AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782864327462
182 pages
Éditeur : Verdier (09/01/2014)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Mars 1825 : le théâtre de Weimar brûle. Goethe, qui l’a fait construire puis l’a dirigé pendant près de trente ans, voit dans cet incendie « le bûcher de ses souvenirs », et sans doute aussi la prémonition de sa propre mort. On peut en lire la confidence dans les Conversations de Goethe avec Eckermann, livre étonnant qui décrit jour après jour les dernières années de la vie du plus grand écrivain allemand.
Mais Eckermann a-t-il tout dit ? Il semble bien que n... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
sandrine57
  14 janvier 2017
Quand Robert Doolan reçoit une lettre d'Allemagne lui annonçant la mort de son ami Eckermann, ses souvenirs le ramènent quelques trente années plus tôt. Encore jeune alors, il était allé passé quelques mois à Weimar pour y apprendre l'allemand et s'imprégner de la culture du lieu. le hasard avait voulu qu'il assiste à l'incendie du théâtre de la ville, celui-là même que Goethe avait dirigé pendant très longtemps. Son amitié avec Eckermann lui avait permis d'approcher le grand écrivain au moment où il se désolait de cette terrible perte qu'il pensait annonciatrice de sa propre fin, mais se réjouissait aussi à l'idée de concevoir un nouvel opéra.
Un roman délicieusement érudit dans lequel Jean-Yves Masson, par l'intermédiaire d'un témoin inventé mais privilégié, nous convie aux côtés d'un Goethe, déjà âgé mais toujours enflammé. On y découvre un homme cultivé, passionné, plein de projets et grand amateur d'opéras. C'est l'occasion aussi de redécouvrir Eckermann, trop souvent réduit au rang de secrétaire du grand homme, alors qu'il était un ami, un confident et surtout le dépositaire de l'oeuvre colossal de l'écrivain.
Un livre au charme volontairement désuet qui décrit comme si on y était la belle ville de Weimar, alors capitale du Grand Duché de Saxe-Weimar, mais aussi la campagne alentours et la maison de Goethe où l'on assiste à une représentation clandestine de la flûte enchantée dont Goethe tentait d'écrire la suite.
Une belle lecture, à découvrir même si l'on a jamais lu Goethe, ne serait-ce que pour apprendre à le connaître et profiter de la jolie plume de Masson qui a su si bien décrire l'homme et son époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
VanilleBL
  11 avril 2014
"J'ignore si quelqu'un lira les pages que je m'apprête à écrire. Mais c'est avant tout pour moi-même, je le sens depuis un moment, que je dois tenter de fixer le souvenir que je garde de quelques journées bien précises de ma jeunesse. […] rien ne m'empêche de raconter l'histoire telle que je l'ai vécue puisque mes souvenirs sont si précis."
La mort de son ami Eckermann en décembre 1854 et la feuille de papier – désormais jaunie et légèrement brûlée qu'il lui a léguée – est pour Robert Doolan l'occasion de replonger dans ses souvenirs. "Du papier brûlé, il semble que monte encore la légère odeur des cendres. Même si ce n'est qu'une illusion, cette odeur est celle de mes souvenirs."
Son récit nous ramène en mars 1825, à Weimar. le théâtre de la ville brûle. Goethe, qui l'a fait construire puis dirigé pendant près de trente ans voit dans cet incendie "le bûcher de ses souvenirs"n et sans doute aussi un présage de sa propre mort. "Devant vous, je n'ai pas le courage de feindre. J'ai autant de chagrin que si j'avais perdu un être cher. le théâtre, mon théâtre, n'est plus qu'un monceau de cendres. […] C'est le bûcher de mes souvenirs. J'en ai le coeur navré." On peut lire la confidence de cet épisode dans les Conversations de Goethe avec Eckermann, livre étonnant, "ouvrage unique en son genre : un portrait en mouvement perpétuel, d'une vérité saisissante, où l'on voit vivre" Goethe dans les dernières années de sa vie. Il semble cependant que, malgré toute sa rigueur, Eckermann – davantage confident, assistant et homme de confiance que secrétaire – n'ait pas tout dit. Et c'est donc Sir Robert Doolan, témoin jusqu'ici méconnu, qui prend la plume et raconte. Il décrit bien sûr tout d'abord l'incendie du théâtre mais ce dramatique événement est surtout le point de départ d'un récit qui nous entraîne bien plus loin, dans l'intimité de Goethe, "homme passionné, plein d'enthousiasmes violents, sujet à la mélancolie et même au désespoir, mais qu'il avait appris à ne pas montrer." Bien que déjà âgé, et affaibli, l'écrivain se montre brillant, pensant à achever enfin sa continuation de la Flûte Enchantée, rêvant d'un théâtre entièrement nouveau – dont il dessine lui-même les plans –, et conviant quelques amis, au nom de cette utopie, à une représentation secrète. "Car lorsqu'un malheur survient, lorsque la mort nous frappe, lorsque la destruction nous menace, il importe de réaffirmer au plus vite les forces de la vie. C'est pourquoi j'avais besoin de vous aujourd'hui : pour que nous formions un cercle enchanté."
La plume inspirée, vivante, vibrante de Jean-Yves Masson emporte le lecteur et le transporte à Weimar, au milieu de ses personnages. Cultivé et érudit sans être ni pontifiant ni pédant, son roman est un merveilleux voyage dans le temps et l'espace, le pertinent prétexte à de superbes pages sur l'époque, le théâtre, la littérature, et l'opéra – avec certaines longueurs parfois dans l'analyse fort détaillée de la Flûte Enchantée. L'ouvrage n'en demeure pas moins virtuose, passionnant, enchanté et enchanteur, porteur de promesses et d'espérance.
"Il faut vivre pour le présent et surtout oeuvrer pour l'avenir. Oui, il faut bâtir pour l'avenir, si médiocre que soit l'époque à laquelle nous avons abordé. Les choses du passé ont droit à notre amour dans la mesure où elles nous le demandent, mais en vérité, c'est pour ce qui est nouveau qu'il faut vivre."
Lien : http://www.paroles-et-musiqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarianneL
  01 février 2017
Rêverie historique, autour d'une nouvelle conversation avec Goethe.
Robert Doolan, jeune citoyen britannique, séjourne à Weimar en 1825 pour apprendre la langue allemande. Il se lie d'amitié avec son professeur, Eckermann, déjà plongé dans l'oeuvre de sa vie, l'enregistrement fidèle de ses Conversations avec Goethe, et se met à son tour à lui enseigner l'anglais. Johann Wolfgang Goethe (1749 – 1832) est déjà un vieil homme en cette année 1825, un peu édenté et souvent essoufflé, mais d'une force titanesque sous son apparente douceur.
«Oui, il se peut bien que le génie soit d'abord une extrême capacité d'attention, me dis-je ce jour-là en observant Goethe – d'attention à ce monde que la plupart des gens traitent comme s'il allait de soi. de cette capacité de prêter attention au réel, et donc de s'en étonner, naît la faculté de créer des relations, de mettre en rapport réciproque les choses les plus éloignées qui échappent à l'attention ordinaire, sans que ces rapports semblent arbitraires.»
La suite sur mon blog ici :
Lien : https://charybde2.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Moinotte
  12 novembre 2015
Ce roman nous permet de “rencontrer” Goethe dans la dernière partie de sa vie et d'assister à l'incendie du théâtre qu'il a dirigé de nombreuses années. Érudition, transmission du savoir, intérêt pour la culture étrangère, amour des lettres, des langues et du théâtre sont au rendez-vous et grâce à l'écriture, on se sent plongé en plein XIXe siècle. En prime, le narrateur parle si bien de la flûte enchantée de Mozart qu'il nous donne envie de courir voir ce chef d'oeuvre.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Lhumanite   13 janvier 2014
Le récit de Doolan montre simultanément Goethe dans son quotidien, lui-même littéralement ajusté à la hauteur de sa réflexion. Une combinaison de simplicité et d’exigence, de liberté et de règles précises.
Lire la critique sur le site : Lhumanite

Videos de Jean-Yves Masson (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Yves Masson
Fondées en 1979, les éditions Verdier fêtent cette année leurs 40 ans. Bien ancrée dans le paysage éditorial français, Verdier reste une maison indépendante qui propose chaque année un catalogue d'une richesse exceptionnelle. À cette occasion, la Bpi convie dans ses espaces quelques-uns des auteurs emblématiques de cet éditeur pour montrer les différentes facettes de son engagement et faire entendre les textes qui l'incarnent.
Avec : Johan Faerber, Lionel Ruffel, Samy Langeraert, Catherine Perrel, Jean-Yves Masson, Patrick Boucheron, Dominique Reymond
Suivre la bibliothèque : SITE ? http://www.bpi.fr/bpi BALISES ? http://balises.bpi.fr FACEBOOK ? https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER ? https://twitter.com/bpi_pompidou
+ Lire la suite
autres livres classés : weimarVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
652 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre