AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Agnès Prigent (Traducteur)Laurence Nicolaïeff (Traducteur)
EAN : 9782708132665
432 pages
Éditeur : Eyrolles (12/10/2006)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Au contraire de la plupart des psychologues, qui s'intéressent en priorité aux pathologies, Abraham Maslow a consacré sa vie à comprendre la santé mentale, l'accomplissement de soi, la plénitude. Ce livre, son dernier, est le sommet de son œuvre. Il réunit les résultats de ses recherches et ses intuitions majeures sur les potentialités positives de la nature humaine. Elles le conduisent à s'interroger... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
mlseditions
  31 mars 2016
Psychologue américain, Maslow s'est axé sur la psychologie humaniste et sur les aspects positifs de l'être humain plutôt que sur ses névroses.
Ultime ouvrage du psychologue
Commenter  J’apprécie          70
Cielvariable
  11 mai 2018
Je crois que lire les théories de Maslow constituent une base pour quiconque s'intéresse à la psychologie. Ce chercheur s'est intéressé aux besoins de l'être humain, non seulement les besoins physiques de base, mais les besoins de réalisation de soi, de bien-être et de motivation qui font en sorte que l'humain reste en bonne santé mentale.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   12 mai 2018
Si vous êtes comme moi, vous savez que nous sommes dans une complète confusion de valeurs dans le domaine des arts. Il suffit, en musique, d’essayer de prouver la supériorité de John Cage ou Elvis Presley sur Beethoven. Même confusion en peinture et en architecture : nous ne partageons plus aucune valeur. Lire une critique musicale ne m’intéresse pas, elle ne m’apportera rien. Il en va de même pour la critique d’art, à laquelle j’ai également renoncé. Je trouve fréquemment que la critique littéraire est inutile. Il existe un chaos, une anarchie totale dans les normes. Un exemple ? Le Saturday Review émettait récemment un avis favorable sur l’un des livres minables de Jean Genet. L’auteur de l’article, professeur de théologie, a commis une confusion totale. Selon lui, le mal est devenu le bien par une sorte de paradoxe apparu à force de jouer avec les mots : si le mal devient entièrement mauvais, il finit d’une certaine façon par devenir bon, et l’on assiste à un délire sur les beautés de la sodomie et de la dépendance aux stupéfiants, incompréhensibles pour un pauvre psychologue qui consacre une grande partie de son temps à sauver des gens des souffrances engendrées par ces maux. Comment un homme, un adulte, peut-il recommander ce livre comme un incontournable de l’éthique et un guide pour la jeunesse ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CielvariableCielvariable   12 mai 2018
Bien plus important pour moi a été d’avoir un enfant. Notre premier enfant a changé le psychologue que j’étais. Il m’a fait voir le béhaviorisme, dont j’étais si enthousiaste, tellement stupide que je ne pouvais plus le supporter. C’était impossible. Avoir un deuxième enfant et comprendre à quel point les individus diffèrent dès avant la naissance m’a ouvert les yeux sur l’impossibilité de penser la psychologie de l’apprentissage comme étant d’apprendre n’importe quoi à n’importe qui. Ou la théorie de John B. Watson du « donnez-moi deux bébés et je ferai ça du premier et ça de l’autre ». Comme s’il n’avait jamais eu d’enfant. Nous ne savons que trop bien qu’un parent ne peut transformer son enfant en quoi que ce soit. Les enfants se font euxmêmes. Le mieux que nous pouvons faire et, souvent, la meilleure influence que nous pouvons avoir est de servir de réactif si l’enfant va trop loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CielvariableCielvariable   12 mai 2018
L’apprentissage sera le plus souvent présenté comme l’acquisition d’associations, de compétences et de capacités externes — et non pas intrinsèques — au caractère humain, à la personnalité humaine, à l’individu lui-même. Ramasser des pièces de monnaie, des clés ou n’importe quel objet que l’on possède est similaire à l’acquisition de renforcements ou de réflexes conditionnés qui seraient, dans un sens extrêmement profond, superflus. Que quelqu’un ait un réflexe conditionné ne compte pas vraiment ; le fait qu’une sonnerie me fasse saliver puis que ce phénomène cesse n’a aucune conséquence sur moi ; je n’ai rien perdu d’important. Nous pourrions presque aller jusqu’à affirmer que tous ces livres sur la psychologie de l’apprentissage n’ont aucune conséquence, du moins sur le centre de l’humain, sur l’âme humaine, sur l’essence de l’humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mlseditionsmlseditions   31 mars 2016
un bon clinicien accompagne son patient à mettre à jour puis à briser les défenses entravant sa connaissance de soi, à se retrouver puis à se reconnaître
Commenter  J’apprécie          130

autres livres classés : motivationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
336 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre