AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2745319744
Éditeur : Honore Champion (22/02/2010)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Pas de quatrième de couverture.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
LydiaB
  24 juin 2013
Née à Niort en 1635, Françoise d'Aubigné était la petite-fille d'Agrippa, huguenot auteur du fameux recueil des Tragiques. Très vite orpheline, elle fut tiraillée entre la famille paternelle protestante et la famille maternelle, catholique. Après quelques temps passés auprès de sa tante huguenote, elle fut enlevée par sa marraine afin de la remettre dans le "droit chemin" catholique. A seize ans, elle devint Madame Scarron. Cependant, l'auteur du Roman Comique était mal en point et Françoise se retrouva veuve et sans le sou à vingt-cinq ans. Remarquée de Madame de Montespan, maîtresse du roi, elle fut employée comme gouvernante de ses enfants. En 1675, Louis XIV lui offrit une terre, celle De Maintenon. A la mort de la reine, Louis XIV l'épousa secrètement.

Elle se consacra à une fondation, la maison de Saint-Cyr, destinée à l'éducation des jeunes filles nobles et sans fortune. Plus de deux cent cinquante demoiselles y furent élevées. Elle vécut la dérive de son propre établissement et en fut affectée comme sa correspondance l'atteste.

Elle s'y retira après la mort du roi (1715) et y mourut en 1719. Il nous reste sa correspondance, fort intéressante dans la mesure où elle nous dépeint non pas la femme de Cour mais la femme tout court, avec ses doutes et ses faiblesses.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   24 juin 2013
(...) Mon orgueil s'est répandu par toute la maison, et le fond en est si grand qu'il l'emporte même par-dessus mes bonnes intentions. Dieu sait que j'ai voulu établir la vertu à Saint-Cyr ; mais j'ai bâti sur le sable, n'ayant point vu ce qui seul peut faire un fondement solide. J'ai voulu que les filles eussent de l'esprit, qu'on élevât leur coeur, qu'on formât leur raison. J'ai réussi à ce dessein : elles ont de l'esprit et s'en servent contre nous ; elles ont le coeur élevé et sont plus fières et plus hautaines qu'il ne conviendrait de l'être à de grandes princesses, à parler même selon le monde. Nous avons formé leur raison et fait des discoureuses, présomptueuses, curieuses, hardies. C'est ainsi que l'on réussit quand le désir d'exceller nous fait agir. Une éducation simple et chrétienne aurait fait de bonnes filles dont nous aurions fait de bonnes femmes et de bonnes religieuses, et nous avons fait de beaux esprits, que nous-mêmes, qui les avons formés, ne pouvons souffrir ; voilà notre mal, et auquel j'ai plus de part que personne. Venons aux remèdes, car il ne faut pas se décourager. Nos filles ont été trop considérées, trop caressées, trop ménagées ; il faut les oublier dans leurs classes, leur faire garder le règlement de la journée, et leur parler d'autre chose. (...)

Lettre à Mme de Fontaines,
maîtresse générale des classes de Saint-Cyr
20 septembre 1691
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien les contes de Perrault ?

Combien de contes Charles Perrault a-il écrit ?

6
9
11
15

17 questions
369 lecteurs ont répondu
Thèmes : conte , charles perrault , 17ème siècleCréer un quiz sur ce livre