AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Paul Benita (Traducteur)
EAN : 9782266164979
504 pages
Éditeur : Pocket (06/11/2007)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Le temps de la prophétie est arrivé : Galaad doit désormais se battre avec les hommes et contre les principes fanatiques, inculqués par son éducation. Il doit se consacrer à la quête que lui a confiée le roi Arthur, juste avant de mourir, et qui se dérobe sans cesse. La Dame du Lac se serait-elle moquée de lui ? Alors qu'il lutte de toute son âme pour donner un avenir à la Bretagne, il est incapa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Parthenia
  31 décembre 2016
J'ai mis plus de temps que prévu pour lire les suites des aventures de Galaad (rien que 3 ans !^^), et c'est bien dommage, car la lecture a été absolument captivante, malgré quelques longueurs.
Et pourtant, il y a quelques éléments qui m'ont profondément agacée (et non, il ne s'agit pas de l'antipathique Galaad !). Je m'en vais d'ailleurs les mentionner de suite pour me consacrer ensuite entièrement aux points positifs du roman :
♦ certaines scènes sont un peu surjouées juste pour accentuer leur côté mélodramatique (ex. page 160)
♦ la volte-face peu convaincante et un peu trop appuyée de deux personnages, en totale incohérence avec leur comportement précédent ou les propos qu'ils ont assénés et répétés à l'envi
Or donc, comme souligné lors de ma première chronique, l'édition française a découpé l'édition originale en deux tomes. Ce tome-ci comprend les livres deux et trois qui se déroulent respectivement la dernière année du règne d'Arthur Pendragon puis la 7è et 11è année du règne de Constantin (à noter que les noms de certains protagonistes ne sont plus traduits tout à fait comme dans le tome 1).
Au début du livre, Arthur et ses guerriers se rendent sur le continent pour aider leurs alliés à vaincre les Bourguignons, armés par l'empereur romain. Nous apprenons également que Lancelot a été banni il y a cinq ans pour le meurtre de Gareth, meilleur ami de Galaad et frère de Gauvain qui ne pensent tous deux qu'à le venger. le Roi souhaite ardemment une réconciliation entre Lancelot et Gauvain, qui accepte seulement de remettre sa vengeance après la bataille, et Galaad, qui lui pardonne finalement la mort de Gareth mais refuse de combattre à ses côtés tant qu'il ne renonce pas à son amour pour la Reine.
ans ce tome, l'auteure revient sur certains épisodes qui avaient été abordés, ou juste suggérés dans le précédent, en nous fournissant cette fois des réponses à nos questions. Enfin presque, car parfois, ces réponses diffèrent selon le personnage qui les donne.
Nous assistons à la rencontre entre Galaad et son jeune cousin Perceval.
Aux inimitiés que le fils de Lancelot se créent à cause de ses préjugés et de son intolérance. Ainsi, par ses propos insultants et peu chrétiens, l'adolescent se fait un ennemi mortel de Mordred qui lance une malédiction sur lui :
«Tu ne connaîtras que ta propre voie. Seul. Indésirable. Ne suivant ni ne menant personne. Sans foyer, ni coeur. L'honneur de ta maison mourra avec ton père qui mérite un meilleur fils toi.»
Nous nous rendons compte que, si Lancelot bénéficie de l'admiration sans faille des hommes et des femmes par la noblesse de son comportement, son fils ne paraît pas très apprécié. Quelqu'un insinue même que le Roi ne tolère sa présence à ses côtés que parce qu'il est le fils de Lancelot (page 20). D'ailleurs, Galaad passe pour un fou aux yeux d'un grand nombre à cause de son fanatisme religieux et de son intolérance. C'est pour cette raison, et pour avoir insulté la Reine, que le Roi lui confie la quête du graal et de la lance (alors que cela était apparu comme un honneur dans le tome 1), pour à la fois l'éloigner, lui imposer une pénitence et lui chercher un noble but.
Tout le Livre deux et trois porte en fait sur la comparaison entre Lancelot et son fils, au désavantage du dernier qui, malgré son courage et son aspiration à la pureté, se conduit sans honneur à deux reprises : quand il se lance à la poursuite de brigands aux côtés de son père et lors de ses retrouvailles avec Dandrane. La révélation de sa véritable nature va plonger Galaad dans la plus profonde désespérance. Alors qu'il considérait les faiblesses des autres avec le plus grand mépris, comble de l'ironie, il va se retrouver dans leur situation. A partir de ce moment, il va tenter de devenir digne de ce père qu'il a tant haï, en accomplissant son devoir quoiqu'il lui en coûte. Et c'est une fois qu'il croit avoir perdu tout droit à l'estime de ses semblables que Galaad s'humanise enfin, comprenant les souffrances et les états d'âme des autres. Il devient ENFIN sympathique au lecteur ! En perdant son arrogance, Galaad gagne en effet notre compassion. On ne peut qu'être touché par sa prise de conscience et ses efforts pour s'amender.
Malgré les conseils avisés de ses mentors, sa route a été longue à la compréhension des autres. L'adolescent s'est souvent mépris sur les motivations de Lancelot, de Guenièvre ou de Mordred, leur prêtant injustement des intentions viles. Mais c'était passionnant de suivre le jeune Galaad dans cette quête initiatique et douloureuse. le lecteur suit finalement le même chemin que lui et se met à le comprendre. A comprendre que le garçon n'a été qu'une victime de l'enseignement fanatique reçu de sa mère et d'Aidan, le prêtre manipulateur. Secrets et ragots ont empoisonné son enfance et son adolescence, passées loin d'un père dont il ne cherchait finalement qu'à attirer l'attention et l'amour.
J'ai beaucoup aimé la manière dont la figure de Mordred était revisitée. L'auteure ne le dépeint pas comme le prince maléfique et sournois des versions habituelles. Cependant, elle respecte point par point l'épisode de la traîtrise de Mordred et de la mort d'Arthur mais en les présentant sous un tout autre angle.
Pour conclure, une revisite du mythe arthurien absolument passionnante. L'écriture très évocatrice de Nancy McKenzie nous immerge totalement à cette époque semi-légendaire tout en se jouant du lecteur qui se perd en conjectures sur les motivations réelles des protagonistes. Car secrets et rumeurs maintiennent longtemps le mystère autour de la vérité. Et même quand celle-ci semble se dévoiler, elle est tributaire du point de vue de celui qui la raconte...
J'avais peur de détester jusqu'à la fin Galaad mais les épreuves qu'il traverse lui apportent l'humilité et la compassion qui lui faisaient cruellement défaut, le rendant beaucoup plus sympathique. Je laisse d'ailleurs le mot de la fin à ce héros si particulier et que l'on aura mis du temps à aimer :
«Je ne sais pas ce qu'est le Graal. Je soupçonne qu'il n'est rien de plus qu'un miroir du coeur.»
Lien : https://parthenia27.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sld09
  27 juin 2017
J'ai préféré cette deuxième partie car le personnage principal prend un tour plus humain. Il règne toujours une certaine confusion dans le récit à cause des allers-retours dans le temps.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
sld09sld09   01 octobre 2017
Une heure avant le coucher du soleil, le premier des navires d'Arthur se glissa dans le port breton sur une mer lisse comme du verre. Une foule immense était massée sur la rive, les hommes se battant pour mieux voir, les chevaux renâclant, les bannières flottant dans la clameur des cris de bienvenue :
«Arthur ! Arthur ! Arthur de Bretagne !»
Galaad se tenait à l'écart du groupe réuni autour du Roi. Il n'avait plus vu le sol de la Petite Bretagne depuis cet affreux voyage, cinq ans auparavant, qui s'était terminé par la mort de Gareth et le bannissement de Lancelot. Accoudé au bastingage, il examinait les innombrables étendards et repéra, dans la lumière déclinante, le Sanglier Noir d'Armorique au-dessus des hommes du Roi Hoel. Il doutait que ce vieux guerrier soit là en personne... ils étaient probablement menés par Riderch, le fils aîné d'Hoel, un homme plus âgé qu'Arthur mais qui n'était encore que prince. Et là-bas... oui, c'était bien celui qu'il cherchait : le Faucon de Lanascol frémissant fièrement dans la brise du soir. Il se pencha en avant, cherchant fiévreusement le visage qu'il redoutait tant de voir. Mais c'était son oncle Galyn qui était à la tête des troupes de Lancelot. Il lui adressa un signe mais Galyn, dont l'attention était fixée sur le Haut Roi, ne le vit pas.Le navire se rangea le long du quai , les grandes aussières furent jetées et nouées. Hommes et bêtes s'agitèrent tandis que débutait la procession du débar­quement : Arthur en tête, avec Mordred et Gauvain sur ses talons, accompagnés par tous les rois et princes de Bretagne et leurs suites. Après une brève cérémonie d'accueil que Galaad, trop éloigné, n'entendit pas, un cheval fut amené au Haut Roi qui s'éloigna lentement en compagnie du Prince Riderch, les troupes massées l'escortant au pas hors de la ville.Le déchargement du navire allait prendre la moitié de la nuit. Les autres vaisseaux n'arriveraient que le lendemain matin. L'armée, après avoir établi son cam­pement, ne pourrait pas se mettre en route vers Kerrec avant trois jours au moins. Il avait amplement le temps. Pourtant, Galaad courait sur la rive, se frayant un che­min à travers les soldats, les pages et les serviteurs, la foule des marchands cherchant à vendre toutes sortes de choses : des sucreries, des babioles, des brassières en cuivre, de mauvaises dagues pour les imprudents, des charmes et des talismans de victoire pour les super­stitieux, des chopes de bière pour les assoiffés et du cuir sous toutes ses formes : sandales, bottes, fourreaux et gants épais. Il traversa cette populace pour rejoindre l'endroit où il avait aperçu les hommes de Lanascol.
Ils n'y étaient plus. Il se retrouva seul dans cette masse braillarde, là où Galyn s'était tenu à peine vingt minutes plus tôt. Ils ne l'avaient pas attendu. Lente­ment, il revint sur ses pas vers le quai. Ils devaient probablement penser qu'Arthur l'avait laissé à Camelot. Après tout, à quoi pourrait-il bien être utile ? Il n'avait que quatorze ans, il lui manquait une année tout juste pour servir dans l'armée. Dans la glorieuse bataille qui s'annonçait, il ne pourrait jouer aucun rôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartheniaParthenia   31 décembre 2016
Je ne sais pas ce qu'est le Graal. Je soupçonne qu'il n'est rien de plus qu'un miroir du cœur.
Commenter  J’apprécie          30
PartheniaParthenia   31 décembre 2016
Suis ton cœur. Telle est la clé de ta quête. Suis ton cœur et tu ne pourras échouer.
Commenter  J’apprécie          20
PartheniaParthenia   31 décembre 2016
Tu ne connaîtras que ta propre voie. Seul. Indésirable. Ne suivant ni ne menant personne. Sans foyer, ni cœur. L'honneur de ta maison mourra avec ton père qui mérite un meilleur fils toi.
Commenter  J’apprécie          00
PartheniaParthenia   31 décembre 2016
Galaad, ne peux-tu trouver en toi un cœur de fils ? Il t'aime profondément et tu ne lui rends que du chagrin.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1509 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre