isolé de façon cyclique, tous les 25 ans.
En effet, à chaque fois, un groupe de cinq jeunes louent une maison où ils sont retrouvés assassinés atrocement et où un jeune homme disparaît mystérieusement.
Assez gore dans son propos même si l'essentiel est suggéré, Les Initiés vous fera passer un très bon moment de lecture frissonnante et glaçante.
Pour un public qui aime les films d'horreur, surtout ceux des années 80 où quelques clins d'oeil à des films cultes pourraient vous revenir en mémoire : Evil Dead en tête :)
Les Initiés est un roman court, condensé ce qui fait qu'on ne s'ennuie pas une seconde mais qui ne laisse du coup pas le temps de s'attacher à tous les personnages (en même temps dans les films d'horreur des années 80, c'était le cas aussi^^).
J'aurai aimé en savoir plus sur certains personnages comme Sarah... et j'ai trouvé la fin un peu précipitée.
Là sera mon seul bémol car Les Initiés est un très bon roman d'horreur, bien écrit, avec une ambiance bien malsaine et savamment dosée.
Avec ce roman, Frédéric Livyns et Sébastien Prudhomme nous plongent dans un univers anxiogène et terrifiant en nous faisant faire connaissance des Initiés, personnages impressionnants et terriblement glauques...
Un roman qui vous fera frémir et que je vous conseille bien sûr ;)

Lien : https://aufildesevasionslivr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PapillonVoyageurPapillonVoyageur   03 avril 2019
La vision des statues recroquevilla ses intestins. Elles n’étaient pas là non plus la première fois. Il en était certain. Jamais il n’aurait pu oublier ces représentations de pierre.
Il touchait au but, il le sentait…
— Pas possible, souffla-t-il en pénétrant dans la salle voûtée, le regard fixé sur les divinités païennes.
Les tentacules s’échappant de la robe de pierre faisaient référence à un culte. Il tenait enfin une preuve attestant sa folle théorie ! Et dire qu’il était passé à côté tout ce temps ! Cette ancienne région de France recelait bien des secrets. Et il avait sous les yeux le plus terrible d’entre eux ! Mais pourquoi n’étaient-elles pas apparues avant ? Toutes sortes d’hypothèses se bousculaient dans son esprit enfiévré. Se pourrait-il que certaines choses ne soient visibles qu’en certaines occasions, lorsque les conditions sont réunies ? Se pouvait-il que la proximité du jour J ait levé le voile obscur masquant ces immondes statues au regard du commun des mortels en d’autres temps ? C’était fou, il le savait, mais dans cette affaire la folie et l’inconcevable semblaient faire office de normalité. Et, en tant d’années d’enquête, il avait appris à taire ses pensées cartésiennes. Elles ne lui avaient été d’aucun secours. Pire, c’est certainement sur cela que comptaient les monstres responsables de toutes ces horreurs. L’étroitesse d’esprit imposée par la rationalité était le meilleur rideau occultant la vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PapillonVoyageurPapillonVoyageur   03 avril 2019
Elle n’était plus une petite fille !
Les responsables de ce rêve s’appelaient : chagrin et peur. Basta !
Elle reprit sa lecture, certaine qu’au lever du jour, ses angoisses se dissiperaient dans la brume matinale.
Dans l’ombre, quelque chose regagnait sa tanière en rampant.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
600 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre